Archives par étiquette : palais du Rhin

Le document du mois : août 2014

Le système de chauffage à air pulsé du Palais du Rhin : architecture et technique

Des travaux d’entretien réalisés en octobre 2013 et en mars 2014 ont permis de mettre au jour une partie des installations du système originel de chauffage du palais impérial, actuel Palais du Rhin, mis en œuvre à sa conception par l’architecte Hermann Eggert.

Entre le niveau de fondations et le niveau rez-de-cour du palais, un niveau intermédiaire est parcouru par deux galeries parallèles. Elles traversent le bâtiment dans sa longueur sur ses ailes est et ouest et se terminent toutes deux à leurs extrémités par des exèdres.

Plan des galeries du niveau inférieur (fonds Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Plan des galeries du niveau inférieur, s.d. (fonds Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Sur les parois des galeries débouchent de larges ouvertures subdivisées en deux et équipées de volets métalliques pivotant en leur milieu, conservés en partie.

Partie basse des calorifères et leur système de volets métalliques, auteur : Keyne Richard, 2014 (© DRAC Alsace)

Partie basse des calorifères et leur système de volets métalliques, auteur : Keyne Richard, 2014 (© DRAC Alsace)

De la galerie ouest partent des conduits de section importante desservant les trois grands espaces de réception de l’étage noble du palais impérial : la salle des banquets (détruite lors du bombardement de l’aile sud-ouest en 1944), la salle des fêtes et la salle de réunion (située dans l’aile nord-ouest et réaménagée en 1923 en bureaux).

Des volets métalliques placés, cette fois, à l’horizontale sont encore visibles dans les conduits et portent le numéro d’identification des espaces concernés apposés à la peinture.

La lecture attentive de plans détaillés du palais, datés de 1883, époque de sa construction, et conservés dans le fonds du Denkmalarchiv, permet de mieux comprendre le fonctionnement de ce système de chauffage.

Les plans du niveau rez-de-cour mentionnent la présence de sept calorifères, aujourd’hui disparus, répartis dans les différentes ailes du palais. Chaque calorifère occupait une grande partie de la pièce de chauffe (Heizraum) et communiquait en partie basse avec l’une des deux galeries du niveau inférieur.

L’air frais était amené de l’extérieur depuis les sauts-de-loups donnant sur le parc côtés sud et nord. Il s’emmagasinait dans des pièces (kalte Luft Zuführungs Raüme) au rez-de-cour communiquant avec les exèdres aux extrémités des galeries du niveau inférieur. Cet air était ensuite réparti dans les galeries entre les conduits de ventilation et alimentait également en air frais les calorifères dans leur partie basse.

Plan du niveau rez-de-cour. En bleu : les pièces communiquant avec les sauts-de-loup et les galeries du niveau inférieur ; en rouge : les calorifères, s.d. (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Plan du niveau rez-de-cour. En bleu : les pièces communiquant avec les sauts-de-loup et les galeries du niveau inférieur ; en rouge : les calorifères, s.d. (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

L’air était chauffé par les calorifères alimentés au charbon puis pulsé dans les conduits de chauffage partant de la pièce de chauffe.

Détail du plan du niveau rez-de-cour : le calorifère et les départs vers les différents conduits de chauffage, s.d. (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Détail du plan du niveau rez-de-cour : le calorifère et les départs vers les différents conduits de chauffage, s.d. (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Le système de chauffage lié à la conception du palais impérial utilise l’air comme fluide caloporteur chauffé par les calorifères. On parle alors d’aérocalorifères.

La description d’un tel système de chauffage à air pulsé apparaît en 1823 dans le traité du viennois Paul Traugott Meissner (Die Heizung mit erwärmter Luft). Les planches illustrées du traité présentent des dispositions similaires : chambres de chauffe équipées de calorifères et répartissant l’air chaud dans des conduits placés à l’intérieur des maçonneries.

L’observation des dispositions rencontrées dans les étages vient confirmer la lecture de ces plans.

Détail d'un plan du 1er étage présentant le passage des différents types de conduits, s.d.(fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Détail d’un plan du 1er étage présentant le passage des différents types de conduits, s.d.
(fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Ces derniers mentionnent plus d’une centaine de conduits pour le seul premier étage. Ils circulent verticalement dans l’épaisseur des maçonneries en desservant les différentes pièces et sont de trois catégories :

  • Heizkanal : conduits de chauffage (air chaud),
  • Ventilationkanal : conduits de ventilation (air frais),
  • Rauchkanal : conduits d’évacuation des fumées des calorifères.

Dans les étages, des robinets permettent de manœuvrer les volets métalliques placés dans les conduits et de faire passer ou non l’air chaud dans les pièces via des grilles de soufflage. Dans certaines pièces, comme le salon de l’empereur, ce dispositif est entièrement intégré au décor architectural sous forme de faux foyer de cheminée.

Robinet de manœuvre des volets métalliques dans le salon de l'Empereur, auteur : Keyne Richard, 2014(© DRAC Alsace)

Robinet de manœuvre des volets métalliques dans le salon de l’Empereur, auteur : Keyne Richard, 2014
(© DRAC Alsace)

Les calorifères ont été déposés à une date inconnue et un chauffage central a été mis en place utilisant un circuit à eau chaude. Les galeries sont aujourd’hui des galeries techniques servant à l’acheminement de la production de froid du palais.