Archives par étiquette : monuments historiques

Document du mois : juillet 2015

La villa de Mackwiller à travers les archives : découverte et réévaluation d’un site archéologique

Au cours du 19e siècle, de nombreuses fouilles sont réalisées en France. Sous le Second Empire, la mode est aux « antiquités nationales » : les membres et les correspondants des sociétés savantes sont les premiers, par leurs observations et le suivi de nombreux travaux, à étudier le passé et à révéler les vestiges archéologiques telles que des villae gallo-romaines. Plusieurs furent découvertes à cette époque en Alsace ; parmi lesquelles celles de Mackwiller et Koestlach.

Les connaissances actuelles sur la découverte du site de Mackwiller s’appuient sur divers fonds archivistiques et ressources bibliographiques. Le Musée de Saverne possède des archives du pasteur Ringel, des moulages réalisés au moment de la découverte et quelques objets originaux trouvés  lors des fouilles. La Société pour la conservation des Monuments historiques d’Alsace (SCMHA) conserve les procès-verbaux et documents annexes des séances du conseil dans lesquelles la villa a été citée à de nombreuses reprises, notamment pour la période 1858-1870. Dans les Archives départementales du Bas-Rhin se trouve un dossier de la Direction régionale des affaires culturelles d’Alsace (DRAC) relatif à Mackwiller pendant la période allemande (1870-1919). À la DRAC enfin, le fonds iconographique du Denkmalarchiv, géré par le Service des patrimoines, comprend plusieurs plans et photographies du 19e siècle et du début du 20e siècle et le Service régional de l’archéologie conserve de la documentation sur des études postérieures de ce site. L’ensemble de ces éléments permettent de restituer en pointillé l’histoire de ce site archéologique.

Le pasteur Ringel, pionnier de l’archéologie en Alsace Bossue

Jean-Pierre Eugène Ringel, ethnologue et archéologue, pasteur à Diemeringen de 1853 à 1864 fut l’inventeur de la villa de Mackwiller1. Il avait été l’élève de Schweighaeuser qui l’initia à la recherche archéologique dans les Vosges. Il réalisa ensuite des prospections archéologiques, encouragé par le colonel Beaudet de Morlet et la Société pour la conservation des Monuments historiques d’Alsace (SCMHA), créée en 1855. Il est considéré comme le pionnier de la recherche archéologique en Alsace Bossue. Collecteur de légendes sur l’Alsace Bossue, celles-ci lui servirent parfois de point de départ pour ses découvertes archéologiques : c’est le cas de Mackwiller. En cherchant les traces du château des Nassau-Weilbourg, supposé dans les environs de Mackwiller, au lieu-dit Hemst, ou Hembst, le pasteur Ringel rencontra les premiers vestiges des thermes de Mackwiller. C’était en 1858. Il débuta les fouilles à la fin de la même année, les continua au printemps 1859, puis après les moissons de cette même année. Il rencontra quelques problèmes avec les propriétaires qui voyaient d’un œil peu avenant la réalisation de fouilles sur leurs terres agricoles.

Fouiller et documenter un site archéologique au 19e siècle

La méthode de fouille du pasteur Ringel est originale : il commence d’abord par chercher les angles de l’édifice en creusant, puis dégage l’essentiel des murs, l’ouest en premier, le sud en second. Les constructions mises au jour sont en moellons de grès provenant d’une carrière voisine. Un piédestal est trouvé dans une pièce identifiée par Ringel comme l’entrée des thermes. Les fouilles continuent à l’est avec découverte des solia et d’éléments de décoration (fragments d’enduits peints couleur bleu ciel, de frises de marbre et de calcaire, de stuc, éclats de porphyre, etc).

Plan du site gallo-romain de Mackwiller en cours de dégagement. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel. Source : Congrès archéologique de France, XXVIe session, à Strasbourg, p. 496

Plan du site gallo-romain de Mackwiller en cours de dégagement. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel. Source : Congrès archéologique de France, XXVIe session, à Strasbourg, p. 496

La première mention publique de la découverte du site a lieu au cours du congrès archéologique de France qui s’est tenu à Strasbourg du 22 au 27 août 1859. A cette occasion et à l’initiative du Colonel de Morlet, la Société française d’archéologie vote en guise d’encouragement une allocation de 100 francs « pour des fouilles sur la voie romaine, auprès de Mackwiller, arrondissement de Saverne »2. La nature du site est révélée par une lettre du pasteur Ringel lue dans la séance du comité de la SCMHA du 5 décembre 1859 : « M. Le président donne lecture d’une lettre de M. le pasteur Ringel, de Diemeringen, annonçant l’importante découverte, au Hemst, près de Mackwiller, des fondations d’une villa romaine avec bains »3. Un rapport détaillé rédigé par le pasteur Ringel pour la SCMHA, daté du 21 décembre 1859 et publié dans les Bulletins de la Société, présente les fouilles avec force détails4.

Le pasteur Ringel entretenait une correspondance régulière avec le colonel de Morlet, membre de la Société5. Quelques lettres sont conservées dans les archives du musée de Saverne.

Le fonds d’archives du musée de Saverne livre également un aperçu de la production documentaire réalisée sur le terrain par le pasteur Ringel. Les dessins représentant des plans, des élévations, et des éléments d’architecture sont d’excellente qualité. Ils permettaient de présenter visuellement les découvertes au cours des fouilles.

Plan levé à la main du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Musée de Saverne.

Plan levé à la main du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Musée de Saverne.

Plans levés de certains espaces du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Musée de Saverne.

Plans levés de certains espaces du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Musée de Saverne.

Fragment de mur romain. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, 1859. Musée de Saverne.

Fragment de mur romain. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, 1859. Musée de Saverne.

Par ailleurs, le pasteur Ringel utilise la pratique du moulage en plâtre pour mouler de petits objets découverts en fouille ou bien pour produire des maquettes qui lui servaient à présenter le plan de l’ensemble thermal. Deux maquettes sont aujourd’hui conservées, l’une en dépôt à la Société de recherche archéologique en Alsace Bossue (SRAAB), l’autre est conservée au Centre d’interprétation archéologique du Patrimoine à Dehlingen.

Maquette du site gallo-romain de Mackwiller, conservée à la SRAAB. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Société de recherche archéologique en Alsace Bossue.

Maquette du site gallo-romain de Mackwiller, conservée à la SRAAB. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Société de recherche archéologique en Alsace Bossue.

Cette pratique, si elle est originale, est loin d’être unique. Le pasteur l’a utilisée pour d’autres édifices antiques : quatre maquettes sont ainsi répertoriées dans le catalogue du musée de Saverne de 19226 :

  • thermes romains de Mackwiller ;
  • temple romain à Mackwiller ;
  • établissement métallurgique gallo-romain du Heidenhübel ;
  • les forges de Gorgelbach.

Le musée de Saverne possède un objet moulé en plâtre ; il s’agit un jouet en bronze découvert dans les murs des thermes. Une pièce recouverte d’une demi-voûte est également présente, avec l’inscription cathedra sur l’une des faces. D’après le catalogue du musée de Saverne de 1922, trois autres « réductions » d’objets trouvés dans les thermes de Mackwiller étaient exposées dans le musée : une pierre évidée ayant formé un aqueduc, une base de colonne de forme carrée et un fût de colonne cylindrique à base carrée. Tous ces moulages servaient de moyen de diffusion de ses recherches, notamment auprès de la SCMHA.

 

Moulage d'un jouet en bronze réalisé par le pasteur Ringel. Musée de Saverne, don 1860.

Moulage d’un dodécaèdre en bronze réalisé par le pasteur Ringel. Musée de Saverne, don 1860.

Moulage d'une pièce recouverte d'une demi-voûte, dite cathedra, réalisée par la pasteur Ringel. Musée de Saverne

Moulage d’une pièce recouverte d’une demi-voûte, dite cathedra, réalisée par la pasteur Ringel. Musée de Saverne

L’identification du site archéologique comme des thermes gallo-romains fait l’unanimité. Dans son rapport du 21 décembre 1859, le pasteur Ringel déclarait : « mon principal soin fut de déblayer les parties attenantes qui comprenaient des solia et me firent connaître par là que j’étais sur l’emplacement d’un bain »7. Le système de chauffage à hypocauste confirme cette hypothèse. Il identifie certaines pièces : frigidarium, tepidarium, caldarium, l’entrée, le foyer, l’apodyterium, etc. Pour lui, les thermes appartiennent à une villa, ainsi qu’il l’écrit dans la lettre lue dans la séance du comité de SCMHA le 5 décembre 18598.

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Pasteur Ringel, 1859. Source : Bulletin de la SCMHA, 1858-1860

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Pasteur Ringel, 1859. Source : Bulletin de la SCMHA, 1858-1860

Le professeur André Jung, un des fondateurs de la SCMHA et membre de l’Institut des provinces et de la Société française d’archéologie, arrive à la même conclusion. Il publie un rapport dans les actes du congrès archéologique de France, repris dans le bulletin de la SCMHA, à la séance du 6 février 1860, et consigné à la suite de celui du pasteur Ringel9. « On demandera peut-être, écrit-il, quel a été le motif pour établir cette construction, qui semble trop vaste pour la villa d’un particulier, et trop restreinte pour une destination publique […] Les murs, trouvés sous le sol de Mackwiller, n’appartiennent pas tous à des thermes romains, mais […] ils sont, en grande partie, les restes d’une villa considérable, dans laquelle se trouvaient des salles de bains particuliers. » Mais l’hypothèse d’une villa ne fait pas consensus auprès des érudits. La SCMHA conserve un rapport inédit d’Auguste Saum, rédigé après la visite des fouilles les 9 et 10 avril 1860. Celui-ci déclare : « Ce que je crois retrouver ici c’est tout simplement un modeste bain public dépendant non d’une villa patricienne, mais d’un village ou tout au plus une espèce de bourg ou de petite ville ». Il compare les vestiges avec les thermes publics romains de Badenweiler.

Les fouilles se poursuivent en 1860-1861 avec notamment la découverte, à l’est des pièces dégagées, d’une salle pourvue d’une mosaïque de grande dimension10.

Le financement des fouilles : l’implication du préfet et des sociétés savantes

Pour les fouilles des thermes de Mackwiller, le pasteur Ringel a bénéficié de plusieurs subventions, locales ou nationales, d’institutions politiques ou savantes. Il reçoit la somme de 100 francs par la Société française d’Archéologie lors de son congrès à Strasbourg en août 1859, grâce au colonel de Morlet qui avait intercédé en faveur du pasteur Ringel.

La SCMHA donnera de nombreuses subventions pour les fouilles (3250 francs au total11) et s’impliquera dans la protection des vestiges et la mise en sûreté des objets découverts aux musées de Saverne, de la SCMHA et dans un abri sur le site. Lors de la séance du 5 décembre 1859, M. Morin énonce des mesures de conservation à prendre :

  • entourer les vestiges d’une palissade,
  • recouvrir les murs de paille pour éviter les dégradations causées par la pluie,
  • intéresser un voisin à la conservation des ruines,
  • acheter le terrain qui appartient pour moitié à la fabrique de Harskirchen et de l’autre à deux propriétaires,
  • construire une toiture pour préserver les vestiges,
  • répartir les vestiges archéologiques entre le musée de la Société et celui de Saverne.

Quinze jours plus tard, le pasteur Ringel annonce que le cantonnier communal est garde des bains. Dès cette année-là, le pasteur fait des dons au Musée de Saverne (objets et moulages). À partir de 1861, les frais sont couverts par la SCMHA (2250 francs pour les travaux de terrassement ; moulages et gardiennage). Plus tard, en 1863-1864, une haie est plantée pour préserver le site.

Le préfet s’implique également pour la protection du site, en faisant l’acquisition des terrains en 1860, à l’exception d’un seul pour lequel il obtient cependant une autorisation.

Protéger un site archéologique : le classement au titre des Monuments historiques

Dans la liste de 1862 des Monuments historiques classés provisoirement, les « fouilles de Mackwiller » ont été ajoutées à la main dans l’arrondissement de Saverne du département du Bas-Rhin, et l’inscription est suivie d’un nombre : 30012. Les thermes apparaissent également dans le bulletin de la SCMHA de 1875 qui présente la liste des édifices classés Monuments historiques en Alsace13. Le site garde son statut de Monument historique pendant la période allemande, en atteste la liste parue dans l’ouvrage de Félix Wolff en 190314.

Liste des Monuments historiques en 1862. Source : Ministère d'État, Note, circulaires et rapports sur le service de la conservation des Monuments historiques, Paris, impr. impériale, 1862, p. 122 (© Médiathèque de l'architecture et du patrimoine).

Liste des Monuments historiques en 1862. Source : Ministère d’État, Note, circulaires et rapports sur le service de la conservation des Monuments historiques, Paris, impr. impériale, 1862, p. 122 (© Médiathèque de l’architecture et du patrimoine).

Fig_10

Liste des Monuments historiques en 1903. Source : WOLFF Félix, Handbuch der staatlichen Denkmalpflege in Elsass-Lothringen, im Auftrage des Kaiserlichen Ministeriums für Elsass-Lothringen, K. J. Trübner, 1903.

Le pasteur Ringel quitte la région en 1864. Le site fait toujours l’objet d’une surveillance mais se dégrade au fil du temps. Dans la séance du comité de la SCMHA du 14 décembre 1874, Xavier Nessel informe le comité que les thermes de Mackwiller sont menacés de détérioration, en particulier sur le terrain n’ayant pas été acquis par le gouvernement, où les habitants enlèvent des pierres pour leur usage personnel15. Il n’est pas entendu. Et renouvelle son appel en 1880, appuyé par Henri Schlosser. Cette fois-ci, la Société réagira et effectuera en 1881 des travaux de consolidation. Une chape faite d’un enduit de ciment est apposée sur les parties sommitales des murs, pour stopper le déchaussement des pierres dû aux « visiteurs ignorants ou indiscrets ». Ces travaux sont exécutés par M. Schmidt, Kreisingenieur à Sarre-Union et par Henri Schlosser16. Mais la chape mise en place commence à se détacher dès 1884. En 1883, les objets trouvés à Mackwiller sont transportés dans les locaux de la SCMHA, car la cabane établie près des ruines pour recevoir les vestiges d’architecture est délabrée et ouverte à tout venant17. La plupart des objets ont déjà disparu. Henri Schlosser devient le correspondant privilégié de la Société en Alsace Bossue. Chaque année, il visite le site, surveillé par un gardien payé par la SCMHA 5 marks par an.

Vues du site gallo-romain de Mackwiller, vers 1880 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace).

Vues du site gallo-romain de Mackwiller, vers 1880 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace).

En 1887, Henri Schlosser demande la révision du plan des thermes. Un plan réalisé par lui est conservé dans le Denkmalarchiv. De nombreuses différences sont visibles par rapport au plan dressé par Ringel en 1859. Le pasteur avait identifié à l’ouest deux pièces qu’il considérait comme des habitations, alors que Schlosser en indique trois. De même il fait figurer une nette séparation entre le foyer et le vestibule.

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Henri Schlosser, s. d.(Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Henri Schlosser, s. d. (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Une lettre conservée aux Archives départementales18 souligne l’état déplorable des thermes en 1894. Henri Schlosser se mobilise pour que la Société et le gouvernement réagissent et appliquent des mesures de conservation et de protection.

Extrait de la lettre d'Henri Schlosser à Charles Winkler, Drulingen, le 24 juillet 1894. Archives départementales du Bas-Rhin, 175 AL 149 (fonds DRAC Alsace).

Extrait de la lettre d’Henri Schlosser à Charles Winkler, Drulingen, le 24 juillet 1894. Archives départementales du Bas-Rhin, 175 AL 149 (fonds DRAC Alsace).

Deux ans plus tard, le même sujet revient dans la séance du comité de la SCMHA du 14 octobre 1896. Un article du Vogesenblatt du 17 juillet 1895 raconte que les ruines servent de carrière de pierre aux nouvelles constructions.

Les plans de 1906 et de 1911 du Denkmalarchiv

Au début du 20e siècle, l’administration allemande entreprend de créer un fonds iconographique sur le patrimoine régional d’Alsace-Lorraine, appelé Denkmalarchiv. Dans ce fonds, aujourd’hui conservé en grande partie à la DRAC Alsace, se trouvent deux plans des thermes de Mackwiller, en plus du plan dressé par Henri Schlosser cité précédemment. Ces deux plans ont été dressés par le Denkmalpfleger (architecte des Monuments historiques) de Saverne et de Marmoutier Paul Ernest Zigan, l’un en 1906, l’autre en 1911. Ces cinq années d’intervalle sont marquées par des travaux de réfection réalisés en 1910-1911 et relatés dans des documents conservés aux archives départementales du Bas-Rhin. Ces deux plans montrent donc l’état du site avant et après réfection.

Le plan de 1906 est moins complet que celui de 1911. L’architecte précise qu’il s’agit exclusivement des vestiges visibles (Aufnahme der sichtbaren Mauerreste). De larges zones de la partie sud du site sont soit absentes, soit dessinées par des traits fins alors que les murs encore visibles sont figurés pleins. Il s’agit des pièces considérées comme le vestibule et le caldarium et d’une troisième située au sud-ouest. Cette disparition des vestiges visibles s’explique certainement par le manque d’entretien du site, souligné à de nombreuses reprises, sa dégradation et le réenfouissement partiel des murs.

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Paul Ernest Zigan, 20 juin 1906 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Paul Ernest Zigan, 20 juin 1906 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Le plan de 1911 ressemble davantage au plan dressé par Henri Schlosser, mais ne restitue pas les murs nord que Schlosser avait dessiné en pointillés. La pièce centrale ne présente en outre plus aucune ouverture sur les pièces adjacentes. Des mesures très précises sont signalées à côté de chaque pan de mur.

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Paul Ernest Zigan, septembre 1911 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Paul Ernest Zigan, septembre 1911 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Les thermes de Mackwiller au 20e siècle : une réévaluation des données

On conserve peu de documents sur le devenir du site de Mackwiller après cette date. La SCMHA conserve dans ses archives un article de journal et deux photographies de la visite des ruines par l’assemblée générale de la SCMHA le 7 juin 1934, en présence du chanoine Joseph Gass, président de la SCMHA, et de Robert Forrer.

Fig_16a

Visite du site gallo-romain de Mackwiller par l'assemblée générale de la SCMHA, le 7 juin 1934. Archives Musée archéologique de Strasbourg.

Visite du site gallo-romain de Mackwiller par l’assemblée générale de la SCMHA, le 7 juin 1934. Archives Musée archéologique de Strasbourg.

En 1955-1956, les fouilles reprennent à Mackwiller, dirigées par la circonscription des antiquités historiques d’Alsace, sous la responsabilité de Jean-Jacques Hatt19. Un sanctuaire de Mithra est mis au jour dans une carrière. Les archives de cette opération archéologique sont conservées par le Service régional de l’archéologie. Dans le fonds Denkmalarchiv sont conservées une série de photographies d’une visite des thermes de Mackwiller en avril 1956. Cette année-là, le service des Monuments historiques réalise une nouvelle consolidation des vestiges des thermes et dresse un nouveau plan, jugé « fantaisiste ».

Visite des thermes de Mackwiller, avril 1956 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Visite des thermes de Mackwiller, avril 1956 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Après cette date, le site fera l’objet d’une nouvelle analyse par François Pétry, en 1981, paru dans les Saisons d’Alsace20. Pour la première fois, il est intégré au sein d’une synthèse sur Mackwiller antique et mis en relation avec les autres vestiges anciens : le temple protestant dont la nef est antique, le Mithraeum fouillé entre 1955 et 1958 et le mausolée circulaire découvert en 1966. Au sujet des thermes, François Pétry souligne les nombreux problèmes d’interprétation et encourage une étude exhaustive avec un « dépouillement minutieux et critique de tous les documents » mais son appel reste sans réponse. En 2006, en collaboration avec le SRA Alsace, l’École et observatoire des Sciences de la Terre a proposé un projet de recherche associant l’utilisation de méthodes géophysiques de terrain sur le site gallo-romain de Mackwiller. L’opération, réalisée par Clément Hibert et Maud Schelstraete, a permis de détecter grâce à trois méthodes quelques structures non visibles qui donneraient au site une étendue plus large que les vestiges actuellement émergés, notamment au nord21. Plus récemment, le Conseil général du Bas-Rhin a souhaité valoriser le site et dans ce cadre, une nouvelle prospection géophysique a été menée par la Société Géocarta et couplée de recherches archivistiques sur l’histoire de la redécouverte du site22.

Conclusion

Les thermes de Mackwiller permettent ainsi de cristalliser en un seul exemple l’approche archéologique des archéologues du 19e siècle, leur manière d’appréhender les vestiges, de les fouiller (bien que la manière de faire de Ringel soit originale avec l’utilisation de moulages en plâtre), d’en comprendre les tenants et les aboutissant, la diffusion des recherches, la confrontation des points de vue et la réévaluation des données, même longtemps après, au regard des nouvelles découvertes. Ce site permet également de saisir l’importance des relations, des sociétés savantes et l’implication des instances régionales et parfois, dans d’autres cas, nationales. Il met enfin en valeur la diversité des fonds documentaires et archivistiques nécessaires et la variété matérielle des documents et objets qui nous permettent aujourd’hui de retracer l’histoire d’un site.

 

(1) Pour une biographie du pasteur Ringel, voir THOMANN Emmanuelle (Dir.), Terres d’abondances : L’Alsace Bossue gallo-romaine, Catalogue de l’exposition de Saverne, Lorentzen, Sarre-Union et Strasbourg, 2003-2004, p. 14-15. LÉVY-MERTZ G., « Ringel Jean », Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, 31, 1997-1998, p. 3229.
(2) Congrès archéologique de France, XXVIe session, à Strasbourg, p. 483. [Plan en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10216882t]
(3) « Séance du 5 décembre 1859 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, 3e volume, 1858-1860. Première partie, procès-verbaux, p. 111. [en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5749985s.image.langFR.r= ]
(4) RINGEL Jean Pierre Eugène, « Rapport sur les bains découverts à Mackwiller en 1859 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, 3e volume, 1858-1860. Deuxième partie, mémoires, p. 168-176. [en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57500714.image.langFR.r= ]. Une transcription de ce rapport a été intégrée au catalogue de l’exposition Terres d’abondances : l’Alsace Bossue gallo-romaine, op. cit., p. 44-47.
(5) Pour une biographie du colonel Charles Gabriel Beaudet de Morlet, voir THOMANN Emmanuelle (Dir.), Terres d’abondances : L’Alsace Bossue gallo-romaine, Catalogue de l’exposition de Saverne, Lorentzen, Sarre-Union et Strasbourg, 2003-2004, p. 15. HALTER A., « Beaudet de Morlet Charles Gabriel », Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, 27, 1996, p. 2714.
(6) FUCHS, Catalogue et description du musée de Saverne, 1922, p. 54
(7) RINGEL Jean Pierre Eugène, op. cit. à la note 3.
(8) « séance du 5 décembre 1859 », op. cit. à la note 2.
(9) « Rapport de M. le professeur Jung sur les découvertes de ruines romaines à Mackwiller par M. le pasteur Ringel ». Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, 3e volume, 1858-1860. Deuxième partie, mémoires, p. 177-181. [en ligne sur Gallica] La version du rapport parue dans les actes du Congrès archéologique de France comporte en supplément un plan des thermes en cours de dégagement et un plan de localisation des thermes dans la commune de Mackwiller.
(10) Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 1er volume. Première partie, procès-verbaux, p. 15. [en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5749985s.image.langFR.r= ]
(11) Assemblée générale du 17 mai 1883, Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 12e volume. Première partie, procès-verbaux, p. 104.
(12) Ministère d’État, Note, circulaires et rapports sur le service de la conservation des Monuments historiques, Paris, impr. impériale, 1862, p. 122.
(13) « séance du comité du 12 avril 1875 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 9e volume, 1874-1875. Première partie, procès-verbaux, p. 64-65. Les Thermes de Mackwiller figurent en 13e position. [en ligne sur Archive.org : https://archive.org/details/pourlaconser2v9soci , pour pointer sur la page : https://archive.org/stream/pourlaconser2v9soci#page/n73/mode/2up ]
(14) WOLFF Félix, Handbuch der staatlichen Denkmalpflege in Elsass-Lothringen, im Auftrage des Kaiserlichen Ministeriums für Elsass-Lothringen, K. J. Trübner, 1903.
(15) « Séance du comité du 14 décembre 1874 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 9e volume, 1874-1875. Première partie, procès-verbaux, p. 59-60. [en ligne sur Archive.org : https://archive.org/details/pourlaconser2v9soci , pour pointer sur la page : https://archive.org/stream/pourlaconser2v9soci#page/n67/mode/2up ]
(16) « Assemblée générale du 25 mai 1882 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 12e volume. Première partie, procès-verbaux, p. 64.
(17) La cabane est vendue en 1885. « Séance du comité du 5 janvier 1885 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 12e volume. Première partie, procès-verbaux, p. 87.
(18) Lettre de Henri Schlosser à Charles Winkler, à Drulingen, le 24 juillet 1894. Archives départementales du Bas-Rhin, cote 175 AL 149.
(19) HATT Jean-Jacques, « XVIIIe Circonscription », Gallia, 1956, 14-2, p. 294-309. [En ligne sur Persée]
(20) PÉTRY François, « Mackwiller, Haut-lieu de l’Alsace Bossue romaine », Saisons d’Alsace, 25e année, nouvelle série, 74,1881, p. 15-36.
(21) HIBERT Clément, SCHAELSTRAETE Maud, Prospections magnétique, radar et électromagnétique sur le site archéologique de Mackwiller, sous la dir. de MUNSCHY Marc et TRIANTAFILLIDIS Georges, Projet de recherche, Strasbourg, EOST-ULP / DRAC Alsace, 2006-2007, 42 p.
(22) THOUVENIN Élodie, FLOTTÉ Pascal, HULIN Guillaume, « Prospection géophysique autour des thermes gallo-romains de Mackwiller », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, 2010, LII, p. 63-72.

Le document du mois : août 2014

Le système de chauffage à air pulsé du Palais du Rhin : architecture et technique

Des travaux d’entretien réalisés en octobre 2013 et en mars 2014 ont permis de mettre au jour une partie des installations du système originel de chauffage du palais impérial, actuel Palais du Rhin, mis en œuvre à sa conception par l’architecte Hermann Eggert.

Entre le niveau de fondations et le niveau rez-de-cour du palais, un niveau intermédiaire est parcouru par deux galeries parallèles. Elles traversent le bâtiment dans sa longueur sur ses ailes est et ouest et se terminent toutes deux à leurs extrémités par des exèdres.

Plan des galeries du niveau inférieur (fonds Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Plan des galeries du niveau inférieur, s.d. (fonds Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Sur les parois des galeries débouchent de larges ouvertures subdivisées en deux et équipées de volets métalliques pivotant en leur milieu, conservés en partie.

Partie basse des calorifères et leur système de volets métalliques, auteur : Keyne Richard, 2014 (© DRAC Alsace)

Partie basse des calorifères et leur système de volets métalliques, auteur : Keyne Richard, 2014 (© DRAC Alsace)

De la galerie ouest partent des conduits de section importante desservant les trois grands espaces de réception de l’étage noble du palais impérial : la salle des banquets (détruite lors du bombardement de l’aile sud-ouest en 1944), la salle des fêtes et la salle de réunion (située dans l’aile nord-ouest et réaménagée en 1923 en bureaux).

Des volets métalliques placés, cette fois, à l’horizontale sont encore visibles dans les conduits et portent le numéro d’identification des espaces concernés apposés à la peinture.

La lecture attentive de plans détaillés du palais, datés de 1883, époque de sa construction, et conservés dans le fonds du Denkmalarchiv, permet de mieux comprendre le fonctionnement de ce système de chauffage.

Les plans du niveau rez-de-cour mentionnent la présence de sept calorifères, aujourd’hui disparus, répartis dans les différentes ailes du palais. Chaque calorifère occupait une grande partie de la pièce de chauffe (Heizraum) et communiquait en partie basse avec l’une des deux galeries du niveau inférieur.

L’air frais était amené de l’extérieur depuis les sauts-de-loups donnant sur le parc côtés sud et nord. Il s’emmagasinait dans des pièces (kalte Luft Zuführungs Raüme) au rez-de-cour communiquant avec les exèdres aux extrémités des galeries du niveau inférieur. Cet air était ensuite réparti dans les galeries entre les conduits de ventilation et alimentait également en air frais les calorifères dans leur partie basse.

Plan du niveau rez-de-cour. En bleu : les pièces communiquant avec les sauts-de-loup et les galeries du niveau inférieur ; en rouge : les calorifères, s.d. (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Plan du niveau rez-de-cour. En bleu : les pièces communiquant avec les sauts-de-loup et les galeries du niveau inférieur ; en rouge : les calorifères, s.d. (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

L’air était chauffé par les calorifères alimentés au charbon puis pulsé dans les conduits de chauffage partant de la pièce de chauffe.

Détail du plan du niveau rez-de-cour : le calorifère et les départs vers les différents conduits de chauffage, s.d. (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Détail du plan du niveau rez-de-cour : le calorifère et les départs vers les différents conduits de chauffage, s.d. (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Le système de chauffage lié à la conception du palais impérial utilise l’air comme fluide caloporteur chauffé par les calorifères. On parle alors d’aérocalorifères.

La description d’un tel système de chauffage à air pulsé apparaît en 1823 dans le traité du viennois Paul Traugott Meissner (Die Heizung mit erwärmter Luft). Les planches illustrées du traité présentent des dispositions similaires : chambres de chauffe équipées de calorifères et répartissant l’air chaud dans des conduits placés à l’intérieur des maçonneries.

L’observation des dispositions rencontrées dans les étages vient confirmer la lecture de ces plans.

Détail d'un plan du 1er étage présentant le passage des différents types de conduits, s.d.(fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Détail d’un plan du 1er étage présentant le passage des différents types de conduits, s.d.
(fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Ces derniers mentionnent plus d’une centaine de conduits pour le seul premier étage. Ils circulent verticalement dans l’épaisseur des maçonneries en desservant les différentes pièces et sont de trois catégories :

  • Heizkanal : conduits de chauffage (air chaud),
  • Ventilationkanal : conduits de ventilation (air frais),
  • Rauchkanal : conduits d’évacuation des fumées des calorifères.

Dans les étages, des robinets permettent de manœuvrer les volets métalliques placés dans les conduits et de faire passer ou non l’air chaud dans les pièces via des grilles de soufflage. Dans certaines pièces, comme le salon de l’empereur, ce dispositif est entièrement intégré au décor architectural sous forme de faux foyer de cheminée.

Robinet de manœuvre des volets métalliques dans le salon de l'Empereur, auteur : Keyne Richard, 2014(© DRAC Alsace)

Robinet de manœuvre des volets métalliques dans le salon de l’Empereur, auteur : Keyne Richard, 2014
(© DRAC Alsace)

Les calorifères ont été déposés à une date inconnue et un chauffage central a été mis en place utilisant un circuit à eau chaude. Les galeries sont aujourd’hui des galeries techniques servant à l’acheminement de la production de froid du palais.

Le document du mois : avril 2014

Aux origines de la DRAC Alsace

Organisation de services patrimoniaux déconcentrés et genèse d’une direction régionale des affaires culturelles en Alsace

L’apparition d’un échelon déconcentré en matière de patrimoine remonte à la loi « Carcopino » du 21 janvier 1942. Celle-ci crée en effet en métropole quinze circonscriptions archéologiques, couvrant de 4 à 8 départements chacune. Compte tenu du contexte de l’Occupation, et donc de l’annexion au IIIe Reich des départements d’Alsace-Moselle, le sort de ceux-ci est ambigu : si tous les départements intérieurs sont listés et répartis entre les quatorze premières circonscriptions archéologiques, ceux de Lorraine et d’Alsace, de même que le territoire de Belfort ne sont pas évoqués, la 15e circonscription étant prudemment décrite comme le « reste du territoire ». Dans la pratique, le départ de Carcopino du ministère de l’Éducation nationale, en avril 1942, puis l’occupation de la zone Sud font que la nouvelle législation sur l’archéologie n’est appliquée qu’à partir de la Libération, le gouvernement provisoire la ratifiant en juin 1945. À cette date, une direction de la circonscription archéologique d’Alsace et Moselle est effectivement créée et confiée à Jean-Jacques Hatt, conservateur du musée archéologique de Strasbourg, qui fut lui même élève de Carcopino. Il s’y maintient 25 ans. En 1970, il est remplacé par François Pétry.

Dans le même temps, la question se pose de déconcentrer à son tour l’administration des monuments historiques. La loi du 31 décembre 1913 s’en remettait en effet uniquement à l’administration centrale quant à la protection des édifices et à l’inspection des travaux, s’appuyant sur les préfets de départements pour les délégations de crédit. Toutefois, en 1948, des conservations régionales des bâtiments de France (CRBF) sont créées. L’administration des Beaux-arts ressortissant alors du ministère de l’Éducation nationale, leur ressort est celui des académies. Selon Henry de Ségogne, père de cette réforme, « la création des conservateurs des monuments historiques tendait à retirer à l’architecte en chef titulaire d’un département l’exclusivité des initiatives en matière de travaux. Elle se proposait de dissocier chez l’architecte en chef les deux qualités confondues chez lui, celle d’un Viollet-le-Duc et celle d’un Mérimée. Le conservateur devenait le Mérimée chargé comme un berger d’inspecter son troupeau et de surveiller l’architecte en chef et l’architecte des bâtiments de France ». En 1949, seules cinq CRBF sont mises sur pied, à Aix, Caen, Dijon, Montpellier et Périgueux.

Lettre du Ministre en date du 30 janvier 1956 relative à l'extension des attributions des conservateurs de bâtiments de France

Circulaire du 30 janvier 1956 relative à l’extension des attributions des conservateurs de bâtiments de France

En Alsace, le premier CRBF est nommé en 1956. Cette désignation permettait en effet de reclasser Jean-Pierre Mougin, précédemment responsable de la politique culturelle dans le secteur d’occupation française en Allemagne et proche de l’architecte Bertand Monnet. En rendant hommage à Mougin, ce dernier a d’ailleurs rappelé le contexte de création des CRBF : « cette innovation n’avait guère été dans ses débuts bien accueillie par le corps des architectes du gouvernement en raison de son origine. C’est un haut magistrat de la cour de comptes qui s’était aperçu que les architectes en chef des monuments historiques fixaient eux-mêmes leur programme de travaux ». Pour sa part, Raymond Bocquet, alors sous-chef du bureau des monuments historiques, a insisté sur la portée d’une telle mesure, dans un contexte politique globalement jacobin : « c’était extraordinaire d’avoir obtenu ça en 1949 [car] l’administration aussi était contre la création des conservations ». Du reste, la fonction des CRBF évolue rapidement du seul contrôle vers une mission d’administration plus générale. « Les conservateurs régionaux, dit encore Ségogne, sont devenus de véritables directeurs régionaux investis de responsabilités administratives sur lesquels l’administration se décharge largement ».

Circulaire du 1er octobre 1956 relative à la déconcentration de la Direction de l'architecture

Circulaire du 1er octobre 1956 relative à la déconcentration de la Direction de l’architecture

Jean Dumas, Conservateur régional des bâtiments de France en Alsace, à partir de 1964 (© DRAC Alsace)

Jean Dumas, Conservateur régional des bâtiments de France en Alsace, à partir de 1964 (© DRAC Alsace)

Avec l’avènement de la Ve République et la création du ministère des affaires culturelles, le cadre régional se précise et se renforce. Le Premier Ministre Michel Debré instituant le 2 juin 1960 des circonscriptions d’action régionale, les académies deviennent des références désuètes pour l’administration du patrimoine, qui y substitue de nouvelles entités adossées à des « comités régionaux des affaires culturelles » le 23 février 1963, supervisées par des correspondants permanents des affaires culturelles qui sont, le plus souvent, les CRBF. À la suite de la création, le 14 mars 1964, des préfectures de région, les CRBF sont restructurées par une décret du 29 juillet 1964. L’Alsace et la Lorraine, objet d’une unique CRBF depuis une dizaine d’années, devient également une CAR, et Jean-Pierre Mougin, rappelé par le ministère pour reprendre en main la CRBF de Versailles, alors en pleine crise, est remplacé à Strasbourg par Jean Dumas, qui cumule à son tour les fonctions de conservateur régional des bâtiments de France et de correspondant permanent. Le printemps 1964 est également le moment du lancement des services de l’inventaire général, un service de l’état organisé dès sa naissance au plan régional.

Dans ces circonstances, l’articulation des différentes administrations déconcentrées ressortissant des affaires culturelles sur un territoire donné en une direction régionale devient une nécessité prévisible, ainsi que le souligne en préambule le « document du mois ». Préparée à compter de 1968 à la demande d’André Malraux par Claude Charpentier, la mise en œuvre des DRAC n’aboutit cependant que dans les premières semaines du ministère Michelet, en juin 1969, alors qu’une première tentative de décentralisation a échoué deux mois plus tôt, entraînant le départ du général de Gaulle et de son ministre d’État. Trois régions ont été retenues à titre d’essai, et les trois directeurs régionaux désignés cumulent cette charge nouvelle avec celle de CRBF qu’ils assuraient jusque là. Le premier est Claude Hiriart à Lyon,le second André Leboeuf à Nantes et le troisième, Jean Dumas, à Strasbourg.

Circulaire du 30 juin 1969 relative à la création d'une direction régionale des affaires culturelles en Alsace

Circulaire du 30 juin 1969 relative à la création d’une Direction régionale des affaires culturelles en Alsace

La circulaire « 3003 » du 30 juin 1969 doit donc se lire moins comme l’acte de naissance de la DRAC Alsace que comme l’aboutissement et la formalisation d’une déconcentration de la politique patrimoniale conduite depuis la Libération.

Bibliographie

BODIGUEL Jean-Luc. L’implantation du ministère de la culture en région. Paris : comité d’histoire du ministère de la culture, 2001.

LAURENT Xavier. Grandeur et misère du patrimoine, d’André Malraux à Jacques Duhammel. Paris : comité d’histoire du ministère de la culture, 2002.

SCHNITZLER Bernadette. Six siècles de recherches archéologiques en Alsace. Strasbourg : Société savante d’Alsace, 1998.

Le doc du mois : novembre 2013

Protéger au titre des monuments historiques le réfectoire de DMC à Mulhouse

Par Claire HIRSTEL, stagiaire à la CRMH

Le réfectoire, vue d'ensemble, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Le réfectoire, vue d’ensemble, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Mulhouse est connue internationalement pour son activité industrielle. Elle conserve d’ailleurs encore de nombreux sites dont une partie est à l’abandon. L’usine DMC fait partie de ce patrimoine industriel si cher aux Mulhousiens.

La Commission régionale du Patrimoine et des Sites (CRPS) du 05 juillet 2013 a examiné l’opportunité d’inscrire au titre des Monuments historiques le bâtiment du réfectoire de DMC dans son environnement paysager. Son avis a été favorable et l’arrêté préfectoral est en cours d’élaboration. Cette décision s’appuie sur un rapport documentaire élaboré par Claire Hirstel, stagiaire à la DRAC et à la Ville de Mulhouse.

Rappel de quelques éléments historiques

L’entreprise DMC est créée en 1800 par Daniel Dollfus-Mieg. Au départ il s’agit d’une entreprise textile spécialisée dans la fabrique de tissus imprimés appelés indiennes. Dans les premiers temps l’entreprise est très peu mécanisée et compte sur une main d’œuvre nombreuse. Mais elle connaît une rapide expansion et va très vite diversifier son activité vers le tissage et la filature. Dès 1806 DMC obtient une première médaille à l’Exposition des produits de l’industrie française. DMC ne cesse d’innover en important de nombreuses machines d’Angleterre mais aussi en déposant des brevets.

Affiche DMC ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Affiche DMC ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

C’est vers 1839 que l’entreprise commence à expérimenter la fabrication du fil, qui va la rendre célèbre dans le monde entier. C’est d’ailleurs cette activité qui devient rapidement la plus rentable, et les autres filières (production de tissus imprimés), ne tardent pas à être abandonnées. Au milieu du XIXe siècle le patronat et notamment Jean Dollfus commencent à s’intéresser aux questions sociales. C’est également à partir de ce moment là que commencent à apparaître les cités ouvrières propres à DMC. En 1928 l’entreprise est à son apogée : elle emploie plus de 9000 personnes. La production monte jusqu’à 6500 tonnes de fil dont une grande partie est destinée à l’exportation notamment à travers les dépôts et les comptoirs de vente présents dans le monde entier. A partir des années 1960 DMC commence à connaître des difficultés comme en témoigne sa fusion en 1961 avec ses concurrents historiques dans la production du fil Thiriez et Cartier-Bresson. Le site de Mulhouse se concentre aujourd’hui uniquement sur la production de produits dérivés pour la broderie.

Le réfectoire, une réalisation sociale

Repas dans une salle à manger ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Repas dans une salle à manger ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Le réfectoire de DMC jouxte l’allée des platanes, artère principale d’accès au site de l’usine et fait face aujourd’hui à la filature de 1812 (depuis la disparition du bâtiment de la machine à vapeur). Ce bâtiment construit en 1886 est une réalisation sociale pionnière pour l’époque.

Plan général du site de DMC, 1866 ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Plan général du site de DMC, 1866 ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Avant sa construction, plusieurs bâtiments destinés à cet usage sont repérés sur les plans mais ils abritent en général plusieurs activités et n’ont pas l’ampleur de celui-ci. À l’origine, les ouvriers apportaient leur nourriture et la déposait au réfectoire. Du personnel dédié réchauffait les repas. Le réfectoire de DMC fonctionne jusqu’au début des années 2000.

Un bâtiment unique en son genre

Le bâtiment et son environnement (archives Pierre Fluck)

Le bâtiment et son environnement (archives Pierre Fluck)

Le bâtiment du réfectoire se développe en milieu de parcelle au cœur d’un parc arboré de 0,6 ha. Le traitement paysager de ses abords est particulièrement soigné, ce qui correspond à une certaine vision qualitative des équipements publics de l’entreprise. Un cours d’eau circule de manière sinueuse dans la prairie plantée légèrement vallonnée qui l’entoure. De petits ponts permettent de le franchir à différents endroits.

Le réfectoire, vue d'ensemble de la façade Nord, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Le réfectoire, vue d’ensemble de la façade Nord, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

À l’arrière du bâtiment est creusé un étang artificiel que domine l’arrière du corps central du bâtiment sur pilotis.

Le réfectoire, vue en coupe de la façade Est, décembre 1953 ( (c) AMM, fonds de la SERM)

Le réfectoire, vue en coupe de la façade Est, décembre 1953 ( (c) AMM, fonds de la SERM)

Le réfectoire lui-même présente une architecture en pan de bois et brique sur soubassement et poteaux en béton, ce qui est remarquable pour l’époque puisque le béton ne se généralise en Alsace que vers 1902. Il présente deux corps emboîtés en forme de croix, le pan le plus long allant d’Est en Ouest mesurant 50m.

Son plan est symétrique, les espaces s’organisant de part et d’autre de l’entrée principale au centre. L’ensemble est coiffé d’une toiture en bâtière croisée. Le rez-de-chaussée est légèrement surélevé et le sous-sol est partiellement enterré du fait de la dénivellation artificielle du terrain et percé de baies dont les arcs de décharges sont en brique. Il tranche avec le rez-de-chaussée alternant montants en béton, briques pleines, briques en claire-voie, et grandes baies métalliques.

L’accès principal au rez-de-chaussée se fait au centre, par la façade Sud, par un escalier monumental en gneiss oeillé, matériaux rare. Il est surmonté d’une marquise légère en métal et verre. Sur cette élévation principale on peut lire l’inscription « REFECTOIRE » et sur les élévations latérales « DMC – 1886 ».

Sous-sol du réfectoire, vue générale de la salle à manger jaune, auteur : Clémentine Albertoni, 2012 ( (c) DRAC Alsace)

Sous-sol du réfectoire, vue générale de la salle à manger jaune, auteur : Clémentine Albertoni, 2012 ( (c) DRAC Alsace)

Rez-de-chaussée du réfectoire, grande salle côté Est, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Rez-de-chaussée du réfectoire, grande salle côté Est, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

À l’intérieur, les espaces se répondent. Ils se distribuent sur deux niveaux accessibles par des escaliers de part et d’autre. Au sous-sol, se trouvent les pièces fonctionnelles : la cuisine et les deux salles à manger de 350 m² chacune dans lesquelles les tables dont il reste les pieds en fonte, étaient fixées au sol. Au rez-de-chaussée la principale caractéristique des salles, outre leur polyvalence, est qu’elles sont baignées de lumière. Elles constituent les véritables espaces de sociabilité de l’entreprise (salle des fêtes, cafétéria, salle de ping-pong, local comité d’entreprise). Les façades presque panoramiques, constituées de baies filantes quasi ininterrompues, ouvrent largement l’espace sur l’extérieur arboré. Par ailleurs, perçant les pignons Nord et Sud d’immenses verrières semi-circulaires apportent encore de la clarté à l’édifice. Le réfectoire a subi des modifications mineures par rapport à la structure d’origine.

Actuellement l’ancien réfectoire DMC est inoccupé. Il appartient depuis 2008 à la Société d’équipement de la région mulhousienne (SERM). La ville de Mulhouse est engagée depuis plusieurs années dans un grand projet de réaménagement et de valorisation du site de DMC. L’espace industriel doit devenir un lieu de vie ouvert, en lien avec les quartiers qui l’entourent. Dans ce contexte, les architectes Reichen et Robert dont le projet a été retenu, proposent de ranimer la sociabilité du réfectoire à travers des activités en rapport avec sa fonction passée (restaurant, brasserie, etc …).

 

Publication : la cité paysanne de Marckolsheim

Le Service des patrimoines de la DRAC Alsace annonce la parution d’un article concernant la cité paysanne de Marckolsheim :

ALBERTONI Clémentine, SANDOVAL Laurine et WODLI Séverine. « La cité paysanne de Marckolsheim (1940-1944) : étude de cas et protection d’un quartier de fermes modèles en Alsace ». In : In Situ : revue des patrimoines, 2013, 21. [en ligne]

La Conservation régionale des monuments historiques d’Alsace a engagé depuis 2008 une enquête thématique sur le patrimoine architectural de la reconstruction allemande (1940-1944), qui a débuté par l’étude et la valorisation du quartier de la Cité paysanne de Marckolsheim. Cet ensemble de quatorze « fermes modèles » est remarquable à plusieurs titres : par son exemplarité et la publicité qui en a été faite à l’époque, par la richesse de sa documentation, par sa conservation urbaine et architecturale. Il est le témoin de la volonté politique de transformer profondément la société rurale et l’économie agricole par l’introduction de la modernité et la révision de la hiérarchie sociale. Par ailleurs, du fait de la nature de cet ensemble et de la compréhension du contexte historique qui l’a vu naître, cette étude a permis de réinterroger la notion même de patrimoine, ainsi que la procédure de protection au titre des monuments historiques et ses conséquences réglementaires.

 

Le document du mois : juin 2013

L’abbaye de Niedermunster à Saint-Nabor : parcours d’un monument emblématique à travers les fonds du Service des patrimoines

On parle le plus souvent de l’abbaye du Hohenbourg sur le Mont-Saint-Odile ; cependant, en s’intéressant de plus près à l’histoire de l’abbaye de Niedermunster, on découvre qu’elle fait véritablement date dans l’histoire de l’Alsace de sa création au VIIIe siècle à nos jours. À ce titre, une abondante documentation sur ce site figure dans les fonds patrimoniaux de la DRAC Alsace , fournissant au chercheur les différents points de vue artistique, historique, archéologique, qui ancrent pleinement ce site dans le patrimoine local.

Vue de l'abbaye de Niedermunster et du Hohenbourg. Aquarelle, auteur : Rehm, 1816, d'après une gravure de Weiss, 1781 (fonds Denkmalarchiv)

Vue de l’abbaye de Niedermunster et du Hohenbourg. Aquarelle, auteur : Rehm, 1816, d’après une gravure de Weiss, 1781 (fonds Denkmalarchiv)

Une brève histoire de l’abbaye

La naissance de l’abbaye de Niedermunster est liée à celle du Hohenbourg au sommet du Mont-Saint-Odile. En effet, Adalric (ca 635-690), duc d’Alsace, fonde l’abbaye du Hohenbourg, dont sa fille, Odile, deviendra plus tard l’abbesse. La sainte (669- 720) aurait décidé de construire une église dédiée à saint Martin et une hôtellerie dans la vallée pour éviter aux fidèles trop faibles d’entamer l’ascension du mont. De même, en raison du nombre croissant de nonnes établies à Hohenbourg, elle y adjoindra une abbaye.

À cette fondation s’ajoute la légende de la croix reliquaire de Niedermunster : Hugues, descendant de Adalric, aurait été injustement condamné à mort par Louis le Pieux, alors empereur, mais, grâce aux reliques de la Passion que Charlemagne lui avait offert, ses bourreaux n’ont pu l’exécuter. L’empereur reconnaît son erreur, réhabilite le duc et lui offre les reliques qui lui ont sauvé la vie. Hugues les enchâsse alors dans une croix, sa femme y joint deux bibles et un évangéliaire richement ornés. Cette croix est portée par un chameau, escorté par cinq chevaliers bourguignons qui remettront le chargement aux religieuses de Niedermunster. La renommée de cette relique est telle, que le roi Richard Cœur de Lion, lui-même, serait venu se prosterner devant elle (1) . Le destin de la fameuse croix sera d’être fondue en 1753.

Tête de chameau. Photographie de J. Manias, 1903, reproduisant une esquisse de Hans Baldung Grien datant de 1512, qui servit probablement de projet à la verrière de la Légende de la Croix.

Tête de chameau. Photographie de J. Manias, 1903, reproduisant une esquisse de Hans Baldung Grien datant de 1512, qui servit probablement de projet à la verrière de la Légende de la Croix (fonds Denkmalarchiv)

Reproduction d'un original de Hans Baldung Grien datant de 1512, projet pour la verrière de la Légende de la Croix (fonds Denkmalarchiv).

Reproduction d’un original de Hans Baldung Grien datant de 1512, projet pour la verrière de la Légende de la Croix de l’hôtel de ville d’Obernai (fonds Denkmalarchiv)

 

À sa création, l’abbaye de Niedermunster dépend de celle du Hohenbourg. En 1017, l’Empereur Henri II confirme les privilèges de la libre élection de l’abbesse, et consacre l’abbatiale à sainte Marie et sainte Gundelinde. Ainsi, Niedermunster ne dépend plus de Hohenbourg, et se développe de façon autonome.

En 1155, après son accession au trône impérial, Frédéric Barberousse fait restaurer le monastère. On reconstruit la nouvelle abbatiale sur les ruines de la précédente qui est consacrée en 1180 par Garsedonius, évêque de Mantoue et légat du Pape. L’abbaye connaît une période de prospérité du XIIe au XIIIe siècle.

Pourtant, le XVIe siècle sonne le glas du complexe : tout d’abord, en 1525, lors des Guerres des Paysans (2), l’abbaye est endommagée. Puis un incendie détruit une partie du complexe en 1540. En 1546, le monastère est supprimé et les biens sont remis à l’évêché de Strasbourg. Certains bâtiments sont restaurés mais en 1572, l’abbaye est frappée par la foudre, ce qui provoque un nouvel incendie dévastateur. L’abbaye ne sera jamais remise à l’état et, jusqu’au XIXe siècle, les ruines servirent de carrière, dans laquelle on pouvait se servir sans que personne ne soit inquiété. Ainsi les pierres de l’abbaye servirent à la construction d’une ferme sur les ruines du couvent, pour les fortifications de Benfeld, ou pour l’église d’Erstein. (1)

Plan de l'abbaye d'après un dessin de A. Dannegger, 1751 (fonds Denkmalarchiv)

Plan de l’abbaye d’après un dessin de A. Dannegger, 1751 (fonds Denkmalarchiv)

 

D’après Burlet-Plan (1), ce plan met l’accent sur les légendes liées à la sainte, sans chercher à restituer la réalité des vestiges en place :

  • a) au nord, il localise les trois tilleuls que sainte Odile aurait planté au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ;
  • b) l’abbatiale ;
  • c) le dortoir ;
  • d) le réfectoire ;
  • e) la cuisine ;
  • f) le parloir ;
  • g) le logement de l’abbesse ;
  • h) le jardin du couvent.

L’abbatiale comporte trois nefs voûtées se terminant par quelques marches et le chœur. Des escaliers mènent à la crypte, contenant le tombeau de plusieurs abbesses. Le site étant un lieu de pèlerinage, il y a été aménagé un circuit pour fluidifier le flot des fidèles : on accède par un des escaliers et on en ressort par l’autre. À l’opposé, le massif occidental comporte trois travées, et à l’étage se trouve une chapelle.

Un regain d’intérêt pour le site à partir du milieu du XIXe siècle

En 1840, Louis Levrault établit un rapport au sujet de Niedermunster pour le compte du Ministère de l’Instruction publique. Son témoignage nous montre les vandalismes que les ruines ont subi, son utilisation comme carrière notamment. Le constat est alarmant.

Extrait du rapport de Louis Levrault sur l'ancienne abbaye de Niedermunster, 1840 (dossier documentaire de protection, CRMH DRAC Alsace)

Extrait du rapport de Louis Levrault sur l’ancienne abbaye de Niedermunster, 1840 (dossier documentaire de protection, CRMH, DRAC Alsace)

 » De ce côté de l’église, on découvre quelques fragments de pierres tumulaires, malheureusement brisées comme à plaisir par la pioche ; l’une d’elles porte la date de 1213. Quelques fragments de nervures et de rinceaux non moins hachés en petits morceaux, se rencontrent aussi entre les transepts et l’abside.

Tel était hier, mais tel peut-être déjà ne sera plus demain l’état des ruines de Nieder-münster. Hélas ces plein-cintres que le temps avait laissés debout, ces cloîtres qu’il avait ébréchés avec une sorte de coquetterie artistique, cette chapelle romane tapissée de lierre et qui se penche avec tant de mélancolie dans la solitude du vallon, entre les grandes roches et les hautes futaies, toute cette abbaye de Nieder-münster si chère à l’artiste, à l’archéologue et au poète, va bientôt, si on n’y met prompt ordre, disparaître pierre à pierre sous les coups de pioches des vendeurs de matériaux de construction. N’est-il donc aucun moyen de la sauver ? Chaque instant de retard dans les mesures à prendre coûte à la vieille abbaye une nouvelle injure, un nouveau coup de pioche à ses restes ! Lorsque tant de monuments historiques sont protégés par le zèle éclairé des comités historiques et de l’administration, faudra-t-il donc que Nieder-münster, la plus pittoresque et l’un des plus anciens monuments religieux de l’Alsace reste seul sans protection et livré au vandalisme de quelques stupides maçons ?  » (extrait d’un rapport de Louis Levrault, 28 octobre 1840)

En 1845, une opération archéologique entraîne l’effondrement de la voûte du chœur. Suite à cet événement, les fouilles ont été abandonnées pour se centrer sur la restauration de la chapelle Saint-Nicolas, chantier beaucoup moins complexe à gérer que celui de l’abbatiale. C’est probablement grâce au rapport de Levrault et à cet effondrement que les ruines de Niedermunster seront classées en tant que Monument historique en 1846.

En 1901, Félix Wolff, conservateur des monuments historiques d’Alsace, entreprend le déblaiement et la consolidation des ruines envahies de végétation, dont l’entrée du massif occidental de l’abbatiale sert de buanderie à une ferme construite à proximité. Il s’applique à restaurer les parties de l’édifice qui menacent de s’effondrer.

Ruines de l'abbatiale : vue du dégagement de la nef. Photographie du chanoine Keller, 1902 (fonds Denkmalarchiv)

Ruines de l’abbatiale : vue du dégagement de la nef. Photographie du chanoine Keller, 1902 (fonds Denkmalarchiv)

Ruines de l'abbatiale : vue du dégagement de la crypte. Photographie, auteur inconnu, 1902 (fonds Denkmalarchiv)

Ruines de l’abbatiale : vue du dégagement de la crypte. Photographie, auteur inconnu, 1902 (fonds Denkmalarchiv)

 

Ruines de l'abbatiale : vue de la restauration de la façade ouest. Photographie, auteur : Christmann, 1901 (fonds Denkmalarchiv)

Ruines de l’abbatiale : vue de la restauration de la façade ouest. Photographie, auteur : Christmann, 1901 (fonds Denkmalarchiv)

Des fouilles d’urgences ont été effectuées au début des années 1970 : le site, détérioré, doit être repensé. Pour se faire, on doit pomper de l’eau du terrain marécageux. Les archéologues ont découvert des niveaux d’occupation mérovingienne et carolingienne grâce à de la céramique et deux monnaies de Louis II le Jeune (empereur d’Occident de 855 à 875). (3)

Lettre de M. Salch adressée à M. Pétry, directeur des Antiquités hisotriques, 1970 (carte archéologique, dossier Saint-Nabor)

Lettre de M. Salch adressée à M. Pétry, directeur des Antiquités historiques, 1970 (carte archéologique, dossier Saint-Nabor)

En 1977, le conservateur régional des bâtiments de France demande d’autres restaurations, nécessaires pour consolider et protéger les ruines.

Rapport de projet de travaux, Bertrand Monnet, 1977, mettant en avant l'abandon et la détérioration du site, et légitimant les les volontés de protection et de restauration (fonds de dossiers de travaux, CRMH)

Rapport de projet de travaux, Bertrand Monnet, 1977, mettant en avant l’abandon et la détérioration du site, et légitimant les volontés de protection et de restauration (fonds des dossiers de travaux, CRMH, DRAC Alsace)

Puis, dans les années 1980, on découvre une dégradation du site par un « engin chenillé », et on remarque la disparition d’une vasque originellement placée dans la nef centrale de l’église.

Traces d'effraction sur le sol du dallage. Photographie, Agence des bâtiments de France, 1980 (fonds Denkmalarchiv)

Traces d’effraction sur le sol du dallage. Photographie, Agence des bâtiments de France, 1980 (fonds Denkmalarchiv)

 *

*            *

Actuellement, on ne peut accéder aux ruines que certains jours. En effet, étant très endommagé, le site a été grillagé afin d’éviter d’autres dégradations. Des élèves de l’INSA de Strasbourg ont réalisé une reconstitution des ruines en 3D pour que les visiteurs du Hohenbourg puissent tout de même avoir un aperçu des ruines de Niedermunster. (5)

 

Notes :

(1) cf. Burlet-Plan 2009.

(2) Suite à la Réforme, en Alsace et en Lorraine, des courants protestants considèrent que le protestantisme établi n’est pas assez rigoriste. Alors, des armées de paysans vont se rebeller aussi bien contre l’Église catholique que la protestante. Certains iront jusqu’à détruire images, statues, vitraux, et orgues des églises.

(3) cf. Jacques Preiss 1990.

(4) Niedermunster et Hohenbourg sont réunies à nouveau et sont toutes deux dirigées par l’évêché de Strasbourg en 1895.

(5) Ci-contre, le lien de l’animation 3D.

 

Bibliographie :

BURLET-PLAN Michel:  » La fiabilité des documents historiques dans l’étude des monuments anciens : l’abbaye de Niedermunster à travers l’iconographie (1780-1920) « . In : Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, 2009, 52, p. 25-52.

FLOTTÉ Pascal, FUCHS Matthieu. Carte archéologique de la Gaule : Bas-Rhin. Paris : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2000, p. 544.

FISCHER Marie-Thérèse. Treize siècles d’histoire du Mont Sainte-Odile. Strasbourg : Éd. du signe, 2006, 528 p.

FÈVRE Danielle.  » Une poterie vernissée du VIIIe au début IXe siècle sur la rive gauche du Rhin supérieur : Niedermunster vers 700, avant 850 « , Chantiers des études médiévales, 1975, 13,  p.  19-20.

HAMMER Nicole . Die Klostergründungen des Etichonen im Elsass. Marburg : Tectum-Vert, 2003, 117 p.

LEGROS Jacques. Le mont Sainte-Odile : une énigme. Paris : éd. S.O.S., 1974, 302 p.

LE MINOR Jean-Marie. Le mont Sainte Odile. Saint-Cyr-sur-Loire : A. Sutton, 2003, 128 p.

LE MINOR Jean-Marie, TROESTLER Alphonse et BIMANN Franck. Le Mont Sainte-Odile. Rosheim : ID l’Éd., 2008, 128 p. (Guides découvertes).

PREISS Jacques ,  » Sainte-Marie de Niedermunster, le monastère oublié « , In : Le Mont Sainte-Odile, haut lieu de l’Alsace : archéologie, histoire, traditions. Strasbourg : Musées de Strasbourg, 2002.

PREISS Jacques .  » Le cloître roman de Niedermunster :résultat des fouilles, description et reconstitution « . In : Annuaire de la société d’histoire et d’archéologie de Dambach, 1990, p 7-30.

WILSDORF Christian.  » Les constructions de Niedermunster antérieures au XIIe siècle « , In : Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1972, 8.

WOLFF Félix. Klosterkirche Santa Maria zu Niedermunster im Unter-Elsass : eine Monographie. Strasbourg, 1904.

 

Le document du mois : mai 2013

Archives, protection et valorisation du patrimoine de la nécropole nationale du camp de Natzweiler-Struthof

Le Service des patrimoines de la DRAC Alsace conserve des archives relatives aux études et travaux engagés par l’architecte en chef des Monuments historiques Bertrand Monnet (1910-1989). Ce dernier est en charge du département du Bas-Rhin à partir de 1944 et, à ce titre, il suit les travaux de conservation, de restauration et d’aménagement du KL-Natzweiler. Ce sont, par exemple, ses différents rapports, photographies et croquis de terrain, qui déterminent la définition des espaces qui feront l’objet d’arrêtés d’inscription et de classement après 1945. Par ailleurs, il est l’auteur de différents projets d’aménagement, dont celui de la nécropole nationale avec sa flamme-mémorial que nous connaissons aujourd’hui.

Les croquis  du camp-haut de Bertrand Monnet témoignent de l'état du site au moment des débats relatifs à sa protection entre 1945 et 1955. Dès le départ, l'impact de l'implantation du mémorial comme point d'appel est étudié dans un environnement où les Blocks sont maintenus partiellement, en totalité ou pas du tout.

Les croquis du camp-haut de Bertrand Monnet témoignent de l’état du site au moment des débats relatifs à sa protection entre 1945 et 1955. Dès le départ, l’impact de l’implantation du mémorial comme point d’appel est étudié dans un environnement où les Blocks sont maintenus partiellement, en totalité ou pas du tout (fonds Denkmalarchiv, montage Olivier Munsch).

Quelques éléments de rappel historique (1)

Le KL-Natzweiler est le seul camp de ce type présent sur le territoire alsacien. Il est implanté à partir de 1941 à 710 m d’altitude au lieu-dit Struthof. 52 000 détenus y seront immatriculés (10 000 à 12 000 restent dans le camp-souche, les autres travaillant dans des camps annexes). On estime que seule la moitié y survivra. Ce camp de concentration et de travail s’implante sur un des versants les plus hostiles du massif vosgien, orienté plein nord, battu par le vent et enneigé presque six mois par an. Les détenus partagent leur journée entre :

  • le camp-bas où se trouvent l’hôtel abritant les bureaux et des ateliers, puis à partir d’août 1943 la chambre à gaz ;
  • le camp-haut où ils vivent au cœur d’une enceinte électrifiée de barbelés ;
  • le site de la grande carrière (2) où ils travaillent.

En novembre 1944, le camp est libéré alors que tous les détenus avaient été transférés. Le camp-haut accueille très rapidement après la Libération des civils allemands de l’administration nazie d’occupation, des miliciens faits prisonniers par les troupes de Libération, et des milliers d’Alsaciens accusés de collaboration avec l’Allemagne nazie. En avril 1945, les deux camps de La Broque-Schirmeck et du Struthof renferment 3 200 personnes. Trois mois plus tard, ce chiffre a doublé. En novembre 1945, l’administration pénitentiaire française entre en possession des locaux des deux camps de Schirmeck et du Struthof, qui sont confiés au Ministère de la Justice, le premier pour l’incarcération des femmes, le second pour celle des hommes. Le camp du Struthof va être profondément modifié pour ces nouveaux besoins et jusqu’en 1949, date de la fermeture de la prison française. Il garde aujourd’hui la trace de ces évolutions successives.

Vue d'ensemble des baraquements, depuis le haut des gradins, après 1945 (fonds Denkmalarchiv).

Vue d’ensemble des baraquements, depuis le haut des gradins, après 1945 (fonds Denkmalarchiv).

Vue d'ensemble des baraquements, depuis le bas des gradins, à partir de 1945 (fonds Denkmalarchiv).

Vue d’ensemble des baraquements, depuis le bas des gradins, à partir de 1945 (fonds Denkmalarchiv).

Un site mémoriel protégé au titre des monuments historiques

Si l’histoire réglementaire de la protection au titre des monuments historiques du KL-Natzweiler est complexe, il est important de rappeler que sa reconnaissance mémorielle intervient très rapidement après-guerre. En effet, en même temps que s’y développe une prison française, une partie du camp-haut est ouvert à la visite. Les archives de l’administration pénitentiaire française révèlent ainsi les conditions d’accès dès 1945 aux Blocks du crématoire et du Bunker isolés du reste de l’enceinte du camp-haut par des barbelés.

Le Block dit Bunker servant de prison dans l'enceinte du camp-haut, Clémentine Albertoni, 2011 (Ministère de la culture).

Le Block dit Bunker servant de prison dans l’enceinte du camp-haut,
auteur : Clémentine Albertoni, 2011 (Ministère de la culture).

Le Block crématoire, 1951 (fonds Denkmalarchiv).

Le Block crématoire, 1951 (fonds Denkmalarchiv).

L’histoire de la protection du KL-Natzweiler au titre des monuments historiques doit distinguer les éléments classés, qui n’ont jamais été remis en cause, et les éléments inscrits, qui connaissent un destin différent. Ainsi, le classement de la chambre à gaz est effectif par un décret de 1951 (3) et le classement du sol de l’enceinte intérieure du camp-haut (comme indiqué sur le plan) par arrêté en 1950 (4). Ces deux décisions répondent aux termes du Code du Patrimoine reprenant la loi de 1913 :  » les immeubles dont la conservation présente, au point de vue de l’histoire ou de l’art, un intérêt public, sont classés comme monuments historiques « . Les aspects mémoriels et la nature même de ces espaces (5) sont des raisons suffisantes au regard de l’histoire pour justifier le classement. En revanche  » Les bâtiments et constructions composant le camp de Struthof  » (comprenez camp-haut) sont simplement inscrits sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques mais eux, plus rapidement après le conflit, par arrêté le 20 mars 1947 (6).

L'annexe de l'hôtel au camp-bas dans laquelle est aménagée la chambre à gaz, 1951 (fonds Denkmalarchiv).

L’annexe de l’hôtel au camp-bas dans laquelle est aménagée la chambre à gaz, 1951 (fonds Denkmalarchiv).

Une nécropole nationale et un mémorial

Après 1949 c’est le Ministère des anciens Combattants et des Victimes de Guerre qui est chargé de l’entretien et de l’aménagement du KL-Natzweiler. L’idée d’y installer une Nécropole nationale s’impose rapidement. Elle est destinée à accueillir les corps des déportés français morts dans les différents camps de concentration nazis et dont les dépouilles n’ont jamais été réclamées par les familles. Ainsi, le KL-Natzweiler deviendra un lieu de recueillement et de souvenirs, et le mémorial servira de décor aux cérémonies militaires. Ainsi, un décret du 13 octobre 1953 autorise l’ouverture d’une souscription nationale pour la réalisation d’un mémorial. Cette souscription est organisée par un comité spécial, placé sous le haut patronage du Président de la République Française et présidé par le Ministre des anciens Combattants et Victimes de Guerre. Il prit le nom de  » Comité pour l’érection d’un mémorial de la déportation au Struthof « .

La première question à régler est celle du lieu d’implantation de la nécropole et du mémorial, et de leur intégration dans le paysage environnant, dans le contexte de protection réglementaire au titre des monuments historiques que nous connaissons. Bertrand Monnet élabore plusieurs avant-projets à partir de 1951. Par exemple, il imagine inclure le bâtiment de la chambre à gaz dans le mémorial, tant pour sa portée symbolique que pour des questions de conservation (7). Mais cette proposition est d’emblée écartée (et nous n’en avons pas de trace dans les archives), certainement parce qu’il est évident que c’était au camp-haut de porter ce projet monumental…

Cette question du lieu d’implantation du mémorial renvoie à celle de son accès dans le camp-haut. Bertrand Monnet propose par exemple de concentrer le projet vers le bas du camp, à proximité du crématoire, et de la fosse aux cendres. Il dessine une fosse monumentale incluant un mur portant inscriptions et un gisant. Mais le camp accessible par son sommet et la nécessité de créer un point d’appel sont deux critères qui éliminent ce projet.

Plan de localisation du projet de Bertrand Monnet d'une fosse monumentale (fonds Denkmalarchiv).

Plan de localisation du projet de Bertrand Monnet d’une fosse monumentale (fonds Denkmalarchiv).

Croquis de Bertrand Monnet pour la réalisation d'une fosse monumentale, 1951 (fonds Denkmalarchiv).

Croquis de Bertrand Monnet pour la réalisation d’une fosse monumentale, 1951 (fonds Denkmalarchiv).

Plan et coupe de l'avant-projet de Bertrand Monnet pour la réalisation d'une fosse monumentale, octobre 1951 (fonds Denkmalarchiv).

Plan et coupe de l’avant-projet de Bertrand Monnet pour la réalisation d’une fosse monumentale, octobre 1951 (fonds Denkmalarchiv).

Par ailleurs, à ces différents choix de lieu et de formes dédiés à la mémoire sont liées différentes manières de considérer la conservation des Blocks sur les terrasses et la définition de l’espace dédié aux tombes de la nécropole.

Pourtant inscrits monuments historiques, la plupart des Blocks disparaîtront le 29 mars 1954, alors que Paul Demange, Préfet du Bas-Rhin, ancien déporté de Neuengamme, procède à leur crémation solennelle (8). La solution de conserver les Blocks de la terrasse supérieure et le Crématoire ainsi que le Bunker de la terrasse inférieure répond certainement à des exigences symboliques mais peut-être également paysagères. Mais cette solution ne fait pas l’unanimité, comme en témoigne la presse de l’époque. A la place des Blocks, sur les terrasses laissées rases, sont élevées de simples stèles en mémoire des victimes. Chacune de ces stèles porte gravé le nom de l’un des camps de concentration nazis. Aucune tombe n’est installée sur ces terrasses contrairement aux propositions de Bertrand Monnet, peut-être pour renforcer la dimension universelle du lieu.

Plan et coupe de l'avant-projet de Bertrand Monnet pour la réalisation d'une fosse monumentale, octobre 1951 (fonds Denkmalarchiv).

Plan et coupe de l’avant-projet de Bertrand Monnet pour la réalisation d’une fosse monumentale, octobre 1951 (fonds Denkmalarchiv).

Il s’agit finalement de trouver un équilibre satisfaisant entre la mise en scène des vestiges conservés du camp-haut, et la mise en scène du futur mémorial et de la nécropole. Dès 1945 les baraques sur les terrasses supérieures de la seconde enceinte du camp-haut ont été démontées. La plupart des installations qui rappellent la vie administrative, économique et fonctionnelle du camp disparaissent alors pour des raisons d’entretien et d’usage car la prison n’en a pas besoin. Ce vaste espace inoccupé peut répondre aux exigences du développement de la nécropole nationale, et à son sommet, on implantera le mémorial, qui dominera alors le site.

L’idée d’une architecture de grande hauteur transparaît très rapidement dans les croquis de Bertrand Monnet mais selon plusieurs formes. La flamme-mémorial s’impose comme le marqueur architectural le mieux adapté à la topographie des lieux, étant visible de quasiment tous les points de vues du camp, du moins quand la végétation était moins dense qu’aujourd’hui. Le mémorial devait également être visible depuis la vallée et le mémorial de Schirmeck. Au départ, il était prévu l’entretien d’une flamme perpétuelle que l’on verrait depuis l’autre côté du Rhin. Sa forme hélicoïdale n’apparaît qu’en 1953 sur les dessins de l’architecte.

Croquis de l'entrée du camp-haut de Bertrand Monnet replaçant le projet de flamme dans son environnement (fonds Denkmalarchiv, montage Olivier Munsch).

Croquis de l’entrée du camp-haut de Bertrand Monnet replaçant le projet de flamme dans son environnement (fonds Denkmalarchiv, montage Olivier Munsch).

La réalisation de la flamme-mémorial (1952-1960)

Croquis de Bertrand Monnet pour la flamme-mémorial hélicoïdale (fonds Denkmalarchiv).

Croquis de Bertrand Monnet pour la flamme-mémorial hélicoïdale (fonds Denkmalarchiv).

Plan au sol de Bertrand Monnet pour la flamme-mémorial hélicoïdale, octobre 1953 (fonds Denkmalarchiv).

Plan au sol de Bertrand Monnet pour la flamme-mémorial hélicoïdale, octobre 1953 (fonds Denkmalarchiv).

Élévation du projet de Bertrand Monnet pour la flamme-mémorial hélicoïdale, octobre 1953 (fonds Denkmalarchiv).

Élévation du projet de Bertrand Monnet pour la flamme-mémorial hélicoïdale, octobre 1953 (fonds Denkmalarchiv).

En 1952, les plans du mémorial sont établis. D’après Florent Fritsch, il fallut trois années d’études pour la préparation et la réalisation des plans et encore 18 mois pour l’exécution des travaux proprement dits. Le 5 mai 1957, en présence du Préfet du Bas-Rhin, on procède à la ré-inhumation de la dépouille mortelle d’un déporté inconnu à cet endroit. Cette cérémonie marque la fin de la première et importante tranche de travaux d’aménagements de la Nécropole nationale. La construction effective du monument n’est amorcée qu’en juin 1957. La flamme-mémorial est inaugurée le 23 juillet 1960 par le Général de Gaulle, Président de la République Française.

Réalisée en pierre blanche, la flamme-mémorial s’élève jusqu’à une hauteur de 30 m. À l’intérieur, l’escalier à vis comporte 167 marches et 8 paliers intermédiaires. Sur la hauteur maximale de la courbe interne de la flamme, l’artiste Lucien Feugniaux réalise en 1959 une sculpture monumentale en intaille. Elle représente l’empreinte d’un déporté, sous la forme d’un cadavre décharné mais à l’allure parfaitement digne et apaisée, volontairement dépouillé de tout réalisme afin de ne pas vouloir basculer dans la figuration macabre. Au bas du monument, et à hauteur d’homme, a également été gravée l’inscription commémorative suivante en lettres capitales de 50 cm de hauteur : « Aux héros et martyrs de la Déportation – La France reconnaissante ». Enfin, c’est au centre même de la plate-forme et du monument qu’a été aménagé un caveau. La dalle circulaire d’un diamètre de deux mètres abritant le caveau reçoit l’inscription suivante : « Ici repose un déporté inconnu ».

En raison de la diversité des croyances et des appartenances philosophiques, religieuses ou nationales des milliers de déportés disparus, il fallait éviter tout symbole religieux ou politique. Demeure, dans le projet du monument, l’intention consciente d’exprimer certains symboles forts :

  • le cercle définissant la base du monument qui symbolise la captivité ;
  • l’ascension des lignes interprétant l’évasion de l’esprit ;
  • l’ouverture et l’orientation du monument vers la France, terre de liberté.
Photo aérienne présentant la réalisation de la Nécropole nationale au début des années 1960 (fonds Denkmalarchiv).

Photo aérienne présentant la réalisation de la Nécropole nationale au début des années 1960 (fonds Denkmalarchiv).

Vue du mémorial flamme, auteur : Clémentine Albertoni, 2011 (Ministère de la culture).

Vue du mémorial flamme, auteur :
Clémentine Albertoni, 2011 (Ministère de la culture).

Révision de protection : classement en totalité

Ces éléments ont été réunis à l’occasion de la révision de la protection du site, englobant ce paysage de la terreur et toutes ses composantes : camp de vie, de travail, de souffrance, liaisons et circulations, équipements, etc. L’arrêté de classement du 3 novembre 2011 est pris pour la totalité du camp après deux années d’étude approfondie incluant une critique d’authenticité de ce site, et de nombreux échanges avec les différents propriétaires privés et publics.

Notes :

(1) STEEGMANN Robert. Struthof, Le KL-Natzweiler et ses kommandos : une nébuleuse concenrationnaire des deux côtés du Rhin (1941-1945). Strasbourg : Ed. La Nuée Bleue, 2005.

(2) Carrières pas évoquées ici.

(3) Classement par décret du 7 août 1951 : Immeuble dans lequel avait été aménagé la chambre à gaz du camp.

(4) Classement par arrêté du 31 janvier 1950 : sol de l’ancien camp de Struthof (partie située à l’intérieur des clôtures actuelles, et délimitée en rouge sur le plan annexé à l’arrêté).

(5) Les cendres des détenus disparus étaient dispersées à plusieurs endroits du camp-haut notamment sur les terrasses accueillant les jardins de l’administration et à l’arrière du crématoire.

(6) Les carrières de Natzwiller connaîtront un destin administratif encore plus complexe car leur inscription est radiée le 6 avril 1955 pour bénéficier d’une inscription au titre des sites, loi 1930).

(7) Florent Fritsch, chercheur au service de l’inventaire du patrimoine de la région Alsace, a réalisé un dossier très complet sur l’ancien camp de concentration du Struthof.

(8) Étaient présents à cette cérémonie : Georges Ritter, vice-président du Conseil général du Bas-Rhin, ancien déporté ; Camille Wolff, député du Bas-Rhin, ancien déporté, Président de l’Amicale des Anciens internés des camps de Schirmeck et du Struthof ; Yves Bouchard, ancien déporté, délégué du réseau Alliance ; les représentants du Comité National du Struthof, de la FNDIRP, de l’UNADIF, de l’UFAC, ainsi qu’une délégation d’officiers anciens déportés.

 

 

Le document du mois : novembre 2012

Une architecture temporaire protégée au titre des monuments historiques

Baraquement de la Siedlung subsistant sur sa parcelle d’origine et inscrit au titre des monuments historiques, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

« De belles maisons en bois… Cela fut une bonne idée de construire les nouveaux logements des habitants […] Ces solides constructions en bois massif reposent sur de bonnes fondations. Avec leur peinture rouge sombre, elles se fondent bien dans le paysage d’automne. […] Ils sont heureux d’avoir un toit au dessus de leur tête et de pouvoir travailler. Même les familles nombreuses ont pu trouver de la place pour leur progéniture […] Un nouveau Marckolsheim surgit, vous savez tous que les logements actuels ne sont que d’un secours provisoire, jusqu’à ce que des maisons en dur soient reconstruites. » Strasburger Neue Nachrichten, 20.10.1940

La Conservation régionale des monuments historiques (CRMH) mène depuis 2008 une campagne de protection thématique autour du patrimoine de la reconstruction allemande en Alsace entre 1940 et 1944. À ce titre, plusieurs édifices ou ensemble d’édifices sont en cours d’étude. En ce qui concerne le patrimoine industriel de cette époque, l’usine List de Rhinau, construite en 1942 par Ernst Neufert a été inscrite au titre des monuments historiques le 14 décembre 2009. Pour ce qui est du patrimoine rural, la Cité paysanne de Marckolsheim, l’une des communes concernées par le programme de l’Ordre Nouveau, a été inscrite par arrêté préfectoral du 24 octobre 2012.

À l’occasion de l’étude patrimoniale de cet ensemble de fermes modèles, des entretiens ethnologiques avec les habitants ont révélé l’importance dans la mémoire collective de la Siedlung dont il subsiste seulement deux baraquements dont un seul se trouve encore sur sa parcelle d’origine. En effet, Marckolsheim a été détruite à plus de 60% en juin 1940 alors que la plus grande partie des ses habitants s’étaient réfugiés dans le Périgord.

Vue aérienne : destruction de Marckolsheim suite aux bombardements de juin 1940 (Archives municipales de Marckolsheim).

Lorsqu’en octobre de la même année ces derniers reviennent en Alsace, ils sont installés dans cette cité temporaire construite avec des baraquements en bois. Elle est composée de soixante baraquements au sud-est de la commune.

Construction de la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Baraquements de la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Elle constitue durant toute la période de guerre, et même après, un véritable quartier de la ville, comptant surtout des logements mais également les équipements principaux de l’administration, des cuisines, la boulangerie, la laverie, le coiffeur, des écoles, etc.

Baraquement de la mairie à la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Baraquement du restaurant Babalöffel à la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Ces lieux sont fréquentés également par les habitants de Marckolsheim qui ont trouvé ou retrouvé à se loger dans des habitations  » en dur « . C’est également à la Siedlung que se déroulent la plupart des cérémonies officielles et c’est aussi cela qui explique l’attachement des habitants pour ce quartier. La vie s’organise de manière communautaire et il est alors bien compréhensible que les habitants interrogés de la Cité Paysanne, et de Marckolsheim en général, évoquent spontanément ces installations qui ont concerné l’ensemble de la population.

Le plan de ces baraquements est assez sommaire.

Projet de baraquement : plan, coupe, élévation (Archives municipales de Marckolsheim).

Des documents retrouvés dans les Archives municipales permettent de bien imaginer ces structures légères, peu cloisonnées, non isolées. Leur traitement extérieur est soigné, mais ils sont destinés à une durée de vie assez courte.

Présentation commerciale de baraquement temporaires d’habitation (recto). Ce n’est pas ce modèle qui a été retenu pour la Siedlung de Marckolsheim (Archives municipales de Marckolsheim).

Présentation commerciale de baraquements temporaires d’habitation (verso). Ce n’est pas ce modèle qui a été retenu pour la Siedlung de Marckolsheim (Archives municipales de Marckolsheim).

Démontables, certains baraquements ont été déposés ou déplacés en totalité ou en partie. La commune de Marckolsheim en compte encore deux :

  • l’un d’eux a fait l’objet de modifications à cette occasion pour le transformer en logement : on a modifié la toiture isolée avec de la toile bitumée, on a repris les menuiseries et les panneaux de bois extérieurs, etc. ;
  • l’autre est resté sur sa parcelle d’origine, à son emplacement de départ et il sert aujourd’hui d’abris de jardin. Il présente un état sanitaire assez dégradé pour toutes les raisons que nous avons évoquées jusque là.

Baraquement de la Siedlung subsistant mais ayant fait l’objet de travaux et ayant été déplacé, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

Pourtant, considérant l’importance patrimoniale de cet éléments au regard de l’histoire de la commune et plus largement de la région, la Commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) s’est prononcée favorablement à son inscription au titre des monuments historiques, au même titre que les fermes modèles de la Cité paysanne. Cette position est l’occasion de réfléchir aux critères de protection d’un édifice à ce titre et témoigne de la volonté de conserver une architecture qui n’est par nature pas destinée à être transmise aux générations futures.

Baraquement de la Siedlung subsistant sur sa parcelle d’origine et inscrit au titre des monuments historiques, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

Localisation de la Siedlung et de la Cité paysanne en vue de leur protection au titre des monuments historiques (Ministère de la culture).

Le document du mois : octobre 2012

Montage de 5 vues de l'immeuble du 27, quai des Bateliers à Strasbourg, de 1911 à nos jours

Strasbourg, 27 quai des Bateliers : des documents témoins de l’évolution d’un édifice

Un immeuble de marchand, aujourd’hui boutique de lingerie fine au rez-de-chaussée

L’immeuble, au départ propriété de Hans Roht (1587), batelier, est reconstruit en 1603. Il abrite successivement un fabricant d’armure, un cabaret ou une auberge « Au bateau de Francfort ». Son entrée est transformée en 1907*.

Le bandeau est composé d’un montage de 5 clichés extraits du Denkmalarchiv, auxquels a été ajoutée une vue actuelle de l’immeuble. Les deux premières vues ont été réalisées en 1911, comme l’indique la date portée sur la planche cartonnée servant de support au tirage, tandis que les 3 suivantes ne sont pas datées. En effet, si ce fonds constitué par l’administration allemande à partir de 1870 est bien renseigné jusqu’en 1918, les rajouts ultérieurs manquent parfois de précisions.

La difficulté réside donc dans l’élaboration d’une échelle chronologique valide pour un même bâtiment photographié à des époques différentes.

Cherchons l’erreur !

L’environnement immédiat

Sur la vue n° 5, on note un changement radical par rapport aux immeubles voisins présents sur les 4 premières vues. L’immeuble du n°29 disparaît, laissant la place à la rue Modeste Schickelé : le numéro n’a pas été réattribué.

Le bâtiment accolé, sis au n°28 du Quai des Bateliers, a été amputé des ses deux niveaux supérieurs, certainement suite aux dommages de guerre. Le fenestrage de 1er étage reste identique sur les 5 première vues, bien que le rez-de-chaussée ait subi quelques transformations entre 1911 et l’instant de la prise de vue. Il semble depuis lors avoir laissé la place à un autre édifice ou du moins avoir été largement remodelé. De même, l’immeuble figurant à l’arrière du n° 27 de la première vue disparaît à l’arrivé de la vue n°5.

L’immeuble du 27, quai des Bateliers

Des éléments de détail, comme la console en pierre de taille visible en 1911 à l’angle sud ouest du rez-de-chaussée, disparaissent sur la vue n°5. Ces manques pourraient résulter des bombardements du 11 août et 25 septembre 1944, bombardements qui touchent l’extrémité nord-est du quai des bateliers.

L’image montre bien la présence d’un étaiement en remplacement de cette console. Un étaiement qui restera en place jusqu’en 1956 selon le service de la police du bâtiment* .On retrouve une photographie sur la base Mémoire du ministère de la culture portant les mêmes dispositions. Il s’agit d’une épreuve que son auteur, Maurice Thaon a certainement réalisée entre 1946 et 1947 lors de sa venue en Alsace.

De nouveaux éléments apparaissent aussi, le pignon se voit percé d’une nouvelle fenêtre sous faîtage sur la vue n°4. Une ouverture toujours en place aujourd’hui.

 Datation des clichés

En dehors des 2 premières vues, datées dès l’origine et de la 5e vue qui semble donc réalisée en 1946/47, s’il s’agit d’une photographie de Maurice Thaon, ou du moins entre 1944 et 1956, un certain doute demeure concernant les clichés 3 et 4.

Tout d’abord, elles laissent apparaître les 2 immeubles voisins disparus à une date indéterminée mais antérieure à la vue n°5. Ces 2 clichés sont donc antérieurs à 1946.

En second lieu, on distingue la présence des enseignes, herboriste, coiffeur, en français dans le texte, autant d’éléments qui replacent ces clichés dans une période s’étalant entre 1918 et 1940.

Enfin, entre ces 2 images, la vue n°3 semble gagner en antériorité au vu de la présence des colombages en croix sous les baies de l’angle ouest, colombage disparu sur le cliché n°4. Un dispositif perdurant jusqu’à ce jour.

Le bandeau semble donc bien représenter un ordre chronologique témoignant de l’évolution de l’édifice au long du XXe siècle.

 

* Éléments tirés d’une étude réalisée par le Service régional de l’inventaire du patrimoine,  Jean-Philippe Meyer et Brigitte Parent.

Restauration des vitraux du bas-côté sud de la cathédrale de Strasbourg : note de synthèse des travaux

Par Christiane SCHMUCKLE-MOLLARD, architecte en chef des monuments historiques, architecte de l’OEuvre Notre-Dame

Les verrières historiées de la cathédrale de Notre Dame de Strasbourg avec 1500 m2, constituent le second ensemble de verrières médiévales en France.

Parmi les vitraux posés entre 1250 et 1275 dans les fenêtres du bas-côté sud, seuls les panneaux des tympans sont conservés. En 1328, l’évêque Jean de Dirpheim décida de faire remplacer les figures de l’ancien cycle des Saints par une série de cinq verrières quadruples de huit mètres de hauteur sur les épisodes de la vie de la Vierge et l’enfance du Christ (baie 26), la vie publique du Christ (baie 28), la Passion (baie 30), la vie glorieuse du Christ (baie 32) et enfin la représentation du jugement dernier (baie 34). Le programme prévu avant 1328 s’étendait non sur cinq mais sur sept fenêtres du bas-côté sud. Quelques années après le début du chantier, l’édification de la chapelle Sainte-Catherine (fondée en 1331 par l’évêque Berthold de Buchegg) consacrée en 1349 provoqua la destruction des baies 22 et 24 qui venaient juste d’être vitrées. Les panneaux sacrifiés furent conservés et réutilisés vers l’ouest où les vitraux n’étaient pas encore en place (cf. Becksmann et Ch. Wild-Block).

Datation des verrières de la cathédrale

Pendant la période allemande, les panneaux des lancettes ont été recouverts d’une patine ou couche organique. En 1942, les services patrimoniaux allemands ont fait effectuer une campagne photographique panneau par panneau, en noir et blanc et en couleur. Ces clichés ont permis de mesurer l’importance des dégradations survenues au cours du 20e siècle.

Après une étude iconographique et technique, le projet de travaux élaboré par l’architecte en chef Christiane Schmuckle-Mollard en liaison avec le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, a été confié aux ateliers Parot et Le Vitrail Vinum pour la restauration des verrières historiées et à Vitrail France pour la mise en œuvre des verrières de doublage traitées en reproduisant le dessin de résille de plomb médiéval. Une série de capteur a été mise en place pour contrôler l’équilibre du dispositif en terme de flux d’air et de réduction, voire de suppression, de la condensation.

L’opération a fait l’objet d’un important mécénat culturel.

Les travaux de maçonnerie-pierre de taille

Le contrôle des pierres à changer et la sélection du grès à employer a été effectué sous la direction de l’architecte en chef. Le grès Bitburg dur veiné a été utilisé pour les éléments de fenestrages et des glacis inférieurs des baies.

Seules les pierres trop endommagées pour être conservées ont été remplacées.

La pose des pierres à changer a été effectuée par refouillement des anciennes ou incrustement, et les petits éléments ou les éléments moulurés ou sculptés ont été fixés par des goujons. Les joints et les lits de pierre ont été coulés au plomb.

Les pierres simplement altérées ont été traitées par reminéralisation (au silicate d’éthyle).

En vue d’une conservation maximum, les pierres anciennes ont reçu un traitement en conservation par reminéralisation. Aucune patine d’harmonisation n’a été appliquée.

La volonté de préserver les vestiges de traces de tâcherons et d’anciens badigeons découverts sur les parements nettoyés a été exigée.

Un nettoyage de l’ensemble a ensuite été effectué à l’eau avec pression légère en insistant sur les parties les plus encrassées. Ce nettoyage sans micro-abrasion a permis de conserver les traces de décor (pierres blanchies) observées au pourtour des baies au départ du réseau.

La restauration des vitraux

Les travaux ont été réalisés conformément au Projet Architectural et Technique, excepté le protocole de nettoyage des vitraux qui a dû être modifié pour parvenir au nettoyage souhaité en vue de la lecture des scènes historiées.

Baie n°30 avant restauration

 

Baie n°30 après restauration

Après dépose des vitraux, les baies ont été provisoirement clôturées au moyen de Vitrex. Les panneaux ont été transportés en caisse sécurisées à l’atelier du maître verrier en charge des travaux de restauration.

Reconstitution du panneau LD5 de la baie n°30

Panneau LD5 de la baie n°30 avant et après restauration

Les difficultés de nettoyage des verres anciens ont été mises en évidence, en particulier sur les surfaces externes des verres et, en accord avec le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, le protocole a été modifié de la manière suivante :

  • les dépôts ont été éclaircis au moyen d’applications répétées de gel d’EDTA ;
  • les dépôts noirs ou bruns qui présentaient des écailles ont pu être enlevés à l’aide d’un scalpel sous loupe binoculaire ;
  • en face interne, en complément des compresses d’eau et éthanol, un gel de thiosulfate de sodium à 10% dans l’eau déminéralisée a été appliqué à raison de trois applications suivies de rinçage à l’eau déminéralisée par compresses.

Les fers anciens ont été nettoyés et quelques pièces défectueuses remplacées à l’identique.

 

Résille de plomb de la baie n°30

Après une couche primaire de peinture anti-corrosion, quatre couches de peinture glycérophtalique de couleur brune ont été appliquées.

Les vergettes, pannetons et clavettes en conservation à l’OEuvre Notre Dame ont été reposés et les ferrures jugées trop dégradées remplacées par des ferrures neuves en fer forgé.

La mise en œuvre des verrières de doublage

L’état sanitaire constaté sur les panneaux déposés a justifié la décision prise en 2003 de mettre en œuvre des verrières de doublage. Les premières furent posées en 2004 sur les verrières hautes de la nef, au nord dans les deux travées occidentales.

Les travaux ont été réalisés selon les prescriptions du Projet Architectural et Technique. Le tracé des plombs a été réalisé à partir des frottis transmis par les maîtres verriers des ateliers Parot et Le Vitrail Vinum et validés par l’architecte en chef pour obtenir le plus lisiblement possible le tracé des plombs d’origine.

L’instrumentation d’une lancette de la baie n°26

Les travaux ont été réalisés selon les prescriptions du Projet Architectural et Technique. Quatre types de capteurs (capteurs de température de surface, capteurs de température de l’air, capteurs de condensation, capteurs d’humidité relative) ont été mis en place en partie basse et en partie haute de la lancette, sur la face interne du verre ancien restauré et sur la face interne du verre de doublage. Ces capteurs, gérés informatiquement, permettront le contrôle sur une année l’efficacité en terme de flux d’air et de réduction, voire de suppression, des phénomènes de condensation du système proposé pour la ventilation de la verrière ancienne protégée par de sa verrière de doublage.