3. Edouard von Moeller, le relais d’une politique

Un haut fonctionnaire cultivé

Portrait d'Edouard von Moeller, président supérieur d'Alsace et de Lorraine (1871-1879), 1884 (Phot. et coll. BNU Strasbourg)

Portrait d’Edouard von Moeller, président supérieur d’Alsace et de Lorraine (1871-1879), 1884 (© Photo. et coll. BNU Strasbourg)

Né en 1814, le Westphalien E. von Moeller a fait ses études à Heidelberg et Berlin, et sa carrière de haut-fonctionnaire prussien se déroule en Westphalie et en Rhénanie prussienne. Il a été longtemps président de l’importante et culturelle province de Cologne (1848-1866). Il est nommé, en 1866, président de la province de Hesse-Nassau que la Prusse a annexé. En 1871, il devient président de l’Alsace-Lorraine, annexée à l’Empire allemand. Il mène une politique libérale et anticléricale, mais est renvoyé en 1879 et meurt à Cassel en 1881.

La Prusse est très en retard pour la conservation des Monuments historiques, malgré les efforts de son Konservator der Kunstdenkmäler, F. von Quast, qui n’obtient pas de budget pour l’entretien et la sauvegarde des monuments (et leur classement) sur le modèle français. E. von Moeller, nommé en 1866, confie à des professeurs d’histoire de l’art et d’architecture la réalisation d’un inventaire des richesses artistiques de la province qui est publié dès 1870. C’est l’un des premiers inventaires d’Allemagne.

Le droit et la réglementation français appliqués en Alsace-Lorraine

L’Empire allemand applique en Alsace-Lorraine la législation existante, sauf exceptions bien déterminées et signalées. E. von Moeller doit y appliquer le droit et la réglementation français, y compris pour les Monuments historiques. Le maintien de ce droit est réaffirmé par une circulaire du président supérieur du 7 janvier 1874, qui subordonne les travaux dans les églises, particulièrement les églises classées, à l’autorisation et la surveillance de l’administration. E. von Moeller nomme Ch. Winkler architecte du Land en 1871. En 1874, redevenu architecte libéral, ce dernier reste architecte des Monuments historiques.

Château du Greifenstein à Saverne, vue d'ensemble. Auteur : Charles Winkler, 1877 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Château du Greifenstein à Saverne, vue d’ensemble. Auteur : Charles Winkler, 1877 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Un budget des Monuments historiques

Le parlement régional (Landesausschuss), consultatif puis délibératif, vote le budget du Land d’Alsace-Lorraine et les crédits de la ligne « conservation des Monuments historiques » regroupent l’ensemble des sommes allouées aux trois départements avant la guerre : subventions aux travaux sur monuments classés, aux publications intéressant les Monuments historiques (honoraires d’un conservateur, plus coût de l’inventaire). En 1877, les crédits sont affectés aux églises et aux ruines de châteaux, 26 monuments historiques seront pourvus jusqu’en 1892.

Comme en France avant 1905, c’est dans le budget des cultes que l’on trouve les grands chantiers des Monuments historiques. Le plus important est celui de la cathédrale de Metz. Mais aussi Saints-Pierre-et-Paul de Wissembourg, puis, à partir de 1885, Saint-Thiébaut de Thann, Sainte-Foy de Sélestat et Saint-Martin de Colmar (1891).

Le classement des monuments

E. von Moeller a donc confirmé les classements opérés depuis 1837 par la France. Le classement alsacien-lorrain a accru le nombre de monuments protégés incluant en particulier des ruines de châteaux forts. En Basse-Alsace, il a rajouté 11 églises et 8 châteaux vosgiens : Sainte-Foy de Sélestat, l’église de Surbourg, les châteaux du Hohbarr, du Greiffenstein, de l’Ochsenstein, du Geroldseck, la tour de Rosenwiller, la chapelle Sainte-Marguerite d’Epfig, l’église de Domfessel, la tour du Nideck, les ruines des châteaux du Wasigenstein, du Frankenbourg, de Lichtenberg, les églises Saint-Jean de Wissembourg, de Hohwiller, de Mitschdorf, de Seltz, de Gunstett, d’Altenstadt. La liste haut-rhinoise de 1840 avait déjà inclus des châteaux forts et on n’y touchera pas. Seront ajoutés l’hôtel de Ville d’Éguisheim en 1882, le clocher de Réguisheim en 1886 et l’église de Feldbach en 1888.

Château du Haut-Barr à Saverne, vue d'ensemble. Auteur : G. M. Eckert, 1875 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Château du Haut-Barr à Saverne, vue d’ensemble. Auteur : G. M. Eckert, 1875 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Un « conservateur » des Monuments historiques

En 1871, E. von Moeller cherche par enquête à lancer un inventaire des Monuments d’Alsace et de Lorraine, sans succès. Après le départ de Ch. Winkler en 1874 il nomme l’abbé F. X. Kraus, professeur à l’université, « conservateur des Monuments historiques ». Sa qualité de clerc et ses liens avec la Société pour la Conservation des Monuments Historiques d’Alsace devait lui permettre de relancer l’entreprise.

(Auteur : François Igersheim)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *