3. Chronologie des fouilles archéologiques

JEP2015_P03_01

Le sarcophage, actuellement dans le jardin du Palais du Rhin. Cliché : Soline Morinière (DRAC Alsace)

Fin du XIXe siècle : sarcophage romain découvert en remploi dans la chapelle Saint-André

Ce sarcophage de facture romaine, couvert d’un élément dépareillé d’origine antique, a rejoint les jardins du Palais du Rhin au début du XXe siècle.

 

 

JEP2015_P03_02

Tuile portant l’estampille de l’évêque Arbogast. Cliché : Matthieu Bertola (Musée archéologique de Strasbourg)

1896-1897 : les travaux de l’architecte L. Arntz

Deux sarcophages des XIe-XIIe siècles, appartenant probablement à un cimetière proche, sont mis au jour dans le chœur de la cathédrale par les travaux de L. Arntz à la fin du XIXe siècle. Il observe aussi sous la tour nord de la flèche des « vestiges de murs de facture romaine » et des tuiles estampillées de la VIIIe légion. Plusieurs autres sarcophages seront également mis au jour en 1931 lors de l’installation du chauffage dans la sacristie.

 

Début du XXe siècle : fragments de tuiles différentes comportant la marque d’Arbogast, évêque de Strasbourg au VIIe siècle

JEP2015_P03_03

Tuile portant l’estampille de l’évêque Arbogast. Auteur : Robert Forrer (Musée archéologique de Strasbourg)

1911 : les travaux dans la galerie nord

De nouveaux vestiges romains apparaissent lors de travaux dans la galerie nord (Windfang), à l’extérieur du bas-côté nord, un bâtiment à abside à sol en terrazzo d’un diamètre d’environ 4 m est localisé entre le bas-côté nord et l’actuelle chapelle Saint-Laurent.

JEP2015_P03_04

Plan de la galerie nord avec localisation des structures archéologiques. Auteur : Erwin Kern (DRAC Alsace)

JEP2015_P03_05

Stèle de Mercure et de deux Épona, retrouvée dans les fondations du pilier nord. Cliché : Matthieu Bertola (Musée archéologique de Strasbourg)

1913-1926 : la reprise des fondations du pilier nord

Le pilier nord de la nef fait l’objet de très importants travaux entre 1913 et 1926, par J. Knauth, Ch. Pierre puis C. Dauchy, afin de remédier aux désordres liés au tassement de ses fondations. D’énormes moyens sont déployés et des observations inédites sont menées en parallèle sur toute la hauteur des fondations. De nombreux remplois antiques sont retrouvés, noyés dans le mortier, dont un fragment d’inscription et une remarquable stèle romaine de Mercure associée à deux représentations de la déesse gauloise Épona.

1967-1972 : un bâtiment romain sous la chapelle Saint-Laurent

Des fondations romaines et médiévales sont dégagées en 1967-1968 sous la chapelle Saint-Laurent lors des travaux entrepris par l’architecte en chef des Monuments historiques pour remédier à l’instabilité de la voûte de la chapelle. J.-J. Hatt et H. Zumstein suivent les excavations et consignent diverses observations stratigraphiques sur les niveaux antiques. En 1970, un imposant bâtiment romain, pourvu d’un chauffage par hypocauste et décoré de mosaïque et de fresques, est partiellement fouillé lors du creusement de la fondation d’un mur destiné à doubler le mur du caveau des évêques sous la chapelle Saint-Laurent.

JEP2015_P03_06

Relevé des structures mises au jour lors des fouilles archéologiques sous la chapelle Saint-Laurent. Auteur : Erwin Kern (DRAC Alsace)

Coupe stratigraphique au sud-est du front sud de la cathédrale. Auteur : Erwin Kern (DRAC Alsace)

Coupe stratigraphique au sud-est du front sud de la cathédrale. Auteur : Erwin Kern (DRAC Alsace)

Ces découvertes ont été réétudiées récemment à la lumière des fouilles archéologiques faites par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) lors du réaménagement de la place du Château. De plus, le sondage A des fouilles de 1968 a été repris par l’Inrap sous l’égide du service régional de l’Archéologie, apportant des informations innovantes sur l’histoire de la cathédrale entre la fin de l’époque romaine et le début du Moyen Âge.

Les niveaux du Haut-Empire (2 à 21) sont surmontés d’une couche de destruction de la fin du premier tiers du IIIe siècle ; des fosses du IVe siècle (25-26) entaillent un épais remblai du IIIe siècle (24). Les niveaux supérieurs sont d’époque médiévale.

 

 

1972 : restes de sépultures issues du « caveau des évêques  » anciennement conservés dans le sous-sol de la chapelle Saint-Laurent

Cliché : Marie-Dominique Waton (DRAC Alsace)

Cliché : Marie-Dominique Waton (DRAC Alsace)

1995 et 2000 : maisons de chantier des tailleurs de pierre au sud de la cathédrale de Strasbourg

Des fondations en briques jaunes et en grès, ponctuellement rencontrés, témoignent de l’habitat qui était blotti au pied de la cathédrale.

Vue de la cathédrale et des maisons attenantes. Auteur : Isaac Brun, 1615 (Musée/Fondation de l'Œuvre Notre-Dame)

Vue de la cathédrale et des maisons attenantes. Auteur : Isaac Brun, 1615 (Musée/Fondation de l’Œuvre Notre-Dame)

1996 : bâtiment roman surélevé après un incendie en 1298 à l’emplacement de l’ancienne droguerie du Serpent

Peinture murale, Droguerie du Serpent. Cliché : Marie-Dominique Waton (DRAC Alsace)

Peinture murale, Droguerie du Serpent. Cliché : Marie-Dominique Waton (DRAC Alsace)

Le rez-de-chaussée et, notamment, les embrasures des baies à croisée au-dessus des coussièges, sont décorés de magnifiques peintures murales représentant, entre autres, des musiciens et musiciennes placés chacun(e) sous un gâble, témoins de scènes galantes dans une maison privée ; cette peinture murale de joueuse de trompette marine est datée vers 1340.

2000 : un cimetière paroissial au nord de la cathédrale

Le suivi du réseau de pose du paratonnerre a permis de reconnaître l’extension du cimetière de la paroisse Saint-Michel (ou Saint-Martin) en activité de la fin du XIIIe siècle au début du XVIe siècle.

Sépulture du cimetière paroissial. Cliché Jean-Luc Wüttmann (Inrap)

Sépulture du cimetière paroissial. Cliché Jean-Luc Wüttmann (Inrap)

1995 et 2012 : occupation des VIIIe-XIe siècles

Structures en architecture légère, sols de mortier et fonds de cabane témoignent d’une occupation dans ce secteur.

2001 : relevé du mur-pignon Sud-Ouest au 11, place de la Cathédrale de la fin XIIIe / début XIVe siècle

Relevé de l'édifice au 11, place de la Cathédrale. Auteur : Maxime Werlé (DRAC Alsace)

Relevé de l’édifice au 11, place de la Cathédrale. Auteur : Maxime Werlé (DRAC Alsace)

Ce mur présentait onze pots en céramique grise cannelée, engagés dans la maçonnerie, et un gobelet de poêle à pâte orangée en situation de remploi dans le bouchage d’un trou de boulin.

2004 : façade d’une des plus vieilles maisons en élévation, érigée dans les années 1271

Façade du 10, rue de la Râpe à Strasbourg. Cliché : Marie-Dominique Waton (DRAC Alsace)

Façade du 10, rue de la Râpe à Strasbourg. Cliché : Marie-Dominique Waton (DRAC Alsace)

Au 10, rue de la Râpe, une demeure présentant sur son mur pignon à redents sud-ouest une fenêtre géminée comportait une charpente aujourd’hui disparue, aux bois datés par la dendrochronologie de 1271.

2012 : four « domestique » de la fin du premier – début du deuxième Moyen Âge

JEP2015_P03_15

Cliché : Marie-Dominique Waton (DRAC Alsace)

Exemple de four temporaire découvert non loin d’un four à chaux du XIe siècle ; utilisé probablement pour la cuisson des aliments, il peut témoigner de la vie quotidienne des constructeurs de la Cathédrale autour du XIIe siècle.

2013 : peinture murale antique

Découverte dans une tranchée et exposée au musée archéologique de Strasbourg, la peinture témoigne du niveau de vie relativement luxueux des tribuns de la VIIIe légion Auguste.

Peinture murale découverte place du Château. Cliché : J.-J. Bigot (Inrap)

Peinture murale découverte place du Château. Cliché : J.-J. Bigot (Inrap)

(Auteurs : Bernadette Schnitzler et Marie-Dominique Waton)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *