Archives par étiquette : archive sonore

Le document du mois : février 2013

La place du son dans les fouilles archéologiques

Par Cécile Courtaud, Soline Morinière et François Schneikert

Le Service régional de l’archéologie est destinataire des documents papiers et numériques produits lors des diagnostics et des fouilles archéologiques préventives réalisées par les opérateurs archéologiques de la région, à savoir principalement Antéa-Archéologie, l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives) et le PAIR (Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan).
Parmi ces archives de fouilles, nous conservons quelques documents sous des formats peu courants, tels que des fichiers mp3 correspondant à des enregistrements sonores pris sur le terrain. Cette pratique, si peu répandue dans le monde de l’archéologie, amène avec elle un flot d’interrogations : dans quel contexte les archéologues optent pour l’enregistrement sonore ? De quelle manière sont utilisés ces enregistrements ? Se substituent-ils à d’autres documents ? Quelle est l’efficacité de cette méthode ?

L’exemple que nous présenterons ici est celui du diagnostic réalisé par le PAIR à Obernai sur le site du Parc d’activités économiques intercommunal (PAEI). Cette intervention s’est déroulée du 26 mars au 27 avril 2012, sous la direction de l’archéologue François Schneikert. La surface couverte par le diagnostic était conséquente – 15,3 ha – portant le nombre de sondages à 396. Au cours de cette intervention, François Schneikert a enregistré 86 bandes sonores. Il nous a fait part des raisons qui ont motivé ce choix :

« L’idée de procéder à l’enregistrement des structures à l’aide d’un dictaphone m’est venue lors de la réalisation d’un diagnostic archéologique où les conditions météorologiques étaient particulièrement exécrables et au cours duquel les enregistrements classiques sur papier devenaient compliqués. A cela, s’ajoutait naturellement les impératifs de délais à respecter.
Par la suite cette méthode d’enregistrement audio a été adoptée dans les cas extrêmes (cf. ci-dessus) ou quand l’abondance des structures ne permettait pas un enregistrement classique dans le temps imparti. Avec le temps, la méthode s’est affinée sans pour autant être systématiquement utilisée.

Pour les structures simples et les structures complexes couplées avec des relevés photographiques, ce mode d’enregistrement s’avère suffisant.
Au cours de la phase d’exploitation des données, toutes les informations ainsi enregistrées sont retranscrites dans un inventaire des structures normalisé. Dans cette perspective, au moment de l’enregistrement audio, la description des structures est ordonnée et calquée en fonction des champs à compléter dans l’inventaire afin que la transcription des données se fasse logiquement. Toujours dans cette perspective, au moment de l’enregistrement audio, le débit de parole est adapté et ponctué afin d’avoir le temps nécessaire à la transcription sans avoir à réécouter l’enregistrement.

En soi, cette manière de procéder n’est pas une innovation, il ne s’agit que de l’application à l’archéologie d’une méthode déjà largement usitée, notamment dans le milieu médical. »

Nous vous proposons ci-dessous le fichier audio décrivant la ST 125, avec en regard la prise de vue correspondante.

Enregistrement sonore : description de la st. 125 silo subcirculaire (auteur : Schneikert, François, 2012)

Structure 125 : silo subcirculaire, Obernai, PAEI (auteur : Schneickert, François, 2012)

Structure 125 : silo subcirculaire, Obernai, PAEI (auteur :  Schneikert, François, 2012)

Si cette pratique de l’enregistrement sonore sur le terrain est exceptionnelle en archéologie, d’autres disciplines, comme l’ethnologie par exemple, l’utilisent bien plus fréquemment.

Certaines structures renferment des fonds sonores importants. Ainsi, la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) de l’Université d’Aix-Marseille, qui possède un pôle spécialisé en image, son et pratiques numériques en sciences humaines et sociales (SHS), propose en ligne le catalogue de la phonothèque. Celui-ci répertorie les archives audiovisuelles en SHS sur le pourtour méditerranéen.

Pour quelques pistes de réflexion au sujet des archives sonores de la recherche, nous vous renvoyons sur le site des carnets de la phonothèque, ainsi qu’au Bulletin de l’Association française des détenteurs de documents audiovisuels, sonores (AFAS).

Pour une utilisation d’enregistrements sonores en lien avec l’archéologie en tant que discipline scientifique et sur le travail de mémoire de la discipline, voici deux articles :

VETTORI Benjamin. « Un mois avec ceux de l’IFPO« . Carnets de la phonothèque, 20 janvier 2012.

VETTORI Benjamin. « Coopération et échanges au sein de l’IFPO« . Carnets de la phonothèque, 12 mars 2012.