Archives par étiquette : dossier de protection

Numérisation des collections patrimoniales : état des lieux

Depuis plusieurs années, le Service des patrimoines de la DRAC Alsace a mis en place une politique de numérisation de ses fonds documentaires. Cette année, une nouvelle prestation permettra, d’une part, de proposer aux consultants un accès unique aux collections via le portail documentaire consultable au CID, et, d’autre part, de disposer d’un exemplaire de conservation en version numérique. Nous profitons de cette occasion pour faire un point sur les séries déjà numérisées et celles dont la numérisation va démarrer.

Les fonds concernés sont :

Pour la Conservation régionale des Monuments historiques (CRMH) :

  • les dossiers de protection immeuble au titre des Monuments historiques, partie documentaire (environ 1500 dossiers au total) ;
  • les arrêtés de protection Monuments historiques pour les édifices (environ 1500 documents au total) ;
  • la collection du Denkmalarchiv (environ 60000 documents au total).

Pour le Service régional de l’archéologie (SRA) :

  • les rapports d’opération archéologique (environ 4000 rapports au total) ;
  • les arrêtés de prescription d’opération archéologique (plus de 5000 actes administratifs au total) ;
  • la carte archéologique de Strasbourg (en tout 14 classeurs).

Pour le Service territorial de l’architecture et du patrimoine du Bas-Rhin (STAP 67) :

  • les plans de situation liés aux dossiers sur édifice protégés ;
  • les fiches récapitulatives des dommages de guerre.

1. Les dossiers de protection, partie documentaire

Il y a environ 1500 édifices protégés au titre des Monuments historiques en Alsace. Suivant l’ancienneté de la protection, tous les monuments ne possèdent pas forcément de dossier en région. Le fonds a été totalement reclassé et reconditionné en 2012 par une prestataire extérieure et avec la collaboration du recenseur. Cette opération a permis de disposer d’une liste à jour des unités de patrimoine, qui pouvait servir de base pour un inventaire des dossiers de protection.

Il a ensuite été envisagé de numériser cette collection, afin de pouvoir accéder directement aux informations à partir de l’inventaire de ce fonds, disponible sur le portail documentaire, et de réduire la manipulation de la version papier. La sélection s’est portée uniquement sur la partie documentaire des dossiers de protection, la plus consultée. Celle-ci se présente la plupart du temps sous la forme de cartex, mêlant texte et iconographie.

La prestation de numérisation est exécutée en interne par les agents de la cellule documentation la DRAC Alsace, sur les photocopieurs/scanners disponibles en réseau.

Les critères techniques retenus sont :

  • numérisation de l’ensemble du dossier documentaire en un seul fichier ;
  • format pdf texte/photo couleur 300 dpi ;
  • les documents sont numérisés en taille réelle jusqu’au A3. Les rares documents hors-formats dépassant le A3 ne sont pas numérisés, et remplacés par un fantôme (autant de pages fantôme que de documents hors-formats).

Par la suite, une sélection est pratiquée à l’intérieur de la série. Les dossiers comportant au moins une notice historique dactylographiée, et/ou suffisamment d’illustrations légendées pour rendre une interrogation plein texte pertinente, sont envoyés à un prestataire extérieur pour océrisation, avec fourniture d’un fichier pdf multi-couche intégrant à la fois l’image des pages et le texte océrisé, sans baisse de qualité par rapport au fichier original, ni augmentation de poids du fichier final.

Pour cette opération, aucun fichier de récolement ou données descriptives n’est fourni au prestataire. Les fichiers sont envoyés via ftp par lot de 50 chaque semaine. Chaque semaine, le prestataire nous renvoie les fichiers océrisés.

La numérisation des dossiers a commencé en début d’année, et l’océrisation au mois de juin. À ce jour, la mission de numérisation est presque achevée. Environ 700 fichiers ont été océrisés, tous départements confondus et quelques lots sont encore en attente.

À titre d’exemple, voici le résultat obtenu sur le dossier documentaire de protection de l’église paroissiale Saints-Vincent-et-Anastase de Schwenheim.

Les dossiers numérisés sont versés au fur et à mesure dans notre portail documentaire Pleade, avec leurs données descriptives.

2. Les arrêtés de protection immeuble Monuments historiques

L’arrêté est la pièce administrative qui entérine la protection d’un édifice au titre des Monuments historiques. Cette dernière peut évoluer : extension de protection, passage de l’inscription au classement, etc. , ce qui explique qu’il peut exister plusieurs arrêtés pour un même bâtiment. Ceux-ci sont rangés à l’intérieur des dossiers de protection. À l’occasion du reconditionnement de ces derniers en 2012, les arrêtés ont été systématiquement numérisés, avec création d’un code spécifique s’intégrant dans le système déjà existant. Certains arrêtés manquant dans les dossiers ont été numérisés lors de déplacements directement au Ministère de la culture et de la communication à Paris.

Le format retenu est le même que celui des dossiers de protection ; toutefois, dans certains cas, la numérisation a été effectuée en niveaux de gris lorsqu’une version couleur ne se justifiait pas.

À titre d’exemple, voici l’arrêté de protection pour le même édifice.

À ce jour, nous ne jugeons pas utile de les océriser.

Grâce au récolement des dossiers de protection, nous disposons d’une liste exhaustive des arrêtés, mise à jour après chaque nouvelle protection, qui contient toutes les donnés descriptives nécessaires à leur gestion. Ces informations ont été basculées dans notre portail documentaire Pleade, consultable au CID, avec les fichiers numériques correspondants.

3. Le fonds du Denkmalarchiv

num_05La collection du Denkmalarchiv fait l’objet d’un catalogage et d’une numérisation à la pièce depuis près d’une dizaine d’années. On estime le projet réalisé pour moitié, soit environ 30000 documents traités, sur les 60000 que compterait le fonds. Néanmoins, l’évolution technologique depuis le début des années 2000 et le changement des grilles d’indexation nationales nous obligent à reprendre une partie des travaux déjà effectués.

L’essentiel des prestations a été externalisé, jusqu’en 2012. Depuis cette date, l’acquisition d’un scanner A2 nous permet de numériser en interne les planches iconographiques (dessins, tirages photographiques, etc.) ; les relevés d’architecture et certains documents figurés hors-formats sont quant à eux toujours numérisés par un prestataire spécialisé.

Pour 2013, 2000 plans hors-formats sont en cours de numérisation. Nous demandons une version tiff de conservation et une version jpg de consultation.

 

Les caractéristiques techniques de la prestation sont plus exigeantes :

  • insertion d’une mire de contrôle de couleur et de résolution, et d’une échelle graduée en cm pour la version de conservation ;
  • couleur du fond : noir  ;
  • les documents sont numérisés en couleur RVB 24 bits, dans l’espace Adobe RVB 98.12 ;
  • pour la version tiff de conservation : numérisation à l’échelle 1/1, 300 dpi, en résolution optique (pas d’interpolation) ;
  • pour la version jpg de consultation : résolution 1000 x 1500 maximum en 100 dpi, sans compression supplémentaire ;
  • pas de post-traitement de l’image.

Les documents ont été livrés chez le prestataire après inventaire sommaire et conditionnement dans des contenants appropriés. Ils sont actuellement en cours de numérisation, pour réception à la fin de cette année.

Lot de documents du fonds Denkmalarchiv en cours de numérisation. Auteur : Cécile Courtaud, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Lot de documents du fonds Denkmalarchiv en cours de numérisation. Auteur : Cécile Courtaud, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Des tableurs de récolement par commune ont été transmis avec les documents, afin que les données techniques et d’éventuelles observations puissent être renseignées.

À titre d’exemple, voici la version de consultation d’un document numérisé en interne (cliquez sur l’image).

Château du Spesbourg à Andlau. Auteur : Engelhardt, 1820 (fonds Denkmalarchiv)

Château du Spesbourg à Andlau. Auteur : Engelhardt, 1820 (fonds Denkmalarchiv)

Les fichiers d’indexation et les documents numérisés sont destinés en priorité au versement dans la base Mémoire du Ministère de la culture et de la communication. Cependant, nous finalisons le basculement des données et des fichiers liés dans notre portail documentaire Pleade.

4. Les rapports d’opération archéologique

num_06Chaque opération archéologique donne lieu à la rédaction d’un rapport récapitulant l’état des connaissances sur le secteur de fouille, et détaillant les nouvelles découvertes. La mise en forme des rapports a fait l’objet d’un arrêté formalisant ce document administratif.
Le Service régional de l’archéologie de la DRAC Alsace dispose d’une série d’environ 4000 rapports. Depuis le milieu des années 2000, ces rapport nous sont transmis également sous format numérique natif. Du point de vue de la numérisation, la collection des rapports d’opération peut donc être considérée comme un fonds clos.

Le fonds a été divisé en deux séries :

  • les rapports « simples » : ces documents sont composés uniquement de pages A4 ou A3, et possèdent une reliure amovible ou permettant aisément de scanner le rapport ;
  •  les rapports « complexes » : ces documents comportent des pages hors-formats, et/ou ont une reliure rigide ; ils demandent une numérisation avec un matériel spécifique.

Les rapports « simples » seront numérisés en interne, selon les normes établies pour les dossiers documentaires de protection, à savoir génération d’un fichier unique en pdf, texte/photo, couleur 300 dpi, à partir d’un photocopieur/scanner.

À titre d’exemple, voici un extrait du rapport d’opération de 1988 aux environs de l’église Saint-Thomas à Strasbourg.

Une série de 200 rapports « complexes » a été envoyée pour numérisation et océrisation chez un prestataire extérieur. Le retour des documents et fichiers est prévu pour la fin de l’année.

Ces rapports rejoindront la documentation des opérations en relation.

Afin de proposer une interface unique pour la consultation des rapports, un export des données issues du module Opérations de la base Patriarche nous a permis d’établir une liste des opérations menées en Alsace. Celle-ci sert de base pour une conversion en un inventaire des rapports liés, que nous verserons dans notre portail documentaire.  Ainsi, les rapports numériques ou numérisés seront accessibles via le fonds de la documentation de fouille, mais aussi via un inventaire spécifique des rapports. À ce jour, la conversion n’est pas finalisée.

5. Les arrêtés de prescription

L’arrêté de prescription est l’acte administratif qui autorise une opération archéologique. Plusieurs arrêtés peuvent être pris pour une seule opération (prescription, désignation du responsable d’opération, arrêtés modificatifs, etc.). Tout comme l’arrêté de protection, seul l’acte signé est conforme. Depuis plus d’une année, les arrêtés du Service régional de l’archéologie sont numérisés en interne, avec reprise de l’antériorité. À ce jour,  19 années ont été numérisées, selon les mêmes normes que les arrêtés de protection.

À titre d’exemple, voici l’arrêté de prescription de l’opération menée à Éguisheim, RN 83, en 1987.

Les arrêtés sont versés au fur et à mesure dans le portail documentaire.

num_04

6. La carte archéologique de Strasbourg

La carte archéologique de Strasbourg, à l’instar de celle de chaque commune, est composée d’une série de dossiers d’entités archéologiques conditionnés dans des pochettes transparentes et stockés dans 14 classeurs (près d’un millier d’entités). Chaque dossier d’entité regroupe l’ensemble de la documentation disponible sur l’entité en question, que ce soit sous forme de liste bibliographique, article, coupure de presse, tirage photographique, etc. Ces dossiers vont être numérisés grâce à une vacation, selon le même mode opératoire que les dossiers documentaires de protection.

Un export du module Entités de la base Patriarche fournira la base du tableur en vue d’une conversion puis d’une versement sur le portail documentaire. À terme, il est envisagé de créer un SIG pour accéder d’un point de vue géographique aux données et documents numériques liés.

7. Les dossiers du STAP 67 relatifs aux édifices protégés

Une opération ciblée sur des dossiers clos du STAP 67 relatifs aux édifices protégés a été effectuée au début de cette année. Parmi les documents classés, les plans de situation ainsi que les fiches de dommage de guerre ont été numérisés. Ces séries ne sont pas exhaustives pour l’ensemble des édifices protégés.

Les mêmes normes de numérisation (cf supra) ont été imposées pour ces documents.

À titre d’exemple, voici la fiche de dommage de guerre pour l’église Saint-Cyriaque d’Altorf.

*

*        *

La prestation de numérisation s’achèvera à la fin de cette année. Le Service des patrimoines aura alors un mois pour contrôler les fichiers numériques créés, avant retour des documents originaux. En 2014, un effort sera mené sur les documents du Service régional de l’archéologie. Les missions se poursuivront encore plusieurs années pour le fonds du Denkmalarchiv.

 

 

 

 

 

 

Le doc du mois : novembre 2013

Protéger au titre des monuments historiques le réfectoire de DMC à Mulhouse

Par Claire HIRSTEL, stagiaire à la CRMH

Le réfectoire, vue d'ensemble, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Le réfectoire, vue d’ensemble, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Mulhouse est connue internationalement pour son activité industrielle. Elle conserve d’ailleurs encore de nombreux sites dont une partie est à l’abandon. L’usine DMC fait partie de ce patrimoine industriel si cher aux Mulhousiens.

La Commission régionale du Patrimoine et des Sites (CRPS) du 05 juillet 2013 a examiné l’opportunité d’inscrire au titre des Monuments historiques le bâtiment du réfectoire de DMC dans son environnement paysager. Son avis a été favorable et l’arrêté préfectoral est en cours d’élaboration. Cette décision s’appuie sur un rapport documentaire élaboré par Claire Hirstel, stagiaire à la DRAC et à la Ville de Mulhouse.

Rappel de quelques éléments historiques

L’entreprise DMC est créée en 1800 par Daniel Dollfus-Mieg. Au départ il s’agit d’une entreprise textile spécialisée dans la fabrique de tissus imprimés appelés indiennes. Dans les premiers temps l’entreprise est très peu mécanisée et compte sur une main d’œuvre nombreuse. Mais elle connaît une rapide expansion et va très vite diversifier son activité vers le tissage et la filature. Dès 1806 DMC obtient une première médaille à l’Exposition des produits de l’industrie française. DMC ne cesse d’innover en important de nombreuses machines d’Angleterre mais aussi en déposant des brevets.

Affiche DMC ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Affiche DMC ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

C’est vers 1839 que l’entreprise commence à expérimenter la fabrication du fil, qui va la rendre célèbre dans le monde entier. C’est d’ailleurs cette activité qui devient rapidement la plus rentable, et les autres filières (production de tissus imprimés), ne tardent pas à être abandonnées. Au milieu du XIXe siècle le patronat et notamment Jean Dollfus commencent à s’intéresser aux questions sociales. C’est également à partir de ce moment là que commencent à apparaître les cités ouvrières propres à DMC. En 1928 l’entreprise est à son apogée : elle emploie plus de 9000 personnes. La production monte jusqu’à 6500 tonnes de fil dont une grande partie est destinée à l’exportation notamment à travers les dépôts et les comptoirs de vente présents dans le monde entier. A partir des années 1960 DMC commence à connaître des difficultés comme en témoigne sa fusion en 1961 avec ses concurrents historiques dans la production du fil Thiriez et Cartier-Bresson. Le site de Mulhouse se concentre aujourd’hui uniquement sur la production de produits dérivés pour la broderie.

Le réfectoire, une réalisation sociale

Repas dans une salle à manger ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Repas dans une salle à manger ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Le réfectoire de DMC jouxte l’allée des platanes, artère principale d’accès au site de l’usine et fait face aujourd’hui à la filature de 1812 (depuis la disparition du bâtiment de la machine à vapeur). Ce bâtiment construit en 1886 est une réalisation sociale pionnière pour l’époque.

Plan général du site de DMC, 1866 ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Plan général du site de DMC, 1866 ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Avant sa construction, plusieurs bâtiments destinés à cet usage sont repérés sur les plans mais ils abritent en général plusieurs activités et n’ont pas l’ampleur de celui-ci. À l’origine, les ouvriers apportaient leur nourriture et la déposait au réfectoire. Du personnel dédié réchauffait les repas. Le réfectoire de DMC fonctionne jusqu’au début des années 2000.

Un bâtiment unique en son genre

Le bâtiment et son environnement (archives Pierre Fluck)

Le bâtiment et son environnement (archives Pierre Fluck)

Le bâtiment du réfectoire se développe en milieu de parcelle au cœur d’un parc arboré de 0,6 ha. Le traitement paysager de ses abords est particulièrement soigné, ce qui correspond à une certaine vision qualitative des équipements publics de l’entreprise. Un cours d’eau circule de manière sinueuse dans la prairie plantée légèrement vallonnée qui l’entoure. De petits ponts permettent de le franchir à différents endroits.

Le réfectoire, vue d'ensemble de la façade Nord, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Le réfectoire, vue d’ensemble de la façade Nord, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

À l’arrière du bâtiment est creusé un étang artificiel que domine l’arrière du corps central du bâtiment sur pilotis.

Le réfectoire, vue en coupe de la façade Est, décembre 1953 ( (c) AMM, fonds de la SERM)

Le réfectoire, vue en coupe de la façade Est, décembre 1953 ( (c) AMM, fonds de la SERM)

Le réfectoire lui-même présente une architecture en pan de bois et brique sur soubassement et poteaux en béton, ce qui est remarquable pour l’époque puisque le béton ne se généralise en Alsace que vers 1902. Il présente deux corps emboîtés en forme de croix, le pan le plus long allant d’Est en Ouest mesurant 50m.

Son plan est symétrique, les espaces s’organisant de part et d’autre de l’entrée principale au centre. L’ensemble est coiffé d’une toiture en bâtière croisée. Le rez-de-chaussée est légèrement surélevé et le sous-sol est partiellement enterré du fait de la dénivellation artificielle du terrain et percé de baies dont les arcs de décharges sont en brique. Il tranche avec le rez-de-chaussée alternant montants en béton, briques pleines, briques en claire-voie, et grandes baies métalliques.

L’accès principal au rez-de-chaussée se fait au centre, par la façade Sud, par un escalier monumental en gneiss oeillé, matériaux rare. Il est surmonté d’une marquise légère en métal et verre. Sur cette élévation principale on peut lire l’inscription « REFECTOIRE » et sur les élévations latérales « DMC – 1886 ».

Sous-sol du réfectoire, vue générale de la salle à manger jaune, auteur : Clémentine Albertoni, 2012 ( (c) DRAC Alsace)

Sous-sol du réfectoire, vue générale de la salle à manger jaune, auteur : Clémentine Albertoni, 2012 ( (c) DRAC Alsace)

Rez-de-chaussée du réfectoire, grande salle côté Est, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Rez-de-chaussée du réfectoire, grande salle côté Est, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

À l’intérieur, les espaces se répondent. Ils se distribuent sur deux niveaux accessibles par des escaliers de part et d’autre. Au sous-sol, se trouvent les pièces fonctionnelles : la cuisine et les deux salles à manger de 350 m² chacune dans lesquelles les tables dont il reste les pieds en fonte, étaient fixées au sol. Au rez-de-chaussée la principale caractéristique des salles, outre leur polyvalence, est qu’elles sont baignées de lumière. Elles constituent les véritables espaces de sociabilité de l’entreprise (salle des fêtes, cafétéria, salle de ping-pong, local comité d’entreprise). Les façades presque panoramiques, constituées de baies filantes quasi ininterrompues, ouvrent largement l’espace sur l’extérieur arboré. Par ailleurs, perçant les pignons Nord et Sud d’immenses verrières semi-circulaires apportent encore de la clarté à l’édifice. Le réfectoire a subi des modifications mineures par rapport à la structure d’origine.

Actuellement l’ancien réfectoire DMC est inoccupé. Il appartient depuis 2008 à la Société d’équipement de la région mulhousienne (SERM). La ville de Mulhouse est engagée depuis plusieurs années dans un grand projet de réaménagement et de valorisation du site de DMC. L’espace industriel doit devenir un lieu de vie ouvert, en lien avec les quartiers qui l’entourent. Dans ce contexte, les architectes Reichen et Robert dont le projet a été retenu, proposent de ranimer la sociabilité du réfectoire à travers des activités en rapport avec sa fonction passée (restaurant, brasserie, etc …).

 

Le document du mois : juin 2013

L’abbaye de Niedermunster à Saint-Nabor : parcours d’un monument emblématique à travers les fonds du Service des patrimoines

On parle le plus souvent de l’abbaye du Hohenbourg sur le Mont-Saint-Odile ; cependant, en s’intéressant de plus près à l’histoire de l’abbaye de Niedermunster, on découvre qu’elle fait véritablement date dans l’histoire de l’Alsace de sa création au VIIIe siècle à nos jours. À ce titre, une abondante documentation sur ce site figure dans les fonds patrimoniaux de la DRAC Alsace , fournissant au chercheur les différents points de vue artistique, historique, archéologique, qui ancrent pleinement ce site dans le patrimoine local.

Vue de l'abbaye de Niedermunster et du Hohenbourg. Aquarelle, auteur : Rehm, 1816, d'après une gravure de Weiss, 1781 (fonds Denkmalarchiv)

Vue de l’abbaye de Niedermunster et du Hohenbourg. Aquarelle, auteur : Rehm, 1816, d’après une gravure de Weiss, 1781 (fonds Denkmalarchiv)

Une brève histoire de l’abbaye

La naissance de l’abbaye de Niedermunster est liée à celle du Hohenbourg au sommet du Mont-Saint-Odile. En effet, Adalric (ca 635-690), duc d’Alsace, fonde l’abbaye du Hohenbourg, dont sa fille, Odile, deviendra plus tard l’abbesse. La sainte (669- 720) aurait décidé de construire une église dédiée à saint Martin et une hôtellerie dans la vallée pour éviter aux fidèles trop faibles d’entamer l’ascension du mont. De même, en raison du nombre croissant de nonnes établies à Hohenbourg, elle y adjoindra une abbaye.

À cette fondation s’ajoute la légende de la croix reliquaire de Niedermunster : Hugues, descendant de Adalric, aurait été injustement condamné à mort par Louis le Pieux, alors empereur, mais, grâce aux reliques de la Passion que Charlemagne lui avait offert, ses bourreaux n’ont pu l’exécuter. L’empereur reconnaît son erreur, réhabilite le duc et lui offre les reliques qui lui ont sauvé la vie. Hugues les enchâsse alors dans une croix, sa femme y joint deux bibles et un évangéliaire richement ornés. Cette croix est portée par un chameau, escorté par cinq chevaliers bourguignons qui remettront le chargement aux religieuses de Niedermunster. La renommée de cette relique est telle, que le roi Richard Cœur de Lion, lui-même, serait venu se prosterner devant elle (1) . Le destin de la fameuse croix sera d’être fondue en 1753.

Tête de chameau. Photographie de J. Manias, 1903, reproduisant une esquisse de Hans Baldung Grien datant de 1512, qui servit probablement de projet à la verrière de la Légende de la Croix.

Tête de chameau. Photographie de J. Manias, 1903, reproduisant une esquisse de Hans Baldung Grien datant de 1512, qui servit probablement de projet à la verrière de la Légende de la Croix (fonds Denkmalarchiv)

Reproduction d'un original de Hans Baldung Grien datant de 1512, projet pour la verrière de la Légende de la Croix (fonds Denkmalarchiv).

Reproduction d’un original de Hans Baldung Grien datant de 1512, projet pour la verrière de la Légende de la Croix de l’hôtel de ville d’Obernai (fonds Denkmalarchiv)

 

À sa création, l’abbaye de Niedermunster dépend de celle du Hohenbourg. En 1017, l’Empereur Henri II confirme les privilèges de la libre élection de l’abbesse, et consacre l’abbatiale à sainte Marie et sainte Gundelinde. Ainsi, Niedermunster ne dépend plus de Hohenbourg, et se développe de façon autonome.

En 1155, après son accession au trône impérial, Frédéric Barberousse fait restaurer le monastère. On reconstruit la nouvelle abbatiale sur les ruines de la précédente qui est consacrée en 1180 par Garsedonius, évêque de Mantoue et légat du Pape. L’abbaye connaît une période de prospérité du XIIe au XIIIe siècle.

Pourtant, le XVIe siècle sonne le glas du complexe : tout d’abord, en 1525, lors des Guerres des Paysans (2), l’abbaye est endommagée. Puis un incendie détruit une partie du complexe en 1540. En 1546, le monastère est supprimé et les biens sont remis à l’évêché de Strasbourg. Certains bâtiments sont restaurés mais en 1572, l’abbaye est frappée par la foudre, ce qui provoque un nouvel incendie dévastateur. L’abbaye ne sera jamais remise à l’état et, jusqu’au XIXe siècle, les ruines servirent de carrière, dans laquelle on pouvait se servir sans que personne ne soit inquiété. Ainsi les pierres de l’abbaye servirent à la construction d’une ferme sur les ruines du couvent, pour les fortifications de Benfeld, ou pour l’église d’Erstein. (1)

Plan de l'abbaye d'après un dessin de A. Dannegger, 1751 (fonds Denkmalarchiv)

Plan de l’abbaye d’après un dessin de A. Dannegger, 1751 (fonds Denkmalarchiv)

 

D’après Burlet-Plan (1), ce plan met l’accent sur les légendes liées à la sainte, sans chercher à restituer la réalité des vestiges en place :

  • a) au nord, il localise les trois tilleuls que sainte Odile aurait planté au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ;
  • b) l’abbatiale ;
  • c) le dortoir ;
  • d) le réfectoire ;
  • e) la cuisine ;
  • f) le parloir ;
  • g) le logement de l’abbesse ;
  • h) le jardin du couvent.

L’abbatiale comporte trois nefs voûtées se terminant par quelques marches et le chœur. Des escaliers mènent à la crypte, contenant le tombeau de plusieurs abbesses. Le site étant un lieu de pèlerinage, il y a été aménagé un circuit pour fluidifier le flot des fidèles : on accède par un des escaliers et on en ressort par l’autre. À l’opposé, le massif occidental comporte trois travées, et à l’étage se trouve une chapelle.

Un regain d’intérêt pour le site à partir du milieu du XIXe siècle

En 1840, Louis Levrault établit un rapport au sujet de Niedermunster pour le compte du Ministère de l’Instruction publique. Son témoignage nous montre les vandalismes que les ruines ont subi, son utilisation comme carrière notamment. Le constat est alarmant.

Extrait du rapport de Louis Levrault sur l'ancienne abbaye de Niedermunster, 1840 (dossier documentaire de protection, CRMH DRAC Alsace)

Extrait du rapport de Louis Levrault sur l’ancienne abbaye de Niedermunster, 1840 (dossier documentaire de protection, CRMH, DRAC Alsace)

 » De ce côté de l’église, on découvre quelques fragments de pierres tumulaires, malheureusement brisées comme à plaisir par la pioche ; l’une d’elles porte la date de 1213. Quelques fragments de nervures et de rinceaux non moins hachés en petits morceaux, se rencontrent aussi entre les transepts et l’abside.

Tel était hier, mais tel peut-être déjà ne sera plus demain l’état des ruines de Nieder-münster. Hélas ces plein-cintres que le temps avait laissés debout, ces cloîtres qu’il avait ébréchés avec une sorte de coquetterie artistique, cette chapelle romane tapissée de lierre et qui se penche avec tant de mélancolie dans la solitude du vallon, entre les grandes roches et les hautes futaies, toute cette abbaye de Nieder-münster si chère à l’artiste, à l’archéologue et au poète, va bientôt, si on n’y met prompt ordre, disparaître pierre à pierre sous les coups de pioches des vendeurs de matériaux de construction. N’est-il donc aucun moyen de la sauver ? Chaque instant de retard dans les mesures à prendre coûte à la vieille abbaye une nouvelle injure, un nouveau coup de pioche à ses restes ! Lorsque tant de monuments historiques sont protégés par le zèle éclairé des comités historiques et de l’administration, faudra-t-il donc que Nieder-münster, la plus pittoresque et l’un des plus anciens monuments religieux de l’Alsace reste seul sans protection et livré au vandalisme de quelques stupides maçons ?  » (extrait d’un rapport de Louis Levrault, 28 octobre 1840)

En 1845, une opération archéologique entraîne l’effondrement de la voûte du chœur. Suite à cet événement, les fouilles ont été abandonnées pour se centrer sur la restauration de la chapelle Saint-Nicolas, chantier beaucoup moins complexe à gérer que celui de l’abbatiale. C’est probablement grâce au rapport de Levrault et à cet effondrement que les ruines de Niedermunster seront classées en tant que Monument historique en 1846.

En 1901, Félix Wolff, conservateur des monuments historiques d’Alsace, entreprend le déblaiement et la consolidation des ruines envahies de végétation, dont l’entrée du massif occidental de l’abbatiale sert de buanderie à une ferme construite à proximité. Il s’applique à restaurer les parties de l’édifice qui menacent de s’effondrer.

Ruines de l'abbatiale : vue du dégagement de la nef. Photographie du chanoine Keller, 1902 (fonds Denkmalarchiv)

Ruines de l’abbatiale : vue du dégagement de la nef. Photographie du chanoine Keller, 1902 (fonds Denkmalarchiv)

Ruines de l'abbatiale : vue du dégagement de la crypte. Photographie, auteur inconnu, 1902 (fonds Denkmalarchiv)

Ruines de l’abbatiale : vue du dégagement de la crypte. Photographie, auteur inconnu, 1902 (fonds Denkmalarchiv)

 

Ruines de l'abbatiale : vue de la restauration de la façade ouest. Photographie, auteur : Christmann, 1901 (fonds Denkmalarchiv)

Ruines de l’abbatiale : vue de la restauration de la façade ouest. Photographie, auteur : Christmann, 1901 (fonds Denkmalarchiv)

Des fouilles d’urgences ont été effectuées au début des années 1970 : le site, détérioré, doit être repensé. Pour se faire, on doit pomper de l’eau du terrain marécageux. Les archéologues ont découvert des niveaux d’occupation mérovingienne et carolingienne grâce à de la céramique et deux monnaies de Louis II le Jeune (empereur d’Occident de 855 à 875). (3)

Lettre de M. Salch adressée à M. Pétry, directeur des Antiquités hisotriques, 1970 (carte archéologique, dossier Saint-Nabor)

Lettre de M. Salch adressée à M. Pétry, directeur des Antiquités historiques, 1970 (carte archéologique, dossier Saint-Nabor)

En 1977, le conservateur régional des bâtiments de France demande d’autres restaurations, nécessaires pour consolider et protéger les ruines.

Rapport de projet de travaux, Bertrand Monnet, 1977, mettant en avant l'abandon et la détérioration du site, et légitimant les les volontés de protection et de restauration (fonds de dossiers de travaux, CRMH)

Rapport de projet de travaux, Bertrand Monnet, 1977, mettant en avant l’abandon et la détérioration du site, et légitimant les volontés de protection et de restauration (fonds des dossiers de travaux, CRMH, DRAC Alsace)

Puis, dans les années 1980, on découvre une dégradation du site par un « engin chenillé », et on remarque la disparition d’une vasque originellement placée dans la nef centrale de l’église.

Traces d'effraction sur le sol du dallage. Photographie, Agence des bâtiments de France, 1980 (fonds Denkmalarchiv)

Traces d’effraction sur le sol du dallage. Photographie, Agence des bâtiments de France, 1980 (fonds Denkmalarchiv)

 *

*            *

Actuellement, on ne peut accéder aux ruines que certains jours. En effet, étant très endommagé, le site a été grillagé afin d’éviter d’autres dégradations. Des élèves de l’INSA de Strasbourg ont réalisé une reconstitution des ruines en 3D pour que les visiteurs du Hohenbourg puissent tout de même avoir un aperçu des ruines de Niedermunster. (5)

 

Notes :

(1) cf. Burlet-Plan 2009.

(2) Suite à la Réforme, en Alsace et en Lorraine, des courants protestants considèrent que le protestantisme établi n’est pas assez rigoriste. Alors, des armées de paysans vont se rebeller aussi bien contre l’Église catholique que la protestante. Certains iront jusqu’à détruire images, statues, vitraux, et orgues des églises.

(3) cf. Jacques Preiss 1990.

(4) Niedermunster et Hohenbourg sont réunies à nouveau et sont toutes deux dirigées par l’évêché de Strasbourg en 1895.

(5) Ci-contre, le lien de l’animation 3D.

 

Bibliographie :

BURLET-PLAN Michel:  » La fiabilité des documents historiques dans l’étude des monuments anciens : l’abbaye de Niedermunster à travers l’iconographie (1780-1920) « . In : Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, 2009, 52, p. 25-52.

FLOTTÉ Pascal, FUCHS Matthieu. Carte archéologique de la Gaule : Bas-Rhin. Paris : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2000, p. 544.

FISCHER Marie-Thérèse. Treize siècles d’histoire du Mont Sainte-Odile. Strasbourg : Éd. du signe, 2006, 528 p.

FÈVRE Danielle.  » Une poterie vernissée du VIIIe au début IXe siècle sur la rive gauche du Rhin supérieur : Niedermunster vers 700, avant 850 « , Chantiers des études médiévales, 1975, 13,  p.  19-20.

HAMMER Nicole . Die Klostergründungen des Etichonen im Elsass. Marburg : Tectum-Vert, 2003, 117 p.

LEGROS Jacques. Le mont Sainte-Odile : une énigme. Paris : éd. S.O.S., 1974, 302 p.

LE MINOR Jean-Marie. Le mont Sainte Odile. Saint-Cyr-sur-Loire : A. Sutton, 2003, 128 p.

LE MINOR Jean-Marie, TROESTLER Alphonse et BIMANN Franck. Le Mont Sainte-Odile. Rosheim : ID l’Éd., 2008, 128 p. (Guides découvertes).

PREISS Jacques ,  » Sainte-Marie de Niedermunster, le monastère oublié « , In : Le Mont Sainte-Odile, haut lieu de l’Alsace : archéologie, histoire, traditions. Strasbourg : Musées de Strasbourg, 2002.

PREISS Jacques .  » Le cloître roman de Niedermunster :résultat des fouilles, description et reconstitution « . In : Annuaire de la société d’histoire et d’archéologie de Dambach, 1990, p 7-30.

WILSDORF Christian.  » Les constructions de Niedermunster antérieures au XIIe siècle « , In : Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1972, 8.

WOLFF Félix. Klosterkirche Santa Maria zu Niedermunster im Unter-Elsass : eine Monographie. Strasbourg, 1904.

 

Le document du mois : novembre 2012

Une architecture temporaire protégée au titre des monuments historiques

Baraquement de la Siedlung subsistant sur sa parcelle d’origine et inscrit au titre des monuments historiques, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

« De belles maisons en bois… Cela fut une bonne idée de construire les nouveaux logements des habitants […] Ces solides constructions en bois massif reposent sur de bonnes fondations. Avec leur peinture rouge sombre, elles se fondent bien dans le paysage d’automne. […] Ils sont heureux d’avoir un toit au dessus de leur tête et de pouvoir travailler. Même les familles nombreuses ont pu trouver de la place pour leur progéniture […] Un nouveau Marckolsheim surgit, vous savez tous que les logements actuels ne sont que d’un secours provisoire, jusqu’à ce que des maisons en dur soient reconstruites. » Strasburger Neue Nachrichten, 20.10.1940

La Conservation régionale des monuments historiques (CRMH) mène depuis 2008 une campagne de protection thématique autour du patrimoine de la reconstruction allemande en Alsace entre 1940 et 1944. À ce titre, plusieurs édifices ou ensemble d’édifices sont en cours d’étude. En ce qui concerne le patrimoine industriel de cette époque, l’usine List de Rhinau, construite en 1942 par Ernst Neufert a été inscrite au titre des monuments historiques le 14 décembre 2009. Pour ce qui est du patrimoine rural, la Cité paysanne de Marckolsheim, l’une des communes concernées par le programme de l’Ordre Nouveau, a été inscrite par arrêté préfectoral du 24 octobre 2012.

À l’occasion de l’étude patrimoniale de cet ensemble de fermes modèles, des entretiens ethnologiques avec les habitants ont révélé l’importance dans la mémoire collective de la Siedlung dont il subsiste seulement deux baraquements dont un seul se trouve encore sur sa parcelle d’origine. En effet, Marckolsheim a été détruite à plus de 60% en juin 1940 alors que la plus grande partie des ses habitants s’étaient réfugiés dans le Périgord.

Vue aérienne : destruction de Marckolsheim suite aux bombardements de juin 1940 (Archives municipales de Marckolsheim).

Lorsqu’en octobre de la même année ces derniers reviennent en Alsace, ils sont installés dans cette cité temporaire construite avec des baraquements en bois. Elle est composée de soixante baraquements au sud-est de la commune.

Construction de la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Baraquements de la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Elle constitue durant toute la période de guerre, et même après, un véritable quartier de la ville, comptant surtout des logements mais également les équipements principaux de l’administration, des cuisines, la boulangerie, la laverie, le coiffeur, des écoles, etc.

Baraquement de la mairie à la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Baraquement du restaurant Babalöffel à la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Ces lieux sont fréquentés également par les habitants de Marckolsheim qui ont trouvé ou retrouvé à se loger dans des habitations  » en dur « . C’est également à la Siedlung que se déroulent la plupart des cérémonies officielles et c’est aussi cela qui explique l’attachement des habitants pour ce quartier. La vie s’organise de manière communautaire et il est alors bien compréhensible que les habitants interrogés de la Cité Paysanne, et de Marckolsheim en général, évoquent spontanément ces installations qui ont concerné l’ensemble de la population.

Le plan de ces baraquements est assez sommaire.

Projet de baraquement : plan, coupe, élévation (Archives municipales de Marckolsheim).

Des documents retrouvés dans les Archives municipales permettent de bien imaginer ces structures légères, peu cloisonnées, non isolées. Leur traitement extérieur est soigné, mais ils sont destinés à une durée de vie assez courte.

Présentation commerciale de baraquement temporaires d’habitation (recto). Ce n’est pas ce modèle qui a été retenu pour la Siedlung de Marckolsheim (Archives municipales de Marckolsheim).

Présentation commerciale de baraquements temporaires d’habitation (verso). Ce n’est pas ce modèle qui a été retenu pour la Siedlung de Marckolsheim (Archives municipales de Marckolsheim).

Démontables, certains baraquements ont été déposés ou déplacés en totalité ou en partie. La commune de Marckolsheim en compte encore deux :

  • l’un d’eux a fait l’objet de modifications à cette occasion pour le transformer en logement : on a modifié la toiture isolée avec de la toile bitumée, on a repris les menuiseries et les panneaux de bois extérieurs, etc. ;
  • l’autre est resté sur sa parcelle d’origine, à son emplacement de départ et il sert aujourd’hui d’abris de jardin. Il présente un état sanitaire assez dégradé pour toutes les raisons que nous avons évoquées jusque là.

Baraquement de la Siedlung subsistant mais ayant fait l’objet de travaux et ayant été déplacé, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

Pourtant, considérant l’importance patrimoniale de cet éléments au regard de l’histoire de la commune et plus largement de la région, la Commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) s’est prononcée favorablement à son inscription au titre des monuments historiques, au même titre que les fermes modèles de la Cité paysanne. Cette position est l’occasion de réfléchir aux critères de protection d’un édifice à ce titre et témoigne de la volonté de conserver une architecture qui n’est par nature pas destinée à être transmise aux générations futures.

Baraquement de la Siedlung subsistant sur sa parcelle d’origine et inscrit au titre des monuments historiques, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

Localisation de la Siedlung et de la Cité paysanne en vue de leur protection au titre des monuments historiques (Ministère de la culture).