24. La réintégration au service des Monuments historiques

Organisation, continuité et adaptation

L’organisation du service local d’Alsace a fait l’objet d’une mise en place et d’ajustements progressifs dès 1919. En partant de l’organisation militaire de protection des monuments et des œuvres d’art du front Est qu’avait dirigée R. Danis, une mission d’inspection pour l’Alsace et la Lorraine est créée, dont il a la responsabilité. Le service est transféré à Strasbourg. P. Gélis est nommé, quant à lui, inspecteur des Monuments historiques en avril 1919.

Mais c’est véritablement en mars 1919, avec la création d’un commissariat général de la République, qu’est instituée la direction de l’Architecture et des Beaux-Arts qui fonctionne jusqu’en 1921. La reprise complète de la conduite d’une politique monumentale de protection et de conservation en Alsace Lorraine est clairement marquée par l’arrêté du 20 juin 1919, signé du commissaire général A. Millerand.

R. Danis, directeur de l’Architecture et des Beaux Arts d’Alsace-Lorraine, se dit le « vigilant gardien de notre patrimoine et de nos traditions nationales ». Pour la protection, le directeur travaille avec la commission de l’Architecture et des Beaux-Arts instituée en juillet 1919. Cette commission, de l’aveu même de R. Danis, prend la suite de la Landesbaukommission qui avait été créée en 1908.

La doctrine du service, la recherche et la documentation

S’agissant de la politique de protection, R. Danis s’attache aux monuments « écartés systématiquement […] par les Allemands à cause de leur caractère français ». Il souligne en outre que « la conservation des derniers champs de bataille a été étudiée et l’arrêté du 20 juin 1919 en permet le classement » et propose également de poursuivre l’inventaire général de toutes les richesses monumentales et artistiques qui avait été « continué par l’administration allemande ».

Congrès de la Société française d'archéologie dans la cathédrale de Strasbourg. S.n., 1920 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Congrès de la Société française d’archéologie dans la cathédrale de Strasbourg. S.n., 1920 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Lors des congrès de l’immédiat après-guerre, le débat scientifique n’est pas à l’heure de l’apaisement. Les congrès de la Société française d’Archéologie en témoignent. À Angers, en 1871, avaient été évoquées les « tristes circonstances » ainsi que « l’odieux vandalisme qui venait de brûler les monuments de Paris ». En 1919, le congrès de Paris permet à E. Lefèvre-Pontalis de dire que « l’heure du châtiment […] a fini par sonner pour les pirates et les bandits ». Il rappelle que le bureau de la Société a « rayé onze correspondants austro-allemands qui étaient restés impassibles devant l’indignation du monde civilisé ». La séance de Strasbourg, en 1920, est elle aussi prolixe en discours nourris par l’esprit de revanche : E. Lefèvre-Pontalis y déclare que la « clarté française remplacera la lourdeur de la Kultur » ; R. Danis, pour sa part, reste plus mesuré. La riche documentation que représente le Denkmalarchiv, outil unique, n’est pas citée dans les ressources d’un « inventaire » qui doit être relancé et demeure absent de l’intérêt de la part du nouveau service.

La nomination, en Alsace, de conservateurs des Monuments historiques successifs avait permis la mise en œuvre à partir de 1874 des directives ou instructions du président supérieur ou du secrétaire d’État, largement inspirées par les dispositions françaises antérieures. Cette situation a été reconduite de fait en 1919 par R. Danis. Il avait constitué un petit ministère des Beaux-Arts et s’était entouré sur place d’une équipe composée d’architectes, d’inspecteurs et de personnel administratif. Le caractère régional du service voulu par R. Danis ne résistera pas au processus de rattachement initié à partir de 1922 et à la disparition du commissariat général en 1925.

Une note, attribuée à ce dernier, qui défend la spécificité régionale et le statu quo, est sans effet. On peut en outre souligner que le Denkmalarchiv est quelque peu oublié dans ces réflexions, même si son caractère original aurait pu être rappelé. Le service conserve ses compétences et ses moyens au niveau local, avant une organisation définitive et le rattachement au ministère de l’Instruction publique qui prend effet en 1924.

(Auteur : Simon Piéchaud)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *