20. L’église de la Paix à Frœschwiller : un Monument historique temporaire ?

 

Le contexte

Intérieur de l'église de la Paix à Froeschwiller. Auteur : Clémentine Albertoni, 2013 (CRMH, DRAC Alsace)

Intérieur de l’église de la Paix à Frœschwiller. Auteur : Clémentine Albertoni, 2013 (CRMH, © DRAC Alsace)

 

L’incendie de l’église de Frœschwiller lors de la bataille du 6 août 1870 témoigne de la violence des combats dans la région. Vouée au culte protestant, elle comprenait à l’origine une nef datant de 1841 et une tour-chœur ancienne.

L’administration allemande s’engage très rapidement dans la restauration des villages ruinés par les combats. Ainsi, Frœschwiller voit la reconstruction de son église protestante dite « église de la Paix », inaugurée dès 1876.

Le projet architectural

Église de la Paix à Frœschwiller. Auteur : Wioland, 1904 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Église de la Paix à Frœschwiller. Auteur : Wioland, 1904 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

De manière symbolique, la première pierre est posée le 6 août 1872, soit deux ans jour pour jour après sa destruction. Le prince royal Frédéric Guillaume place la reconstruction sous son autorité, tandis que le pasteur Ch. Klein suit le déroulement des opérations. Une vaste souscription est lancée pour financer la construction et le décor : la collecte de dons est organisée par le Hilfsverein Nürnberg, relayée par la presse locale, les fonds arrivant de villes et de familles nobles allemandes. C’est le projet de Ch. Winkler, architecte des Monuments historiques, qui est retenu avec une église de style néo-gothique dont le clocher est inspiré de celui de la cathédrale de Laon.

Les travaux de maçonnerie et de charpente sont réalisés par des entreprises locales avec du grès provenant de la carrière de Nehwiller. L’orientation de l’église est modifiée. Désormais axée nord-sud, elle est précédée d’un porche à trois travées voûtées d’ogives, ouvrant sur l’axe principal du village. Son intégration paysagère est également repensée en relation avec le domaine des Durckheim voisin, sa silhouette s’y profilant désormais comme un point de vue visible depuis le nouveau parc. Le portail central de la façade principale est surmonté d’une statue d’ange. Aucune modification du projet initial n’a été réalisée si ce n’est le remplacement de l’aigle impérial sous le portail et dans le chœur.

Le mobilier

Banc pastoral, par CHarles Winkler et Muller vers 1875. Auteur : Marie-Philippe Scheurer, 1999 (Région Alsace, Service de l'inventaire du patrimoine)

Banc pastoral, par Charles Winkler et Muller vers 1875. Auteur : Marie-Philippe Scheurer, 1999 (© Région Alsace, Service de l’inventaire du patrimoine)

Ensemble d'objets liturgiques protestants, par I.C. Wich de Nuremberg vers 1875. Auteur : Claude Menninger, 1999 (Région Alsace, Service de l'inventaire du patrimoine)

Ensemble d’objets liturgiques protestants, par I.C. Wich de Nuremberg vers 1875. Auteur : Claude Menninger, 1999 (© Région Alsace, Service de l’inventaire du patrimoine)

 

La chaire, un banc pastoral, le buffet d’orgue et les bancs de fidèles sont également réalisés par Ch. Winkler en collaboration avec J.-Ph. Muller. Les autres éléments du mobilier sont exécutés par des artistes allemands, dont un retable orné de peintures par Fr. W. Wanderer en 1876, une croix d’autel, des chandeliers, un meuble de sacristie, les vitraux sur des dessins de Fr. W. Wanderer, les cloches par G. Hamm de Kaiserslauten, un lustre monumental, la partie instrumentale de l’orgue par le facteur d’orgues G. Fr. Steinmeyer de Oettingen, ainsi qu’un très beau service de communion réalisé par l’orfèvre I. C. Wich de Nuremberg.

Un destin administratif mouvementé

Vingt-deux ans après son inauguration, par arrêté du 6 décembre 1898, l’église de la Paix est classée au titre des Monuments historiques par l’administration allemande. Le 8 février 1927, A. Hallays valide une liste manuscrite des édifices à « supprimer » de la liste des Monuments historiques d’Alsace-Moselle qui doit être transmise au secrétariat des Beaux-Arts pour mise à jour et publication dans le J.O. du 16 février 1930. Cette dernière comporte « des édifices […] inscrits antérieurement à 1870 ou pendant l’occupation allemande [qui] ont disparu ou ne présentent plus aujourd’hui le moindre intérêt par suite de leur état de ruines ou de transformations qu’ils ont subis ». L’église de la Paix de Frœschwiller, dans l’arrondissement de Wissembourg, est alors déclassée avec la mention suivante : « d’après 1870, sans intérêt, à moins d’un intérêt  » patriotique  » pour les allemands ». Le 1er décembre 1928, l’édifice apparaît dans la liste à reproduire au J.O., mais dans la version définitive, il a bien disparu !

(Auteurs : Clémentine Albertoni, Marie-Philippe Scheurer)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *