14. Georg Dehio, ou le monument comme témoin

Portrait de Georg Dehio, 1892 (Phot. et coll. BNU Strasbourg)

Portrait de Georg Dehio, 1892 (© Photo. et coll. BNU Strasbourg)

Né en Estonie en 1850, G. Dehio, naturalisé allemand, fait des études d’histoire médiévale et accorde une importance grandissante à la nation et au peuple allemands. Un voyage en Italie l’amène à l’histoire de l’art, tout spécialement l’histoire de l’architecture, qu’il enseigne à Munich, puis à Koenigsberg. Sa vie est désormais rythmée par ses voyages d’études, particulièrement en Italie et en France, pour nourrir son grand ouvrage : Die kirchliche Baukunst des Abendlandes et son Dictionnaire des Monuments allemands. Il est nommé à l’université de Strasbourg en 1892 et y restera jusqu’à 1918. Il gagne alors Tübingen où il meurt en 1932.

L’institut d’histoire de l’art de l’université

Les créateurs de l’université de Strasbourg en 1871 l’avaient dotée d’une chaire d’histoire de l’art médiéval et moderne. Ses professeurs − tels F. X. Kraus (1872-1878) et H. Janitschek (1882-1892) − exerceront tous une influence en Alsace. Le rayonnement de G. Dehio, nommé à Strasbourg en 1893, dépasse les frontières du Land. Investi dans les affaires locales, il participe au grand ouvrage Strassburg und seine Bauten avec une monographie sur la cathédrale de Strasbourg (1895). Membre de la commission des bâtiments civils et Monuments historiques, G. Dehio y a joué un rôle décisif pour la loi alsacienne-lorraine sur la préservation de l’image des sites et des villes (1910), ainsi que pour l’inventaire d’Alsace-Lorraine (1910-1911).

Handbuch der deutschen Kunstdenkmäler

Handbuch der deutschen Kunstdenkmäler. Band IVb, Elsass und Lothringen. Georg Dehio, Deutscher Kunstverlag, éd. 1942 (CRMH, DRAC Alsace)

Handbuch der deutschen Kunstdenkmäler. Band IVb, Elsass und Lothringen. Auteur : Georg Dehio, Deutscher Kunstverlag, éd. 1942 (CRMH, DRAC Alsace)

G. Dehio propose, en 1900, au congrès de Strasbourg des conservateurs, la réalisation d’un guide-répertoire des Monuments historiques et artistiques allemands. L’empereur Guillaume II saisit l’intérêt de l’entreprise et accepte de la financer. Le projet était celui d’un guide monumental de poche mais à caractère scientifique, exclusivement centré sur l’art et l’architecture. Contrairement à ses prédécesseurs, limités au Moyen Âge, il prend en compte l’architecture jusqu’à 1800. Cinq tomes voient le jour. Le tome IV, Sudwestdeutschland (avec l’Alsace-Lorraine), est celui qui compte le plus de notices : 120, pour les principales localités et monuments d’Alsace-Lorraine visités par l’auteur.

Le grand inventaire des Monuments historiques d’Alsace et de Lorraine

Depuis 1903, la nécessité de réactualiser l’inventaire de F. X. Kraus et le répertoire de F. Wolff était admise. La commission des bâtiments civils et Monuments historiques en débat le 7 mai 1910. G. Dehio et J. Knauth sont chargés de rédiger le projet. Il est présenté au nouveau Landtag d’Alsace-Lorraine au printemps 1912 et défini ainsi: « L’inventaire a un triple objectif ; c’est une base indispensable pour l’administration, pour la conservation et l’entretien des Monuments historiques. C’est une source pour l’étude scientifique des monuments. C’est une incitation à susciter l’intérêt de la population ». Le plan de l’enquête systématique témoigne du glissement de l’inventaire vers une typologie ethnologisante et l’enquête doit inclure l’historique de l’architecture locale. La localité elle-même peut être décrite et considérée comme Monument historique. Soutenu par le député E. Muller, le projet est approuvé par le Landtag en 1913 et un budget important lui est alloué. Avec la guerre, l’inventaire en resta à ses débuts.

Le Monument – Denkmal chez G. Dehio

Pour le conservateur général autrichien A. Riegl, le monument (que distingue une valeur de tradition et de transmission) est « ce qui rappelle tout ce qui a un jour été, et qui aujourd’hui n’est plus ». G. Dehio n’exclut pas la dimension subjective et actuelle du monument, fabrication contemporaine de celui qui le contemple, indépendante de sa fonction première, mais il insiste sur un critère objectif : la valeur mémorielle reconnue par la collectivité. « Nous ne conservons pas un monument parce que nous le croyons beau, mais parce que c’est un élément de notre existence nationale. La conservation des Monuments historiques ne procède pas du plaisir esthétique, mais d’un devoir de piété. Le goût esthétique et même ceux de l’histoire de l’art peuvent changer, mais avec le devoir de piété, nous avons trouvé un critère de valeur invariable ».

(Auteur : François Igersheim)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Pour en savoir plus…

Dehio.org

L’œuvre de G. Dehio sur le site du Deutsche Stiftung Denkmalschutz

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *