13. L’exposition de 1905 : la pédagogie au service des monuments

Denkmalpflege : une démonstration pratique

Affiche de l'exposition de 1905 (Coll. BNU Strasbourg)

Affiche de l’exposition de 1905 (© Coll. BNU Strasbourg)

Le thème de l’exposition de F. Wolff avait été accueilli avec scepticisme par ses collègues car il souhaitait faire de la conservation un impératif partagé et populaire. Mais comment peut-on présenter ce concept abstrait de Denkmalpflege (conservation du patrimoine) ? Le parti de F. Wolff avait été de l’illustrer en exposant les outils scientifiques et documentaires pour donner une idée des procédés techniques, de consolidation et de restauration par l’exposé de procédés appropriés bien sélectionnés. Il s’agissait aussi de montrer les travaux en cours ou encore leurs résultats.

Guide de l'exposition de 1905 (Coll. BNU Strasbourg)

Guide de l’exposition de 1905 (© Coll. BNU Strasbourg)

L’exposition de 1905

Toutes les autorités et associations de l’architecture, artistiques et muséales du Pays d’Empire avaient été associées au projet. Le budget était fort bien abondé et l’exposition est installée dans sept salles du palais Rohan à Strasbourg. La première expose le plan relief de 1744, enlevé comme prise de guerre par les Prussiens en 1815 et redonné à Strasbourg par Guillaume II, de même que la maquette de la Pfalz.

Exposition de 1905, salle consacrée au château du Haut-Koenigsbourg (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Exposition de 1905, salle consacrée au château du Haut-Koenigsbourg (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Les arts de la restauration

Trois salles sont consacrées aux « procédés ». Les ateliers de l’Œuvre Notre-Dame de Strasbourg, de Saint-Martin de Colmar (tous deux dirigés par J. Knauth) illustrent le travail des tailleurs de pierre. On a pu donner de la sorte un aperçu vivant du travail de restauration. Des démonstrations de restauration des vitraux, des tapisseries et même celle d’une cloche fêlée sont au programme. Le chantier du Haut-Koenigsbourg est très présent. Quatre salles présentent les fonds du Denkmalarchiv : croquis, aquarelles, plans, photographies des monuments, maquettes et moulages, parmi lesquelles celui du buste de la « dame de Sainte-Foy », dite de la « comtesse Adelaïde », si populaire dans cette « époque nerveuse », alors que la presse y voit une simple femme morte de la peste au XVe siècle au visage pris dans la chaux.

Exposition de 1905, salle consacrée à la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Exposition de 1905, salle consacrée à la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

La Haute-Alsace

Le grand chantier de Thann occupe toute une salle, avec Ottmarsheim, Gueberschwihr, Feldbach, Ensisheim (hôtel de ville), Mulhouse, Guebwiller (avec Sainte-Marie) et Colmar ; une autre présente des reproductions photographiques par A. Braun des œuvres majeures exposées au musée d’Unterlinden. Les croquis de K. Weysser (voyage en Alsace), les aquarelles de L. Atthalin (Ottrott et Colmar et environs), les dessins d’architecte aquarellés de style Beaux-Arts de Ch. Perrin complètent l’exposition.

Église Saint-Trophime à Eschau. Auteur : Charles Perrin, 1850 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Église Saint-Trophime à Eschau. Auteur : Charles Perrin, 1850 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Exposition de 1905, salle consacrée au Haut-Rhin (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Exposition de 1905, salle consacrée au Haut-Rhin (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Chapelle de la Vierge-des-Sept-Douleurs à Rosheim. Auteur : Karl Weysser, 1872 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Chapelle de la Vierge-des-Sept-Douleurs à Rosheim. Auteur : Karl Weysser, 1872 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Les conférences et expositions temporaires

Pendant toute l’exposition des conférences se succèdent. La première, qui fait salle comble, permet à B. Ebhardt de répondre aux sarcasmes de G. Dehio, qui l’a traité d’architecte inculte et se voit qualifié comme tous les historiens de l’art de « greffier plus qu’artiste ». Là encore s’opposent les mots d’ordre : « Conservieren nicht restaurieren » de G. Dehio et « refuser de laisser disparaître un monument » de B. Ebhardt. L’exposition temporaire la plus fréquentée est consacrée à l’architecture populaire paysanne.

Un succès

Avec 16 000 visiteurs en un mois, l’exposition connaît un très vif succès et la presse y consacre de nombreux articles. La Revue alsacienne illustrée, qui a apprécié le projet de F. Wolff, consacre son annuaire de 1905 à la conservation, avec des articles de M. Barrès, d’A. Hallays, de l’historien de l’art allemand O. Piper, très remonté contre B. Ebhardt. M. Barrès, avec son « Qu’il faut laisser mourir la beauté » et ses attaques contre l’administration française des Monuments historiques (« un fromage ») se montre fort excessif ; le jeune Th. Berst (l’architecture de bois) et K. Staatsmann (l’architecture paysanne) et surtout A. Laugel soulignent que l’étude et la conservation des Monuments historiques ouvrent la voix à une architecture contemporaine plus exigeante.

(Auteur : François Igersheim)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *