Restauration des vitraux du bas-côté sud de la cathédrale de Strasbourg : note de synthèse des travaux

Par Christiane SCHMUCKLE-MOLLARD, architecte en chef des monuments historiques, architecte de l’OEuvre Notre-Dame

Les verrières historiées de la cathédrale de Notre Dame de Strasbourg avec 1500 m2, constituent le second ensemble de verrières médiévales en France.

Parmi les vitraux posés entre 1250 et 1275 dans les fenêtres du bas-côté sud, seuls les panneaux des tympans sont conservés. En 1328, l’évêque Jean de Dirpheim décida de faire remplacer les figures de l’ancien cycle des Saints par une série de cinq verrières quadruples de huit mètres de hauteur sur les épisodes de la vie de la Vierge et l’enfance du Christ (baie 26), la vie publique du Christ (baie 28), la Passion (baie 30), la vie glorieuse du Christ (baie 32) et enfin la représentation du jugement dernier (baie 34). Le programme prévu avant 1328 s’étendait non sur cinq mais sur sept fenêtres du bas-côté sud. Quelques années après le début du chantier, l’édification de la chapelle Sainte-Catherine (fondée en 1331 par l’évêque Berthold de Buchegg) consacrée en 1349 provoqua la destruction des baies 22 et 24 qui venaient juste d’être vitrées. Les panneaux sacrifiés furent conservés et réutilisés vers l’ouest où les vitraux n’étaient pas encore en place (cf. Becksmann et Ch. Wild-Block).

Datation des verrières de la cathédrale

Pendant la période allemande, les panneaux des lancettes ont été recouverts d’une patine ou couche organique. En 1942, les services patrimoniaux allemands ont fait effectuer une campagne photographique panneau par panneau, en noir et blanc et en couleur. Ces clichés ont permis de mesurer l’importance des dégradations survenues au cours du 20e siècle.

Après une étude iconographique et technique, le projet de travaux élaboré par l’architecte en chef Christiane Schmuckle-Mollard en liaison avec le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, a été confié aux ateliers Parot et Le Vitrail Vinum pour la restauration des verrières historiées et à Vitrail France pour la mise en œuvre des verrières de doublage traitées en reproduisant le dessin de résille de plomb médiéval. Une série de capteur a été mise en place pour contrôler l’équilibre du dispositif en terme de flux d’air et de réduction, voire de suppression, de la condensation.

L’opération a fait l’objet d’un important mécénat culturel.

Les travaux de maçonnerie-pierre de taille

Le contrôle des pierres à changer et la sélection du grès à employer a été effectué sous la direction de l’architecte en chef. Le grès Bitburg dur veiné a été utilisé pour les éléments de fenestrages et des glacis inférieurs des baies.

Seules les pierres trop endommagées pour être conservées ont été remplacées.

La pose des pierres à changer a été effectuée par refouillement des anciennes ou incrustement, et les petits éléments ou les éléments moulurés ou sculptés ont été fixés par des goujons. Les joints et les lits de pierre ont été coulés au plomb.

Les pierres simplement altérées ont été traitées par reminéralisation (au silicate d’éthyle).

En vue d’une conservation maximum, les pierres anciennes ont reçu un traitement en conservation par reminéralisation. Aucune patine d’harmonisation n’a été appliquée.

La volonté de préserver les vestiges de traces de tâcherons et d’anciens badigeons découverts sur les parements nettoyés a été exigée.

Un nettoyage de l’ensemble a ensuite été effectué à l’eau avec pression légère en insistant sur les parties les plus encrassées. Ce nettoyage sans micro-abrasion a permis de conserver les traces de décor (pierres blanchies) observées au pourtour des baies au départ du réseau.

La restauration des vitraux

Les travaux ont été réalisés conformément au Projet Architectural et Technique, excepté le protocole de nettoyage des vitraux qui a dû être modifié pour parvenir au nettoyage souhaité en vue de la lecture des scènes historiées.

Baie n°30 avant restauration

 

Baie n°30 après restauration

Après dépose des vitraux, les baies ont été provisoirement clôturées au moyen de Vitrex. Les panneaux ont été transportés en caisse sécurisées à l’atelier du maître verrier en charge des travaux de restauration.

Reconstitution du panneau LD5 de la baie n°30

Panneau LD5 de la baie n°30 avant et après restauration

Les difficultés de nettoyage des verres anciens ont été mises en évidence, en particulier sur les surfaces externes des verres et, en accord avec le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, le protocole a été modifié de la manière suivante :

  • les dépôts ont été éclaircis au moyen d’applications répétées de gel d’EDTA ;
  • les dépôts noirs ou bruns qui présentaient des écailles ont pu être enlevés à l’aide d’un scalpel sous loupe binoculaire ;
  • en face interne, en complément des compresses d’eau et éthanol, un gel de thiosulfate de sodium à 10% dans l’eau déminéralisée a été appliqué à raison de trois applications suivies de rinçage à l’eau déminéralisée par compresses.

Les fers anciens ont été nettoyés et quelques pièces défectueuses remplacées à l’identique.

 

Résille de plomb de la baie n°30

Après une couche primaire de peinture anti-corrosion, quatre couches de peinture glycérophtalique de couleur brune ont été appliquées.

Les vergettes, pannetons et clavettes en conservation à l’OEuvre Notre Dame ont été reposés et les ferrures jugées trop dégradées remplacées par des ferrures neuves en fer forgé.

La mise en œuvre des verrières de doublage

L’état sanitaire constaté sur les panneaux déposés a justifié la décision prise en 2003 de mettre en œuvre des verrières de doublage. Les premières furent posées en 2004 sur les verrières hautes de la nef, au nord dans les deux travées occidentales.

Les travaux ont été réalisés selon les prescriptions du Projet Architectural et Technique. Le tracé des plombs a été réalisé à partir des frottis transmis par les maîtres verriers des ateliers Parot et Le Vitrail Vinum et validés par l’architecte en chef pour obtenir le plus lisiblement possible le tracé des plombs d’origine.

L’instrumentation d’une lancette de la baie n°26

Les travaux ont été réalisés selon les prescriptions du Projet Architectural et Technique. Quatre types de capteurs (capteurs de température de surface, capteurs de température de l’air, capteurs de condensation, capteurs d’humidité relative) ont été mis en place en partie basse et en partie haute de la lancette, sur la face interne du verre ancien restauré et sur la face interne du verre de doublage. Ces capteurs, gérés informatiquement, permettront le contrôle sur une année l’efficacité en terme de flux d’air et de réduction, voire de suppression, des phénomènes de condensation du système proposé pour la ventilation de la verrière ancienne protégée par de sa verrière de doublage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *