17. Johann Knauth, le sauveur de la cathédrale

J. Knauth, architecte de la cathédrale et conservateur des Monuments historiques d’Alsace

Portrait de J. Knauth. S.n., s.d. (Fondation de l'Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

Portrait de J. Knauth. S.n., s.d. (© Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

 

Né à Cologne en 1864, J. Knauth entre au service de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame en 1891, et en devient l’architecte en titre en 1905. À partir de 1909, J. Knauth cumule les fonctions d’architecte en chef de la cathédrale de Strasbourg (Ville de Strasbourg) et de conservateur des Monuments historiques d’Alsace (ministère d’Alsace-Lorraine).

Le sauveur de la cathédrale

En 1903, l’attention de J. Knauth est attirée par l’écrasement des assises du pilier qui sépare les deux premières travées nord de la nef de la cathédrale de Strasbourg. En 1907, l’examen des fondations du pilier ne permet de constater aucun affaissement du sol. J. Knauth en vient à la conclusion que l’écrasement est dû à la transmission des charges qui relie le premier pilier de la nef au gros pilier qui soutient la tour nord (flèche de 142 mètres).

Élévation du projet d'étaiement des arcatures et du premier pilier de la nef côté nord avec pilier de la tour. S.n., 1924 ? ( (c) Fondation de l'Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

Élévation du projet d’étaiement des arcatures et du premier pilier de la nef côté nord avec pilier de la tour. S.n., 1924 ? ( © Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

 

Le gros pilier de la tour nord est composé d’un noyau du XIe siècle qui a été renforcé aux XIIIe et XIVe siècles pour supporter la charge de la tour soit 7 500 tonnes. Or, les fondations du gros pilier furent exécutées avec beaucoup de négligence. Les pilotis en sous-sol avaient pourri en raison de la baisse de la nappe phréatique et les murs de fondations étaient tous fissurés. Par chance, la tour ne s’est pas effondrée car les charges se sont reportées sur la façade occidentale et sur les piliers nord.

En 1911, J. Knauth établit un projet de renouvellement total des fondations du gros pilier de la tour en collaboration avec les ingénieurs Wagner et Schürch de Strasbourg. Les travaux débutent en 1915 et se poursuivent après 1918. Les travaux consistent à envelopper le gros pilier dans un corset en béton armé et à le relier au sol par des vérins hydrauliques qui en maintiennent la charge pendant le remplacement des anciennes fondations par de nouvelles fondations en béton.

Après guerre : l’expulsion de J. Knauth et l’achèvement des travaux

Travaux du pilier nord de la nef de la cathédrale de Strasbourg. Œuvre Notre-Dame, 1919 ? (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Travaux du pilier nord de la nef de la cathédrale de Strasbourg. Auteur : Œuvre Notre-Dame, 1919 ? (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Après l’armistice de 1918, la commission française des Monuments historiques souhaite que J. Knauth poursuive et achève les travaux très délicats du pilier nord. Mais J. Knauth, qui a perdu ses deux fils à la guerre, refuse de demander la nationalité française à laquelle il a droit et qui seule peut lui permettre de rester en Alsace. Le commissaire général de la République A. Millerand reporte d’abord son expulsion. Mais devant l’insistance du maire de Strasbourg J. Peirotes, J. Knauth est finalement expulsé en janvier 1921. Le directeur de l’Architecture et des Beaux-Arts R. Danis, épaulé par l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Montigny, prend la direction des travaux, tandis que l’architecte de l’Œuvre Notre-Dame Cl. Dauchy et le conducteur des travaux Ch. Pierre en assurent l’exécution.

Renforcement des fondations du pilier nord de la nef de la cathédrale de Strasbourg. S.n., 1919 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Renforcement des fondations du pilier nord de la nef de la cathédrale de Strasbourg. S.n., 1919 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Pour plus de sécurité, Danis et Montigny reprennent entièrement le projet et décident de renforcer le corset en béton armé qui enveloppe le gros pilier par une armature supplémentaire de barres d’acier qui traversent celui-ci. En 1924, les travaux du gros pilier sont achevés. En 1925 et 1926, le chantier se termine par le remplacement du premier pilier nord de la nef, par la destruction du corset en béton armé, et par la réfection des parements et du dallage.

De 1919 à 1926, l’administration française des Beaux-Arts dépense plus de 2 100 000 francs pour ces travaux qui constituent le plus gros chantier de l’entre-deux-guerres dans un Monument historique en Alsace. Lors des festivités qui accompagnent l’inauguration des travaux en 1926, le nom de J. Knauth n’est même pas prononcé.

Les fouilles archéologiques sous le pilier nord de la cathédrale

Relief  découvert lors des fouilles archéologiques sous le pilier nord de la cathédrale de Strasbourg (© Phot. Musées de Strasbourg)

Relief découvert lors des fouilles archéologiques sous le pilier nord de la cathédrale de Strasbourg (© Photo. Musées de Strasbourg)

Lors des travaux de consolidation entrepris en 1923-1924 pour renforcer les fondations du pilier nord-est de la tour de la cathédrale par un corset de béton, R. Forrer met à profit les terrassements qui descendent jusqu’au sol naturel pour relever une importante stratigraphie dans ce secteur situé au sein du camp légionnaire d’Argentorate. Il note que les fondations gothiques du pilier reposent en effet sur des maçonneries bien plus anciennes (peut-être du Bas-Empire ?) et remploient divers matériaux gallo-romains dont un bloc en grès portant une liste de noms de personnages. Mais la découverte la plus spectaculaire est un relief en grès, daté du IIe siècle, représentant un buste du dieu Mercure encadré par deux figurations de la déesse gauloise Épona assise sur un cheval.

(Auteurs : Nicolas Lefort, Bernadette Schnitzler)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *