11. Pourquoi et comment protéger les Monuments historiques en Alsace (1840-1914)

Les premières listes de protection de Monuments historiques en Alsace : 1840, 1862

Dès 1837, les préfets du Haut-Rhin et du Bas-Rhin reçoivent, comme dans toutes les régions de France, la consigne de dresser une liste d’édifices nécessitant des travaux de restauration. Avec la liste de 1840, établie par les services de l’État, apparaissent les premiers Monuments historiques au sens réglementaire. En Alsace, 11 édifices publics emblématiques sont concernés : il s’agit de ruines de châteaux forts comme celles de Dagsbourg à Eguisheim (XIIe-XIIIe siècle), d’églises romanes comme celle de Saints-Pierre-et-Paul à Rosheim (XIIe siècle), ou encore des vestiges archéologiques comme ceux du mur païen. Dans la même perspective, une seconde liste en 1862 pour le Bas-Rhin complète cette sélection avec 13 autres édifices, toujours selon la même typologie et chronologie, sauf pour l’ancienne maison de l’Œuvre-Notre-Dame (XVIIe-XVIIIe siècle) et la pierre druidique d’Ottrott. La cathédrale de Strasbourg appartient à cette seconde liste.

La liste de Ch. Winkler du 06 décembre 1898

Monument de l'empereur Frédéric III à Woerth, par Max Baumbach. S.n., 1898 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Monument de l’empereur Frédéric III à Woerth, par Max Baumbach. S.n., 1898 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

En décembre 1898, Ch. Winkler établit une liste pour le classement de nouveaux édifices alsaciens, comme le réclamait la SCMHA, dont tous ne seront pas retenus (probablement pour des raisons de propriété). Il est intéressant de noter qu’avec cette liste, la notion de Monuments historiques s’élargit. On y trouve en effet du patrimoine urbain comme la façade de la maison des Têtes à Colmar (1609), des vestiges de fortifications urbaines médiévales comme la porte des Bouchers à Mulhouse (disparue), du patrimoine funéraire avec la pierre tombale de J.-J. Walther, ancien prédicateur du comté wurtembergeois de Horbourg, décédé en 1692 dans le cimetière de Muntzenheim et le cimetière protestant de Beblenheim, du mobilier comme les statues en bois sculpté de l’église Saint-Trophime d’Eschau, des monuments mémoriels avec celui en hommage à Kléber érigé au Polygone au Neudorf (disparu) et le monument à Frédéric III à Woerth (disparu), ou encore l’église de la Paix à Froeschwiller (1876). Avec les arrêtés pris encore au cas par cas, l’Alsace compte aujourd’hui 127 Monuments historiques conservés classés avant 1913.

Maison des Têtes à Colmar, avant restauration. Auteur : F.X. Sailé, 1894 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Maison des Têtes à Colmar, avant restauration. Auteur : F.X. Sailé, 1894 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Maison des Têtes à Colmar, après la restauration de 1898. Auteur : F.X. Sailé, 1901 (Denkamalarchiv, DRAC Alsace)

Maison des Têtes à Colmar, après la restauration de 1898. Auteur : F.X. Sailé, 1901 (Denkamalarchiv, © DRAC Alsace)

Maison des Têtes à Colmar, après la restauration de 2010. Auteur : Richard Duplat, 2012 ( (c) DRAC Alsace)

Maison des Têtes à Colmar, après la restauration de 2010. Auteur : Richard Duplat, 2012 (© DRAC Alsace)

Le cas de l’église catholique Saint-Dominique de Vieux-Thann (68) classée partiellement en 1904

Église Saint-Dominique à VIeux-Thann. Auteur : Paul Gélis, 1920 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Église Saint-Dominique à Vieux-Thann. Auteur : Paul Gélis, 1920 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

En plus de ces critères traditionnels que les spécialistes du patrimoine régional affinent au fur et à mesure, il semble que certains édifices soient classés au regard de l’évolution rapide de leur environnement. À ce titre, le cas de l’église catholique Saint-Dominique de Vieux-Thann est intéressant. Les archives révèlent que la décision de 1904 de classer le chœur, les vitraux, le saint-sépulcre, et le tableau de la confrérie est liée à la construction, au bord de la Thur, d’un site industriel. En effet, l’entreprise de filature et de tissage Duméril, Jaeglé & Cie spécialisée à la fin du XIXe siècle dans le blanchiment et l’apprêt de coton, connaît jusqu’à la première guerre mondiale son âge d’or. Pour assurer sa croissance, il est même envisagé la destruction de l’église qui se retrouve alors en marge du site industriel, à quelques mètres du nouveau bâtiment en béton armé réalisé entre 1903 et 1906 selon les procédés Hennebique pour accueillir les magasins et les ateliers de pliage sur plus de 10 000 m². Or, cette église, bien que restaurée par J.-B. A. Chassain en 1769, ce qui lui confère son apparence actuelle, est bien plus ancienne. En effet, elle est attestée depuis le Xe siècle et comporte des vestiges du XIIe siècle (base de la tour et chapelle Saint-Michel) ainsi qu’une nef reconstruite à la fin du XIVe siècle et un chœur construit au début XVe siècle.

Église Saint-Dominique et site industriel à Vieux-Thann, vue actuelle. Auteur : Clémentine Albertoni, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Église Saint-Dominique et site industriel à Vieux-Thann, vue actuelle. Auteur : Clémentine Albertoni, 2013 ( CRMH, © DRAC Alsace)

Il s’agirait donc d’un cas avéré de protection pour éviter la destruction. De la mise en œuvre d’un outil juridique pour maîtriser un développement d’urbanisme industriel. Par curieux retournement de l’histoire, l’église protégée, du fait du périmètre qu’elle génère, est susceptible de favoriser la protection de certains éléments du tissus industriel devenu lui-même objet patrimonial.

(Auteur : Clémentine Albertoni)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *