14. Les métamorphoses du grand orgue au XXe siècle

Dans le buffet gothique érigé en 1491, pas moins de huit orgues différents se sont succédé jusqu’à nos jours. Parmi ces cinq siècles, le vingtième fut celui qui vit le plus de bouleversements, puisque trois orgues neufs y furent érigés en moins de cent ans.

Prise avant le démontage par Koulen en 1892, cette photo de l'orgue Silbermann que l'on doit à Charles Winter montre quelques lacunes dans le décor sculpté, non réparées après le bombardement de 1870. En haut à droite du grand buffet, on distingue les tuyaux du récit, ajoutés en 1833 par Georges Wegmann (Fondation de l'Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

Prise avant le démontage par Koulen en 1892, cette photo de l’orgue Silbermann que l’on doit à Charles Winter montre quelques lacunes dans le décor sculpté, non réparées après le bombardement de 1870. En haut à droite du grand buffet, on distingue les tuyaux du récit, ajoutés en 1833 par Georges Wegmann. Cliché : Charles Winter (Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

Juste avant l’entrée dans le XXe siècle, l’orgue Silbermann de 1716 fut reconstruit en 1897 par Heinrich Koulen, un facteur d’orgues allemand installé à Strasbourg depuis 1872.

L'orgue reconstruit par Heinrich Koulen en 1897, avec ses tuyaux de façade repolis et brillants. Cliché : Jules Manias et Cie (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

L’orgue reconstruit par Heinrich Koulen en 1897, avec ses tuyaux de façade repolis et brillants. Cliché : Jules Manias et Cie (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Cette transformation fut considérée comme un échec, non pas tant parce qu’il avait détruit l’orgue Silbermann, mais parce que le système électro-pneumatique particulièrement novateur qui y fut expérimenté se révéla d’une fiabilité très insuffisante. Si l’orgue Koulen fut démonté dès 1911 – ou 1908 pour le pendentif médiéval – ce ne fut pas en raison de ses défauts intrinsèques mais parce que des étais durent être mis en place sous les voûtes, pour permettre la restauration du pilier nord du massif occidental, gravement fissuré suite à un affaissement. Tout l’instrument resta ainsi entreposé à l’Œuvre Notre-Dame durant de longues années et une partie des tuyaux de métal fut réquisitionnée par l’administration allemande en 1917.

Pour étayer les voûtes du bas-côté nord, le pendentif a été démonté en 1908 (Fondation de l'Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

Pour étayer les voûtes du bas-côté nord, le pendentif a été démonté en 1908 (Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

En 1911, tout l'instrument fut déposé, et, après la réouverture de cette travée, l'emplacement vide fut caché par des tapisseries en verdures du XVIIIe siècle (Fondation de l'Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

En 1911, tout l’instrument fut déposé, et, après la réouverture de cette travée, l’emplacement vide fut caché par des tapisseries en verdures du XVIIIe siècle (Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

Les projets démesurés de construction de trois orgues répartis dans la cathédrale, établis autour de 1930 par le chanoine François-Xavier Mathias, n’aboutirent pas et c’est finalement un orgue d’esthétique néo-classique qui fut construit en 1933-1935 par Edmond-Alexandre Roethinger, dans le buffet médiéval restauré à cette occasion. Quelques années plus tard, cet instrument souffrit considérablement des effets de la Seconde Guerre mondiale, notamment du démontage des vitraux en septembre 1939 et de la bombe tombée sur la croisée du transept le 11 août 1944. Les dommages ne furent complètement réparés qu’en 1959, toujours par l’entreprise Roethinger, avec des changements de jeux suggérés par l’organiste Michel Chapuis, alors professeur au conservatoire de Strasbourg.

Les statues ne furent remontées qu'en 1952, après restauration. À cette occasion, le lion de Samson fut redoré par Camille Gerner (Fondation de l'Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

Les statues ne furent remontées qu’en 1952, après restauration. À cette occasion, le lion de Samson fut redoré par Camille Gerner (Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

Mais en raison de sa transmission hybride, partiellement mécanique et partiellement pneumatique, et des difficultés d’entretien du fait de l’encombrement intérieur, l’orgue Roethinger fut jugé irréparable une dizaine d’années plus tard et un nouvel orgue fut reconstruit en 1979-1981 par Alfred Kern, dont ce fut le dernier chef-d’œuvre. De facture néo-baroque, cet instrument ne visait pas à retrouver les sonorités de l’orgue de 1716, même si un peu plus de 300 tuyaux de Silbermann y ont été intégrés.

Les derniers travaux ont été réalisés de janvier à mars 2015 : l’instrument a été relevé par Richard Dott et les dorures ont été nettoyées, partiellement restaurées, voire renouvelées par Pascal Meyer. À cette occasion, des études dendrochronologiques – une méthode de datation par observation des cernes du bois – ont également permis de vérifier que la tribune en nid d’hirondelle était la plus ancienne conservée au monde, et que le grand buffet, malgré les vicissitudes de l’histoire, demeurait bel et bien celui de 1491.

Un grand échafaudage a été mis en place au début de 2015 pour le relevage de l'instrument par Richard Dott et Pascal Meyer. Cliché : Roland Lopes

Un grand échafaudage a été mis en place au début de 2015 pour le relevage de l’instrument par Richard Dott et Pascal Meyer. Cliché : Roland Lopes

(Auteur : Christian Lutz)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *