30. La protection de l’architecture française

En France, la montée du nationalisme et du patriotisme résultant de la défaite de 1870 et de la perte de l’Alsace-Lorraine s’était accompagnée d’une redécouverte de l’architecture classique, dorénavant perçue comme un apogée de l’art français et un modèle à imiter. Après 1918, en Alsace, les Français portent une attention toute particulière aux monuments des XVIIe et du XVIIIe siècles français, leur existence témoignant de la présence séculaire de la France sur le Rhin. Plusieurs membres de l’administration et de la nouvelle commission de l’Architecture et des Beaux-Arts d’Alsace et de Lorraine sont d’ailleurs de grands admirateurs de l’architecture classique française. C’est pourquoi ces édifices font l’objet de nombreuses publications, conférences et expositions et sont nombreux à être classés parmi les Monuments historiques entre 1919 et 1925.

La figure d’André Hallays

À partir de 1903, le critique d’art A. Hallays se rend à maintes reprises en Alsace. Invité par la Société industrielle de Mulhouse à donner une conférence sur l’esthétique des villes, il rencontre le docteur P. Bucher, francophile, avec qui il se lie d’amitié. A. Hallays donne une conférence sur l’art du XVIIIe siècle en Alsace à Strasbourg en 1905 et y revient en 1907 pour prononcer une nouvelle allocution sur le château des Rohan. En 1911, il réunit ses notes de voyage dans un recueil intitulé En flânant, À travers l’Alsace. Dans ce livre, A. Hallays s’étonne de la faible place que les monuments et œuvres d’art du XVIIIe siècle occupent dans les guides touristiques et dans les ouvrages historiques consacrés à la région. Il s’interroge également sur les raisons de leur méconnaissance par les Alsaciens eux-mêmes. Selon lui, cette ignorance a deux grandes explications. La première est liée à l’histoire de l’art et au goût en matière d’architecture, la seconde est politique, à travers la volonté de germanisation de la région.

La polémique autour du Palais Rohan

Dans son ouvrage, A. Hallays se complaît à décrire « l’état lamentable » dans lequel se trouvait le château des Rohan lors de son passage à Strasbourg en 1907.

Il n’est toutefois pas seul à déplorer l’état de l’édifice. Lors d’une séance du conseil municipal de Strasbourg, le Dr. Th. Ziegler, un Allemand, professeur de philosophie à l’université de Strasbourg, dénonce les travaux réalisés après 1871 pour aménager la bibliothèque de celle-ci : « Le traitement qu’on a fait subir au château depuis des années est inqualifiable, barbare. Quand la bibliothèque de l’université y campait, on a sans ménagement percé des murs et détruit leur riche décoration, comme auraient fait des vandales. On avait alors pour excuse le niveau très bas où était tombée la compréhension artistique dans les années 1870. Mais aujourd’hui on continue de tout maltraiter. »

Plan du rez-de-chaussée du Palais Rohan à Strasbourg, projet d'aménagement en université. S.n., 1880 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Plan du rez-de-chaussée du Palais Rohan à Strasbourg, projet d’aménagement en université. S.n., 1880 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Pour remédier à cette situation, le maire de Strasbourg, R. Schwander, décide la création d’une commission spéciale chargée d’étudier la restauration complète du château des Rohan. Elle rassemble des spécialistes allemands, des Alsaciens et, chose assez remarquable pour l’époque, des Français : l’inspecteur général des Monuments historiques P. Boeswillwald, l’historien de l’art et collectionneur R. Koechlin, et A. Hallays. Elle arrête en 1907 un plan de restauration générale du monument dont l’exécution est commencée en 1908 mais interrompue par la guerre.

Plan du rez-de-chaussée du Palais Rohan à Strasbourg, aménagement des ailes est et ouest. Auteur : Johann Knauth, 1907 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Plan du rez-de-chaussée du Palais Rohan à Strasbourg, aménagement des ailes est et ouest. Auteur : Johann Knauth, 1907 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Pourtant, A. Hallays se garde bien d’évoquer l’existence de cette commission dans son ouvrage paru en 1911. Il n’ignore pas non plus, qu’en France, le classement des édifices des XVIIe et XVIIIe siècles est pratiquement exclu et qu’il faut attendre le vote de la loi de 1913 pour qu’il soit complètement admis. Par conséquent, ces monuments ne sont pas plus nombreux en France qu’en Alsace, alors qu’ils figurent en grand nombre sur la liste de F. Wolff. Les critiques d’A. Hallays à l’encontre des Allemands ont donc un caractère essentiellement nationaliste et patriotique et manquent notoirement de sincérité.

(Auteur : Nicolas Lefort)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Télécharger le panneau

Pour en savoir plus…

Biographie d’A. Hallays sur le site de l’INHA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *