Archives de l’auteur : Marie Stahl

Nouvelle campagne de numérisation de documents patrimoniaux

Chaque année, la Direction régionale des affaires culturelles réalise une prestation externalisée de documents dont le format dépasse les capacités du scanner du Service de la documentation patrimoniale. Pour 2016, près de 1800 documents ont été sélectionnés.

1. Le Denkmalarchiv Bas-Rhin et Haut-Rhin

Fonds d’archives créé au début du 20e s. par l’administration allemande, le Denkmalarchiv représente une importante collection iconographique sur le patrimoine alsacien. Les documents qui le composent font l’objet, depuis une dizaine d’années, d’un inventaire à la pièce et d’un plan de numérisation en vue d’une mise en ligne sur la base nationale Mémoire du Ministère de la culture et de la communication.

La numérisation des documents hors-formats se termine pour les parties bas-rhinoise et haut-rhinoise du fonds. En 2016, les communes suivantes ont fait l’objet d’un inventaire sommaire et les documents sont prêts à être numérisés.

Pour le Bas-Rhin :

  • Walbourg ;
  • Niederbronn-les-Bains.

Pour le Haut-Rhin :

  • Masevaux ;
  • Merxheim ;
  • Meyenheim ;
  • Mittelwihr ;
  • Niedermorschwihr ;
  • Neuf-Brisach ;
  • Oberhergheim ;
  • Obersaasheim ;
  • Ottmarsheim ;
  • Pfaffenheim ;
  • Reiningue ;
  • Riquewihr ;
  • Rouffach ;
  • Sainte-Croix-aux-Mines ;
  • Sainte-Marie-aux-Mines ;
  • Sausheim ;
  • Sigolsheim ;
  • Soultz ;
  • Soultzmatt ;
  • Steinbach ;
  • Uffholtz ;
  • Wattwiller ;
  • Wintzfelden ;
  • Wolfersdorf ;
  • Wolfgantzen ;
  • Zellenberg.

2. Le Denkmalarchiv Moselle

La fusion des régions a été l’occasion d’une réflexion élargie à la partie mosellanne du Denkmalarchiv, conservée à l’Unité territoriale de l’architecture et du patrimoine de Moselle à Metz.

En 2015, Raphaël Elfenstein, alors étudiant en master d’histoire de l’architecture à l’Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne, a effectué dans le cadre de son mémoire un inventaire d’une partie des documents relatifs à la cathédrale de Metz. Ce travail a permis d’identifier des séries susceptibles de bénéficier d’une numérisation externalisée, essentiellement des relevés d’architecture réalisés par Paul Tornow (1848-1921), architecte allemand chargé de la restauration de cet édifice. Cette année, un lot de 450 pièces a été sélectionné. Il s’agit notamment :

  • d’une étude comparative des cathédrales sous forme de silhouettes ;
  • des relevés en relation avec divers projets concernant la flèche ;
  • d’un lot de relevés et de photographies du portail de la Vierge ;
  • des relevés des projets du portail principal.

3. Le fonds Fernand Guri

Fernand Guri (1908-1991) a été chef de l’Agence des bâtiments de France de 1946 à 1975. À ce titre, il a supervisé plusieurs projets de construction et de restauration d’édifices sur le territoire alsacien et dans d’autres régions.

Cette année, les communes suivantes ont été intégrées dans le plan de numérisation.

Pour le Bas-Rhin :

  • Hangenbieten ;
  • Kindwiller ;
  • Marmoutier ;
  • Mollkirch ;
  • Strasbourg.

Pour le Haut-Rhin :

  • Fort-Louis.

Pour les autres régions :

  • Gerardmer ;
  • Gerbepal ;
  • Paris ;
  • Bruxelles ;
  • Luxembourg.

Ces documents seront envoyés au prestataire extérieur en juillet 2016 pour un retour prévu courant 2017.

Mise en ligne de l’exposition Cathédrale Notre-Dame : cent ans de travaux

Vue de la place de la cathédrale en 1903. Auteur : Jules Manias (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Vue de la place de la cathédrale en 1903. Auteur : Jules Manias (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Lors des Journées européennes des patrimoines 2015, dont le thème était « Le patrimoine du XXIe siècle, une histoire d’avenir », la DRAC Alsace a souhaité mettre en valeur cent ans de travaux à la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg. Débutant par la restauration du pilier nord en 1910 et s’achevant par la création en 2015 du vitrail contemporain de Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot, installé à la chapelle Sainte-Catherine, une exposition a été présentée dans la salle des Fêtes du Palais du Rhin, 2, place de la République à Strasbourg, du 18 septembre au 9 octobre 2015. Un catalogue a été édité à cette occasion.

>>Débuter la visite

Mise en ligne de l’exposition « Centenaire de la loi de 1913 »

JEP2013_affiche

>> Accéder au livret sur le site internet de la DRAC Alsace

>>Débuter la visite

À l’occasion du centenaire de la loi de 1913 sur la protection des Monuments historiques célébré lors des Journées du patrimoine, le Service des patrimoines de la DRAC Alsace a organisé vendredi 13 septembre 2013 une journée d’études sur « les Monuments historiques entre Allemagne et France de 1871 à 1930 ». Cet événement a précédé une exposition sur le même thème, présentée dans la salle des Fêtes du Palais du Rhin, 2, place de la République à Strasbourg, du 14 septembre au 4 octobre 2013.

Cette manifestation a été réalisée grâce à la forte implication de l’ensemble du personnel du Service des patrimoines (Conservation régionale des Monuments historiques,  Service régional de l’archéologie), mais aussi et surtout grâce à la collaboration de personnes et institutions extérieures, qui ont permis à ce projet de voir le jour.

Citons en premier lieu François Igersheim, professeur émérite à l’Université de Strasbourg, et Nicolas Lefort, historien, membres du comité scientifique, qui ont rédigé une grande partie des textes (cf infra). Bernadette Schnitzler, conservatrice du Musée archéologique de Strasbourg, a participé au projet pour la partie dévolue à l’archéologie. Monique Fuchs, conservatrice du Musée historique de Strasbourg, a réalisé la synthèse consacrée au Haut-Koenigsbourg. Olivier Haegel, chercheur au Service de l’inventaire du patrimoine de la Région Alsace, a apporté sa contribution sur la question de la réquisition des cloches durant la Première Guerre mondiale. Enfin, Marie-Philippe Scheurer, conservatrice des antiquités et objets d’art pour le Bas-Rhin, a participé au panneau sur l’église de Froeschwiller.

Au sein du Service des patrimoines, Simon Piéchaud, responsable du service, a assuré le commissariat de l’exposition et rédigé les synthèses historiques. Clémentine Albertoni, chargée de la protection des Monuments historiques, a pris en charge la question de la Grande Percée et l’église de Froeschwiller. Marie-Dominique Waton, ingénieur au Service régional de l’archéologie, a réalisé les textes abordant le thème des fortifications et des villae. La cellule documentation du service (Danièle Cahen, Cécile Courtaud, Olivier Munsch et Marie Stahl), ainsi que Soline Morinière, chargée de la documentation archéologique, et Juliette Rémy, responsable du mobilier archéologique, ont été chargées des recherches documentaires, de la scénographie et la logistique.

La conception graphique des panneaux a été réalisée par Stéphanie Cheviron.

>> Accéder au livret sur le site internet de la DRAC Alsace

>>Débuter la visite

Numérisation des collections patrimoniales : état des lieux

Depuis plusieurs années, le Service des patrimoines de la DRAC Alsace a mis en place une politique de numérisation de ses fonds documentaires. Cette année, une nouvelle prestation permettra, d’une part, de proposer aux consultants un accès unique aux collections via le portail documentaire consultable au CID, et, d’autre part, de disposer d’un exemplaire de conservation en version numérique. Nous profitons de cette occasion pour faire un point sur les séries déjà numérisées et celles dont la numérisation va démarrer.

Les fonds concernés sont :

Pour la Conservation régionale des Monuments historiques (CRMH) :

  • les dossiers de protection immeuble au titre des Monuments historiques, partie documentaire (environ 1500 dossiers au total) ;
  • les arrêtés de protection Monuments historiques pour les édifices (environ 1500 documents au total) ;
  • la collection du Denkmalarchiv (environ 60000 documents au total).

Pour le Service régional de l’archéologie (SRA) :

  • les rapports d’opération archéologique (environ 4000 rapports au total) ;
  • les arrêtés de prescription d’opération archéologique (plus de 5000 actes administratifs au total) ;
  • la carte archéologique de Strasbourg (en tout 14 classeurs).

Pour le Service territorial de l’architecture et du patrimoine du Bas-Rhin (STAP 67) :

  • les plans de situation liés aux dossiers sur édifice protégés ;
  • les fiches récapitulatives des dommages de guerre.

1. Les dossiers de protection, partie documentaire

Il y a environ 1500 édifices protégés au titre des Monuments historiques en Alsace. Suivant l’ancienneté de la protection, tous les monuments ne possèdent pas forcément de dossier en région. Le fonds a été totalement reclassé et reconditionné en 2012 par une prestataire extérieure et avec la collaboration du recenseur. Cette opération a permis de disposer d’une liste à jour des unités de patrimoine, qui pouvait servir de base pour un inventaire des dossiers de protection.

Il a ensuite été envisagé de numériser cette collection, afin de pouvoir accéder directement aux informations à partir de l’inventaire de ce fonds, disponible sur le portail documentaire, et de réduire la manipulation de la version papier. La sélection s’est portée uniquement sur la partie documentaire des dossiers de protection, la plus consultée. Celle-ci se présente la plupart du temps sous la forme de cartex, mêlant texte et iconographie.

La prestation de numérisation est exécutée en interne par les agents de la cellule documentation la DRAC Alsace, sur les photocopieurs/scanners disponibles en réseau.

Les critères techniques retenus sont :

  • numérisation de l’ensemble du dossier documentaire en un seul fichier ;
  • format pdf texte/photo couleur 300 dpi ;
  • les documents sont numérisés en taille réelle jusqu’au A3. Les rares documents hors-formats dépassant le A3 ne sont pas numérisés, et remplacés par un fantôme (autant de pages fantôme que de documents hors-formats).

Par la suite, une sélection est pratiquée à l’intérieur de la série. Les dossiers comportant au moins une notice historique dactylographiée, et/ou suffisamment d’illustrations légendées pour rendre une interrogation plein texte pertinente, sont envoyés à un prestataire extérieur pour océrisation, avec fourniture d’un fichier pdf multi-couche intégrant à la fois l’image des pages et le texte océrisé, sans baisse de qualité par rapport au fichier original, ni augmentation de poids du fichier final.

Pour cette opération, aucun fichier de récolement ou données descriptives n’est fourni au prestataire. Les fichiers sont envoyés via ftp par lot de 50 chaque semaine. Chaque semaine, le prestataire nous renvoie les fichiers océrisés.

La numérisation des dossiers a commencé en début d’année, et l’océrisation au mois de juin. À ce jour, la mission de numérisation est presque achevée. Environ 700 fichiers ont été océrisés, tous départements confondus et quelques lots sont encore en attente.

À titre d’exemple, voici le résultat obtenu sur le dossier documentaire de protection de l’église paroissiale Saints-Vincent-et-Anastase de Schwenheim.

Les dossiers numérisés sont versés au fur et à mesure dans notre portail documentaire Pleade, avec leurs données descriptives.

2. Les arrêtés de protection immeuble Monuments historiques

L’arrêté est la pièce administrative qui entérine la protection d’un édifice au titre des Monuments historiques. Cette dernière peut évoluer : extension de protection, passage de l’inscription au classement, etc. , ce qui explique qu’il peut exister plusieurs arrêtés pour un même bâtiment. Ceux-ci sont rangés à l’intérieur des dossiers de protection. À l’occasion du reconditionnement de ces derniers en 2012, les arrêtés ont été systématiquement numérisés, avec création d’un code spécifique s’intégrant dans le système déjà existant. Certains arrêtés manquant dans les dossiers ont été numérisés lors de déplacements directement au Ministère de la culture et de la communication à Paris.

Le format retenu est le même que celui des dossiers de protection ; toutefois, dans certains cas, la numérisation a été effectuée en niveaux de gris lorsqu’une version couleur ne se justifiait pas.

À titre d’exemple, voici l’arrêté de protection pour le même édifice.

À ce jour, nous ne jugeons pas utile de les océriser.

Grâce au récolement des dossiers de protection, nous disposons d’une liste exhaustive des arrêtés, mise à jour après chaque nouvelle protection, qui contient toutes les donnés descriptives nécessaires à leur gestion. Ces informations ont été basculées dans notre portail documentaire Pleade, consultable au CID, avec les fichiers numériques correspondants.

3. Le fonds du Denkmalarchiv

num_05La collection du Denkmalarchiv fait l’objet d’un catalogage et d’une numérisation à la pièce depuis près d’une dizaine d’années. On estime le projet réalisé pour moitié, soit environ 30000 documents traités, sur les 60000 que compterait le fonds. Néanmoins, l’évolution technologique depuis le début des années 2000 et le changement des grilles d’indexation nationales nous obligent à reprendre une partie des travaux déjà effectués.

L’essentiel des prestations a été externalisé, jusqu’en 2012. Depuis cette date, l’acquisition d’un scanner A2 nous permet de numériser en interne les planches iconographiques (dessins, tirages photographiques, etc.) ; les relevés d’architecture et certains documents figurés hors-formats sont quant à eux toujours numérisés par un prestataire spécialisé.

Pour 2013, 2000 plans hors-formats sont en cours de numérisation. Nous demandons une version tiff de conservation et une version jpg de consultation.

 

Les caractéristiques techniques de la prestation sont plus exigeantes :

  • insertion d’une mire de contrôle de couleur et de résolution, et d’une échelle graduée en cm pour la version de conservation ;
  • couleur du fond : noir  ;
  • les documents sont numérisés en couleur RVB 24 bits, dans l’espace Adobe RVB 98.12 ;
  • pour la version tiff de conservation : numérisation à l’échelle 1/1, 300 dpi, en résolution optique (pas d’interpolation) ;
  • pour la version jpg de consultation : résolution 1000 x 1500 maximum en 100 dpi, sans compression supplémentaire ;
  • pas de post-traitement de l’image.

Les documents ont été livrés chez le prestataire après inventaire sommaire et conditionnement dans des contenants appropriés. Ils sont actuellement en cours de numérisation, pour réception à la fin de cette année.

Lot de documents du fonds Denkmalarchiv en cours de numérisation. Auteur : Cécile Courtaud, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Lot de documents du fonds Denkmalarchiv en cours de numérisation. Auteur : Cécile Courtaud, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Des tableurs de récolement par commune ont été transmis avec les documents, afin que les données techniques et d’éventuelles observations puissent être renseignées.

À titre d’exemple, voici la version de consultation d’un document numérisé en interne (cliquez sur l’image).

Château du Spesbourg à Andlau. Auteur : Engelhardt, 1820 (fonds Denkmalarchiv)

Château du Spesbourg à Andlau. Auteur : Engelhardt, 1820 (fonds Denkmalarchiv)

Les fichiers d’indexation et les documents numérisés sont destinés en priorité au versement dans la base Mémoire du Ministère de la culture et de la communication. Cependant, nous finalisons le basculement des données et des fichiers liés dans notre portail documentaire Pleade.

4. Les rapports d’opération archéologique

num_06Chaque opération archéologique donne lieu à la rédaction d’un rapport récapitulant l’état des connaissances sur le secteur de fouille, et détaillant les nouvelles découvertes. La mise en forme des rapports a fait l’objet d’un arrêté formalisant ce document administratif.
Le Service régional de l’archéologie de la DRAC Alsace dispose d’une série d’environ 4000 rapports. Depuis le milieu des années 2000, ces rapport nous sont transmis également sous format numérique natif. Du point de vue de la numérisation, la collection des rapports d’opération peut donc être considérée comme un fonds clos.

Le fonds a été divisé en deux séries :

  • les rapports « simples » : ces documents sont composés uniquement de pages A4 ou A3, et possèdent une reliure amovible ou permettant aisément de scanner le rapport ;
  •  les rapports « complexes » : ces documents comportent des pages hors-formats, et/ou ont une reliure rigide ; ils demandent une numérisation avec un matériel spécifique.

Les rapports « simples » seront numérisés en interne, selon les normes établies pour les dossiers documentaires de protection, à savoir génération d’un fichier unique en pdf, texte/photo, couleur 300 dpi, à partir d’un photocopieur/scanner.

À titre d’exemple, voici un extrait du rapport d’opération de 1988 aux environs de l’église Saint-Thomas à Strasbourg.

Une série de 200 rapports « complexes » a été envoyée pour numérisation et océrisation chez un prestataire extérieur. Le retour des documents et fichiers est prévu pour la fin de l’année.

Ces rapports rejoindront la documentation des opérations en relation.

Afin de proposer une interface unique pour la consultation des rapports, un export des données issues du module Opérations de la base Patriarche nous a permis d’établir une liste des opérations menées en Alsace. Celle-ci sert de base pour une conversion en un inventaire des rapports liés, que nous verserons dans notre portail documentaire.  Ainsi, les rapports numériques ou numérisés seront accessibles via le fonds de la documentation de fouille, mais aussi via un inventaire spécifique des rapports. À ce jour, la conversion n’est pas finalisée.

5. Les arrêtés de prescription

L’arrêté de prescription est l’acte administratif qui autorise une opération archéologique. Plusieurs arrêtés peuvent être pris pour une seule opération (prescription, désignation du responsable d’opération, arrêtés modificatifs, etc.). Tout comme l’arrêté de protection, seul l’acte signé est conforme. Depuis plus d’une année, les arrêtés du Service régional de l’archéologie sont numérisés en interne, avec reprise de l’antériorité. À ce jour,  19 années ont été numérisées, selon les mêmes normes que les arrêtés de protection.

À titre d’exemple, voici l’arrêté de prescription de l’opération menée à Éguisheim, RN 83, en 1987.

Les arrêtés sont versés au fur et à mesure dans le portail documentaire.

num_04

6. La carte archéologique de Strasbourg

La carte archéologique de Strasbourg, à l’instar de celle de chaque commune, est composée d’une série de dossiers d’entités archéologiques conditionnés dans des pochettes transparentes et stockés dans 14 classeurs (près d’un millier d’entités). Chaque dossier d’entité regroupe l’ensemble de la documentation disponible sur l’entité en question, que ce soit sous forme de liste bibliographique, article, coupure de presse, tirage photographique, etc. Ces dossiers vont être numérisés grâce à une vacation, selon le même mode opératoire que les dossiers documentaires de protection.

Un export du module Entités de la base Patriarche fournira la base du tableur en vue d’une conversion puis d’une versement sur le portail documentaire. À terme, il est envisagé de créer un SIG pour accéder d’un point de vue géographique aux données et documents numériques liés.

7. Les dossiers du STAP 67 relatifs aux édifices protégés

Une opération ciblée sur des dossiers clos du STAP 67 relatifs aux édifices protégés a été effectuée au début de cette année. Parmi les documents classés, les plans de situation ainsi que les fiches de dommage de guerre ont été numérisés. Ces séries ne sont pas exhaustives pour l’ensemble des édifices protégés.

Les mêmes normes de numérisation (cf supra) ont été imposées pour ces documents.

À titre d’exemple, voici la fiche de dommage de guerre pour l’église Saint-Cyriaque d’Altorf.

*

*        *

La prestation de numérisation s’achèvera à la fin de cette année. Le Service des patrimoines aura alors un mois pour contrôler les fichiers numériques créés, avant retour des documents originaux. En 2014, un effort sera mené sur les documents du Service régional de l’archéologie. Les missions se poursuivront encore plusieurs années pour le fonds du Denkmalarchiv.

 

 

 

 

 

 

Le doc du mois : novembre 2013

Protéger au titre des monuments historiques le réfectoire de DMC à Mulhouse

Par Claire HIRSTEL, stagiaire à la CRMH

Le réfectoire, vue d'ensemble, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Le réfectoire, vue d’ensemble, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Mulhouse est connue internationalement pour son activité industrielle. Elle conserve d’ailleurs encore de nombreux sites dont une partie est à l’abandon. L’usine DMC fait partie de ce patrimoine industriel si cher aux Mulhousiens.

La Commission régionale du Patrimoine et des Sites (CRPS) du 05 juillet 2013 a examiné l’opportunité d’inscrire au titre des Monuments historiques le bâtiment du réfectoire de DMC dans son environnement paysager. Son avis a été favorable et l’arrêté préfectoral est en cours d’élaboration. Cette décision s’appuie sur un rapport documentaire élaboré par Claire Hirstel, stagiaire à la DRAC et à la Ville de Mulhouse.

Rappel de quelques éléments historiques

L’entreprise DMC est créée en 1800 par Daniel Dollfus-Mieg. Au départ il s’agit d’une entreprise textile spécialisée dans la fabrique de tissus imprimés appelés indiennes. Dans les premiers temps l’entreprise est très peu mécanisée et compte sur une main d’œuvre nombreuse. Mais elle connaît une rapide expansion et va très vite diversifier son activité vers le tissage et la filature. Dès 1806 DMC obtient une première médaille à l’Exposition des produits de l’industrie française. DMC ne cesse d’innover en important de nombreuses machines d’Angleterre mais aussi en déposant des brevets.

Affiche DMC ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Affiche DMC ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

C’est vers 1839 que l’entreprise commence à expérimenter la fabrication du fil, qui va la rendre célèbre dans le monde entier. C’est d’ailleurs cette activité qui devient rapidement la plus rentable, et les autres filières (production de tissus imprimés), ne tardent pas à être abandonnées. Au milieu du XIXe siècle le patronat et notamment Jean Dollfus commencent à s’intéresser aux questions sociales. C’est également à partir de ce moment là que commencent à apparaître les cités ouvrières propres à DMC. En 1928 l’entreprise est à son apogée : elle emploie plus de 9000 personnes. La production monte jusqu’à 6500 tonnes de fil dont une grande partie est destinée à l’exportation notamment à travers les dépôts et les comptoirs de vente présents dans le monde entier. A partir des années 1960 DMC commence à connaître des difficultés comme en témoigne sa fusion en 1961 avec ses concurrents historiques dans la production du fil Thiriez et Cartier-Bresson. Le site de Mulhouse se concentre aujourd’hui uniquement sur la production de produits dérivés pour la broderie.

Le réfectoire, une réalisation sociale

Repas dans une salle à manger ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Repas dans une salle à manger ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Le réfectoire de DMC jouxte l’allée des platanes, artère principale d’accès au site de l’usine et fait face aujourd’hui à la filature de 1812 (depuis la disparition du bâtiment de la machine à vapeur). Ce bâtiment construit en 1886 est une réalisation sociale pionnière pour l’époque.

Plan général du site de DMC, 1866 ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Plan général du site de DMC, 1866 ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Avant sa construction, plusieurs bâtiments destinés à cet usage sont repérés sur les plans mais ils abritent en général plusieurs activités et n’ont pas l’ampleur de celui-ci. À l’origine, les ouvriers apportaient leur nourriture et la déposait au réfectoire. Du personnel dédié réchauffait les repas. Le réfectoire de DMC fonctionne jusqu’au début des années 2000.

Un bâtiment unique en son genre

Le bâtiment et son environnement (archives Pierre Fluck)

Le bâtiment et son environnement (archives Pierre Fluck)

Le bâtiment du réfectoire se développe en milieu de parcelle au cœur d’un parc arboré de 0,6 ha. Le traitement paysager de ses abords est particulièrement soigné, ce qui correspond à une certaine vision qualitative des équipements publics de l’entreprise. Un cours d’eau circule de manière sinueuse dans la prairie plantée légèrement vallonnée qui l’entoure. De petits ponts permettent de le franchir à différents endroits.

Le réfectoire, vue d'ensemble de la façade Nord, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Le réfectoire, vue d’ensemble de la façade Nord, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

À l’arrière du bâtiment est creusé un étang artificiel que domine l’arrière du corps central du bâtiment sur pilotis.

Le réfectoire, vue en coupe de la façade Est, décembre 1953 ( (c) AMM, fonds de la SERM)

Le réfectoire, vue en coupe de la façade Est, décembre 1953 ( (c) AMM, fonds de la SERM)

Le réfectoire lui-même présente une architecture en pan de bois et brique sur soubassement et poteaux en béton, ce qui est remarquable pour l’époque puisque le béton ne se généralise en Alsace que vers 1902. Il présente deux corps emboîtés en forme de croix, le pan le plus long allant d’Est en Ouest mesurant 50m.

Son plan est symétrique, les espaces s’organisant de part et d’autre de l’entrée principale au centre. L’ensemble est coiffé d’une toiture en bâtière croisée. Le rez-de-chaussée est légèrement surélevé et le sous-sol est partiellement enterré du fait de la dénivellation artificielle du terrain et percé de baies dont les arcs de décharges sont en brique. Il tranche avec le rez-de-chaussée alternant montants en béton, briques pleines, briques en claire-voie, et grandes baies métalliques.

L’accès principal au rez-de-chaussée se fait au centre, par la façade Sud, par un escalier monumental en gneiss oeillé, matériaux rare. Il est surmonté d’une marquise légère en métal et verre. Sur cette élévation principale on peut lire l’inscription « REFECTOIRE » et sur les élévations latérales « DMC – 1886 ».

Sous-sol du réfectoire, vue générale de la salle à manger jaune, auteur : Clémentine Albertoni, 2012 ( (c) DRAC Alsace)

Sous-sol du réfectoire, vue générale de la salle à manger jaune, auteur : Clémentine Albertoni, 2012 ( (c) DRAC Alsace)

Rez-de-chaussée du réfectoire, grande salle côté Est, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Rez-de-chaussée du réfectoire, grande salle côté Est, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

À l’intérieur, les espaces se répondent. Ils se distribuent sur deux niveaux accessibles par des escaliers de part et d’autre. Au sous-sol, se trouvent les pièces fonctionnelles : la cuisine et les deux salles à manger de 350 m² chacune dans lesquelles les tables dont il reste les pieds en fonte, étaient fixées au sol. Au rez-de-chaussée la principale caractéristique des salles, outre leur polyvalence, est qu’elles sont baignées de lumière. Elles constituent les véritables espaces de sociabilité de l’entreprise (salle des fêtes, cafétéria, salle de ping-pong, local comité d’entreprise). Les façades presque panoramiques, constituées de baies filantes quasi ininterrompues, ouvrent largement l’espace sur l’extérieur arboré. Par ailleurs, perçant les pignons Nord et Sud d’immenses verrières semi-circulaires apportent encore de la clarté à l’édifice. Le réfectoire a subi des modifications mineures par rapport à la structure d’origine.

Actuellement l’ancien réfectoire DMC est inoccupé. Il appartient depuis 2008 à la Société d’équipement de la région mulhousienne (SERM). La ville de Mulhouse est engagée depuis plusieurs années dans un grand projet de réaménagement et de valorisation du site de DMC. L’espace industriel doit devenir un lieu de vie ouvert, en lien avec les quartiers qui l’entourent. Dans ce contexte, les architectes Reichen et Robert dont le projet a été retenu, proposent de ranimer la sociabilité du réfectoire à travers des activités en rapport avec sa fonction passée (restaurant, brasserie, etc …).

 

Nouvelles modalités de consultation de la documentation du Service des patrimoines

IMG_2964

Depuis le lundi 16 septembre 2013, l’ensemble des fonds documentaires du Service des patrimoines est consultable au Centre d’information et de documentation (CID), situé au rez-de-chaussée de la DRAC Alsace, Palais du Rhin, 2, place de la République à Strasbourg.

Le CID est ouvert les lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h, avec ou sans rendez-vous. Une permanence est assurée aux horaires d’ouverture.

Outre le fonds d’ouvrages consacrés aux politiques culturelles, vous pourrez avoir accès :

  • aux rapports d’opérations archéologiques ;
  • aux dossiers de la carte archéologique ;
  • à la documentation de fouille ;
  • à la bibliothèque du Service régional de l’archéologie ;
  • aux dossiers documentaires des édifices protégés au titre des Monuments historiques ;
  • aux études liées aux travaux sur édifices protégés ;
  • à la collection du Denkmalarchiv.

Les services proposés sont :

  • l’aide à la recherche documentaire dans les différents fonds ;
  • l’accès aux bases documentaires de la DRAC Alsace et aux bases nationales du Ministère de la culture et de la communication ;
  • la consultation sur place ;
  • la possibilité de reproduction de documents.

Une question ? Une demande de rendez-vous ?

Contactez-nous !

doc-drac.alsace@culture.gouv.fr

03 88 15 57 55

Publication : la cité paysanne de Marckolsheim

Le Service des patrimoines de la DRAC Alsace annonce la parution d’un article concernant la cité paysanne de Marckolsheim :

ALBERTONI Clémentine, SANDOVAL Laurine et WODLI Séverine. « La cité paysanne de Marckolsheim (1940-1944) : étude de cas et protection d’un quartier de fermes modèles en Alsace ». In : In Situ : revue des patrimoines, 2013, 21. [en ligne]

La Conservation régionale des monuments historiques d’Alsace a engagé depuis 2008 une enquête thématique sur le patrimoine architectural de la reconstruction allemande (1940-1944), qui a débuté par l’étude et la valorisation du quartier de la Cité paysanne de Marckolsheim. Cet ensemble de quatorze « fermes modèles » est remarquable à plusieurs titres : par son exemplarité et la publicité qui en a été faite à l’époque, par la richesse de sa documentation, par sa conservation urbaine et architecturale. Il est le témoin de la volonté politique de transformer profondément la société rurale et l’économie agricole par l’introduction de la modernité et la révision de la hiérarchie sociale. Par ailleurs, du fait de la nature de cet ensemble et de la compréhension du contexte historique qui l’a vu naître, cette étude a permis de réinterroger la notion même de patrimoine, ainsi que la procédure de protection au titre des monuments historiques et ses conséquences réglementaires.

 

Le document du mois : avril 2013

Retour sur la Sous-direction de l’architecture, des arts et des lettres du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle (1945-1954)

 

Le classement des archives du fonds du Service des patrimoines se poursuit. Une série de dossiers correspondant au passage entre l’administration allemande et l’administration française a été mise au jour.

Dans ce lot figure une partie de la correspondance de la Sous-direction de l’architecture, des arts et des lettres du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, nouvellement créée juste après-guerre, en 1945, et basée à Strasbourg. La direction en fut confiée à Georges Baumann, qui conservera ce poste jusqu’à sa retraite en 1954, date à laquelle cette Sous-direction sera transformée en section administrative des services d’architecture du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle (1).

Un dossier Arts et Lettres, partie Théâtres, concerne le théâtre de Strasbourg (1945-1953).

doc1304_01

Un aperçu de la reprise des activités théâtrales au milieu des années 1940…

Voici un petit florilège de documents.

En tête de dossier figure un document dactylographié signé par M. A. Pfrimmer, ancien directeur du théâtre municipal, qui retrace en quelques pages l’histoire du théâtre en Alsace pour la période 1870 à 1945 et qui montre comment le spectacle vivant peut être utilisé à des fins politiques.

Il conclut son exposé par cette phrase poignante, qu’il convient de replacer dans son contexte temporel de l’immédiate après-guerre :

 » Telles sont les leçons du passé. Il s’agit à l’avenir d’empêcher un pareil sabotage de l’art français en Alsace « .

Programme de la saison 1946-1947 du théâtre municipal de Strasbourg

Un courrier de Baumann daté de juin 1945 et adressé au Maire de Strasbourg l’assure du soutien exceptionnel du Ministère pour le théâtre en Alsace et en Moselle, en vue de relancer la production d’œuvres en langue française :

doc1304_03

En 1945, M. P. Bastide est engagé pour reprendre la direction du théâtre municipal. Dans une lettre manuscrite, il s’enthousiasme de l’afflux d’artistes pour sa troupe nouvellement constituée :

 » L’accueil que m’a réservé Strasbourg ainsi que la municipalité restera pour moi inoubliable.

J’ai promis à M. Charles Frey d’ouvrir le 15 octobre, et je tiendrai parole.

Je n’avais pas un choriste, une danseuse, un artiste ; en 25 jours, j’ai déjà recueilli 36 choristes, 18 danseuses, et ma troupe est en bonne voie ; et nous ferons pour le mieux pour maintenir très haut le renom de notre belle scène.  »

doc1304_04

…Mais aussi un reflet de la composition du personnel de la Sous-direction en 1945

En novembre 1945, M. Baumann demande au Maire de Strasbourg une réduction des prix d’entrée au théâtre municipal pour le personnel de la Sous-direction de l’architecture, des arts et des lettres du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. Elle sera accordée, et une liste des agents sera envoyée à la ville. Ce document nous permet, par voie détournée, de connaître la répartition exacte des postes affectés à Strasbourg à cette époque :

  • 1 sous-directeur ;
  • 1 sous-chef de bureau ;
  • 2 inspecteurs de Monuments historiques ;
  • 1 réviseur principal ;
  • 1 commis principal ;
  • 1 inspecteur général ;
  • 2 architectes en chef ;
  • 3 inspecteurs ;
  • 2 vérificateurs ;
  • 1 expert calculateur ;
  • 1 jardinier en chef ;
  • 5 jardiniers ;
  • 2 surveillants militaires ;
  • 2 commis principaux ;
  • 2 tapissiers ;
  • 3 menuisiers ;
  • 1 ferblantier ;
  • 1 magasinier ;
  • 3 architectes DPLG ;
  • 1 architecte des Monuments historiques ;
  • 8 agents techniques;
  • 3 ingénieurs ;
  • 1 chef d’atelier ;
  • 1 apprenti technique ;
  • 11 employés de bureau ;
  • 1 garçon de bureau ;
  • 6 chauffeurs-électriciens ;
  • 1 chauffeur touriste ;
  • 1 mécanicien ;
  • 2 auxiliaires de service ;
  • 1 surveillant auxiliaire ;
  • 1 inspecteur des sites.

Soit 73 postes pour la sous-direction.

L’archéologie, quant à elle, est détachée de cette sous-direction. Une circonscription archéologique d’Alsace et de Moselle, implantée au Palais de Rohan, est crée en 1945, avec pour directeur Jean-Jacques Hatt, qui dirigera également le Musée archéologique de Strasbourg (2). Ce service sera rapatrié au Palais du Rhin en 1969, date de la création de la Direction régionale des affaires culturelles d’Alsace.

Bibliographie :

(1) LEFORT Nicolas.  » Le service des Monuments historiques en Alsace de 1919 à 1959 « , Revue d’Alsace, 2005, p. 75-103.

(2) SCHNITZLER Bernadette. La passion de l’Antiquité : six siècles de recherches archéologiques en Alsace. Strasbourg : Société savante d’Alsace, 1998. 351 p. (Recherches et documents ; 60)

 

Retour sur la première édition des Journées archéologiques transfrontalières

 

Par Juliette Rémy et Georges Triantafillidis

Les premières Journées archéologiques transfrontalières de la Vallée du Rhin supérieur se sont tenues les 9 et 10 novembre 2012 à Mulhouse.

Organisée par le SRA Alsace, en étroite collaboration avec le Landesdenkmalpflege du Bade-Wurtemberg et le service archéologique du canton de Bâle-Ville, cette manifestation a également bénéficié du partenariat de la Ville de Mulhouse, ainsi que de l’Université de Haute-Alsace.

L’objectif de ces Journées était de dresser un panorama de la recherche archéologique à l’échelle de la vallée du Rhin supérieur et de créer les conditions d’une collaboration scientifique renouvelée entre archéologues des deux rives.

L’Alsace considère en effet comme un atout la présence sur son territoire d’un patrimoine archéologique dont l’intérêt dépasse les frontières. Pourtant, la recherche archéologique transfrontalière souffrait d’une certaine carence en termes de partage d’idées et d’expériences, de mise en commun des problématiques d’étude et de diffusion des connaissances. C’est pourquoi le SRA a souhaité prendre – ou plutôt reprendre – contact avec ses collègues frontaliers de Suisse et d’Allemagne. Ceux-ci se sont tout de suite montrés très enthousiastes à l’idée de lancer de nouveaux travaux en commun.

Un premier projet s’est alors dessiné tout naturellement : celui d’organiser des rencontres permettant de présenter travaux de recherches et sujets d’actualité des trois régions d’Alsace, du Bade-Wurtemberg et du canton de Bâle-Ville.

Près de 180 participants – français, allemands, suisses, étudiants, chercheurs, professionnels de l’archéologie, bénévoles… – ont assisté à ces deux jours de rencontres, qui s’articulaient autour de plusieurs temps fort.

La première matinée était consacrée à la présentation de chacun des services partenaires : SRA Alsace, Landesdenkmalpflege du Bade-Wurtemberg et service archéologique du canton de Bâle-Ville. Ces communications ont été l’occasion de montrer les points communs et différences existant entre les différents pays en terme d’organisation et de missions des services archéologiques.

Le reste de la journée était occupé par l’exposé des résultats et avancées de plusieurs projets d’envergure transfrontalière, et mobilisant le plus souvent des équipes internationales. Études thématiques, chantiers de fouilles, publications d’ouvrage, colloques internationaux, bases de données… Ce sont différents aspects de la recherche archéologique qui ont pu être mis en avant, dressant un panorama riche et varié des collaborations transfrontalières passées et actuelles.

Enfin, ce premier jour s’est terminé par une visite organisée dans la nouvelle salle d’archéologie au Musée historique de Mulhouse. Ouverte depuis un an dans sa nouvelle présentation, cette salle, restée fermée pendant des années, offre aujourd’hui une vision modernisée de l’archéologie régionale, depuis la Préhistoire jusqu’au Moyen Âge.

La journée du samedi était quant à elle consacrée à la présentation de plusieurs chantiers de fouilles menés ces dernières années de part et d’autre des rives du Rhin. Depuis l’étude de la métallurgie néolithique à Eckwersheim (Bas-Rhin) jusqu’à la mise au jour d’une galerie de la 1ère guerre mondiale à Carspach (Haut-Rhin) en passant par le spectaculaire prélèvement en motte d’une tombe princière celtique à la Heuneburg (Bade-Wurtemberg) ou encore les projets de recherche transdisciplinaires mis en œuvre sur le grand chantier du site de Bâle-Usine à gaz, les contributions variées ont suscité l’intérêt d’un public nombreux et attentif.

Cette première édition des Journées archéologiques transfrontalières a été couronnée de succès et le rendez-vous est déjà pris pour la prochaine édition, qui se tiendra en 2014 à Fribourg-en-Brisgau.

Pour télécharger le résumé des communications, cliquez ici.

Le document du mois : septembre 2012

par Marie STAHL et Marie-Dominique WATON

À l’occasion des Journées du patrimoine, le document du mois est consacré au « patrimoine caché ».

Entre 1985 et 1987, une opération archéologique menée sous la direction de Marie-Dominique Waton s’est déroulée rue des Juifs à Strasbourg, à l’emplacement de l’ancienne imprimerie Istra Berger-Levrault. Le bâtiment, remarquable, remonte au 13e s., et est connu aujourd’hui sous le nom d’Hôtel des Joham de Mundolsheim, patronyme d’une famille de banquier qui y résida au 16e s.

Les fouilles ont permis la mise au jour de nombreuses peintures murales médiévales, jusqu’alors recouvertes par d’autres décors plus récents (enduits, papiers-peints, cloisons), ainsi que de splendides plafonds peints, cachés par les faux-plafonds modernes. L’ensemble a bénéficié d’un classement au titre des Monuments historiques en 1989.

En raison du caractère exceptionnel de la découverte, les peintures ont fait l’objet d’une couverture photographique, associée à une campagne de dessins reproduisant les décors. Les vues liées à l’opération, soit plus d’un millier de documents, se présentent sur support diapositive et ont été inventoriées puis numérisées en 2006. Le reste du fonds est en cours de classement.

En voici une sélection.

Peinture murale : scène nuptiale, 15e-16e s., auteurs : Rieb, Jean-Pierre et Maire, Jean, 1987

Reproduction de la Dame aux Grenades, peinture murale du 15e-16e s., auteur : Seiller, Claire, 1987 

 

Plafond peint, décors végétaux, 15e-16e s., auteurs : Rieb, Jean-Pierre et Maire, Jean, 1987

Peinture murale : animal fabuleux (griffon ?), 15e-16e s., auteurs : Rieb, Jean-Pierre et Maire, Jean, 1987

Peinture murale : danseur, 15e-16e s. La surface du mur a été piquetée afin d’améliorer l’adhérence lors de la pose d’un nouvel enduit , auteurs : Rieb, Jean-Pierre et Maire, Jean, 1987

Dépose d’un mur décoré , auteur : Maire, Jean, 1987

Archives intermédiaires : heurts et malheurs des documents entre deux âges

Tout document produit ou reçu par l’administration possède le statut d’archive. Le cycle de vie de ces archives est divisé en trois étapes principales.

D’abord nommée au rang d’archive vivante, elle est choyée par son récipiendaire et considérée comme une pièce essentielle du dossier en cours. Stockée dans une chemise cartonnée, elle accompagne tous les autres documents (correspondance, cahier des charges, mais aussi note griffonnée sur un bout de papier, post-it, etc.) permettant de retrouver une information ayant rapport avec l’opération traitée. Le dossier trône fièrement sur le bureau. Il est au sommet de sa gloire car sommet de la pile, et pense que l’attention dont il fait l’objet va durer toujours.

Puis l’opération s’achève et d’autres lui succèdent. Le dossier n’est plus vraiment ouvert, pire, il descend lentement les échelons dans la pile qu’il avait gravi avec fulgurance au début de sa carrière. Il devient ce qu’on appelle une archive intermédiaire.

De moins en moins consulté, ce dossier quitte le haut du bureau pour une étagère aux alentours. On le laisse sans autre classement : il est vrai que par mesure de précaution on préfère tout garder au cas où une information devrait être recherchée.

Lorsque la tablette est remplie, le dossier rejoint ses compagnons d’infortune dans une boîte fermée. Bien souvent, les documents contenus dans les dossiers ne seront pas triés, faute de temps, par hésitation ( » Que garder ? Que sortir du dossier ? « ), et, il faut bien le souligner, par léger désintérêt de la chose. Enfin, les boîtes s’accumulent au pied de l’étagère. Jusqu’au jour où la sentence tombe comme un couperet : il faut faire de la place dans le bureau…

Triste parcours d’une pièce d’archive qui perd ses galons à mesure que le temps passe. Heureusement, les années redeviendront un allié pour ces documents qui, après leur versement aux Archives départementales, acquerront le titre noble d’archive définitive. Par la magie de la patine de l’âge, ces documents reprendront progressivement leur valeur auprès du public et du service producteur, qui, après plusieurs décades, viendront peut-être les consulter avec émotion et recueillement.

 

*

*        *

 

Par cette brève description du parcours d’une archive au sein d’une administration, on constate que la phase critique se situe durant le statut d’archive intermédiaire.

À la faveur d’un déménagement de bureaux du Service des patrimoines de la DRAC Alsace, de nombreux cartons d’archives relatifs aux travaux et marchés sur Monument historique ont été récupérés, accompagnés d’un lot important de dossiers d’opération d’archéologie préventive, ainsi que des archives provenant du conseiller Musées. Ces dossiers font actuellement l’objet d’un traitement par un prestataire extérieur, en étroite collaboration avec les documentalistes du Service des patrimoines et le responsable des dépôts État des Archives départementales. Vous trouverez très prochainement un petit retour d’expérience sur le travail en cours.

 

Denkmalarchiv : nouvelle liste des communes mises en ligne au 1er juin 2012

Créé au début du 20e s. par l’administration allemande, le Denkmalarchiv représente une importante collection iconographique sur le patrimoine alsacien. Les documents qui le composent font l’objet, depuis une dizaine d’années, d’un inventaire à la pièce et d’un plan de numérisation en vue d’une mise en ligne sur la base nationale Mémoire du Ministère de la culture et de la communication.

À ce jour, plus de la moitié des 60 000 documents a été inventoriée et numérisée.

Église abbatiale de Marmoutier, chapiteaux de colonnes, auteur : Cades, 1887

Vous trouverez ci-dessous la liste des communes nouvellement versées et consultables sur la base Mémoire au mois de juin 2012 :

 

Restauration des vitraux du bas-côté sud de la cathédrale de Strasbourg : note de synthèse des travaux

Par Christiane SCHMUCKLE-MOLLARD, architecte en chef des monuments historiques, architecte de l’OEuvre Notre-Dame

Les verrières historiées de la cathédrale de Notre Dame de Strasbourg avec 1500 m2, constituent le second ensemble de verrières médiévales en France.

Parmi les vitraux posés entre 1250 et 1275 dans les fenêtres du bas-côté sud, seuls les panneaux des tympans sont conservés. En 1328, l’évêque Jean de Dirpheim décida de faire remplacer les figures de l’ancien cycle des Saints par une série de cinq verrières quadruples de huit mètres de hauteur sur les épisodes de la vie de la Vierge et l’enfance du Christ (baie 26), la vie publique du Christ (baie 28), la Passion (baie 30), la vie glorieuse du Christ (baie 32) et enfin la représentation du jugement dernier (baie 34). Le programme prévu avant 1328 s’étendait non sur cinq mais sur sept fenêtres du bas-côté sud. Quelques années après le début du chantier, l’édification de la chapelle Sainte-Catherine (fondée en 1331 par l’évêque Berthold de Buchegg) consacrée en 1349 provoqua la destruction des baies 22 et 24 qui venaient juste d’être vitrées. Les panneaux sacrifiés furent conservés et réutilisés vers l’ouest où les vitraux n’étaient pas encore en place (cf. Becksmann et Ch. Wild-Block).

Datation des verrières de la cathédrale

Pendant la période allemande, les panneaux des lancettes ont été recouverts d’une patine ou couche organique. En 1942, les services patrimoniaux allemands ont fait effectuer une campagne photographique panneau par panneau, en noir et blanc et en couleur. Ces clichés ont permis de mesurer l’importance des dégradations survenues au cours du 20e siècle.

Après une étude iconographique et technique, le projet de travaux élaboré par l’architecte en chef Christiane Schmuckle-Mollard en liaison avec le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, a été confié aux ateliers Parot et Le Vitrail Vinum pour la restauration des verrières historiées et à Vitrail France pour la mise en œuvre des verrières de doublage traitées en reproduisant le dessin de résille de plomb médiéval. Une série de capteur a été mise en place pour contrôler l’équilibre du dispositif en terme de flux d’air et de réduction, voire de suppression, de la condensation.

L’opération a fait l’objet d’un important mécénat culturel.

Les travaux de maçonnerie-pierre de taille

Le contrôle des pierres à changer et la sélection du grès à employer a été effectué sous la direction de l’architecte en chef. Le grès Bitburg dur veiné a été utilisé pour les éléments de fenestrages et des glacis inférieurs des baies.

Seules les pierres trop endommagées pour être conservées ont été remplacées.

La pose des pierres à changer a été effectuée par refouillement des anciennes ou incrustement, et les petits éléments ou les éléments moulurés ou sculptés ont été fixés par des goujons. Les joints et les lits de pierre ont été coulés au plomb.

Les pierres simplement altérées ont été traitées par reminéralisation (au silicate d’éthyle).

En vue d’une conservation maximum, les pierres anciennes ont reçu un traitement en conservation par reminéralisation. Aucune patine d’harmonisation n’a été appliquée.

La volonté de préserver les vestiges de traces de tâcherons et d’anciens badigeons découverts sur les parements nettoyés a été exigée.

Un nettoyage de l’ensemble a ensuite été effectué à l’eau avec pression légère en insistant sur les parties les plus encrassées. Ce nettoyage sans micro-abrasion a permis de conserver les traces de décor (pierres blanchies) observées au pourtour des baies au départ du réseau.

La restauration des vitraux

Les travaux ont été réalisés conformément au Projet Architectural et Technique, excepté le protocole de nettoyage des vitraux qui a dû être modifié pour parvenir au nettoyage souhaité en vue de la lecture des scènes historiées.

Baie n°30 avant restauration

 

Baie n°30 après restauration

Après dépose des vitraux, les baies ont été provisoirement clôturées au moyen de Vitrex. Les panneaux ont été transportés en caisse sécurisées à l’atelier du maître verrier en charge des travaux de restauration.

Reconstitution du panneau LD5 de la baie n°30

Panneau LD5 de la baie n°30 avant et après restauration

Les difficultés de nettoyage des verres anciens ont été mises en évidence, en particulier sur les surfaces externes des verres et, en accord avec le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, le protocole a été modifié de la manière suivante :

  • les dépôts ont été éclaircis au moyen d’applications répétées de gel d’EDTA ;
  • les dépôts noirs ou bruns qui présentaient des écailles ont pu être enlevés à l’aide d’un scalpel sous loupe binoculaire ;
  • en face interne, en complément des compresses d’eau et éthanol, un gel de thiosulfate de sodium à 10% dans l’eau déminéralisée a été appliqué à raison de trois applications suivies de rinçage à l’eau déminéralisée par compresses.

Les fers anciens ont été nettoyés et quelques pièces défectueuses remplacées à l’identique.

 

Résille de plomb de la baie n°30

Après une couche primaire de peinture anti-corrosion, quatre couches de peinture glycérophtalique de couleur brune ont été appliquées.

Les vergettes, pannetons et clavettes en conservation à l’OEuvre Notre Dame ont été reposés et les ferrures jugées trop dégradées remplacées par des ferrures neuves en fer forgé.

La mise en œuvre des verrières de doublage

L’état sanitaire constaté sur les panneaux déposés a justifié la décision prise en 2003 de mettre en œuvre des verrières de doublage. Les premières furent posées en 2004 sur les verrières hautes de la nef, au nord dans les deux travées occidentales.

Les travaux ont été réalisés selon les prescriptions du Projet Architectural et Technique. Le tracé des plombs a été réalisé à partir des frottis transmis par les maîtres verriers des ateliers Parot et Le Vitrail Vinum et validés par l’architecte en chef pour obtenir le plus lisiblement possible le tracé des plombs d’origine.

L’instrumentation d’une lancette de la baie n°26

Les travaux ont été réalisés selon les prescriptions du Projet Architectural et Technique. Quatre types de capteurs (capteurs de température de surface, capteurs de température de l’air, capteurs de condensation, capteurs d’humidité relative) ont été mis en place en partie basse et en partie haute de la lancette, sur la face interne du verre ancien restauré et sur la face interne du verre de doublage. Ces capteurs, gérés informatiquement, permettront le contrôle sur une année l’efficacité en terme de flux d’air et de réduction, voire de suppression, des phénomènes de condensation du système proposé pour la ventilation de la verrière ancienne protégée par de sa verrière de doublage.

Contrôle, conversion et publication des inventaires d’archives de fouille : mode d’emploi !

Après le versement de la documentation d’une opération et de l’inventaire correspondant (étape décrite dans un article précédent : Inventaire des archives de fouille : mode d’emploi), le travail de l’archéologue s’arrête là. Il passe le relais au Service régional de l’archéologie (SRA) qui va intégrer ces archives dans le fonds déjà déposé et importer les données dans le système de gestion. Pour ce faire, plusieurs opérations sont nécessaires.

Vous les trouverez détaillées pas à pas dans le manuel administrateur ci-dessous, depuis la réception des archives jusqu’à la publication de l’inventaire dans l’application de gestion Pleade.

 

…Pas de temps de lire tout le manuel ?

Voici les principales étapes.

1. Contrôle des inventaires

L’inventaire, saisi sur un tableur Calc, est réceptionné par le SRA, avec l’ensemble de la documentation papier et numérique.

Un contrôle d’intégrité est réalisé, afin de vérifier qu’aucun document n’est manquant. Cette tâche est très importante car le fait de signer une décharge lors du dépôt vaut acceptation des archives et de l’inventaire correspondant.

Puis un contrôle de cohérence est effectué en vérifiant que des documents échantillonnés correspondent bien à leurs cotes et descriptions.

Enfin, le tableau fait l’objet d’une lecture sommaire qui permet de s’assurer que les normes préconisées ont été respectées (utilisation des codes appropriés, etc.).

2. Renseignement des champs administratifs

Dans l’onglet Administration du tableur, la plupart des champs sont déjà pré-remplis en reprenant automatiquement les données de l’onglet Saisie renseigné par l’archéologue.

Le documentaliste doit néanmoins y ajouter quelques informations supplémentaires, telles que :

  •  la notice bibliographique du rapport ;
  • la notice scientifique destinée à la publication du Bilan scientifique de la région Alsace ;
  • le nombre de contenants (dossiers, CD, etc.), la date de réception des archives.

3. Conversion des données en xml

Les données issues de l’inventaire sont reprises et converties automatiquement en xml en cliquant sur le bouton Actualiser le code puis sur Export XML. Le fichier xml correspondant est créé selon les normes archivistiques en vigueur (dtd EAD) et servira d’instrument de recherche pour la documentation scientifique de cette opération.

4. Contrôle de l’instrument de recherche

Tout comme le tableur Calc, un contrôle sommaire de l’intégrité du fichier peut être effectué.

5. Archivage de l’instrument de recherche

Le fichier xml et les documents numériques en relation (photos, DAO, etc.) sont archivés sur le serveur pour conservation, selon un cadre de classement prédéfini.

6. Publication de l’instrument de recherche dans Pleade

Enfin, le fichier xml est intégré à la base de gestion de la documentation du Service des patrimoines. Les étapes techniques sont décrites en intégralité dans le manuel. Elles comprennent principalement :

  • la sélection du fichier xml ;
  • le paramétrage du versement de ce fichier dans la base Pleade ;
  • le paramétrage des options d’affichage de ce fichier dans la base Pleade (facultatif).

Ces étapes ainsi que le versement du fichier dans la base sont extrêmement rapides.

 *

*     *

Base de gestion Pleade : notice d'une photographie numérique issue de l'opération 5393, Gougenheim, LGV Est, 2009 (Responsable : Edith Peytremann)

Grâce à ce système de gestion, les documents bénéficient de métadonnées normées permettant d’identifier et de décrire chaque pièce.

Le SRA a la responsabilité de conserver cette documentation au moins 10 ans, avant un versement aux Archives départementales. Dans cet intervalle, l’ensemble de la documentation traitée est consultable sur place.

Inventaire des archives de fouille : mode d’emploi !

La dernière étape d’une fouille archéologique consiste à enregistrer la documentation produite sur le terrain et en post-fouille (également nommée  » archives de fouille « ), comme le précise l’arrêté du 16 septembre 2004.

L’inventaire de ces documents est à annexer au rapport. Lors de la transmission du rapport, l’ensemble des archives accompagné de son inventaire fait l’objet d’un versement unique au Service régional de l’archéologie (SRA) de la DRAC Alsace.

Le SRA Alsace a élaboré un système d’enregistrement de la documentation afin d’aider les archéologues dans cette démarche. Voici ci-dessous le manuel complet décrivant pas à pas la méthode : classement, enregistrement puis conditionnement. Vous y trouverez tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les archives de fouille sans jamais avoir osé le demander.

…Pas le temps de lire tout le manuel ?

Nous vous recommandons alors de parcourir le mode d’emploi simplifié ci-dessous.

1. Classement de la documentation

Les documents sont à trier et classer avant inventaire.

Tri

Supprimez les doubles, les versions intermédiaires d’un même document, les images floues.

Classement

Il s’effectue en trois temps :

  • par grande catégorie de document (ex : numérique) ;
  • à l’intérieur de chaque catégorie, par nature de document (ex : numérique → image) ;
  • à l’intérieur de chaque type de document, par type de document (ex : numérique → image → photo de fouille).

Le Cadre de classement des archives de fouille vous liste tous les cas de figure. À chaque type de document correspond un code. Pas de panique, vous n’avez pas à retenir les codes et seuls quelques types sont à utiliser, dont voici les plus courants :

2. Enregistrement de la documentation

L’inventaire se fait à la pièce, sauf pour la documentation écrite qui est regroupée par lots. L’enregistrement s’effectue sur un tableur modèle, nommé AFX.ods (Archives de Fouille en Xml), dont la dernière version peut être récupérée sur simple demande au SRA Alsace.

Enregistrez ce modèle en cliquant sur FichierEnregistrer sous… et en nommant votre fichier du numéro d’opération à 4 chiffres figurant sur l’arrêté de prescription (ex : AFX2356.ods).

Le tableur modèle AFX.ods (un double-clic sur l'image l'affiche en taille réelle)

Dans l’onglet Saisie, renseignez les informations générales à l’opération :

  • numéro d’opération (ex : 2356) ;
  • opérateur ( ex : INRAP) ;
  • intitulé, qui figure sur l’arrêté de prescription (ex : lotissement Les Jardins du Parc) ;
  • lieu-dit/adresse (ex : 2, rue du Château) ;
  • responsable de l’opération (ex : Waton, Marie-Dominique) ;
  • type d’opération (ex : diagnostic) ;
  • commune, en vous aidant de la liste déroulante. Cliquez dans la cellule A11, puis tapez les premières lettres de la commune dans la cellule A1 ; les communes en rapport s’affichent. Sélectionnez la commune concernée en double-cliquant dessus.

Puis faites l’inventaire de vos archives de fouille dans le tableur, par type de document : une ligne correspond à un document. Voici les champs à remplir :

  • type de document, en vous aidant de la liste de déroulante ;
  • numéro du document : de 1 à n, par type de document ;
  • format du document, en vous aidant de la liste déroulante (ex : A4) ;
  • extension, dans le cas des documents numériques, en vous aidant de la liste déroulante (ex : .jpg) ;
  • année de production du document (ex : 2010) ;
  • auteur du document (ex : Waton, Marie-Dominique) ;
  • mots-clés matières, en vous aidant des 2 listes déroulantes (ex : sépulture ; inhumation) ;
  • chronologie, en vous aidant de la liste déroulante (ex : haut Moyen Âge) ;
  • contenant où est rangé le document (ex : Boîte 1, CD01) ;
  • légende du document (ex : Vue du silo 1024).

Le bouton Copier les formules vous permet de générer les codes identifiant qui seront à noter sur vos documents papier ou qui serviront de nom de fichier à vos documents numériques (ex : 5296-NIMFO-0012-NUC1A.jpg).

3. Conditionnement des documents

Une fois l’inventaire terminé, l’onglet Liste vous fournit la liste à annexer au rapport, et l’onglet Etiquette vous permet de créer vos étiquettes à coller sur les contenants.

Chaque document papier doit être marqué de son code identifiant au crayon à papier au verso de la feuille. Les documents papier sont à ranger par type dans des dossiers cartonnés.

Chaque document numérique doit être nommé par son code identifiant. Les documents numériques sont à archiver sur CD-Rom.

Enfin, la totalité des archives est à transmettre au Service régional de l’archéologie, accompagné du tableur AFX correspondant.

4. Aide et astuces

Comment faire pour récupérer la liste de ses fichiers au format txt ?

Comment renommer ses fichiers par lot ?

Comment récupérer cet article en version pdf ?

Les documentalistes du Service des patrimoines sont à votre disposition pour vous aider dans l’inventaire de vos archives de fouille : contactez-nous !