10. Félix Wolff, conservateur des Monuments historiques d’Alsace

Après des études d’architecture à Berlin, F. Wolff (Berlin 1852 – Potsdam 1925) effectue un séjour en Alsace où il étudie l’abbatiale de Marmoutier. Conservateur au musée d’Architecture de Berlin et proche de B. Ebhardt, F. Wolff est engagé en 1899 par le gouvernement d’Alsace-Lorraine pour réorganiser la conservation des Monuments historiques d’Alsace. Il devient ainsi le premier conservateur à plein temps de l’Alsace-Lorraine et se chargera d’appliquer les recommandations des congrès allemands : inventorier, conserver, populariser. F. Wolff est remplacé par J. Knauth en 1909 à la suite de désaccords intervenus avec G. Dehio et J. Knauth. Il regagne alors Berlin et meurt à Potsdam en 1925.

Élévation de l'abbatiale de Mauersmünster. Auteurs : Rönnebeck et Félix Wolff, 1876 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Élévation de l’abbatiale de Mauersmünster. Auteurs : Rönnebeck et Félix Wolff, 1876 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Les congrès des conservateurs allemands

Le congrès de Strasbourg de la Fédération allemande des sociétés d’histoire (Gesamtverein der Geschichts- und Altertumsvereine) de 1900 décide de préparer une loi de conservation sur le modèle de la loi française de 1887. Ce congrès fait souffler le vent du changement sur les Monuments historiques. L’on veut y introduire une nouvelle organisation.

La réglementation de F. Wolff : le classement et l’inscription

Ruines de l'abbatiale de Niedermunster : fouilles de Félix Wolff, vue du dégagement de la nef. Auteur : Keller, 1902 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Fouilles de Félix Wolff dans l’abbatiale de Niedermunster, vue du dégagement de la nef. Auteur : Keller, 1902 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Dans la droite ligne de la loi française de 1887, Wolff reprend à son compte la distinction déjà introduite par Ch. Winkler entre monuments classés et monuments inscrits (klassierten geschichtlichen Denkmäler, Verzeichnis der geschichtlichen Denkmäler). Toute intervention est subordonnée à une autorisation préalable, donnée par le ministère et son département de l’Architecture publique après avis des conservateurs pour les monuments classés, par le président de district (préfet) pour les monuments inscrits (circulaire ministérielle de 1903).

F. Wolff publie une nouvelle liste de 122 monuments classés et de 2247 monuments inscrits (1165 en Haute-Alsace et 1082 en Basse-Alsace).

 

Le Denkmalarchiv

Les congrès des conservateurs des Monuments historiques allemands recommandent la création de services d’archives de ce type sur le modèle des archives de la commission des Monuments historiques de Paris et des services de Berlin. F. Wolff a pu disposer d’une aile du Palais Rohan pour abriter une collection imposante de documents (5000 plans, dessins, croquis, 5100 photographies, 120 maquettes ou moulages de plâtre, 920 plaques photographiques et plus de 10 000 pièces d’archives), qui ont été déposés par la bibliothèque universitaire, les archives départementales, le service d’architecture (Stadtbauamt) de la ville, les archives des Monuments historiques de Paris, ainsi que nombre de personnalités privées, historiens, architectes, artistes, associations (Fédération des Architectes et Ingénieurs, SCMHA). En 1902, le Denkmalarchiv de Strasbourg est ouvert au public et fait dès 1905 l’admiration de tous les conservateurs allemands qui le considèrent comme un modèle.

Une administration de la conservation

F. Wolff fait appel pour la surveillance des Monuments historiques à l’appareil hiérarchique de l’architecture publique : architectes départementaux et architectes agréés d’arrondissement. Puis il introduit en Alsace l’institution qui fonctionne déjà dans d’autres États allemands : les conservateurs locaux ou Denkmalpfleger, dans la plupart des cas, les animateurs des sociétés historiques locales.

Populariser – popularisieren : les publications

JEP2013_P10_03JEP2013_P10_05JEP2013_P10_04

 

 

 

 

 

 

F. Wolff a multiplié les publications spécifiques : recueil des règlements relatifs à la conservation (Handbuch der staatlichen Denkmalpflege in Elsass-Lothringen), rapports d’activité du service, catalogues des archives des Monuments historiques, publications de monographies et d’études de monuments, parmi lesquels son Lexique des châteaux forts (Elsässisches Burgenlexikon).

Un service de presse assidu le tient au courant de tout ce qui s’écrit sur le patrimoine dans une presse que ce thème intéresse de plus en plus.

(Auteur : François Igersheim)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *