Archives par étiquette : archive

Le document du mois : avril 2013

Retour sur la Sous-direction de l’architecture, des arts et des lettres du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle (1945-1954)

 

Le classement des archives du fonds du Service des patrimoines se poursuit. Une série de dossiers correspondant au passage entre l’administration allemande et l’administration française a été mise au jour.

Dans ce lot figure une partie de la correspondance de la Sous-direction de l’architecture, des arts et des lettres du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, nouvellement créée juste après-guerre, en 1945, et basée à Strasbourg. La direction en fut confiée à Georges Baumann, qui conservera ce poste jusqu’à sa retraite en 1954, date à laquelle cette Sous-direction sera transformée en section administrative des services d’architecture du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle (1).

Un dossier Arts et Lettres, partie Théâtres, concerne le théâtre de Strasbourg (1945-1953).

doc1304_01

Un aperçu de la reprise des activités théâtrales au milieu des années 1940…

Voici un petit florilège de documents.

En tête de dossier figure un document dactylographié signé par M. A. Pfrimmer, ancien directeur du théâtre municipal, qui retrace en quelques pages l’histoire du théâtre en Alsace pour la période 1870 à 1945 et qui montre comment le spectacle vivant peut être utilisé à des fins politiques.

Il conclut son exposé par cette phrase poignante, qu’il convient de replacer dans son contexte temporel de l’immédiate après-guerre :

 » Telles sont les leçons du passé. Il s’agit à l’avenir d’empêcher un pareil sabotage de l’art français en Alsace « .

Programme de la saison 1946-1947 du théâtre municipal de Strasbourg

Un courrier de Baumann daté de juin 1945 et adressé au Maire de Strasbourg l’assure du soutien exceptionnel du Ministère pour le théâtre en Alsace et en Moselle, en vue de relancer la production d’œuvres en langue française :

doc1304_03

En 1945, M. P. Bastide est engagé pour reprendre la direction du théâtre municipal. Dans une lettre manuscrite, il s’enthousiasme de l’afflux d’artistes pour sa troupe nouvellement constituée :

 » L’accueil que m’a réservé Strasbourg ainsi que la municipalité restera pour moi inoubliable.

J’ai promis à M. Charles Frey d’ouvrir le 15 octobre, et je tiendrai parole.

Je n’avais pas un choriste, une danseuse, un artiste ; en 25 jours, j’ai déjà recueilli 36 choristes, 18 danseuses, et ma troupe est en bonne voie ; et nous ferons pour le mieux pour maintenir très haut le renom de notre belle scène.  »

doc1304_04

…Mais aussi un reflet de la composition du personnel de la Sous-direction en 1945

En novembre 1945, M. Baumann demande au Maire de Strasbourg une réduction des prix d’entrée au théâtre municipal pour le personnel de la Sous-direction de l’architecture, des arts et des lettres du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. Elle sera accordée, et une liste des agents sera envoyée à la ville. Ce document nous permet, par voie détournée, de connaître la répartition exacte des postes affectés à Strasbourg à cette époque :

  • 1 sous-directeur ;
  • 1 sous-chef de bureau ;
  • 2 inspecteurs de Monuments historiques ;
  • 1 réviseur principal ;
  • 1 commis principal ;
  • 1 inspecteur général ;
  • 2 architectes en chef ;
  • 3 inspecteurs ;
  • 2 vérificateurs ;
  • 1 expert calculateur ;
  • 1 jardinier en chef ;
  • 5 jardiniers ;
  • 2 surveillants militaires ;
  • 2 commis principaux ;
  • 2 tapissiers ;
  • 3 menuisiers ;
  • 1 ferblantier ;
  • 1 magasinier ;
  • 3 architectes DPLG ;
  • 1 architecte des Monuments historiques ;
  • 8 agents techniques;
  • 3 ingénieurs ;
  • 1 chef d’atelier ;
  • 1 apprenti technique ;
  • 11 employés de bureau ;
  • 1 garçon de bureau ;
  • 6 chauffeurs-électriciens ;
  • 1 chauffeur touriste ;
  • 1 mécanicien ;
  • 2 auxiliaires de service ;
  • 1 surveillant auxiliaire ;
  • 1 inspecteur des sites.

Soit 73 postes pour la sous-direction.

L’archéologie, quant à elle, est détachée de cette sous-direction. Une circonscription archéologique d’Alsace et de Moselle, implantée au Palais de Rohan, est crée en 1945, avec pour directeur Jean-Jacques Hatt, qui dirigera également le Musée archéologique de Strasbourg (2). Ce service sera rapatrié au Palais du Rhin en 1969, date de la création de la Direction régionale des affaires culturelles d’Alsace.

Bibliographie :

(1) LEFORT Nicolas.  » Le service des Monuments historiques en Alsace de 1919 à 1959 « , Revue d’Alsace, 2005, p. 75-103.

(2) SCHNITZLER Bernadette. La passion de l’Antiquité : six siècles de recherches archéologiques en Alsace. Strasbourg : Société savante d’Alsace, 1998. 351 p. (Recherches et documents ; 60)

 

Archives intermédiaires : heurts et malheurs des documents entre deux âges

Tout document produit ou reçu par l’administration possède le statut d’archive. Le cycle de vie de ces archives est divisé en trois étapes principales.

D’abord nommée au rang d’archive vivante, elle est choyée par son récipiendaire et considérée comme une pièce essentielle du dossier en cours. Stockée dans une chemise cartonnée, elle accompagne tous les autres documents (correspondance, cahier des charges, mais aussi note griffonnée sur un bout de papier, post-it, etc.) permettant de retrouver une information ayant rapport avec l’opération traitée. Le dossier trône fièrement sur le bureau. Il est au sommet de sa gloire car sommet de la pile, et pense que l’attention dont il fait l’objet va durer toujours.

Puis l’opération s’achève et d’autres lui succèdent. Le dossier n’est plus vraiment ouvert, pire, il descend lentement les échelons dans la pile qu’il avait gravi avec fulgurance au début de sa carrière. Il devient ce qu’on appelle une archive intermédiaire.

De moins en moins consulté, ce dossier quitte le haut du bureau pour une étagère aux alentours. On le laisse sans autre classement : il est vrai que par mesure de précaution on préfère tout garder au cas où une information devrait être recherchée.

Lorsque la tablette est remplie, le dossier rejoint ses compagnons d’infortune dans une boîte fermée. Bien souvent, les documents contenus dans les dossiers ne seront pas triés, faute de temps, par hésitation ( » Que garder ? Que sortir du dossier ? « ), et, il faut bien le souligner, par léger désintérêt de la chose. Enfin, les boîtes s’accumulent au pied de l’étagère. Jusqu’au jour où la sentence tombe comme un couperet : il faut faire de la place dans le bureau…

Triste parcours d’une pièce d’archive qui perd ses galons à mesure que le temps passe. Heureusement, les années redeviendront un allié pour ces documents qui, après leur versement aux Archives départementales, acquerront le titre noble d’archive définitive. Par la magie de la patine de l’âge, ces documents reprendront progressivement leur valeur auprès du public et du service producteur, qui, après plusieurs décades, viendront peut-être les consulter avec émotion et recueillement.

 

*

*        *

 

Par cette brève description du parcours d’une archive au sein d’une administration, on constate que la phase critique se situe durant le statut d’archive intermédiaire.

À la faveur d’un déménagement de bureaux du Service des patrimoines de la DRAC Alsace, de nombreux cartons d’archives relatifs aux travaux et marchés sur Monument historique ont été récupérés, accompagnés d’un lot important de dossiers d’opération d’archéologie préventive, ainsi que des archives provenant du conseiller Musées. Ces dossiers font actuellement l’objet d’un traitement par un prestataire extérieur, en étroite collaboration avec les documentalistes du Service des patrimoines et le responsable des dépôts État des Archives départementales. Vous trouverez très prochainement un petit retour d’expérience sur le travail en cours.