8. Anselme Laugel, un notable éclairé

Portrait d'Anselme Laugel. S.n., s.d. (Photo. Musées de Strasbourg

Portrait d’Anselme Laugel. S.n., s.d. (© Photo. Musées de Strasbourg)

D’une famille de notables strasbourgeois, A. Laugel opte pour la France en 1871 et devient fonctionnaire à la questure du Sénat, tout en poursuivant une carrière d’artiste-peintre amateur. Il revient en Alsace en 1891 pour reprendre la direction de la propriété viticole familiale à Boersch-Saint-Léonard, qui deviendra le foyer artistique et culturel de la « Renaissance alsacienne ». Président-fondateur de l’Association des viticulteurs d’Alsace, il est élu en 1897 au conseil général de Basse-Alsace où il siège jusqu’en 1912. En 1900, il est élu au parlement régional (Landesausschuss) par le canton de Molsheim. Il y préside le groupe parlementaire du Centre alsacien-lorrain (catholique) à partir de 1907 et jusqu’en 1911, mais est battu aux élections au Landtag de 1912. Ses positions « nationalistes » se radicalisent de plus en plus. En 1914, il s’établit en France, est membre de la conférence d’Alsace et de Lorraine, puis du conseil supérieur de 1919 et 1920. Avec É. Wetterlé, il joue un rôle important pour l’introduction des dispositions de la loi de 1913 en Alsace et en Lorraine. Écarté par un mot d’ordre comminatoire de l’UPR (catholique) [Par dessus bord, les poids morts – Los mit dem Ballast] de la candidature à la Chambre des députés en 1919, il ne réussit plus à revenir au premier plan de la vie politique.

Hôte et animateur des artistes de la « Renaissance alsacienne »

Vue de la place du Docteur Pierre Walter à Bergheim. Auteur : Karl Weysser, 1892 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Vue de la place du Docteur Pierre Walter à Bergheim. Auteur : Karl Weysser, 1892 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

A. Laugel participe à toutes les entreprises qui relèvent au début du XXe siècle de ce qu’on appellera la « Renaissance alsacienne ». Avec Ch. Spindler, qui s’est installé dans le hameau de Saint-Léonard, A. Laugel soutient l’entreprise des Images alsaciennes de J. Sattler et Ch. Spindler, puis la Revue alsacienne illustrée, le Théâtre alsacien de Ch. Hauss et de G. Stoskopf.

En 1902, il publie avec Ch. Spindler Costumes et coutumes d’Alsace (Trachten und Sitten im Elsass). Il adhère à la SCMHA dès 1892, entre à son comité en 1906 et en sera président en 1908.

 

La Revue alsacienne illustrée, la Société pour la Conservation des Monuments historiques et le Heimatschutz

A. Laugel popularise l’architecture régionaliste qu’il appelle « art populaire alsacien » dans la Revue alsacienne illustrée (1905). Avec les premières démolitions de maisons insalubres de Strasbourg, les projets de remodelage de la vieille ville se précisent. La Société pour la Conservation du vieux Strasbourg (professeurs E. Polaczek et K. Staatsmann, docteurs P. Bucher et F. E. Dollinger, J. Knauth et les artistes peintres et notables strasbourgeois) se mobilise pour préserver les vieilles maisons menacées, dont F. Wolff a fait un inventaire. Pour les architectes, « il ne faut pas seulement conserver les vieilles maisons, il faut préserver l’image d’un site, le style d’une rue » (J. Knauth). Ce principe sera appliqué dans la « Neue Strasse » (actuelle rue du 22-Novembre).

(Auteur : François Igersheim)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *