Archives par étiquette : musée

Document du mois : juillet 2015

La villa de Mackwiller à travers les archives : découverte et réévaluation d’un site archéologique

Au cours du 19e siècle, de nombreuses fouilles sont réalisées en France. Sous le Second Empire, la mode est aux « antiquités nationales » : les membres et les correspondants des sociétés savantes sont les premiers, par leurs observations et le suivi de nombreux travaux, à étudier le passé et à révéler les vestiges archéologiques telles que des villae gallo-romaines. Plusieurs furent découvertes à cette époque en Alsace ; parmi lesquelles celles de Mackwiller et Koestlach.

Les connaissances actuelles sur la découverte du site de Mackwiller s’appuient sur divers fonds archivistiques et ressources bibliographiques. Le Musée de Saverne possède des archives du pasteur Ringel, des moulages réalisés au moment de la découverte et quelques objets originaux trouvés  lors des fouilles. La Société pour la conservation des Monuments historiques d’Alsace (SCMHA) conserve les procès-verbaux et documents annexes des séances du conseil dans lesquelles la villa a été citée à de nombreuses reprises, notamment pour la période 1858-1870. Dans les Archives départementales du Bas-Rhin se trouve un dossier de la Direction régionale des affaires culturelles d’Alsace (DRAC) relatif à Mackwiller pendant la période allemande (1870-1919). À la DRAC enfin, le fonds iconographique du Denkmalarchiv, géré par le Service des patrimoines, comprend plusieurs plans et photographies du 19e siècle et du début du 20e siècle et le Service régional de l’archéologie conserve de la documentation sur des études postérieures de ce site. L’ensemble de ces éléments permettent de restituer en pointillé l’histoire de ce site archéologique.

Le pasteur Ringel, pionnier de l’archéologie en Alsace Bossue

Jean-Pierre Eugène Ringel, ethnologue et archéologue, pasteur à Diemeringen de 1853 à 1864 fut l’inventeur de la villa de Mackwiller1. Il avait été l’élève de Schweighaeuser qui l’initia à la recherche archéologique dans les Vosges. Il réalisa ensuite des prospections archéologiques, encouragé par le colonel Beaudet de Morlet et la Société pour la conservation des Monuments historiques d’Alsace (SCMHA), créée en 1855. Il est considéré comme le pionnier de la recherche archéologique en Alsace Bossue. Collecteur de légendes sur l’Alsace Bossue, celles-ci lui servirent parfois de point de départ pour ses découvertes archéologiques : c’est le cas de Mackwiller. En cherchant les traces du château des Nassau-Weilbourg, supposé dans les environs de Mackwiller, au lieu-dit Hemst, ou Hembst, le pasteur Ringel rencontra les premiers vestiges des thermes de Mackwiller. C’était en 1858. Il débuta les fouilles à la fin de la même année, les continua au printemps 1859, puis après les moissons de cette même année. Il rencontra quelques problèmes avec les propriétaires qui voyaient d’un œil peu avenant la réalisation de fouilles sur leurs terres agricoles.

Fouiller et documenter un site archéologique au 19e siècle

La méthode de fouille du pasteur Ringel est originale : il commence d’abord par chercher les angles de l’édifice en creusant, puis dégage l’essentiel des murs, l’ouest en premier, le sud en second. Les constructions mises au jour sont en moellons de grès provenant d’une carrière voisine. Un piédestal est trouvé dans une pièce identifiée par Ringel comme l’entrée des thermes. Les fouilles continuent à l’est avec découverte des solia et d’éléments de décoration (fragments d’enduits peints couleur bleu ciel, de frises de marbre et de calcaire, de stuc, éclats de porphyre, etc).

Plan du site gallo-romain de Mackwiller en cours de dégagement. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel. Source : Congrès archéologique de France, XXVIe session, à Strasbourg, p. 496

Plan du site gallo-romain de Mackwiller en cours de dégagement. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel. Source : Congrès archéologique de France, XXVIe session, à Strasbourg, p. 496

La première mention publique de la découverte du site a lieu au cours du congrès archéologique de France qui s’est tenu à Strasbourg du 22 au 27 août 1859. A cette occasion et à l’initiative du Colonel de Morlet, la Société française d’archéologie vote en guise d’encouragement une allocation de 100 francs « pour des fouilles sur la voie romaine, auprès de Mackwiller, arrondissement de Saverne »2. La nature du site est révélée par une lettre du pasteur Ringel lue dans la séance du comité de la SCMHA du 5 décembre 1859 : « M. Le président donne lecture d’une lettre de M. le pasteur Ringel, de Diemeringen, annonçant l’importante découverte, au Hemst, près de Mackwiller, des fondations d’une villa romaine avec bains »3. Un rapport détaillé rédigé par le pasteur Ringel pour la SCMHA, daté du 21 décembre 1859 et publié dans les Bulletins de la Société, présente les fouilles avec force détails4.

Le pasteur Ringel entretenait une correspondance régulière avec le colonel de Morlet, membre de la Société5. Quelques lettres sont conservées dans les archives du musée de Saverne.

Le fonds d’archives du musée de Saverne livre également un aperçu de la production documentaire réalisée sur le terrain par le pasteur Ringel. Les dessins représentant des plans, des élévations, et des éléments d’architecture sont d’excellente qualité. Ils permettaient de présenter visuellement les découvertes au cours des fouilles.

Plan levé à la main du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Musée de Saverne.

Plan levé à la main du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Musée de Saverne.

Plans levés de certains espaces du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Musée de Saverne.

Plans levés de certains espaces du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Musée de Saverne.

Fragment de mur romain. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, 1859. Musée de Saverne.

Fragment de mur romain. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, 1859. Musée de Saverne.

Par ailleurs, le pasteur Ringel utilise la pratique du moulage en plâtre pour mouler de petits objets découverts en fouille ou bien pour produire des maquettes qui lui servaient à présenter le plan de l’ensemble thermal. Deux maquettes sont aujourd’hui conservées, l’une en dépôt à la Société de recherche archéologique en Alsace Bossue (SRAAB), l’autre est conservée au Centre d’interprétation archéologique du Patrimoine à Dehlingen.

Maquette du site gallo-romain de Mackwiller, conservée à la SRAAB. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Société de recherche archéologique en Alsace Bossue.

Maquette du site gallo-romain de Mackwiller, conservée à la SRAAB. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Société de recherche archéologique en Alsace Bossue.

Cette pratique, si elle est originale, est loin d’être unique. Le pasteur l’a utilisée pour d’autres édifices antiques : quatre maquettes sont ainsi répertoriées dans le catalogue du musée de Saverne de 19226 :

  • thermes romains de Mackwiller ;
  • temple romain à Mackwiller ;
  • établissement métallurgique gallo-romain du Heidenhübel ;
  • les forges de Gorgelbach.

Le musée de Saverne possède un objet moulé en plâtre ; il s’agit un jouet en bronze découvert dans les murs des thermes. Une pièce recouverte d’une demi-voûte est également présente, avec l’inscription cathedra sur l’une des faces. D’après le catalogue du musée de Saverne de 1922, trois autres « réductions » d’objets trouvés dans les thermes de Mackwiller étaient exposées dans le musée : une pierre évidée ayant formé un aqueduc, une base de colonne de forme carrée et un fût de colonne cylindrique à base carrée. Tous ces moulages servaient de moyen de diffusion de ses recherches, notamment auprès de la SCMHA.

 

Moulage d'un jouet en bronze réalisé par le pasteur Ringel. Musée de Saverne, don 1860.

Moulage d’un dodécaèdre en bronze réalisé par le pasteur Ringel. Musée de Saverne, don 1860.

Moulage d'une pièce recouverte d'une demi-voûte, dite cathedra, réalisée par la pasteur Ringel. Musée de Saverne

Moulage d’une pièce recouverte d’une demi-voûte, dite cathedra, réalisée par la pasteur Ringel. Musée de Saverne

L’identification du site archéologique comme des thermes gallo-romains fait l’unanimité. Dans son rapport du 21 décembre 1859, le pasteur Ringel déclarait : « mon principal soin fut de déblayer les parties attenantes qui comprenaient des solia et me firent connaître par là que j’étais sur l’emplacement d’un bain »7. Le système de chauffage à hypocauste confirme cette hypothèse. Il identifie certaines pièces : frigidarium, tepidarium, caldarium, l’entrée, le foyer, l’apodyterium, etc. Pour lui, les thermes appartiennent à une villa, ainsi qu’il l’écrit dans la lettre lue dans la séance du comité de SCMHA le 5 décembre 18598.

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Pasteur Ringel, 1859. Source : Bulletin de la SCMHA, 1858-1860

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Pasteur Ringel, 1859. Source : Bulletin de la SCMHA, 1858-1860

Le professeur André Jung, un des fondateurs de la SCMHA et membre de l’Institut des provinces et de la Société française d’archéologie, arrive à la même conclusion. Il publie un rapport dans les actes du congrès archéologique de France, repris dans le bulletin de la SCMHA, à la séance du 6 février 1860, et consigné à la suite de celui du pasteur Ringel9. « On demandera peut-être, écrit-il, quel a été le motif pour établir cette construction, qui semble trop vaste pour la villa d’un particulier, et trop restreinte pour une destination publique […] Les murs, trouvés sous le sol de Mackwiller, n’appartiennent pas tous à des thermes romains, mais […] ils sont, en grande partie, les restes d’une villa considérable, dans laquelle se trouvaient des salles de bains particuliers. » Mais l’hypothèse d’une villa ne fait pas consensus auprès des érudits. La SCMHA conserve un rapport inédit d’Auguste Saum, rédigé après la visite des fouilles les 9 et 10 avril 1860. Celui-ci déclare : « Ce que je crois retrouver ici c’est tout simplement un modeste bain public dépendant non d’une villa patricienne, mais d’un village ou tout au plus une espèce de bourg ou de petite ville ». Il compare les vestiges avec les thermes publics romains de Badenweiler.

Les fouilles se poursuivent en 1860-1861 avec notamment la découverte, à l’est des pièces dégagées, d’une salle pourvue d’une mosaïque de grande dimension10.

Le financement des fouilles : l’implication du préfet et des sociétés savantes

Pour les fouilles des thermes de Mackwiller, le pasteur Ringel a bénéficié de plusieurs subventions, locales ou nationales, d’institutions politiques ou savantes. Il reçoit la somme de 100 francs par la Société française d’Archéologie lors de son congrès à Strasbourg en août 1859, grâce au colonel de Morlet qui avait intercédé en faveur du pasteur Ringel.

La SCMHA donnera de nombreuses subventions pour les fouilles (3250 francs au total11) et s’impliquera dans la protection des vestiges et la mise en sûreté des objets découverts aux musées de Saverne, de la SCMHA et dans un abri sur le site. Lors de la séance du 5 décembre 1859, M. Morin énonce des mesures de conservation à prendre :

  • entourer les vestiges d’une palissade,
  • recouvrir les murs de paille pour éviter les dégradations causées par la pluie,
  • intéresser un voisin à la conservation des ruines,
  • acheter le terrain qui appartient pour moitié à la fabrique de Harskirchen et de l’autre à deux propriétaires,
  • construire une toiture pour préserver les vestiges,
  • répartir les vestiges archéologiques entre le musée de la Société et celui de Saverne.

Quinze jours plus tard, le pasteur Ringel annonce que le cantonnier communal est garde des bains. Dès cette année-là, le pasteur fait des dons au Musée de Saverne (objets et moulages). À partir de 1861, les frais sont couverts par la SCMHA (2250 francs pour les travaux de terrassement ; moulages et gardiennage). Plus tard, en 1863-1864, une haie est plantée pour préserver le site.

Le préfet s’implique également pour la protection du site, en faisant l’acquisition des terrains en 1860, à l’exception d’un seul pour lequel il obtient cependant une autorisation.

Protéger un site archéologique : le classement au titre des Monuments historiques

Dans la liste de 1862 des Monuments historiques classés provisoirement, les « fouilles de Mackwiller » ont été ajoutées à la main dans l’arrondissement de Saverne du département du Bas-Rhin, et l’inscription est suivie d’un nombre : 30012. Les thermes apparaissent également dans le bulletin de la SCMHA de 1875 qui présente la liste des édifices classés Monuments historiques en Alsace13. Le site garde son statut de Monument historique pendant la période allemande, en atteste la liste parue dans l’ouvrage de Félix Wolff en 190314.

Liste des Monuments historiques en 1862. Source : Ministère d'État, Note, circulaires et rapports sur le service de la conservation des Monuments historiques, Paris, impr. impériale, 1862, p. 122 (© Médiathèque de l'architecture et du patrimoine).

Liste des Monuments historiques en 1862. Source : Ministère d’État, Note, circulaires et rapports sur le service de la conservation des Monuments historiques, Paris, impr. impériale, 1862, p. 122 (© Médiathèque de l’architecture et du patrimoine).

Fig_10

Liste des Monuments historiques en 1903. Source : WOLFF Félix, Handbuch der staatlichen Denkmalpflege in Elsass-Lothringen, im Auftrage des Kaiserlichen Ministeriums für Elsass-Lothringen, K. J. Trübner, 1903.

Le pasteur Ringel quitte la région en 1864. Le site fait toujours l’objet d’une surveillance mais se dégrade au fil du temps. Dans la séance du comité de la SCMHA du 14 décembre 1874, Xavier Nessel informe le comité que les thermes de Mackwiller sont menacés de détérioration, en particulier sur le terrain n’ayant pas été acquis par le gouvernement, où les habitants enlèvent des pierres pour leur usage personnel15. Il n’est pas entendu. Et renouvelle son appel en 1880, appuyé par Henri Schlosser. Cette fois-ci, la Société réagira et effectuera en 1881 des travaux de consolidation. Une chape faite d’un enduit de ciment est apposée sur les parties sommitales des murs, pour stopper le déchaussement des pierres dû aux « visiteurs ignorants ou indiscrets ». Ces travaux sont exécutés par M. Schmidt, Kreisingenieur à Sarre-Union et par Henri Schlosser16. Mais la chape mise en place commence à se détacher dès 1884. En 1883, les objets trouvés à Mackwiller sont transportés dans les locaux de la SCMHA, car la cabane établie près des ruines pour recevoir les vestiges d’architecture est délabrée et ouverte à tout venant17. La plupart des objets ont déjà disparu. Henri Schlosser devient le correspondant privilégié de la Société en Alsace Bossue. Chaque année, il visite le site, surveillé par un gardien payé par la SCMHA 5 marks par an.

Vues du site gallo-romain de Mackwiller, vers 1880 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace).

Vues du site gallo-romain de Mackwiller, vers 1880 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace).

En 1887, Henri Schlosser demande la révision du plan des thermes. Un plan réalisé par lui est conservé dans le Denkmalarchiv. De nombreuses différences sont visibles par rapport au plan dressé par Ringel en 1859. Le pasteur avait identifié à l’ouest deux pièces qu’il considérait comme des habitations, alors que Schlosser en indique trois. De même il fait figurer une nette séparation entre le foyer et le vestibule.

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Henri Schlosser, s. d.(Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Henri Schlosser, s. d. (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Une lettre conservée aux Archives départementales18 souligne l’état déplorable des thermes en 1894. Henri Schlosser se mobilise pour que la Société et le gouvernement réagissent et appliquent des mesures de conservation et de protection.

Extrait de la lettre d'Henri Schlosser à Charles Winkler, Drulingen, le 24 juillet 1894. Archives départementales du Bas-Rhin, 175 AL 149 (fonds DRAC Alsace).

Extrait de la lettre d’Henri Schlosser à Charles Winkler, Drulingen, le 24 juillet 1894. Archives départementales du Bas-Rhin, 175 AL 149 (fonds DRAC Alsace).

Deux ans plus tard, le même sujet revient dans la séance du comité de la SCMHA du 14 octobre 1896. Un article du Vogesenblatt du 17 juillet 1895 raconte que les ruines servent de carrière de pierre aux nouvelles constructions.

Les plans de 1906 et de 1911 du Denkmalarchiv

Au début du 20e siècle, l’administration allemande entreprend de créer un fonds iconographique sur le patrimoine régional d’Alsace-Lorraine, appelé Denkmalarchiv. Dans ce fonds, aujourd’hui conservé en grande partie à la DRAC Alsace, se trouvent deux plans des thermes de Mackwiller, en plus du plan dressé par Henri Schlosser cité précédemment. Ces deux plans ont été dressés par le Denkmalpfleger (architecte des Monuments historiques) de Saverne et de Marmoutier Paul Ernest Zigan, l’un en 1906, l’autre en 1911. Ces cinq années d’intervalle sont marquées par des travaux de réfection réalisés en 1910-1911 et relatés dans des documents conservés aux archives départementales du Bas-Rhin. Ces deux plans montrent donc l’état du site avant et après réfection.

Le plan de 1906 est moins complet que celui de 1911. L’architecte précise qu’il s’agit exclusivement des vestiges visibles (Aufnahme der sichtbaren Mauerreste). De larges zones de la partie sud du site sont soit absentes, soit dessinées par des traits fins alors que les murs encore visibles sont figurés pleins. Il s’agit des pièces considérées comme le vestibule et le caldarium et d’une troisième située au sud-ouest. Cette disparition des vestiges visibles s’explique certainement par le manque d’entretien du site, souligné à de nombreuses reprises, sa dégradation et le réenfouissement partiel des murs.

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Paul Ernest Zigan, 20 juin 1906 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Paul Ernest Zigan, 20 juin 1906 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Le plan de 1911 ressemble davantage au plan dressé par Henri Schlosser, mais ne restitue pas les murs nord que Schlosser avait dessiné en pointillés. La pièce centrale ne présente en outre plus aucune ouverture sur les pièces adjacentes. Des mesures très précises sont signalées à côté de chaque pan de mur.

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Paul Ernest Zigan, septembre 1911 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Paul Ernest Zigan, septembre 1911 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Les thermes de Mackwiller au 20e siècle : une réévaluation des données

On conserve peu de documents sur le devenir du site de Mackwiller après cette date. La SCMHA conserve dans ses archives un article de journal et deux photographies de la visite des ruines par l’assemblée générale de la SCMHA le 7 juin 1934, en présence du chanoine Joseph Gass, président de la SCMHA, et de Robert Forrer.

Fig_16a

Visite du site gallo-romain de Mackwiller par l'assemblée générale de la SCMHA, le 7 juin 1934. Archives Musée archéologique de Strasbourg.

Visite du site gallo-romain de Mackwiller par l’assemblée générale de la SCMHA, le 7 juin 1934. Archives Musée archéologique de Strasbourg.

En 1955-1956, les fouilles reprennent à Mackwiller, dirigées par la circonscription des antiquités historiques d’Alsace, sous la responsabilité de Jean-Jacques Hatt19. Un sanctuaire de Mithra est mis au jour dans une carrière. Les archives de cette opération archéologique sont conservées par le Service régional de l’archéologie. Dans le fonds Denkmalarchiv sont conservées une série de photographies d’une visite des thermes de Mackwiller en avril 1956. Cette année-là, le service des Monuments historiques réalise une nouvelle consolidation des vestiges des thermes et dresse un nouveau plan, jugé « fantaisiste ».

Visite des thermes de Mackwiller, avril 1956 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Visite des thermes de Mackwiller, avril 1956 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Après cette date, le site fera l’objet d’une nouvelle analyse par François Pétry, en 1981, paru dans les Saisons d’Alsace20. Pour la première fois, il est intégré au sein d’une synthèse sur Mackwiller antique et mis en relation avec les autres vestiges anciens : le temple protestant dont la nef est antique, le Mithraeum fouillé entre 1955 et 1958 et le mausolée circulaire découvert en 1966. Au sujet des thermes, François Pétry souligne les nombreux problèmes d’interprétation et encourage une étude exhaustive avec un « dépouillement minutieux et critique de tous les documents » mais son appel reste sans réponse. En 2006, en collaboration avec le SRA Alsace, l’École et observatoire des Sciences de la Terre a proposé un projet de recherche associant l’utilisation de méthodes géophysiques de terrain sur le site gallo-romain de Mackwiller. L’opération, réalisée par Clément Hibert et Maud Schelstraete, a permis de détecter grâce à trois méthodes quelques structures non visibles qui donneraient au site une étendue plus large que les vestiges actuellement émergés, notamment au nord21. Plus récemment, le Conseil général du Bas-Rhin a souhaité valoriser le site et dans ce cadre, une nouvelle prospection géophysique a été menée par la Société Géocarta et couplée de recherches archivistiques sur l’histoire de la redécouverte du site22.

Conclusion

Les thermes de Mackwiller permettent ainsi de cristalliser en un seul exemple l’approche archéologique des archéologues du 19e siècle, leur manière d’appréhender les vestiges, de les fouiller (bien que la manière de faire de Ringel soit originale avec l’utilisation de moulages en plâtre), d’en comprendre les tenants et les aboutissant, la diffusion des recherches, la confrontation des points de vue et la réévaluation des données, même longtemps après, au regard des nouvelles découvertes. Ce site permet également de saisir l’importance des relations, des sociétés savantes et l’implication des instances régionales et parfois, dans d’autres cas, nationales. Il met enfin en valeur la diversité des fonds documentaires et archivistiques nécessaires et la variété matérielle des documents et objets qui nous permettent aujourd’hui de retracer l’histoire d’un site.

 

(1) Pour une biographie du pasteur Ringel, voir THOMANN Emmanuelle (Dir.), Terres d’abondances : L’Alsace Bossue gallo-romaine, Catalogue de l’exposition de Saverne, Lorentzen, Sarre-Union et Strasbourg, 2003-2004, p. 14-15. LÉVY-MERTZ G., « Ringel Jean », Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, 31, 1997-1998, p. 3229.
(2) Congrès archéologique de France, XXVIe session, à Strasbourg, p. 483. [Plan en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10216882t]
(3) « Séance du 5 décembre 1859 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, 3e volume, 1858-1860. Première partie, procès-verbaux, p. 111. [en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5749985s.image.langFR.r= ]
(4) RINGEL Jean Pierre Eugène, « Rapport sur les bains découverts à Mackwiller en 1859 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, 3e volume, 1858-1860. Deuxième partie, mémoires, p. 168-176. [en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57500714.image.langFR.r= ]. Une transcription de ce rapport a été intégrée au catalogue de l’exposition Terres d’abondances : l’Alsace Bossue gallo-romaine, op. cit., p. 44-47.
(5) Pour une biographie du colonel Charles Gabriel Beaudet de Morlet, voir THOMANN Emmanuelle (Dir.), Terres d’abondances : L’Alsace Bossue gallo-romaine, Catalogue de l’exposition de Saverne, Lorentzen, Sarre-Union et Strasbourg, 2003-2004, p. 15. HALTER A., « Beaudet de Morlet Charles Gabriel », Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, 27, 1996, p. 2714.
(6) FUCHS, Catalogue et description du musée de Saverne, 1922, p. 54
(7) RINGEL Jean Pierre Eugène, op. cit. à la note 3.
(8) « séance du 5 décembre 1859 », op. cit. à la note 2.
(9) « Rapport de M. le professeur Jung sur les découvertes de ruines romaines à Mackwiller par M. le pasteur Ringel ». Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, 3e volume, 1858-1860. Deuxième partie, mémoires, p. 177-181. [en ligne sur Gallica] La version du rapport parue dans les actes du Congrès archéologique de France comporte en supplément un plan des thermes en cours de dégagement et un plan de localisation des thermes dans la commune de Mackwiller.
(10) Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 1er volume. Première partie, procès-verbaux, p. 15. [en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5749985s.image.langFR.r= ]
(11) Assemblée générale du 17 mai 1883, Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 12e volume. Première partie, procès-verbaux, p. 104.
(12) Ministère d’État, Note, circulaires et rapports sur le service de la conservation des Monuments historiques, Paris, impr. impériale, 1862, p. 122.
(13) « séance du comité du 12 avril 1875 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 9e volume, 1874-1875. Première partie, procès-verbaux, p. 64-65. Les Thermes de Mackwiller figurent en 13e position. [en ligne sur Archive.org : https://archive.org/details/pourlaconser2v9soci , pour pointer sur la page : https://archive.org/stream/pourlaconser2v9soci#page/n73/mode/2up ]
(14) WOLFF Félix, Handbuch der staatlichen Denkmalpflege in Elsass-Lothringen, im Auftrage des Kaiserlichen Ministeriums für Elsass-Lothringen, K. J. Trübner, 1903.
(15) « Séance du comité du 14 décembre 1874 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 9e volume, 1874-1875. Première partie, procès-verbaux, p. 59-60. [en ligne sur Archive.org : https://archive.org/details/pourlaconser2v9soci , pour pointer sur la page : https://archive.org/stream/pourlaconser2v9soci#page/n67/mode/2up ]
(16) « Assemblée générale du 25 mai 1882 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 12e volume. Première partie, procès-verbaux, p. 64.
(17) La cabane est vendue en 1885. « Séance du comité du 5 janvier 1885 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 12e volume. Première partie, procès-verbaux, p. 87.
(18) Lettre de Henri Schlosser à Charles Winkler, à Drulingen, le 24 juillet 1894. Archives départementales du Bas-Rhin, cote 175 AL 149.
(19) HATT Jean-Jacques, « XVIIIe Circonscription », Gallia, 1956, 14-2, p. 294-309. [En ligne sur Persée]
(20) PÉTRY François, « Mackwiller, Haut-lieu de l’Alsace Bossue romaine », Saisons d’Alsace, 25e année, nouvelle série, 74,1881, p. 15-36.
(21) HIBERT Clément, SCHAELSTRAETE Maud, Prospections magnétique, radar et électromagnétique sur le site archéologique de Mackwiller, sous la dir. de MUNSCHY Marc et TRIANTAFILLIDIS Georges, Projet de recherche, Strasbourg, EOST-ULP / DRAC Alsace, 2006-2007, 42 p.
(22) THOUVENIN Élodie, FLOTTÉ Pascal, HULIN Guillaume, « Prospection géophysique autour des thermes gallo-romains de Mackwiller », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, 2010, LII, p. 63-72.

Le mobilier archéologique au SRA Alsace

Le mobilier archéologique désigne l’ensemble des objets recueillis lors d’une opération de terrain et susceptibles d’apporter des informations sur un site archéologique donné. Demeurant bien souvent le seul témoin direct du site après les opérations de fouille, il constitue, avec la documentation scientifique recueillie lors de l’opération (documentation écrite, graphique, photographique…), un matériel précieux et unique pour l’étude du patrimoine archéologique. De fait, depuis une trentaine d’années et le développement de l’archéologie préventive, la quantité de mobilier archéologique mis au jour a considérablement augmenté, formant ainsi une importante banque de données et permettant, grâce au perfectionnement des techniques d’analyses scientifiques, des études spécialisées plus fines (céramologie, mobilier lithique, instrumentum, etc).

Mobilier en verre découvert à Strasbourg, Istra, rue des Juifs, 1986 (responsable d'opération : Marie-Dominique Waton)

La gestion du mobilier archéologique issu des opérations d’archéologie préventive

Concernant le mobilier issu des opérations d’archéologie préventive justement, le Code du patrimoine prévoit un certain nombre de procédures destinées à encadrer sa gestion et sa conservation et dont le contrôle est confié à l’État. En voici un petit résumé :

  • Après la phase terrain des opérations, le mobilier est d’abord confié à l’opérateur le temps nécessaire à son étude et à la rédaction du rapport. Ce délai ne peut excéder deux ans (article L523-12).
  • Le mobilier doit ensuite être remis au SRA en même temps que le rapport et les archives de fouille, afin que celui-ci procède à son attribution définitive : l’article 523-14 du Code du patrimoine stipule en effet que, dans le cadre de l’archéologie préventive, la propriété du mobilier archéologique est partagée à parts égales entre l’État et le propriétaire du terrain sur lequel a été réalisée l’opération.
  • Le SRA transmet donc au propriétaire un exemplaire du rapport, comportant l’inventaire du mobilier soumis au partage, et l’informe de la possibilité d’exercer son droit de propriété sur un lot d’objet dont la valeur correspond à la moitié de la valeur totale des objets inventoriés.

Le tableur d'aide à l'inventaire du mobilier archéologique conçu par le SRA Alsace

  • Le propriétaire dispose alors d’un délai d’un an après réception du rapport pour faire valoir son droit de propriété sur une partie des objets. Partant, 2 cas de figure peuvent se présenter :
  • le propriétaire répond qu’il n’est pas intéressé, ou bien ne répond pas. Au terme du délai d’un an, la propriété du mobilier est donc transférée à l’État à titre gratuit.
  • le propriétaire souhaite exercer son droit de propriété. Dans ce cas, le mobilier est divisé en deux lots de valeur égale (ou du moins aussi proche que possible) et le partage est effectué à l’amiable ou par tirage au sort.

NB : l’État a la possibilité d’exercer un droit de revendication, moyennant indemnité financière, sur tout ou partie du mobilier soumis au partage.

  • L’État peut transférer la propriété du mobilier lui revenant à l’issue du partage à la commune sur laquelle les objets ont été découverts si celle-ci en fait la demande et s’engage à en assurer la bonne conservation : ces objets pourront ainsi prendre place dans un musée ou un centre d’interprétation. Actuellement, le SRA Alsace a engagé une telle démarche au profit de la ville de Strasbourg, qui pourra valoriser les objets découverts sur son territoire en les exposant au musée archéologique et au musée historique de la ville.

À défaut, un dépôt peut également être envisagé pour tout ou partie du mobilier d’une opération (cf. infra, conservation du mobilier).

Une petite subtilité…

L’arrêté du 16 septembre 2004 portant définition des normes d’identification, d’inventaire, de classement et de conditionnement de la documentation scientifique et du mobilier issu des diagnostics et fouilles archéologiques précise la nature du mobilier concerné par les procédures décrites ci-dessus.

L’article 2 définit le mobilier archéologique comme  » des objets transformés par l’activité humaine et recueillis pendant l’opération « .

L’article 1 définit quant à lui ce qui relève de la documentation scientifique, à savoir :

  • les documents graphiques (plans, relevés, dessins…) ;
  • les documents photographiques et audiovisuels ;
  • les documents numériques ;
  • les documents écrits (carnets et fiches d’enregistrement de terrain, correspondance, rapports d’étude) ;
  • les moulages et empreintes ;
  • les matériaux naturels et de nature biologique recueillis lors de l’opération.

C’est-à-dire que les objets non transformés par l’homme, notamment les ossements humains et animaux, ne relèvent pas du mobilier archéologique. Par conséquent, ils ne sont pas soumis au régime de propriété prévu par l’article L523-14 et relèvent de la seule propriété de l’État.

cliché : Marie-Dominique Watoon

Vue du chantier de Strasbourg, Saint-Thomas, 1988 (reponsable d'opération : Marie-Dominique Waton)

 La conservation du mobilier archéologique

L’État se doit d’assurer la bonne conservation du mobilier archéologique lui appartenant ou placé sous sa responsabilité dans l’attente d’un partage avec le propriétaire du terrain.

Pour ce faire, une partie des locaux de la DRAC à Strasbourg est utilisée comme dépôt. Environ 50 m3 de mobilier y sont ainsi conservés, provenant pour la plupart de fouilles anciennes, antérieures à la loi de 2001 sur l’archéologie préventive.

Vue du dépôt archéologique de la DRAC Alsace

Néanmoins, les capacités de stockage y étant assez limitées, du mobilier appartenant à l’État ou placé sous sa responsabilité est également conservé dans d’autres locaux, notamment, pour ce qui est des opérations archéologiques plus récentes, auprès des 3 principaux opérateurs d’archéologie préventive de la région : l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), le Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan (PAIR) et la Société Antéa-archéologie.

NB : ces dépôts ne conservent pas seulement le mobilier archéologique au sens de la loi, mais également les matériaux naturels non transformés par l’homme (graines, bois, faune, os humains, sédiments, etc), dont la conservation est justifiée par les besoins de la recherche scientifique.

Des dépôts de mobilier peuvent également être consentis par le SRA en faveur de musées ou institutions culturelles, pour permettre sa valorisation. Du mobilier a ainsi été déposé dans plusieurs musées d’Alsace possédant le label Musée de France tel que défini par la loi du 4 janvier 2002.

Liste des musées de France dépositaires de mobilier archéologique relevant de la responsabilité du SRA Alsace :

  • musée de la Porte de Thann à Cernay
  • musée Unterlinden de Colmar
  • musée historique de Haguenau
  • musée de la Chartreuse à Molsheim
  • musée historique de Mulhouse
  • musée archéologique de la ville de Strasbourg
  • musée historique de la ville de Strasbourg
  • musée des amis de Thann
  • musée Lalique de Wingen-sur-Moder

Des collections accessibles

L’accès au mobilier archéologique appartenant au SRA Alsace ou placé sous sa responsabilité se fait sur rendez-vous.

Contact : Juliette Rémy