13. La restauration des verrières du bas-côté sud

Le corpus vitrearum Argentinensis représente l’un des plus beaux et l’un des plus importants ensembles de verrières médiévales conservés en France.

En 2010, la DRAC Alsace, a engagé une importante campagne de travaux de restauration sur les cinq verrières du bas-côté sud. Cette opération d’envergure a pu être menée à bien grâce à la participation financière effective de l’État et d’un appel à mécénat.

Les cinq verrières restaurées du bas-côté sud de la cathédrale représentent un cycle de la vie de la Vierge et du Christ, et s’achèvent sur un Jugement dernier. Elles ont été exécutées entre 1330 et 1340.

Baie 34, lancette C, panneau avant et après restauration (DRAC Alsace)

Baie 34, lancette C, panneau avant et après restauration (DRAC Alsace)

Au début des années 2000, l’aspect dégradé de ces vitraux a justifié le lancement d’une campagne d’études, afin, d’une part de perfectionner notre connaissance de ces objets (iconographie, critique d’authenticité), et d’autre part, de mettre en place un protocole de restauration.

L’exposition de ces panneaux aux conditions climatiques et à la pollution, mais également les interventions humaines et les conflits, ont provoqué de nombreux désordres.

Trois états successifs d'un personnage : avant la restauration, après enlèvement au scalpel des dépôts issus de la pollution atmosphérique, et après nettoyage des traces les plus tenaces (DRAC Alsace)

Trois états successifs d’un personnage : avant la restauration, après enlèvement au scalpel des dépôts issus de la pollution atmosphérique, et après nettoyage des traces les plus tenaces (DRAC Alsace)

Des altérations structurelles étaient perceptibles, avec la présence de « plombs de casse » additionnels, et des dommages de surface étaient apparus sous forme de dépôts, encrassement, soulèvement des grisailles… Cette situation menaçait à la fois la conservation des panneaux (la couche superficielle des verres était elle-même atteinte) et leur lisibilité.

État des plombs et des scellements de mortier avant la dépose des verrières (DRAC Alsace)

État des plombs et des scellements de mortier avant la dépose des verrières (DRAC Alsace)

Un protocole d’étude et de restauration fut donc mis en place en collaboration avec des ateliers de maîtres-verriers et le laboratoire de recherche des Monuments historiques (LRMH), sous l’autorité de l’architecte en chef des Monuments historiques. Les panneaux furent dans un premier temps déposés, leurs caractéristiques étudiées, des prélèvements effectués, les peintures refixées, les verres nettoyés et les plombs changés en atelier, avant de procéder à leur réinstallation dans les maçonneries. Enfin, un système de protection extérieure, améliorant la lisibilité des panneaux, fut proposé sous la forme de verrières de doublage reprenant fidèlement la résille de plombs du XIVe siècle, afin de garantir dans le temps les effets de la restauration. Une première en Europe !

Vue extérieure d'une baie du bas-côté sud avec sa verrière de protection redessinant la résille de plombs du vitrail. Cliché : Olivier Munsch (DRAC Alsace)

Vue extérieure d’une baie du bas-côté sud avec sa verrière de protection redessinant la résille de plombs du vitrail. Cliché : Olivier Munsch (DRAC Alsace)

(Auteur : Pierre-Olivier Benech)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *