18. Robert Forrer et Ernst Polaczeck : le développement des recherches scientifiques

Robert Forrer (1866-1947)

Portrait de R. Forrer. S.n., 1917 (Phot. Musées de Strasbourg)

Portrait de R. Forrer. S.n., 1917 (© Photo. Musées de Strasbourg)

Très tôt intéressé par l’archéologie, R. Forrer fonde, à seize ans, la revue Antiqua, qui marque le début d’une passion qui va faire de lui l’une des figures majeures de l’archéologie européenne. C’est en parallèle à son métier d’antiquaire qu’il développe, après son installation à Strasbourg en 1887, une double activité (bénévole) d’archéologue puis, à partir de 1909, de conservateur du musée d’antiquités régionales de la SCMHA : le musée préhistorique et gallo-romain.

Avec F. A. Schaeffer, il anime durant plus de trente ans la recherche archéologique régionale et enrichit de façon considérable le musée dont il a la charge (fouilles de nécropoles néolithiques autour de Strasbourg, travaux consacrés au mur païen du Mont Sainte-Odile, fouilles de l’atelier de céramique romaine de Heiligenberg, découverte d’un temple de Mithra à Koenigshoffen…), tout en renouvelant la présentation des collections, installées depuis 1896 dans les sous-sols du Palais Rohan.

Robert Forrer. Strasbourg-Argentorate préhistorique, gallo-romain et mérovingien. Strasbourg : Istra, 1927

Strasbourg-Argentorate préhistorique, gallo-romain et mérovingien. Auteur : Robert Forrer, Strasbourg, Istra, 1927 (SRA, DRAC Alsace)

En tant que rédacteur des Anzeiger für Elsässische Altertumskunde, édités par la Société, il publie régulièrement les recherches menées en Alsace, tout en se passionnant également pour le Moyen Âge : il s’intéresse à divers monuments médiévaux, en particulier d’époque romane, tels les éléments sculptés du cloître d’Eschau, les cuves baptismales de Zellwiller et d’Ittenheim, des moulages des reliefs romans de l’abbatiale d’Andlau, dont il présente, entre autres, les vestiges dans l’une des salles du musée. Parmi ses innombrables publications scientifiques, la plus magistrale est la synthèse qu’il consacre en 1927 à Strasbourg-Argentorate, de l’époque préhistorique aux débuts du Moyen Âge, ouvrage en deux épais volumes nourri de ses nombreuses observations de terrain dans tout le centre ancien de la ville.

Mur païen du Mont Sainte-Odile, front ouest. S.n., 1901 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Mur païen du Mont Sainte-Odile, front ouest. S.n., 1901 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Son intérêt pour les arts et traditions populaires (il est l’un des fondateurs du Musée alsacien) le mettent aussi en contact avec Ch. Spindler et A. Laugel aux côtés desquels il participe à l’aventure de la Revue alsacienne Illustrée. De même il collabore ainsi avec les architectes J. Knauth (fouilles de la cathédrale), mais aussi, un peu plus tard, Ch. Czarnowsky (fouilles du Donon) ainsi qu’avec les services de la Ville et de l’État lors du déroulement des nombreux chantiers qu’il suit avec son équipe à Strasbourg et dans toute l’Alsace.

Ernst Polaczeck (1870-1938 ?)

Portrait d'E. Polaczeck. Auteur : Knapp, 1938 (Phot. Musées de Strasbourg)

Portrait d’E. Polaczeck. Auteur : Knapp, 1938 (© Photo. Musées de Strasbourg)

Élève de G. Dehio à Strasbourg et de Wölfflin à Munich, E. Polaczeck s’intéresse très tôt à l’architecture médiévale de l’Alsace, sujet de la thèse qu’il soutient en 1894 sous la direction de son maître G. Dehio. Il devient son assistant à la Kaiser-Wilhelm Universität de Strasbourg en mai 1900 et gravit rapidement tous les échelons de la carrière universitaire.

En 1907, il est nommé directeur du Hohenlohemuseum (musée des Arts décoratifs de Strasbourg) et responsable, en 1913, de la section d’art ancien du musée des Beaux-Arts, à la suite de G. Dehio. Il restructure ainsi entièrement le musée qui prend le nom de Kunstgewerbemuseum et réalise de nombreuses acquisitions, avec le souci constant de développer les collections d’art régional et d’équilibrer, par des achats de qualité, les œuvres relevant aussi bien du goût français que du style allemand. En parallèle, des expositions sont organisées de façon régulière sous sa direction au palais Rohan, dans la bibliothèque du Kunstgewerbemuseum (actuelle Galerie Heitz), et il constitue un vaste fonds documentaire destiné à servir de source d’inspiration et de modèles à la création artistique et artisanale régionale.

Il est obligé de quitter l’Alsace, redevenue française, en 1918 et s’installe alors à Görlitz (où il dirige le Kaiser-Friedrich Museum), avant de s’établir à Fribourg-en-Brisgau, sans doute en 1933, après avoir perdu son poste en raison des lois raciales de Nuremberg.

(Auteur : Bernadette Schnitzler)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *