Le document du mois : novembre 2012

Une architecture temporaire protégée au titre des monuments historiques

Baraquement de la Siedlung subsistant sur sa parcelle d’origine et inscrit au titre des monuments historiques, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

« De belles maisons en bois… Cela fut une bonne idée de construire les nouveaux logements des habitants […] Ces solides constructions en bois massif reposent sur de bonnes fondations. Avec leur peinture rouge sombre, elles se fondent bien dans le paysage d’automne. […] Ils sont heureux d’avoir un toit au dessus de leur tête et de pouvoir travailler. Même les familles nombreuses ont pu trouver de la place pour leur progéniture […] Un nouveau Marckolsheim surgit, vous savez tous que les logements actuels ne sont que d’un secours provisoire, jusqu’à ce que des maisons en dur soient reconstruites. » Strasburger Neue Nachrichten, 20.10.1940

La Conservation régionale des monuments historiques (CRMH) mène depuis 2008 une campagne de protection thématique autour du patrimoine de la reconstruction allemande en Alsace entre 1940 et 1944. À ce titre, plusieurs édifices ou ensemble d’édifices sont en cours d’étude. En ce qui concerne le patrimoine industriel de cette époque, l’usine List de Rhinau, construite en 1942 par Ernst Neufert a été inscrite au titre des monuments historiques le 14 décembre 2009. Pour ce qui est du patrimoine rural, la Cité paysanne de Marckolsheim, l’une des communes concernées par le programme de l’Ordre Nouveau, a été inscrite par arrêté préfectoral du 24 octobre 2012.

À l’occasion de l’étude patrimoniale de cet ensemble de fermes modèles, des entretiens ethnologiques avec les habitants ont révélé l’importance dans la mémoire collective de la Siedlung dont il subsiste seulement deux baraquements dont un seul se trouve encore sur sa parcelle d’origine. En effet, Marckolsheim a été détruite à plus de 60% en juin 1940 alors que la plus grande partie des ses habitants s’étaient réfugiés dans le Périgord.

Vue aérienne : destruction de Marckolsheim suite aux bombardements de juin 1940 (Archives municipales de Marckolsheim).

Lorsqu’en octobre de la même année ces derniers reviennent en Alsace, ils sont installés dans cette cité temporaire construite avec des baraquements en bois. Elle est composée de soixante baraquements au sud-est de la commune.

Construction de la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Baraquements de la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Elle constitue durant toute la période de guerre, et même après, un véritable quartier de la ville, comptant surtout des logements mais également les équipements principaux de l’administration, des cuisines, la boulangerie, la laverie, le coiffeur, des écoles, etc.

Baraquement de la mairie à la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Baraquement du restaurant Babalöffel à la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Ces lieux sont fréquentés également par les habitants de Marckolsheim qui ont trouvé ou retrouvé à se loger dans des habitations  » en dur « . C’est également à la Siedlung que se déroulent la plupart des cérémonies officielles et c’est aussi cela qui explique l’attachement des habitants pour ce quartier. La vie s’organise de manière communautaire et il est alors bien compréhensible que les habitants interrogés de la Cité Paysanne, et de Marckolsheim en général, évoquent spontanément ces installations qui ont concerné l’ensemble de la population.

Le plan de ces baraquements est assez sommaire.

Projet de baraquement : plan, coupe, élévation (Archives municipales de Marckolsheim).

Des documents retrouvés dans les Archives municipales permettent de bien imaginer ces structures légères, peu cloisonnées, non isolées. Leur traitement extérieur est soigné, mais ils sont destinés à une durée de vie assez courte.

Présentation commerciale de baraquement temporaires d’habitation (recto). Ce n’est pas ce modèle qui a été retenu pour la Siedlung de Marckolsheim (Archives municipales de Marckolsheim).

Présentation commerciale de baraquements temporaires d’habitation (verso). Ce n’est pas ce modèle qui a été retenu pour la Siedlung de Marckolsheim (Archives municipales de Marckolsheim).

Démontables, certains baraquements ont été déposés ou déplacés en totalité ou en partie. La commune de Marckolsheim en compte encore deux :

  • l’un d’eux a fait l’objet de modifications à cette occasion pour le transformer en logement : on a modifié la toiture isolée avec de la toile bitumée, on a repris les menuiseries et les panneaux de bois extérieurs, etc. ;
  • l’autre est resté sur sa parcelle d’origine, à son emplacement de départ et il sert aujourd’hui d’abris de jardin. Il présente un état sanitaire assez dégradé pour toutes les raisons que nous avons évoquées jusque là.

Baraquement de la Siedlung subsistant mais ayant fait l’objet de travaux et ayant été déplacé, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

Pourtant, considérant l’importance patrimoniale de cet éléments au regard de l’histoire de la commune et plus largement de la région, la Commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) s’est prononcée favorablement à son inscription au titre des monuments historiques, au même titre que les fermes modèles de la Cité paysanne. Cette position est l’occasion de réfléchir aux critères de protection d’un édifice à ce titre et témoigne de la volonté de conserver une architecture qui n’est par nature pas destinée à être transmise aux générations futures.

Baraquement de la Siedlung subsistant sur sa parcelle d’origine et inscrit au titre des monuments historiques, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

Localisation de la Siedlung et de la Cité paysanne en vue de leur protection au titre des monuments historiques (Ministère de la culture).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *