22. La tour de croisée de la cathédrale

La tour de croisée de la cathédrale a prêté à intense débat des années 1870 aux années 1980.

La couverture gothique, dite « en mitre », avait disparu lors d’un incendie le 27 juillet 1759 et fut remplacée par un petit ouvrage tronconique.

Tour de croisée de la cathédrale en 1851. Cliché : H. Lesecq (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Tour de croisée de la cathédrale en 1851. Cliché : H. Lesecq (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Photomontage montrant la tour de croisée, 1865 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Photomontage montrant la tour de croisée, 1865 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

En août 1870, le bombardement de la toiture appela de lourds travaux de restauration et Gustave Klotz, architecte de l’Œuvre, proposa de créer une tour de croisée néo-romane, achevée en septembre 1879.

Tour de croisée de la cathédrale après les travaux de G. Klotz. Cliché : Service d'architecture de l'Œuvre Notre-Dame (Denkamalrchiv, DRAC Alsace)

Tour de croisée de la cathédrale après les travaux de G. Klotz. Cliché : Service d’architecture de l’Œuvre Notre-Dame (Denkamalrchiv, DRAC Alsace)

En 1944, un nouveau bombardement frappe la tour de croisée. Une couverture provisoire est mise en place. Le diagnostic réalisé alors par Bertrand Monnet est défavorable à la conservation. Ce constat marque le début d’une longue période d’incertitude sur le devenir de l’ouvrage et de débats quant au parti de restauration à adopter.

Tour de croisée de la cathédrale après le bombardement de 1944 et protection du portail Saint-Laurent (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Tour de croisée de la cathédrale après le bombardement de 1944 et protection du portail Saint-Laurent (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Tour de croisée de la cathédrale après le bombardement de 1944 : détail des dégâts (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Tour de croisée de la cathédrale après le bombardement de 1944 : détail des dégâts (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Le projet de Bertrand Monnet, achevé vers 1967, propose de restituer la mitre gothique disparue au XVIIIe siècle. En juin 1968, ce projet est examiné favorablement par la Commission supérieure des Monuments historiques. Sa mise au point est initiée par l’Œuvre Notre-Dame en 1970, sous la responsabilité de Jean-Richard Haeusser, architecte de la Fondation et une maquette à grande échelle est réalisée.

Projet de restauration de la tour de croisée de la cathédrale par B. Monnet, 1970. Auteur : G. Oberle (CRMH, DRAC Alsace)

Projet de restauration de la tour de croisée de la cathédrale par B. Monnet, 1970. Auteur : G. Oberle (CRMH, DRAC Alsace)

Cependant, le chantier ne débutera pas, et durant vingt nouvelles années, on s’en tient à la couverture de carton bitumée disposée provisoirement en 1944. À nouveau évoqué en octobre 1986 devant la commission supérieure, le projet de restitution se voit cette fois préférer la restauration de la tour néo-romane de G. Klotz, considérée comme l’illustration d’un moment de la doctrine des Monuments historiques. Les travaux sont cette fois entrepris et achevés en 1993.

Des années 1870 aux années 1980, la pensée architecturale et restauratrice et son évolution ont ainsi rencontré, dans la tour de croisée de Notre-Dame de Strasbourg, un objet où s’incarner d’une manière particulièrement frappante.

(Auteur : Simon Piéchaud)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *