10. L’atelier de sculpture de l’Œuvre Notre-Dame au début du XXe siècle

Tout au long du XIXe siècle, l’atelier de sculpture de l’Œuvre Notre-Dame s’attache à restituer la statuaire détruite sous la Révolution.

L'Église, moulage, 1940 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

L’Église, moulage, 1940 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Avec l’arrivée de Louis Stienne à la tête de l’atelier, en 1876, débutent des travaux de copie des œuvres en place. En 1885, Stienne livre, dans une perspective commerciale, des copies à l’échelle 1/5e des statues médiévales les plus fameuses de la cathédrale, l’Église et la Synagogue.

Parallèlement, dans un souci de conservation, mais aussi pour pouvoir jouir des statues les plus importantes dans le confort d’un cabinet de sculpture, Stienne confie à son équipe, et notamment à E. Peter et E. Bourjat, la reproduction grandeur nature des œuvres majeures du programme sculpté de la cathédrale. En 1903, Bourjat produit et met en place une copie de l’Église, puis en 1905 une de la Synagogue, les originaux étant alors déposés dans la maison de l’Œuvre.

La Synagogue, moulage, 1940 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

La Synagogue, moulage, 1940 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Lorsqu’en 1909, Johann Knauth, nouvel architecte de la cathédrale, recrute pour prendre la suite de Stienne le sculpteur Ferdinand Riedel, ce dernier poursuit les opérations de reproduction en faisant déplacer au musée les dix piédroits du portail Saint-Laurent, remplacés in situ par des copies en grès, puis par des plâtres peints dans les tons de la pierre. En 1918, le retour de l’administration française ne marque pas immédiatement un coup d’arrêt à cette politique de dépose en conservation assortie de substitutions illusionnistes. Au contraire, au lendemain de l’armistice, l’atelier de sculpture de l’OND, désormais supervisé par Alfred Klem, emploie jusqu’à vingt sculpteurs, notamment à reproduire le grand gâble du portail central, déposé à la veille de la Grande Guerre, mais également à remplacer par des œuvres gothisantes les statues réalisées à peine un siècle plus tôt, dans un style désormais jugé trop lointain du parti original.

Concierge de la cathédrale. Cliché : Olivier Munsch (DRAC Alsace)

Concierge de la cathédrale. Cliché : Olivier Munsch (DRAC Alsace)

Notons que ce petit « âge d’or » de la sculpture néogothique à l’OND s’est également exprimé, au-delà des restitutions et des substitutions, par des créations gratuites, ainsi ce « concierge de la cathédrale », inspiré des sculptures du portail Saint-Laurent et inséré dans le vestibule des antiquaires que Knauth conçut en 1904, dans le style flamboyant des ouvrages bas de la façade nord.

 

 

 

 

(Auteur : Louis-Napoléon Panel)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *