11. La mise en défense de la cathédrale

L’organisation d’une défense passive

La menace que l’arrivée au pouvoir de Hitler en Allemagne fait peser sur la paix conduit le service des Monuments historiques à établir un plan de « défense passive » des monuments et des objets d’art. Toute proche de la frontière, la cathédrale de Strasbourg est particulièrement concernée : des alertes sont données en septembre 1938, lors de la crise des Sudètes, puis au printemps 1939. Dès le début de la guerre en septembre 1939, les autorités françaises lancent d’importants travaux de protection de la cathédrale. Dirigés par l’architecte en chef Paul Gélis, ils sont exécutés par « l’équipe de défense passive de la cathédrale », dont fait partie le personnel de l’Œuvre Notre-Dame.

Mesures de protection des verrières, 1939 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Mesures de protection des verrières, 1939 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Des mesures de protection sans cesse renforcées

La « drôle de guerre » laisse au service des Monuments historiques tout le temps nécessaire pour exécuter les travaux de défense de la cathédrale. À l’extérieur, des « écrans » de protection sont établis devant les trois portails de la façade occidentale. À l’intérieur, la chaire, le Pilier des Anges et les fonts baptismaux sont aussi protégés par des coffrages en tubes d’acier garnis de sacs de sable fermés par des planches ignifugées. Les verrières anciennes sont déposées et mises en caisse. Les baies vides sont closes avec des planches de bois et du « Vitrex ». Les sculptures originales exposées au Musée de l’Œuvre Notre-Dame sont mises à l’abri dans les sous-sols, etc.

Mesures de protection du portail sud, dit "de Salomon", 1939 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Mesures de protection du portail sud, dit « de Salomon », 1939 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Après l’armistice de juin 1940, l’Alsace est annexée de fait au IIIe Reich. La cathédrale est placée dans les attributions du Landesdenkmalamt, dirigé par le docteur Joseph Schlippe. L’atelier de l’Œuvre Notre-Dame est « étatisé » par une décision du Gauleiter Robert Wagner du 14 février 1941. Les travaux de défense passive de la cathédrale se poursuivent toutefois jusqu’à la Libération.

(Auteur : Nicolas Lefort)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *