9. Des façades aux cimaises du musée : un siècle de dépose, conservation et mise en valeur de la statuaire

La cathédrale de Strasbourg présente sur ses différents portails, contreforts et autres pinacles un ensemble de sculptures conséquent. À première vue, elles semblent en bon état. Et pourtant, aujourd’hui, une partie de ces sculptures sont des copies alors que les originaux sont visibles au musée de l’Œuvre Notre-Dame.

Cour de l'Œuvre Notre-Dame avant 1931 (Musées de la Ville de Strasbourg)

Cour de l’Œuvre Notre-Dame avant 1931 (Musées de la Ville de Strasbourg)

Les bâtiments de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, construits en 1347 et 1582 au sud de la cathédrale, abritent l’institution en charge depuis le Moyen Âge du chantier et de l’entretien de la cathédrale. En 1931, une partie de ces maisons a été transformée en un musée municipal des arts du Moyen Âge et de la Renaissance. Le noyau de ses collections fut la statuaire de la cathédrale, déposée dans ce lieu depuis le début du XXe siècle pour des raisons de conservation.

Aménagement de la salle du jubé dans les dépendances du Hirschhof, années 1930 (Musées de la Ville de Strasbourg)

Aménagement de la salle du jubé dans les dépendances du Hirschhof, années 1930 (Musées de la Ville de Strasbourg)

Dès le milieu du XIXe siècle, la maison de l’Œuvre Notre-Dame accueillit des visiteurs, tel Eugène Delacroix. Ce « musée de la cathédrale » ou premier « musée de l’Œuvre Notre-Dame » semble avoir essentiellement exposé des moulages des statues majeures de la cathédrale.

Ni l’iconoclasme protestant, ni la Révolution, ni les guerres n’avaient endommagé ces statues. Peut-être parce qu’elles étaient dépendantes de l’architecture et aussi qu’elles furent protégées par des personnes sensibles à l’art, tel le professeur Jean Hermann en 1790. Mais leur exposition aux intempéries et aux pollutions eut raison de leur présentation en plein air. Dès 1903-1905, l’Église et la Synagogue furent remplacées par des copies. Les déposes se poursuivirent tout au long du XXe siècle. En 2008, fut déposée la dernière des statues des spectateurs de l’octogone, sainte Catherine, qui rejoignit les cinq autres déjà au musée.

Le Moine et l'Empereur, et, en arrière-plan, Sainte Catherine. Vue de l'exposition Strasbourg 1400, 2008. Cliché : Matthieu Bertola (Musées de la Ville de Strasbourg)

Le Moine et l’Empereur, et, en arrière-plan, Sainte Catherine. Vue de l’exposition Strasbourg 1400, 2008. Cliché : Matthieu Bertola (Musées de la Ville de Strasbourg)

Aujourd’hui le musée de l’Œuvre Notre-Dame conserve environ 360 sculptures et fragments de la cathédrale de Strasbourg et en expose presque la moitié. Lors de ses expositions temporaires, il veille à mettre en valeur de nouvelles pièces. La dépose de cette statuaire au musée offre aussi aux chercheurs et au personnel de la Fondation de meilleures conditions d’étude que sur l’édifice.

(Auteur : Barbara Gatineau)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *