Archives de catégorie : Événements

Mise en ligne de l’exposition Cathédrale Notre-Dame : cent ans de travaux

Vue de la place de la cathédrale en 1903. Auteur : Jules Manias (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Vue de la place de la cathédrale en 1903. Auteur : Jules Manias (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Lors des Journées européennes des patrimoines 2015, dont le thème était « Le patrimoine du XXIe siècle, une histoire d’avenir », la DRAC Alsace a souhaité mettre en valeur cent ans de travaux à la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg. Débutant par la restauration du pilier nord en 1910 et s’achevant par la création en 2015 du vitrail contemporain de Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, installé à la chapelle Sainte-Catherine, une exposition a été présentée dans la salle des Fêtes du Palais du Rhin, 2, place de la République à Strasbourg, du 18 septembre au 9 octobre 2015. Un catalogue a été édité à cette occasion.

>>Débuter la visite

Mise en ligne de l’exposition « Centenaire de la loi de 1913 »

JEP2013_affiche

>> Accéder au livret sur le site internet de la DRAC Alsace

>>Débuter la visite

À l’occasion du centenaire de la loi de 1913 sur la protection des Monuments historiques célébré lors des Journées du patrimoine, le Service des patrimoines de la DRAC Alsace a organisé vendredi 13 septembre 2013 une journée d’études sur « les Monuments historiques entre Allemagne et France de 1871 à 1930 ». Cet événement a précédé une exposition sur le même thème, présentée dans la salle des Fêtes du Palais du Rhin, 2, place de la République à Strasbourg, du 14 septembre au 4 octobre 2013.

Cette manifestation a été réalisée grâce à la forte implication de l’ensemble du personnel du Service des patrimoines (Conservation régionale des Monuments historiques,  Service régional de l’archéologie), mais aussi et surtout grâce à la collaboration de personnes et institutions extérieures, qui ont permis à ce projet de voir le jour.

Citons en premier lieu François Igersheim, professeur émérite à l’Université de Strasbourg, et Nicolas Lefort, historien, membres du comité scientifique, qui ont rédigé une grande partie des textes (cf infra). Bernadette Schnitzler, conservatrice du Musée archéologique de Strasbourg, a participé au projet pour la partie dévolue à l’archéologie. Monique Fuchs, conservatrice du Musée historique de Strasbourg, a réalisé la synthèse consacrée au Haut-Koenigsbourg. Olivier Haegel, chercheur au Service de l’inventaire du patrimoine de la Région Alsace, a apporté sa contribution sur la question de la réquisition des cloches durant la Première Guerre mondiale. Enfin, Marie-Philippe Scheurer, conservatrice des antiquités et objets d’art pour le Bas-Rhin, a participé au panneau sur l’église de Froeschwiller.

Au sein du Service des patrimoines, Simon Piéchaud, responsable du service, a assuré le commissariat de l’exposition et rédigé les synthèses historiques. Clémentine Albertoni, chargée de la protection des Monuments historiques, a pris en charge la question de la Grande Percée et l’église de Froeschwiller. Marie-Dominique Waton, ingénieur au Service régional de l’archéologie, a réalisé les textes abordant le thème des fortifications et des villae. La cellule documentation du service (Danièle Cahen, Cécile Courtaud, Olivier Munsch et Marie Stahl), ainsi que Soline Morinière, chargée de la documentation archéologique, et Juliette Rémy, responsable du mobilier archéologique, ont été chargées des recherches documentaires, de la scénographie et la logistique.

La conception graphique des panneaux a été réalisée par Stéphanie Cheviron.

>> Accéder au livret sur le site internet de la DRAC Alsace

>>Débuter la visite

Retour sur la première édition des Journées archéologiques transfrontalières

 

Par Juliette Rémy et Georges Triantafillidis

Les premières Journées archéologiques transfrontalières de la Vallée du Rhin supérieur se sont tenues les 9 et 10 novembre 2012 à Mulhouse.

Organisée par le SRA Alsace, en étroite collaboration avec le Landesdenkmalpflege du Bade-Wurtemberg et le service archéologique du canton de Bâle-Ville, cette manifestation a également bénéficié du partenariat de la Ville de Mulhouse, ainsi que de l’Université de Haute-Alsace.

L’objectif de ces Journées était de dresser un panorama de la recherche archéologique à l’échelle de la vallée du Rhin supérieur et de créer les conditions d’une collaboration scientifique renouvelée entre archéologues des deux rives.

L’Alsace considère en effet comme un atout la présence sur son territoire d’un patrimoine archéologique dont l’intérêt dépasse les frontières. Pourtant, la recherche archéologique transfrontalière souffrait d’une certaine carence en termes de partage d’idées et d’expériences, de mise en commun des problématiques d’étude et de diffusion des connaissances. C’est pourquoi le SRA a souhaité prendre – ou plutôt reprendre – contact avec ses collègues frontaliers de Suisse et d’Allemagne. Ceux-ci se sont tout de suite montrés très enthousiastes à l’idée de lancer de nouveaux travaux en commun.

Un premier projet s’est alors dessiné tout naturellement : celui d’organiser des rencontres permettant de présenter travaux de recherches et sujets d’actualité des trois régions d’Alsace, du Bade-Wurtemberg et du canton de Bâle-Ville.

Près de 180 participants – français, allemands, suisses, étudiants, chercheurs, professionnels de l’archéologie, bénévoles… – ont assisté à ces deux jours de rencontres, qui s’articulaient autour de plusieurs temps fort.

La première matinée était consacrée à la présentation de chacun des services partenaires : SRA Alsace, Landesdenkmalpflege du Bade-Wurtemberg et service archéologique du canton de Bâle-Ville. Ces communications ont été l’occasion de montrer les points communs et différences existant entre les différents pays en terme d’organisation et de missions des services archéologiques.

Le reste de la journée était occupé par l’exposé des résultats et avancées de plusieurs projets d’envergure transfrontalière, et mobilisant le plus souvent des équipes internationales. Études thématiques, chantiers de fouilles, publications d’ouvrage, colloques internationaux, bases de données… Ce sont différents aspects de la recherche archéologique qui ont pu être mis en avant, dressant un panorama riche et varié des collaborations transfrontalières passées et actuelles.

Enfin, ce premier jour s’est terminé par une visite organisée dans la nouvelle salle d’archéologie au Musée historique de Mulhouse. Ouverte depuis un an dans sa nouvelle présentation, cette salle, restée fermée pendant des années, offre aujourd’hui une vision modernisée de l’archéologie régionale, depuis la Préhistoire jusqu’au Moyen Âge.

La journée du samedi était quant à elle consacrée à la présentation de plusieurs chantiers de fouilles menés ces dernières années de part et d’autre des rives du Rhin. Depuis l’étude de la métallurgie néolithique à Eckwersheim (Bas-Rhin) jusqu’à la mise au jour d’une galerie de la 1ère guerre mondiale à Carspach (Haut-Rhin) en passant par le spectaculaire prélèvement en motte d’une tombe princière celtique à la Heuneburg (Bade-Wurtemberg) ou encore les projets de recherche transdisciplinaires mis en œuvre sur le grand chantier du site de Bâle-Usine à gaz, les contributions variées ont suscité l’intérêt d’un public nombreux et attentif.

Cette première édition des Journées archéologiques transfrontalières a été couronnée de succès et le rendez-vous est déjà pris pour la prochaine édition, qui se tiendra en 2014 à Fribourg-en-Brisgau.

Pour télécharger le résumé des communications, cliquez ici.

Le document du mois : septembre 2012

par Marie STAHL et Marie-Dominique WATON

À l’occasion des Journées du patrimoine, le document du mois est consacré au « patrimoine caché ».

Entre 1985 et 1987, une opération archéologique menée sous la direction de Marie-Dominique Waton s’est déroulée rue des Juifs à Strasbourg, à l’emplacement de l’ancienne imprimerie Istra Berger-Levrault. Le bâtiment, remarquable, remonte au 13e s., et est connu aujourd’hui sous le nom d’Hôtel des Joham de Mundolsheim, patronyme d’une famille de banquier qui y résida au 16e s.

Les fouilles ont permis la mise au jour de nombreuses peintures murales médiévales, jusqu’alors recouvertes par d’autres décors plus récents (enduits, papiers-peints, cloisons), ainsi que de splendides plafonds peints, cachés par les faux-plafonds modernes. L’ensemble a bénéficié d’un classement au titre des Monuments historiques en 1989.

En raison du caractère exceptionnel de la découverte, les peintures ont fait l’objet d’une couverture photographique, associée à une campagne de dessins reproduisant les décors. Les vues liées à l’opération, soit plus d’un millier de documents, se présentent sur support diapositive et ont été inventoriées puis numérisées en 2006. Le reste du fonds est en cours de classement.

En voici une sélection.

Peinture murale : scène nuptiale, 15e-16e s., auteurs : Rieb, Jean-Pierre et Maire, Jean, 1987

Reproduction de la Dame aux Grenades, peinture murale du 15e-16e s., auteur : Seiller, Claire, 1987 

 

Plafond peint, décors végétaux, 15e-16e s., auteurs : Rieb, Jean-Pierre et Maire, Jean, 1987

Peinture murale : animal fabuleux (griffon ?), 15e-16e s., auteurs : Rieb, Jean-Pierre et Maire, Jean, 1987

Peinture murale : danseur, 15e-16e s. La surface du mur a été piquetée afin d’améliorer l’adhérence lors de la pose d’un nouvel enduit , auteurs : Rieb, Jean-Pierre et Maire, Jean, 1987

Dépose d’un mur décoré , auteur : Maire, Jean, 1987

Restauration des vitraux du bas-côté sud de la cathédrale de Strasbourg : note de synthèse des travaux

Par Christiane SCHMUCKLE-MOLLARD, architecte en chef des monuments historiques, architecte de l’OEuvre Notre-Dame

Les verrières historiées de la cathédrale de Notre Dame de Strasbourg avec 1500 m2, constituent le second ensemble de verrières médiévales en France.

Parmi les vitraux posés entre 1250 et 1275 dans les fenêtres du bas-côté sud, seuls les panneaux des tympans sont conservés. En 1328, l’évêque Jean de Dirpheim décida de faire remplacer les figures de l’ancien cycle des Saints par une série de cinq verrières quadruples de huit mètres de hauteur sur les épisodes de la vie de la Vierge et l’enfance du Christ (baie 26), la vie publique du Christ (baie 28), la Passion (baie 30), la vie glorieuse du Christ (baie 32) et enfin la représentation du jugement dernier (baie 34). Le programme prévu avant 1328 s’étendait non sur cinq mais sur sept fenêtres du bas-côté sud. Quelques années après le début du chantier, l’édification de la chapelle Sainte-Catherine (fondée en 1331 par l’évêque Berthold de Buchegg) consacrée en 1349 provoqua la destruction des baies 22 et 24 qui venaient juste d’être vitrées. Les panneaux sacrifiés furent conservés et réutilisés vers l’ouest où les vitraux n’étaient pas encore en place (cf. Becksmann et Ch. Wild-Block).

Datation des verrières de la cathédrale

Pendant la période allemande, les panneaux des lancettes ont été recouverts d’une patine ou couche organique. En 1942, les services patrimoniaux allemands ont fait effectuer une campagne photographique panneau par panneau, en noir et blanc et en couleur. Ces clichés ont permis de mesurer l’importance des dégradations survenues au cours du 20e siècle.

Après une étude iconographique et technique, le projet de travaux élaboré par l’architecte en chef Christiane Schmuckle-Mollard en liaison avec le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, a été confié aux ateliers Parot et Le Vitrail Vinum pour la restauration des verrières historiées et à Vitrail France pour la mise en œuvre des verrières de doublage traitées en reproduisant le dessin de résille de plomb médiéval. Une série de capteur a été mise en place pour contrôler l’équilibre du dispositif en terme de flux d’air et de réduction, voire de suppression, de la condensation.

L’opération a fait l’objet d’un important mécénat culturel.

Les travaux de maçonnerie-pierre de taille

Le contrôle des pierres à changer et la sélection du grès à employer a été effectué sous la direction de l’architecte en chef. Le grès Bitburg dur veiné a été utilisé pour les éléments de fenestrages et des glacis inférieurs des baies.

Seules les pierres trop endommagées pour être conservées ont été remplacées.

La pose des pierres à changer a été effectuée par refouillement des anciennes ou incrustement, et les petits éléments ou les éléments moulurés ou sculptés ont été fixés par des goujons. Les joints et les lits de pierre ont été coulés au plomb.

Les pierres simplement altérées ont été traitées par reminéralisation (au silicate d’éthyle).

En vue d’une conservation maximum, les pierres anciennes ont reçu un traitement en conservation par reminéralisation. Aucune patine d’harmonisation n’a été appliquée.

La volonté de préserver les vestiges de traces de tâcherons et d’anciens badigeons découverts sur les parements nettoyés a été exigée.

Un nettoyage de l’ensemble a ensuite été effectué à l’eau avec pression légère en insistant sur les parties les plus encrassées. Ce nettoyage sans micro-abrasion a permis de conserver les traces de décor (pierres blanchies) observées au pourtour des baies au départ du réseau.

La restauration des vitraux

Les travaux ont été réalisés conformément au Projet Architectural et Technique, excepté le protocole de nettoyage des vitraux qui a dû être modifié pour parvenir au nettoyage souhaité en vue de la lecture des scènes historiées.

Baie n°30 avant restauration

 

Baie n°30 après restauration

Après dépose des vitraux, les baies ont été provisoirement clôturées au moyen de Vitrex. Les panneaux ont été transportés en caisse sécurisées à l’atelier du maître verrier en charge des travaux de restauration.

Reconstitution du panneau LD5 de la baie n°30

Panneau LD5 de la baie n°30 avant et après restauration

Les difficultés de nettoyage des verres anciens ont été mises en évidence, en particulier sur les surfaces externes des verres et, en accord avec le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, le protocole a été modifié de la manière suivante :

  • les dépôts ont été éclaircis au moyen d’applications répétées de gel d’EDTA ;
  • les dépôts noirs ou bruns qui présentaient des écailles ont pu être enlevés à l’aide d’un scalpel sous loupe binoculaire ;
  • en face interne, en complément des compresses d’eau et éthanol, un gel de thiosulfate de sodium à 10% dans l’eau déminéralisée a été appliqué à raison de trois applications suivies de rinçage à l’eau déminéralisée par compresses.

Les fers anciens ont été nettoyés et quelques pièces défectueuses remplacées à l’identique.

 

Résille de plomb de la baie n°30

Après une couche primaire de peinture anti-corrosion, quatre couches de peinture glycérophtalique de couleur brune ont été appliquées.

Les vergettes, pannetons et clavettes en conservation à l’OEuvre Notre Dame ont été reposés et les ferrures jugées trop dégradées remplacées par des ferrures neuves en fer forgé.

La mise en œuvre des verrières de doublage

L’état sanitaire constaté sur les panneaux déposés a justifié la décision prise en 2003 de mettre en œuvre des verrières de doublage. Les premières furent posées en 2004 sur les verrières hautes de la nef, au nord dans les deux travées occidentales.

Les travaux ont été réalisés selon les prescriptions du Projet Architectural et Technique. Le tracé des plombs a été réalisé à partir des frottis transmis par les maîtres verriers des ateliers Parot et Le Vitrail Vinum et validés par l’architecte en chef pour obtenir le plus lisiblement possible le tracé des plombs d’origine.

L’instrumentation d’une lancette de la baie n°26

Les travaux ont été réalisés selon les prescriptions du Projet Architectural et Technique. Quatre types de capteurs (capteurs de température de surface, capteurs de température de l’air, capteurs de condensation, capteurs d’humidité relative) ont été mis en place en partie basse et en partie haute de la lancette, sur la face interne du verre ancien restauré et sur la face interne du verre de doublage. Ces capteurs, gérés informatiquement, permettront le contrôle sur une année l’efficacité en terme de flux d’air et de réduction, voire de suppression, des phénomènes de condensation du système proposé pour la ventilation de la verrière ancienne protégée par de sa verrière de doublage.

Retour sur l’exposition « Cent mille ans et quelques minutes : un siècle d’archéologie en Alsace à travers ses archives de fouille »

Le Service des patrimoines, par l’intermédiaire du Service régional de l’archéologie et du bureau de la documentation du patrimoine, a proposé une exposition consacrée aux archives de fouilles en Alsace, du 17 au 30 septembre, à la salle des Fêtes de la DRAC.

Cette manifestation a été réalisée en partenariat avec la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, grâce à la collaboration active des opérateurs en archéologie (INRAP, PAIR, ANTEA-Archéologie) et aux prêts des différentes institutions patrimoniales (Musée archéologique de Strasbourg, Musée historique de Haguenau, Musée du château des Rohan de Saverne, Maison de l’archéologie de Niederbronn) et des organismes de recherche (Université de Strasbourg, EPHE, Université de Haute-Alsace).

Il s’agit là de découvrir une rétrospective de cette production documentaire méconnue, s’étalant sur plus d’un siècle. Un parcours thématique a été choisi afin de mettre en exergue les spécificités du métier d’archéologue, de l’activité de terrain à la publication. Cà et là, des instruments de mesure et des outils de relevé ou de dessin – pantographe, niveau, kutsch, plume à encre de Chine – sont mis en situation pour témoigner des techniques et de leurs évolutions. Par ailleurs, cinq installations vidéo rendent compte de plusieurs aspects du métier d’archéologue en relation avec la production de documents scientifiques.

Parallèlement au parcours thématique, quelques  » coups de projecteurs  » sur des sites emblématiques de la région reprennent un ensemble de documents en relation avec différents supports. Le Mont Sainte-Odile à Ottrott, l’abri préhistorique d’Oberlarg ou le site romain de Mackwiller, tous fouillés sur plusieurs décennies, permettent de mieux apprécier la diversité des techniques documentaires autour d’un même sujet.

*

*          *

En guise d’introduction, le visiteur prend connaissance de ce que recouvre la notion d’archive de fouille, dont la définition réglementaire sous le terme générique de  » documentation scientifique  » ne remonte qu’à 2004.

Une sélection de carnets de fouille, du début du 20e au début du 21e s., accompagnés d'une fiche structure

Le parcours débute par la section  » Décrire « , rassemblant tour à tour lettres d’érudits du début du 20e s., actes administratifs et carnets de fouille. Si l’on constate que certains de ces documents conservent bien des similitudes à travers le temps, plusieurs pièces possèdent, outre leur contenu scientifique, un cachet particulier, mêlant texte et croquis, ou des anecdotes liées à l’histoire de la discipline dans la région ; citons ici les documents de Charles Matthis1, Arthur Stieber2 ou encore Robert Forrer3.

Quelques unes revêtent également un caractère exceptionnel, comme un journal de fouille de Xavier Nessel4, où sont consignés les résultats de ses travaux dans la région de Haguenau, au début du 20e s. : le journal de bord à la plume est illustré par des aquarelles des objets mis au jour, saisissantes de réalisme.

Les carnets de fouille de la fin du 20e et du début du 21e s. liées aux opérations d’archéologie préventive se rapprochent davantage du carnets de notes et se doublent à présent de fiches normalisées décrivant les structures et faits de manière séparée.

Les carnets et fiches descriptives sont complétées par des documents graphiques permettant d’expliciter et de localiser les découvertes, qui constituent le support privilégié pour le thème  » Relever «  de l’exposition. Les supports des plans, élévations et coupes sont multiples et connus du grand public : feuille blanche, papier millimétré, calque végétal puis synthétique…

Les minutes de terrain côtoient les relevés finaux réalisés en dessin assisté par ordinateur

Au tournant du 19e et du 20e s., les relevés, dont les techniques pouvaient emprunter au dessin d’artiste (aquarelle, mise en situation du site…), sont pour la plupart déjà exécutés avec la rigueur scientifique qui s’impose : indication des mesures, description des couches stratigraphiques jalonnent les documents. Vers les années 1950, les usages se normalisent peu à peu : le papier millimétré est utilisé sur le chantier pour relever le plan du site à l’échelle 1/50 et les structures à l’échelle 1/20 ; le relevé final est, quant à lui, effectué à l’encre. Actuellement, il est réalisé en dessin assisté par ordinateur, après scan de la minute de terrain, même si la tradition du dessin à la main perdure chez quelques uns.

Malgré cette volonté d’harmonisation, chaque fouilleur reporte, selon son école et son expérience, les notes et symboles qui coderont les détails du relevé. Ainsi, la mise en regard de la minute de terrain avec le relevé final montre toute la difficulté de l’exercice dont l’archéologue ressort victorieux : retranscrire une réalité physique de la façon la plus objective possible, bien que les manières de la consigner portent l’empreinte de la personnalité du fouilleur.

D’autres spécialités issues des sciences de la terre viennent au secours de l’archéologue. Des prospections géophysiques ou magnétiques jusqu’aux relevés par laser scanning, différentes techniques sont actuellement utilisées pour compléter les observations de terrain. Ces études génèrent des fichiers numériques multiples, parfois liés entre eux, et posent le problème de l’hétérogénéité des formats et de leur conservation.

Le parcours se poursuit par la section  » Illustrer « , thème dans lequel figurent toutes les autres méthodes visant à fixer la mémoire d’un événement sur le chantier.

La documentation photographique y a la part belle, et retrace l’histoire de la technique au cours du 20e s. Aux plaques de verre succèdent les négatifs et leurs tirages sur papier argentique, puis les photos numériques.

De l'argentique au tout numérique : un siècle d'évolution autour de la prise de vue

Parmi les tirages photographiques, les vues aériennes participent à l’inventaire des sites archéologiques. Exécutées en avion sous le contrôle de l’armée puis de l’aviation civile, elles se sont aussi démocratisées à l’intérieur des services régionaux. dans le cadre des prospections-inventaires. L’usage du ballon et du cerf-volant donnent quant à eux les mêmes illustrations zénithales pour un chantier en particulier. De manière anecdotique, les vues prises d’escabeaux, jusqu’aux échelles de pompier, ciblent un ensemble de structures.

Parallèlement à cela, d’autres moyens permettent de rendre compte d’une vue élargie du chantier, comme le photomontage. D’abord exécuté manuellement, par découpage et collage des tirages argentiques, le numérique offre à présent un vaste champ des possibles grâce au redressement des vues et à l’assemblage des fichiers image.

Les diapositives ont également été un support souvent employé. On les remarque dans le fonds issu des activités des services de l’État (Directions des antiquités) dès leur création après-guerre. Après une forte augmentation dans les années 1980-1990, ce support est largement tombé en désuétude à la suite de la généralisation du numérique, alors que quelques chercheurs continuent à doubler leurs clichés avec de l’argentique.

Enfin, les films font leur apparition dans les collections du service à partir des années 1950. Cet usage précoce est lié à la personnalité d’un archéologue, Jean-Jacques Hatt, qui fixait sur pellicule super 8 des éléments de la vie de chantier. Les fouilles de Mackwiller ou Seltz ont été filmées pendant plusieurs campagnes. Quelques films VHS ont été réalisés par la suite dans les années 1980 et 1990 par d’autres archéologues, mais la pratique reste confidentielle et les films sont rarement déposés dans les archives. Aujourd’hui, de rares séquences sont capturées au moyen d’appareils numériques. Il est regrettable que ce support soit largement sous-employé dans les fouilles, préventives ou programmées, alors qu’elles y auraient une place de choix pour rendre compte des découvertes sur le terrain et, plus largement, de l’évolution des méthodes de fouille.

L'exposition des objets et des outils de mesure aux côtés des dessins donne une autre dimension aux documents

La section  » Étudier «  est consacrée à la description scientifique du mobilier et aux analyses ciblées. Les supports et techniques de dessin sont similaires aux relevés graphiques : on y retrouve le système du dessin minute au crayon et du document final, allant du calque encré au dessin assisté par ordinateur. Lorsque la chose a été possible, l’objet a été exposé avec le croquis ou le dessin à l’encre. D’autres rapprochements, comme la photographie d’un vase in situ et un dessin de sa version restaurée apposés côte à côte, insistent sur les étapes de traitement du mobilier et inscrivent l’objet dans son contexte de découverte. Les logiciels de dessin assistés par ordinateur ont institué une nouvelle pratique en poussant plus loin la confrontation : mêler la photographie d’un tesson et le profil dessiné à l’intérieur d’un même document numérique.

Autre temps, autre technique, l’aquarelle y avait aussi sa place. Une planche de mobilier d’Émile Audiguier5, vers 1885, figurant des fibules et de la céramique, est une des pièces maîtresses de cette exposition.

Mais d’autres documents révèlent toute l’inventivité des fouilleurs confrontés au problème du dessin  » hors norme « . Ainsi le plastique transparent plaqué sur des dalles funéraires permet de décalquer au feutre les contours des personnages en bas-relief grandeur nature, et les estampages d’inscriptions par frottement du crayon sur le papier aboutissent à des copies fidèles, servant de base à un dessin à l’encre.

Les prises de vues d’objets en post-fouille génèrent le même type de documents photographiques (diapositives, tirages argentiques, fichiers image) que celles effectuées sur le terrain et, en conséquence, les mêmes observations.

Moins employée, la technique du moulage ou de l’empreinte, comme celles d’intailles provenant de Biesheim, fait néanmoins partie intégrante de la documentation scientifique.

Enfin, la présence d’un rapport d’analyse de métaux, d’un diagramme pollinique et d’une planche carpologique insiste sur la variété des documents générés par les nombreuses spécialités associées à l’archéologie susceptibles d’intervenir à cette étape de l’opération.

La restitution des résultats d'une fouille peut prendre différentes formes : rapports, publications, communications mais aussi reconstitutions en trois dimensions

 » Restituer « , voilà l’aboutissement de l’opération archéologique. L’ensemble des documents produits de façon éparse sur le terrain et en post-fouille prend une cohésion dans le rapport qui clôt le chantier de fouille. Il pouvait, au cours du 20e s., prendre la forme d’une compilation de pièces administratives et scientifiques, se limitait parfois à quelques observations, ou encore n’avait rien à envier à une source publiée. Formalisé récemment, le rapport d’opération comprend à présent trois sections : partie administrative, synthèse des résultats de l’opération et inventaires réglementaires.

Les publications scientifiques ont largement précédé l’apparition des rapports et en constituent le complément indispensable pour une diffusion étendue des connaissances. L’ouvrage de J.A. Silbermann, Lokal Geschichte der Stadt Strassburg6, daté de 1775, est un des premiers à appuyer sa description sur des sources d’archives. D’autres livres emblématiques de la recherche archéologique alsacienne sont présentés, notamment ceux de Maximilien de Ring, Tombes celtiques de l’Alsace ((Prêt Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg)), 1865-1870, ou de Robert Forrer, Strasbourg-Argentorate préhistorique, gallo-romain et mérovingien ((Prêt Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg)), 1927. En complément des sources rédigées par les chercheurs, le Service régional de l’archéologie est en charge de diffuser les résultats de la recherche régionale, à travers des notices résumant l’ensemble des activités de terrain pour chaque année : d’abord publiées dans Gallia, celles-ci trouvent leur place aujourd’hui dans les Bilans scientifiques.

Mais la restitution ne se limite pas aux publications : quittant alors la représentation en deux dimensions, l’archéologie expérimentale cherche à reconstituer des bâtiments, outils et gestes techniques des époques passées en partant des découvertes faites sur le terrain. S’appuyant sur le plan-type d’une maison néolithique rubanée, la Direction des Antiquités préhistoriques en a bâti une réplique à Holtzheim au milieu des années 1980. Ce lieu a, par la suite et durant quelques années, abrité de nombreux ateliers artisanaux.

L’arrêté du 16 septembre 2004 a donné un cadre réglementaire à la documentation scientifique. Lors de la rédaction du rapport, celle-ci fait l’objet d’un inventaire à la pièce puis est versée par les opérateurs au Service régional de l’archéologie, qui doit la  » Conserver « , à savoir en garantir la pérennité et la consultation, avant versement définitif aux Archives départementales. Loin d’être une fin en soi, ce dépôt marque une nouvelle étape pour la documentation : dépasser les limites de l’opération pour enrichir la connaissance scientifique régionale, voire devenir le témoin de l’histoire d’une discipline. Le passage au numérique a entraîné une transformation des pratiques documentaires sur le chantier archéologique et en post-fouille : accroissement des données, formats hétérogènes, fragilité des supports de stockage… La nécessité de prendre en charge ces documents dès l’achèvement de l’opération est donc plus que jamais d’actualité.

 

  1. Prêt Maison de l’archéologie de Niederbronn []
  2. Dépôt Musée archéologique de Strasbourg []
  3. Prêt Musée archéologique de Strasbourg []
  4. Prêt Musée historique de Haguenau []
  5. Prêt Musée du château des Rohan à Saverne []
  6. Prêt Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg []