La redécouverte d’un décor d’origine de l’ancien palais impérial : le cabinet de toilette de l’empereur

Les travaux actuels de mise en accessibilité du palais du Rhin ont permis de remettre au jour les plafonds de l’espace historique du cabinet de toilette et de la salle de bain de l’Empereur. En effet, ces derniers comprennent notamment la création de sanitaires accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Le plafond en cours de redécouverte : dépose en démolition des faux-plafonds (février 2017)

Le plafond du salon de toilette de l’Empereur en cours de restauration (février 2017)

Les appartements de l’Empereur et de l’Impératrice au premier étage du palais impérial se répondent suivant une stricte symétrie dont l’axe est constitué par la salle d’audience donnant sur la loggia. Aux pièces en enfilade sur la Kaiserplatz (actuelle place de la République), dont les volumes et les décors correspondent à des pièces d’apparat, succèdent des pièces au caractère plus intime et liés à la domesticité dans l’aile en retour sur jardin et dans la continuité de la chambre : salon de toilette, salle de bains, garde-robe, appartement de l’ordonnance ou pour le responsable de la garde-robe.

Plan du 1er étage du palais impérial, s.d. : en encadré le salon de toilette et la salle de bain de l’empereur, en hachuré les pièces dont les décors anciens restent encore à mettre au jour (Denkmalarchiv, DRAC Grand Est)

Le cabinet de toilette ouvre à la fois sur la chambre et sur la garde-robe et s’éclaire sur le jardin par une grande fenêtre. L’ameublement de ces pièces ne nous est pas connu. Dans l’axe de la fenêtre une porte donne accès à un espace de dimensions réduites correspondant à la salle de bain, éclairée en second jour par un vitrail amenant la lumière depuis les cours intérieures. Les plans datés de 1884, conservés dans le fond du Denkmalarchiv, font état de la présence d’une baignoire.

Détail du cabinet de toilette sur le plan précédent

 

Comme souvent dans l’ancien palais impérial, les décors sont portés soit sur la sous-face de la structure elle-même des planchers métalliques laissée en partie apparente, soit sur les caissons constitués d’un treillis métallique enduit de plâtre et disposés entre les traverses de ce plancher. Cette dernière technique est due au maçon berlinois Carl Rabitz (1823-1891) qui lui a donné son nom.

Plus simple que celui des grandes pièces d’apparat, le décor du cabinet de toilette de l’Empereur diffère peu de celui qui lui fait pendant du côté des appartements de l’Impératrice qui nous est déjà connu. Il reproduit cependant l’opposition entre décors guerriers associés à la masculinité et plus légers associés à la féminité existant dans les antichambres et pièces de réception. Le décor est organisé en trois caissons rectangulaires et les motifs d’inspiration végétale l’emportent, dominés par des teintes vertes, bleues et bistres. Aux angles quatre motifs de palmettes soutiennent l’ensemble et des feuillages desquels émergent des griffons coiffés de la couronne du Saint-Empire, quand ce sont des oiseaux chez l’impératrice. Les salles de bain, quant à elles, ne reçoivent pas de décor particulier.

Détail du plafond du salon de toilette de l’Empereur : griffon couronné (février 2017)

Cette redécouverte de décors occultés témoigne du rejet pour le goût artistique hérité de l’époque impériale allemande au moment du retour à la France après 1919 des territoires annexés. Le palais impérial devenu palais national en 1920 accueille l’école régionale d’architecture nouvellement créée, la commission centrale pour la navigation du Rhin (CCNR) et les instituts d’art et de géographie de la faculté des Lettres de l’université de Strasbourg. Un plan annexé à une brochure de présentation de l’école régionale d’architecture datée de 1922 nous apprend que l’ancien cabinet de toilette de l’Empereur a été reconverti en cabinet de modèles.

Dans un contexte où la direction de l’architecture et des beaux-arts du commissariat général de la République, organe transitoire d’administration de l’Alsace-Lorraine reconquise entre 1919 et 1923, s’attache à promouvoir l’art français dans une visée politique, la vision d’un palais impérial et de ses décors très marqués dans leur esthétique présente rapidement un enjeu culturel. Les décors sont badigeonnés ou dissimulés par des faux-plafonds pour être ôtés aux regards.

Le plafond du salon de toilette de l’Empereur après restauration (février 2017)

Le plafond du salon de toilette de l’Impératrice dans l’aile sud (février 2017)

C’est probablement durant l’époque de l’entre-deux-guerres qu’a été unifié l’espace historique du cabinet de toilette et de la salle de bain de l’Empereur et qu’a été mis en place le faux-plafond en plâtre et roseaux. Fort heureusement sa mise en œuvre n’a pas porté atteinte aux décors et permet aujourd’hui sa dépose sans encombre. Si les décors des plafonds et le vitrail de la baie d’éclairement depuis les cours intérieures ont été conservés, les circulations d’origine correspondant à une distribution en enfilade ont été modifiées au gré des réaménagements successifs au cours du XXe siècle.

D’autres plafonds peints et décors architecturaux de l’ancien palais impérial restent encore à remettre au jour. C’est notamment le cas de ceux l’ancienne salle d’assemblée dans l’aile nord-ouest dont les décors ont d’abord été badigeonnés puis masqués par des aménagements crées pour la première installation des délégations nationales des pays membres de la CCNR en 1923. Il en est probablement de même pour la garde-robe de l’Empereur et l’appartement de l’ordonnance, tous deux situés dans la continuité du cabinet de toilette.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.