26. Paul Gélis et Charles Czarnowsky, inspecteurs des Monuments historiques

L’introduction des méthodes françaises de conservation des Monuments historiques

Restauration de la tour de croisée de l'église Saint-Léger de Guebwiller. S.n., années 1920 (Coll. Bruno Gélis, droits réservés)

Restauration de la tour de croisée de l’église Saint-Léger de Guebwiller. S.n., années 1920 (Coll. Bruno Gélis, droits réservés)

Au printemps 1919, la plupart des architectes fonctionnaires allemands ayant été expulsés, la première préoccupation du directeur de l’Architecture et des Beaux-arts R. Danis est de reconstituer une équipe d’architectes à la tête des services d’Alsace et de Lorraine. Il nomme de jeunes architectes alsaciens qui connaissent la législation locale. Au service des Monuments historiques, R. Danis souhaite introduire immédiatement les méthodes françaises de conservation (qu’il oppose abusivement aux méthodes de restauration allemandes). Il décide de confier ce service au jeune architecte français P. Gélis. Pour le seconder il choisit Ch. Czarnowsky, un architecte alsacien capable de traiter la correspondance, la comptabilité et le suivi des chantiers qui s’effectuent encore le plus souvent en allemand.

Paul Gélis, architecte du gouvernement, inspecteur des Monuments historiques et des édifices cultuels d’Alsace

Portrait de Paul Gélis. S.n., vers 1918 (Coll. Bruno Gélis, droits réservés)

Portrait de Paul Gélis. S.n., vers 1918 (Coll. Bruno Gélis, droits réservés)

P. Gélis est né le 3 septembre 1885 à Paris. Bachelier ès lettres, il entre à l’école des Beaux-Arts en 1908 ainsi qu’à l’école des Arts décoratifs. Il est architecte diplômé par le gouvernement en 1914. En 1917, il est primé au concours pour la reconstruction des habitations rurales détruites par la guerre. À l’armistice, il est affecté au service de protection et d’évacuation des monuments et œuvres d’art du front Est sous la direction de R. Danis. En avril 1919, il est nommé architecte du gouvernement, inspecteur des Monuments historiques pour le territoire d’Alsace. Il réussit le concours d’architecte en chef des Monuments historiques en 1920.

En dehors des travaux de réparation des dommages de guerre, P. Gélis restaure les églises de Murbach, de Guebwiller (Saint-Léger et Dominicains), de Sélestat (Saint-Georges), etc. Il restaure aussi la maison des Bains à Kaysersberg et consolide les ruines des Fleckenstein, Wasenbourg, Hohenbourg, Ochsenstein, Hohlandsbourg, Frankenbourg, Landskron, etc. La loi municipale locale de 1895 ayant été maintenue en vigueur, P. Gélis assure l’inspection des édifices cultuels d’Alsace. Il présente son « chef-d’œuvre » à l’exposition des arts décoratifs de Paris de 1925 : « l’oratoire alsacien », construit avec les entrepreneurs de la région et rebâti au Mont Sainte-Odile. Par ailleurs, P. Gélis obtient, un à un, le classement des maisons à colombage de l’îlot du Bain-aux-Plantes à Strasbourg (1927-1928).

La maison des Tanneurs au 42, rue du Bain-aux-Plantes à Strasbourg. Auteur : Charles Winkler, 1870 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

La Maison des Tanneurs au 42, rue du Bain-aux-Plantes à Strasbourg. Auteur : Charles Winkler, 1870 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Devis pour la transformation de la Maison des Tanneurs au 42, rue du Bain-aux-Plantes à Strasbourg. Auteur : Lucien Rapp, 1927 (Archives départementales du Bas-Rhin, 178 AL 82)

Devis pour la transformation de la Maison des Tanneurs au 42, rue du Bain-aux-Plantes à Strasbourg. Auteur : Lucien Rapp, 1927 (© Archives départementales du Bas-Rhin, 178 AL 82)

Charles Czarnowsky, inspecteur des Monuments historiques d’Alsace chargé de l’entretien

Portrait de Charles Czarnowsky. Auteur : Henri Prillot, vers 1910 (Photo. et coll. BNU Strasbourg)

Portrait de Charles Czarnowsky. Auteur : Henri Prillot, vers 1910 (Photo. et coll. BNU Strasbourg)

Ch. Czarnowsky est né le 28 décembre 1879 à Strasbourg. De 1895 à 1900, il étudie à l’école technique supérieure (Technische Hochschule) de Karlsruhe, où il est l’élève du professeur C. Schaeffer chez qui il effectue des stages pratiques durant lesquels il collabore à la restauration de l’ancienne Douane et de l’église Saint-Pierre-le-Jeune à Strasbourg. En 1907, il entre au bureau d’architecture de la Ville de Thionville en Moselle, puis, de 1907 à 1911, il est employé au bureau d’architecture de la Ville de Metz, où il collabore à la restauration de la chapelle des Templiers. En novembre 1919, Ch. Czarnowsky est engagé comme inspecteur des Monuments historiques d’Alsace. Il seconde P. Gélis sur les chantiers et, à partir de 1925, il assure le service de « petit entretien » des Monuments historiques classés d’Alsace. Dans les années 1920 et 1930, une centaine de monuments classés d’Alsace fait l’objet de travaux de réparation et d’entretien, sans compter la consolidation de vingt-cinq ruines de châteaux forts dans les Vosges. Ch. Czarnowsky donne de nombreuses conférences, y compris à la radio, et publie de nombreux articles sur les églises romanes et gothiques, les châteaux forts, les vieilles maisons, etc. Dans son Guide de l’église Saint-Pierre-le-Jeune paru dans les années 1920, il défend la restauration conduite par son ancien maître C. Schaeffer, que la commission des Monuments historiques critique fortement, au point d’envisager de déclasser l’édifice.

(Auteur : Nicolas Lefort)

 

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *