19. La ville et la fortification comme monument

Les systèmes fortifiés de Strasbourg

Époque romaine

En 1906, P. Weigt a observé la courtine du castrum, avec une tour intermédiaire semi-circulaire, et les fossés défensifs antiques lors de la construction d’une brasserie aux 47-49 rue des Grandes-Arcades. La tour romaine, d’un diamètre de 7,50 m et en saillie de 3,50 m, comportait un poutrage interne dont au moins deux niveaux, espacés de 1 m, ont été reconnus aujourd’hui. Située actuellement dans la cave d’un magasin, la tour avait fait l’objet d’un classement par arrêté du 27 décembre 1920.

Vestiges de la tour romaine à Strasbourg, 47-49 rue des Grandes-Arcades. S.n., s.d. (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Vestiges de la tour romaine à Strasbourg, 47-49 rue des Grandes-Arcades. S.n., s.d. (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Époque médiévale

De l’enceinte épiscopale du XIIIe siècle, seul un tronçon de la partie sud est parfaitement conservé derrière l’église Sainte-Madeleine où un portail, daté de 1576 et provenant d’un hôtel de la rue Brûlée démoli en 1913, forme un passage entre la place et la rue du Fossé-des-Orphelins. Cette portion, pourvue ultérieurement d’un chemin de ronde et de merlons très larges, a été inscrite sur la liste des monuments protégés par arrêté du 13 juin 1929.

Partie sud-est de l'enceinte épiscopale découverte lors de la construction de l'église Sainte-Madeleine à Strasbourg. Auteur ; Jules Manias, 1909 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Partie sud-est de l’enceinte épiscopale découverte lors de la construction de l’église Sainte-Madeleine à Strasbourg. Auteur : Jules Manias, 1909 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Deux tours-portes sont conservées en élévation ; l’ancienne porte dite Bündethor, rétrogradée au profit du Spitalthor situé à quelque 170 m vers l’est, a vu sa façade côté campagne intégrée dans celle du bâtiment qui remplaça l’hôpital, disparu dans un incendie en 1716. Ce bâtiment moderne, qui infléchit son plan selon la courbure de l’enceinte médiévale, a été classé le 13 juin 1926. Lors de sa construction, un bastion polygonal a été épargné ; il a été inclus dans la protection de la porte de l’Hôpital et de la tour pentagonale voisine, inscrites par arrêté du 29 juin 1929.

La porte de l’Hôpital ou Spitalthor, de plan quadrangulaire massé (8,80 x 8,90 m), s’élevait sur cinq niveaux dans son état primitif et pourrait, d’après la typologie des pierres à bossage, le profil des moulures, etc., être datée de la première moitié du XIVe siècle.

Vue devant la porte de l'Hôpital à Strasbourg. Auteur : Jules Manias, 1906 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Vue devant la porte de l’Hôpital à Strasbourg. Auteur : Jules Manias, 1906 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Le plan de la tour pentagonale, sise au 9-10 place de l’Hôpital, est hérité d’un état daté du deuxième quart du XIIIe s., correspondant à la mise en défense de l’entrée d’un chenal dans la ville, lequel desservait les fossés d’Or et des Bouchers. Cet ouvrage primitif, formant un angle à pan coupé pourvu d’une meurtrière, a servi de soubassement à une tour édifiée autour des années 1300 et qui, ouverte à la gorge, s’élevait sur une hauteur observée de 15,60 m au-dessus du sol actuel. C’est vers 1491 que la tour a été couronnée d’une toiture haute de 9,60 m, dotée d’une échauguette et couverte de tuiles creuses. Quai de Turckheim, la tour a vu sa protection incluse dans l’arrêté de classement du 6 juillet 1928, paru au J. O. du 16 février 1930, portant sur les « quatre tours » sises près des Ponts Couverts.

Époque moderne

Porte de la Citadelle à Strasbourg, côté de la route du Rhin, après le bombardement de 1870 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Porte de la Citadelle à Strasbourg, côté de la route du Rhin, après le bombardement de 1870 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Face à l’Allemagne, la citadelle de forme pentagonale avec un bastion à chaque angle était reliée à la ville par deux courtines bastionnées. Très fortement endommagée par les bombardements de 1870, elle a été partiellement démontée dès 1896. Il n’en reste qu’une demi-lune avec la courtine entre deux bastions dans le parc de la Citadelle, correspondant à la porte d’accès côté Rhin et qui a été classée les 27 avril 1922 (mur d’escarpe de la courtine et des bastions 27 et 28, et fossé jusqu’à la crête du chemin couvert) et 14 octobre 1932 (bastions 27 et 28, demi-lune : porte et fossé sur les deux rives y compris les murs de la rive extérieure et la ligne de peupliers qui s’y trouve).

(Auteur : Marie-Dominique Waton)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Pour en savoir plus…

WATON Marie-Dominique. « Les enceintes de Strasbourg à travers les siècles. In Situ, 2011, 16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *