15. Koestlach et Mackwiller : deux monuments archéologiques

L’un des points forts sur lequel se focalise la recherche archéologique régionale dès le milieu du XIXe siècle est l’étude de l’habitat gallo-romain. Cette recherche est à replacer dans le contexte très favorable du Second Empire et de l’intérêt porté par Napoléon III aux « antiquités nationales ». L’étude du passé ancien des villes, mais aussi le réseau des villae qui quadrille le territoire à l’époque romaine, est peu à peu révélé grâce aux observations et au suivi de nombreux travaux par les membres correspondants de la SCMHA dans toute l’Alsace. Les sites de Mackwiller, Koestlach ou Bergheim livrent des vestiges de villae particulièrement impressionnants.

Koestlach, Bürglegarten

Vue de la villa gallo-romaine de Koestlach. Auteur : Gutmann, 1904 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Vue de la villa gallo-romaine de Koestlach. Auteur : K. Gutmann, 1904 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

 

Déjà signalés vers 1857 lors de travaux des Ponts et Chaussées, les vestiges de la villa gallo-romaine de Koestlach s’étendent sous la route actuelle et dans les parcelles environnantes de la propriété, au 35 rue des Romains. Lors de la fouille de 1904 (publiée en 1909), l’instituteur K. Gutmann aurait purgé l’intérieur et l’extérieur des quatorze pièces reconnues de la partie résidentielle de la villa jusqu’à l’apparition du substrat naturel. Certains des murs, épais en moyenne de 80 cm, étaient conservés sur une hauteur de 1,60 m. Probablement construite dans la seconde moitié du IIe siècle, la villa offre un plan symétrique de type allongé à péristyle, reconnu sur 70 m de long et plus de 30 m de large ; sa limite ouest a été atteinte tandis que la pars urbana continue à se développer du côté est.

Une partie de ces vestiges a été classée en 1907. Restaurés, ils sont encore visibles sur place.

Plan de la villa gallo-romaine de Koestlach. Auteur : K. Gutmann, 1904 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Plan de la villa gallo-romaine de Koestlach. Auteur : K. Gutmann, 1904 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Mackwiller, Kembst

Vue du site gallo-romain de Mackwiller, s.d. (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Vue du site gallo-romain de Mackwiller. S.n., s.d. (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Au milieu du XIXe siècle, des murs apparaissaient dans les rues de Mackwiller après de fortes pluies. Entre 1858 et 1864, le pasteur J. Ringel a dégagé un ensemble de murs constituant un « grand corps de bâtiment en longueur… dont le logis principal se situerait au nord/nord-est par rapport aux thermes ». À l’est des parties dégagées où l’on peut identifier une cour entourée d’un portique, le pasteur Ringel mentionne une pièce avec mosaïque et des traces d’incendie. Les murs ouest et sud des thermes, flanqués de contreforts et épais de 0,75 m, étaient construits en petit appareil de moellons de grès « tirés d’une carrière voisine, appelée Morst, abandonnée depuis des siècles » en alternance avec des assises de moellons calcaires. Au nord-est, un mur se prolongeait jusqu’à la façade, réalisée en moellons posés verticalement. L’ensemble thermal délimité par les murs à contreforts semble correspondre à un premier état (IIe s.) dans lequel les pièces étaient agencées de manière symétrique : à l’intérieur de ces murs, J. Ringel a dégagé un certain nombre de pièces et en a identifié certaines : tepidarium, frigidarium, caldarium, cella unguentaria, natatio et apodyterium.

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Zigan, 1906 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : P.E. Zigan, 1906 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : P.E. Zigan, 1911 (Denkmalarchiv, DRAC Alsac)

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : P.E. Zigan, 1911 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Grâce au colonel de Morlet, J. Ringel obtint une allocation de cent francs de la Société française d’Archéologie puis de la SCMHA pour couvrir les frais de la fouille, en engageant 2250 francs, apparemment pour les seuls travaux de terrassement, sans compter des frais divers comme « moulage, gardiennage ». Après le départ de J. Ringel qui a publié l’ensemble de ses résultats de fouille avec plan et maquette, H. Schlosser fera lever un plan détaillé des thermes romains. Les « fouilles » sont classées en 1862.

Le professeur M. Jung sera le premier à soulever la question de la disproportion de ces thermes au regard d’une villa de particulier. Par la suite, Fr. Pétry soulignera que Mackwiller pourrait avoir été un centre de l’exploitation du sous-sol et de même que « le siège d’une administration fiscale du patrimoine public, ou du patrimoine impérial ».

Le terrain des thermes, acquis par le département, devait être surveillé par l’autorité municipale. Mais il y a eu une détérioration continue des ruines des thermes ; des travaux de consolidation ont été effectués dès 1881 par la SCMHA ; d’autres travaux furent réalisés vers 1911 et, par les Monuments historiques, en 1956.

(Auteur : Marie-Dominique Waton)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *