23. Les cloches : de la réquisition au retour

La réquisition campanaire de 1917

Cloche de Didenheim photographiée au dépôt de Francfort-sur-le-Main. S.n., 1917 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Cloche de Didenheim photographiée au dépôt de Francfort-sur-le-Main. S.n., 1917 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Si la première guerre mondiale n’eut que peu d’incidences sur le patrimoine régional, à l’exception notoire des destructions sur les zones de front, il y eut néanmoins un domaine où elle donna lieu à des pertes massives : il s’agit du patrimoine campanaire. À plusieurs reprises lors du conflit, l’Empire allemand ordonna des réquisitions métalliques, notamment afin de faire face à la pénurie de matière première pour l’industrie de l’armement. L’ordonnance du 1er mars 1917 confisquait toutes les cloches du IIe Reich des Hohenzollern, ainsi que les montres d’orgues (tuyaux en étain placés sur la façade). Cette réquisition, bien que drastique et incomprise par la population, fut bornée par un cadre juridique strict, dont l’application se fit localement par les autorités militaires, civiles et religieuses. Il ne s’agissait bien sûr pas d’envoyer à la fonte les œuvres les plus anciennes, les plus intéressantes pour l’histoire de l’art ou pour l’histoire musicale, mais de fondre les œuvres les plus récentes, c’est à dire celles datant principalement du XIXe siècle. Pour ce faire, des règles furent conçues, comme celle d’une notation permettant le classement. Trois catégories furent créées : les cloches devant être immédiatement réquisitionnées (notées A), celles dont la réquisition peut être différée (notées B) et celles devant être conservées absolument (notées C). Ce travail fut confié dans chaque Land aux services administratifs et à des personnalités compétentes en la matière. Pour l’Alsace-Lorraine, alors terre d’Empire, la collecte des données fut assurée par les services du Denkmalarchiv de Strasbourg et de Metz, tandis qu’il revint à un groupe d’experts de le contrôler et de le valider. Il fut composé en Alsace du conseiller ministériel E. Schütz, du conservateur et architecte J. Knauth, du chanoine E. Müller et pour la Lorraine du conservateur et architecte W. Schmitz, et de l’ecclésiastique R. S. Bour. Basé sur une organisation rigoureuse afin de ne pas retarder la réquisition, cet inventaire fut réalisé avec l’aide des propriétaires et de personnalités locales (ecclésiastiques, instituteurs, etc.) qui durent relever un certain nombre d’informations :

  • diamètre de l’ouverture ;
  • relevé des inscriptions (signature, date, inscription dédicatoire, inscription pieuse) ;
  • ornementation ;
  • et tonalité (si connue).

Les cloches descendues par l’armée de leur beffroi furent centralisées dans les chefs-lieux d’arrondissement, avant d’être envoyées à Francfort-sur-le-Main.

De cet acte arbitraire lié à un conflit particulièrement sanglant résulte, pour la première fois, un inventaire systématique, qui donne un état du patrimoine campanaire alsacien à une date précise. Les archives conservées recensent plus de 1 800 notices d’œuvre couvrant près de sept siècles.

Cloches de la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg exposées lors de leur réquisition. Auteur : Dr H. Rathgens, 1917 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Cloches de la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg exposées lors de leur réquisition. Auteur : Dr H. Rathgens, 1917 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Église Saint-Joesph à Colmar, réquisition des cloches. Auteur : Christoph, 1917 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Église Saint-Joesph à Colmar, réquisition des cloches. Auteur : Christoph, 1917 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

De 1918 à la seconde guerre mondiale

À l’issue de la première guerre mondiale, si certaines cloches conservées dans les dépôts purent être restituées à leurs propriétaires, les autres furent progressivement remplacées. Pour des raisons financières, ces acquisitions prirent un temps certain, entre 1923 et 1938. L’origine de ces nouvelles cloches est plus diversifiée, elles sortirent des ateliers de Causard (Colmar), le seul fondeur alsacien encore en activité, mais aussi de Paccard (Annecy), J. Robert (Nancy), H. et M. Gripon (Brest), G. Farnier (Robécourt), G. Ronat (Châlette-sur-Loing), A. Blanchet (Paris) et P. Chambon (Chatelle). Leurs baptêmes donnèrent lieux à de somptueuses célébrations, mêlant notamment pour celles dans l’immédiat après-guerre, sentiments religieux et patriotiques.

Un nouvel inventaire, en vue d’une réquisition, fut réalisé durant la seconde guerre mondiale, là aussi confié au service du Landesdenkmalamt. Il fut mené sous la direction de J. Schlippe, par H. Ginter entre 1942 et 1944.

(Auteur : Olivier Haegel)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *