Archives de catégorie : Protection

Le document du mois : août 2014

Le système de chauffage à air pulsé du Palais du Rhin : architecture et technique

Des travaux d’entretien réalisés en octobre 2013 et en mars 2014 ont permis de mettre au jour une partie des installations du système originel de chauffage du palais impérial, actuel Palais du Rhin, mis en œuvre à sa conception par l’architecte Hermann Eggert.

Entre le niveau de fondations et le niveau rez-de-cour du palais, un niveau intermédiaire est parcouru par deux galeries parallèles. Elles traversent le bâtiment dans sa longueur sur ses ailes est et ouest et se terminent toutes deux à leurs extrémités par des exèdres.

Plan des galeries du niveau inférieur (fonds Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Plan des galeries du niveau inférieur, s.d. (fonds Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Sur les parois des galeries débouchent de larges ouvertures subdivisées en deux et équipées de volets métalliques pivotant en leur milieu, conservés en partie.

Partie basse des calorifères et leur système de volets métalliques, auteur : Keyne Richard, 2014 (© DRAC Alsace)

Partie basse des calorifères et leur système de volets métalliques, auteur : Keyne Richard, 2014 (© DRAC Alsace)

De la galerie ouest partent des conduits de section importante desservant les trois grands espaces de réception de l’étage noble du palais impérial : la salle des banquets (détruite lors du bombardement de l’aile sud-ouest en 1944), la salle des fêtes et la salle de réunion (située dans l’aile nord-ouest et réaménagée en 1923 en bureaux).

Des volets métalliques placés, cette fois, à l’horizontale sont encore visibles dans les conduits et portent le numéro d’identification des espaces concernés apposés à la peinture.

La lecture attentive de plans détaillés du palais, datés de 1883, époque de sa construction, et conservés dans le fonds du Denkmalarchiv, permet de mieux comprendre le fonctionnement de ce système de chauffage.

Les plans du niveau rez-de-cour mentionnent la présence de sept calorifères, aujourd’hui disparus, répartis dans les différentes ailes du palais. Chaque calorifère occupait une grande partie de la pièce de chauffe (Heizraum) et communiquait en partie basse avec l’une des deux galeries du niveau inférieur.

L’air frais était amené de l’extérieur depuis les sauts-de-loups donnant sur le parc côtés sud et nord. Il s’emmagasinait dans des pièces (kalte Luft Zuführungs Raüme) au rez-de-cour communiquant avec les exèdres aux extrémités des galeries du niveau inférieur. Cet air était ensuite réparti dans les galeries entre les conduits de ventilation et alimentait également en air frais les calorifères dans leur partie basse.

Plan du niveau rez-de-cour. En bleu : les pièces communiquant avec les sauts-de-loup et les galeries du niveau inférieur ; en rouge : les calorifères, s.d. (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Plan du niveau rez-de-cour. En bleu : les pièces communiquant avec les sauts-de-loup et les galeries du niveau inférieur ; en rouge : les calorifères, s.d. (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

L’air était chauffé par les calorifères alimentés au charbon puis pulsé dans les conduits de chauffage partant de la pièce de chauffe.

Détail du plan du niveau rez-de-cour : le calorifère et les départs vers les différents conduits de chauffage, s.d. (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Détail du plan du niveau rez-de-cour : le calorifère et les départs vers les différents conduits de chauffage, s.d. (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Le système de chauffage lié à la conception du palais impérial utilise l’air comme fluide caloporteur chauffé par les calorifères. On parle alors d’aérocalorifères.

La description d’un tel système de chauffage à air pulsé apparaît en 1823 dans le traité du viennois Paul Traugott Meissner (Die Heizung mit erwärmter Luft). Les planches illustrées du traité présentent des dispositions similaires : chambres de chauffe équipées de calorifères et répartissant l’air chaud dans des conduits placés à l’intérieur des maçonneries.

L’observation des dispositions rencontrées dans les étages vient confirmer la lecture de ces plans.

Détail d'un plan du 1er étage présentant le passage des différents types de conduits, s.d.(fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Détail d’un plan du 1er étage présentant le passage des différents types de conduits, s.d.
(fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Ces derniers mentionnent plus d’une centaine de conduits pour le seul premier étage. Ils circulent verticalement dans l’épaisseur des maçonneries en desservant les différentes pièces et sont de trois catégories :

  • Heizkanal : conduits de chauffage (air chaud),
  • Ventilationkanal : conduits de ventilation (air frais),
  • Rauchkanal : conduits d’évacuation des fumées des calorifères.

Dans les étages, des robinets permettent de manœuvrer les volets métalliques placés dans les conduits et de faire passer ou non l’air chaud dans les pièces via des grilles de soufflage. Dans certaines pièces, comme le salon de l’empereur, ce dispositif est entièrement intégré au décor architectural sous forme de faux foyer de cheminée.

Robinet de manœuvre des volets métalliques dans le salon de l'Empereur, auteur : Keyne Richard, 2014(© DRAC Alsace)

Robinet de manœuvre des volets métalliques dans le salon de l’Empereur, auteur : Keyne Richard, 2014
(© DRAC Alsace)

Les calorifères ont été déposés à une date inconnue et un chauffage central a été mis en place utilisant un circuit à eau chaude. Les galeries sont aujourd’hui des galeries techniques servant à l’acheminement de la production de froid du palais.

Le document du mois : avril 2014

Aux origines de la DRAC Alsace

Organisation de services patrimoniaux déconcentrés et genèse d’une direction régionale des affaires culturelles en Alsace

L’apparition d’un échelon déconcentré en matière de patrimoine remonte à la loi « Carcopino » du 21 janvier 1942. Celle-ci crée en effet en métropole quinze circonscriptions archéologiques, couvrant de 4 à 8 départements chacune. Compte tenu du contexte de l’Occupation, et donc de l’annexion au IIIe Reich des départements d’Alsace-Moselle, le sort de ceux-ci est ambigu : si tous les départements intérieurs sont listés et répartis entre les quatorze premières circonscriptions archéologiques, ceux de Lorraine et d’Alsace, de même que le territoire de Belfort ne sont pas évoqués, la 15e circonscription étant prudemment décrite comme le « reste du territoire ». Dans la pratique, le départ de Carcopino du ministère de l’Éducation nationale, en avril 1942, puis l’occupation de la zone Sud font que la nouvelle législation sur l’archéologie n’est appliquée qu’à partir de la Libération, le gouvernement provisoire la ratifiant en juin 1945. À cette date, une direction de la circonscription archéologique d’Alsace et Moselle est effectivement créée et confiée à Jean-Jacques Hatt, conservateur du musée archéologique de Strasbourg, qui fut lui même élève de Carcopino. Il s’y maintient 25 ans. En 1970, il est remplacé par François Pétry.

Dans le même temps, la question se pose de déconcentrer à son tour l’administration des monuments historiques. La loi du 31 décembre 1913 s’en remettait en effet uniquement à l’administration centrale quant à la protection des édifices et à l’inspection des travaux, s’appuyant sur les préfets de départements pour les délégations de crédit. Toutefois, en 1948, des conservations régionales des bâtiments de France (CRBF) sont créées. L’administration des Beaux-arts ressortissant alors du ministère de l’Éducation nationale, leur ressort est celui des académies. Selon Henry de Ségogne, père de cette réforme, « la création des conservateurs des monuments historiques tendait à retirer à l’architecte en chef titulaire d’un département l’exclusivité des initiatives en matière de travaux. Elle se proposait de dissocier chez l’architecte en chef les deux qualités confondues chez lui, celle d’un Viollet-le-Duc et celle d’un Mérimée. Le conservateur devenait le Mérimée chargé comme un berger d’inspecter son troupeau et de surveiller l’architecte en chef et l’architecte des bâtiments de France ». En 1949, seules cinq CRBF sont mises sur pied, à Aix, Caen, Dijon, Montpellier et Périgueux.

Lettre du Ministre en date du 30 janvier 1956 relative à l'extension des attributions des conservateurs de bâtiments de France

Circulaire du 30 janvier 1956 relative à l’extension des attributions des conservateurs de bâtiments de France

En Alsace, le premier CRBF est nommé en 1956. Cette désignation permettait en effet de reclasser Jean-Pierre Mougin, précédemment responsable de la politique culturelle dans le secteur d’occupation française en Allemagne et proche de l’architecte Bertand Monnet. En rendant hommage à Mougin, ce dernier a d’ailleurs rappelé le contexte de création des CRBF : « cette innovation n’avait guère été dans ses débuts bien accueillie par le corps des architectes du gouvernement en raison de son origine. C’est un haut magistrat de la cour de comptes qui s’était aperçu que les architectes en chef des monuments historiques fixaient eux-mêmes leur programme de travaux ». Pour sa part, Raymond Bocquet, alors sous-chef du bureau des monuments historiques, a insisté sur la portée d’une telle mesure, dans un contexte politique globalement jacobin : « c’était extraordinaire d’avoir obtenu ça en 1949 [car] l’administration aussi était contre la création des conservations ». Du reste, la fonction des CRBF évolue rapidement du seul contrôle vers une mission d’administration plus générale. « Les conservateurs régionaux, dit encore Ségogne, sont devenus de véritables directeurs régionaux investis de responsabilités administratives sur lesquels l’administration se décharge largement ».

Circulaire du 1er octobre 1956 relative à la déconcentration de la Direction de l'architecture

Circulaire du 1er octobre 1956 relative à la déconcentration de la Direction de l’architecture

Jean Dumas, Conservateur régional des bâtiments de France en Alsace, à partir de 1964 (© DRAC Alsace)

Jean Dumas, Conservateur régional des bâtiments de France en Alsace, à partir de 1964 (© DRAC Alsace)

Avec l’avènement de la Ve République et la création du ministère des affaires culturelles, le cadre régional se précise et se renforce. Le Premier Ministre Michel Debré instituant le 2 juin 1960 des circonscriptions d’action régionale, les académies deviennent des références désuètes pour l’administration du patrimoine, qui y substitue de nouvelles entités adossées à des « comités régionaux des affaires culturelles » le 23 février 1963, supervisées par des correspondants permanents des affaires culturelles qui sont, le plus souvent, les CRBF. À la suite de la création, le 14 mars 1964, des préfectures de région, les CRBF sont restructurées par une décret du 29 juillet 1964. L’Alsace et la Lorraine, objet d’une unique CRBF depuis une dizaine d’années, devient également une CAR, et Jean-Pierre Mougin, rappelé par le ministère pour reprendre en main la CRBF de Versailles, alors en pleine crise, est remplacé à Strasbourg par Jean Dumas, qui cumule à son tour les fonctions de conservateur régional des bâtiments de France et de correspondant permanent. Le printemps 1964 est également le moment du lancement des services de l’inventaire général, un service de l’état organisé dès sa naissance au plan régional.

Dans ces circonstances, l’articulation des différentes administrations déconcentrées ressortissant des affaires culturelles sur un territoire donné en une direction régionale devient une nécessité prévisible, ainsi que le souligne en préambule le « document du mois ». Préparée à compter de 1968 à la demande d’André Malraux par Claude Charpentier, la mise en œuvre des DRAC n’aboutit cependant que dans les premières semaines du ministère Michelet, en juin 1969, alors qu’une première tentative de décentralisation a échoué deux mois plus tôt, entraînant le départ du général de Gaulle et de son ministre d’État. Trois régions ont été retenues à titre d’essai, et les trois directeurs régionaux désignés cumulent cette charge nouvelle avec celle de CRBF qu’ils assuraient jusque là. Le premier est Claude Hiriart à Lyon,le second André Leboeuf à Nantes et le troisième, Jean Dumas, à Strasbourg.

Circulaire du 30 juin 1969 relative à la création d'une direction régionale des affaires culturelles en Alsace

Circulaire du 30 juin 1969 relative à la création d’une Direction régionale des affaires culturelles en Alsace

La circulaire « 3003 » du 30 juin 1969 doit donc se lire moins comme l’acte de naissance de la DRAC Alsace que comme l’aboutissement et la formalisation d’une déconcentration de la politique patrimoniale conduite depuis la Libération.

Bibliographie

BODIGUEL Jean-Luc. L’implantation du ministère de la culture en région. Paris : comité d’histoire du ministère de la culture, 2001.

LAURENT Xavier. Grandeur et misère du patrimoine, d’André Malraux à Jacques Duhammel. Paris : comité d’histoire du ministère de la culture, 2002.

SCHNITZLER Bernadette. Six siècles de recherches archéologiques en Alsace. Strasbourg : Société savante d’Alsace, 1998.

Le doc du mois : novembre 2013

Protéger au titre des monuments historiques le réfectoire de DMC à Mulhouse

Par Claire HIRSTEL, stagiaire à la CRMH

Le réfectoire, vue d'ensemble, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Le réfectoire, vue d’ensemble, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Mulhouse est connue internationalement pour son activité industrielle. Elle conserve d’ailleurs encore de nombreux sites dont une partie est à l’abandon. L’usine DMC fait partie de ce patrimoine industriel si cher aux Mulhousiens.

La Commission régionale du Patrimoine et des Sites (CRPS) du 05 juillet 2013 a examiné l’opportunité d’inscrire au titre des Monuments historiques le bâtiment du réfectoire de DMC dans son environnement paysager. Son avis a été favorable et l’arrêté préfectoral est en cours d’élaboration. Cette décision s’appuie sur un rapport documentaire élaboré par Claire Hirstel, stagiaire à la DRAC et à la Ville de Mulhouse.

Rappel de quelques éléments historiques

L’entreprise DMC est créée en 1800 par Daniel Dollfus-Mieg. Au départ il s’agit d’une entreprise textile spécialisée dans la fabrique de tissus imprimés appelés indiennes. Dans les premiers temps l’entreprise est très peu mécanisée et compte sur une main d’œuvre nombreuse. Mais elle connaît une rapide expansion et va très vite diversifier son activité vers le tissage et la filature. Dès 1806 DMC obtient une première médaille à l’Exposition des produits de l’industrie française. DMC ne cesse d’innover en important de nombreuses machines d’Angleterre mais aussi en déposant des brevets.

Affiche DMC ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Affiche DMC ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

C’est vers 1839 que l’entreprise commence à expérimenter la fabrication du fil, qui va la rendre célèbre dans le monde entier. C’est d’ailleurs cette activité qui devient rapidement la plus rentable, et les autres filières (production de tissus imprimés), ne tardent pas à être abandonnées. Au milieu du XIXe siècle le patronat et notamment Jean Dollfus commencent à s’intéresser aux questions sociales. C’est également à partir de ce moment là que commencent à apparaître les cités ouvrières propres à DMC. En 1928 l’entreprise est à son apogée : elle emploie plus de 9000 personnes. La production monte jusqu’à 6500 tonnes de fil dont une grande partie est destinée à l’exportation notamment à travers les dépôts et les comptoirs de vente présents dans le monde entier. A partir des années 1960 DMC commence à connaître des difficultés comme en témoigne sa fusion en 1961 avec ses concurrents historiques dans la production du fil Thiriez et Cartier-Bresson. Le site de Mulhouse se concentre aujourd’hui uniquement sur la production de produits dérivés pour la broderie.

Le réfectoire, une réalisation sociale

Repas dans une salle à manger ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Repas dans une salle à manger ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Le réfectoire de DMC jouxte l’allée des platanes, artère principale d’accès au site de l’usine et fait face aujourd’hui à la filature de 1812 (depuis la disparition du bâtiment de la machine à vapeur). Ce bâtiment construit en 1886 est une réalisation sociale pionnière pour l’époque.

Plan général du site de DMC, 1866 ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Plan général du site de DMC, 1866 ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Avant sa construction, plusieurs bâtiments destinés à cet usage sont repérés sur les plans mais ils abritent en général plusieurs activités et n’ont pas l’ampleur de celui-ci. À l’origine, les ouvriers apportaient leur nourriture et la déposait au réfectoire. Du personnel dédié réchauffait les repas. Le réfectoire de DMC fonctionne jusqu’au début des années 2000.

Un bâtiment unique en son genre

Le bâtiment et son environnement (archives Pierre Fluck)

Le bâtiment et son environnement (archives Pierre Fluck)

Le bâtiment du réfectoire se développe en milieu de parcelle au cœur d’un parc arboré de 0,6 ha. Le traitement paysager de ses abords est particulièrement soigné, ce qui correspond à une certaine vision qualitative des équipements publics de l’entreprise. Un cours d’eau circule de manière sinueuse dans la prairie plantée légèrement vallonnée qui l’entoure. De petits ponts permettent de le franchir à différents endroits.

Le réfectoire, vue d'ensemble de la façade Nord, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Le réfectoire, vue d’ensemble de la façade Nord, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

À l’arrière du bâtiment est creusé un étang artificiel que domine l’arrière du corps central du bâtiment sur pilotis.

Le réfectoire, vue en coupe de la façade Est, décembre 1953 ( (c) AMM, fonds de la SERM)

Le réfectoire, vue en coupe de la façade Est, décembre 1953 ( (c) AMM, fonds de la SERM)

Le réfectoire lui-même présente une architecture en pan de bois et brique sur soubassement et poteaux en béton, ce qui est remarquable pour l’époque puisque le béton ne se généralise en Alsace que vers 1902. Il présente deux corps emboîtés en forme de croix, le pan le plus long allant d’Est en Ouest mesurant 50m.

Son plan est symétrique, les espaces s’organisant de part et d’autre de l’entrée principale au centre. L’ensemble est coiffé d’une toiture en bâtière croisée. Le rez-de-chaussée est légèrement surélevé et le sous-sol est partiellement enterré du fait de la dénivellation artificielle du terrain et percé de baies dont les arcs de décharges sont en brique. Il tranche avec le rez-de-chaussée alternant montants en béton, briques pleines, briques en claire-voie, et grandes baies métalliques.

L’accès principal au rez-de-chaussée se fait au centre, par la façade Sud, par un escalier monumental en gneiss oeillé, matériaux rare. Il est surmonté d’une marquise légère en métal et verre. Sur cette élévation principale on peut lire l’inscription « REFECTOIRE » et sur les élévations latérales « DMC – 1886 ».

Sous-sol du réfectoire, vue générale de la salle à manger jaune, auteur : Clémentine Albertoni, 2012 ( (c) DRAC Alsace)

Sous-sol du réfectoire, vue générale de la salle à manger jaune, auteur : Clémentine Albertoni, 2012 ( (c) DRAC Alsace)

Rez-de-chaussée du réfectoire, grande salle côté Est, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Rez-de-chaussée du réfectoire, grande salle côté Est, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

À l’intérieur, les espaces se répondent. Ils se distribuent sur deux niveaux accessibles par des escaliers de part et d’autre. Au sous-sol, se trouvent les pièces fonctionnelles : la cuisine et les deux salles à manger de 350 m² chacune dans lesquelles les tables dont il reste les pieds en fonte, étaient fixées au sol. Au rez-de-chaussée la principale caractéristique des salles, outre leur polyvalence, est qu’elles sont baignées de lumière. Elles constituent les véritables espaces de sociabilité de l’entreprise (salle des fêtes, cafétéria, salle de ping-pong, local comité d’entreprise). Les façades presque panoramiques, constituées de baies filantes quasi ininterrompues, ouvrent largement l’espace sur l’extérieur arboré. Par ailleurs, perçant les pignons Nord et Sud d’immenses verrières semi-circulaires apportent encore de la clarté à l’édifice. Le réfectoire a subi des modifications mineures par rapport à la structure d’origine.

Actuellement l’ancien réfectoire DMC est inoccupé. Il appartient depuis 2008 à la Société d’équipement de la région mulhousienne (SERM). La ville de Mulhouse est engagée depuis plusieurs années dans un grand projet de réaménagement et de valorisation du site de DMC. L’espace industriel doit devenir un lieu de vie ouvert, en lien avec les quartiers qui l’entourent. Dans ce contexte, les architectes Reichen et Robert dont le projet a été retenu, proposent de ranimer la sociabilité du réfectoire à travers des activités en rapport avec sa fonction passée (restaurant, brasserie, etc …).

 

Publication : la cité paysanne de Marckolsheim

Le Service des patrimoines de la DRAC Alsace annonce la parution d’un article concernant la cité paysanne de Marckolsheim :

ALBERTONI Clémentine, SANDOVAL Laurine et WODLI Séverine. « La cité paysanne de Marckolsheim (1940-1944) : étude de cas et protection d’un quartier de fermes modèles en Alsace ». In : In Situ : revue des patrimoines, 2013, 21. [en ligne]

La Conservation régionale des monuments historiques d’Alsace a engagé depuis 2008 une enquête thématique sur le patrimoine architectural de la reconstruction allemande (1940-1944), qui a débuté par l’étude et la valorisation du quartier de la Cité paysanne de Marckolsheim. Cet ensemble de quatorze « fermes modèles » est remarquable à plusieurs titres : par son exemplarité et la publicité qui en a été faite à l’époque, par la richesse de sa documentation, par sa conservation urbaine et architecturale. Il est le témoin de la volonté politique de transformer profondément la société rurale et l’économie agricole par l’introduction de la modernité et la révision de la hiérarchie sociale. Par ailleurs, du fait de la nature de cet ensemble et de la compréhension du contexte historique qui l’a vu naître, cette étude a permis de réinterroger la notion même de patrimoine, ainsi que la procédure de protection au titre des monuments historiques et ses conséquences réglementaires.

 

Le document du mois : novembre 2012

Une architecture temporaire protégée au titre des monuments historiques

Baraquement de la Siedlung subsistant sur sa parcelle d’origine et inscrit au titre des monuments historiques, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

« De belles maisons en bois… Cela fut une bonne idée de construire les nouveaux logements des habitants […] Ces solides constructions en bois massif reposent sur de bonnes fondations. Avec leur peinture rouge sombre, elles se fondent bien dans le paysage d’automne. […] Ils sont heureux d’avoir un toit au dessus de leur tête et de pouvoir travailler. Même les familles nombreuses ont pu trouver de la place pour leur progéniture […] Un nouveau Marckolsheim surgit, vous savez tous que les logements actuels ne sont que d’un secours provisoire, jusqu’à ce que des maisons en dur soient reconstruites. » Strasburger Neue Nachrichten, 20.10.1940

La Conservation régionale des monuments historiques (CRMH) mène depuis 2008 une campagne de protection thématique autour du patrimoine de la reconstruction allemande en Alsace entre 1940 et 1944. À ce titre, plusieurs édifices ou ensemble d’édifices sont en cours d’étude. En ce qui concerne le patrimoine industriel de cette époque, l’usine List de Rhinau, construite en 1942 par Ernst Neufert a été inscrite au titre des monuments historiques le 14 décembre 2009. Pour ce qui est du patrimoine rural, la Cité paysanne de Marckolsheim, l’une des communes concernées par le programme de l’Ordre Nouveau, a été inscrite par arrêté préfectoral du 24 octobre 2012.

À l’occasion de l’étude patrimoniale de cet ensemble de fermes modèles, des entretiens ethnologiques avec les habitants ont révélé l’importance dans la mémoire collective de la Siedlung dont il subsiste seulement deux baraquements dont un seul se trouve encore sur sa parcelle d’origine. En effet, Marckolsheim a été détruite à plus de 60% en juin 1940 alors que la plus grande partie des ses habitants s’étaient réfugiés dans le Périgord.

Vue aérienne : destruction de Marckolsheim suite aux bombardements de juin 1940 (Archives municipales de Marckolsheim).

Lorsqu’en octobre de la même année ces derniers reviennent en Alsace, ils sont installés dans cette cité temporaire construite avec des baraquements en bois. Elle est composée de soixante baraquements au sud-est de la commune.

Construction de la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Baraquements de la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Elle constitue durant toute la période de guerre, et même après, un véritable quartier de la ville, comptant surtout des logements mais également les équipements principaux de l’administration, des cuisines, la boulangerie, la laverie, le coiffeur, des écoles, etc.

Baraquement de la mairie à la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Baraquement du restaurant Babalöffel à la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Ces lieux sont fréquentés également par les habitants de Marckolsheim qui ont trouvé ou retrouvé à se loger dans des habitations  » en dur « . C’est également à la Siedlung que se déroulent la plupart des cérémonies officielles et c’est aussi cela qui explique l’attachement des habitants pour ce quartier. La vie s’organise de manière communautaire et il est alors bien compréhensible que les habitants interrogés de la Cité Paysanne, et de Marckolsheim en général, évoquent spontanément ces installations qui ont concerné l’ensemble de la population.

Le plan de ces baraquements est assez sommaire.

Projet de baraquement : plan, coupe, élévation (Archives municipales de Marckolsheim).

Des documents retrouvés dans les Archives municipales permettent de bien imaginer ces structures légères, peu cloisonnées, non isolées. Leur traitement extérieur est soigné, mais ils sont destinés à une durée de vie assez courte.

Présentation commerciale de baraquement temporaires d’habitation (recto). Ce n’est pas ce modèle qui a été retenu pour la Siedlung de Marckolsheim (Archives municipales de Marckolsheim).

Présentation commerciale de baraquements temporaires d’habitation (verso). Ce n’est pas ce modèle qui a été retenu pour la Siedlung de Marckolsheim (Archives municipales de Marckolsheim).

Démontables, certains baraquements ont été déposés ou déplacés en totalité ou en partie. La commune de Marckolsheim en compte encore deux :

  • l’un d’eux a fait l’objet de modifications à cette occasion pour le transformer en logement : on a modifié la toiture isolée avec de la toile bitumée, on a repris les menuiseries et les panneaux de bois extérieurs, etc. ;
  • l’autre est resté sur sa parcelle d’origine, à son emplacement de départ et il sert aujourd’hui d’abris de jardin. Il présente un état sanitaire assez dégradé pour toutes les raisons que nous avons évoquées jusque là.

Baraquement de la Siedlung subsistant mais ayant fait l’objet de travaux et ayant été déplacé, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

Pourtant, considérant l’importance patrimoniale de cet éléments au regard de l’histoire de la commune et plus largement de la région, la Commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) s’est prononcée favorablement à son inscription au titre des monuments historiques, au même titre que les fermes modèles de la Cité paysanne. Cette position est l’occasion de réfléchir aux critères de protection d’un édifice à ce titre et témoigne de la volonté de conserver une architecture qui n’est par nature pas destinée à être transmise aux générations futures.

Baraquement de la Siedlung subsistant sur sa parcelle d’origine et inscrit au titre des monuments historiques, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

Localisation de la Siedlung et de la Cité paysanne en vue de leur protection au titre des monuments historiques (Ministère de la culture).