Archives par étiquette : archéologie

Document du mois : juillet 2015

La villa de Mackwiller à travers les archives : découverte et réévaluation d’un site archéologique

Au cours du 19e siècle, de nombreuses fouilles sont réalisées en France. Sous le Second Empire, la mode est aux « antiquités nationales » : les membres et les correspondants des sociétés savantes sont les premiers, par leurs observations et le suivi de nombreux travaux, à étudier le passé et à révéler les vestiges archéologiques telles que des villae gallo-romaines. Plusieurs furent découvertes à cette époque en Alsace ; parmi lesquelles celles de Mackwiller et Koestlach.

Les connaissances actuelles sur la découverte du site de Mackwiller s’appuient sur divers fonds archivistiques et ressources bibliographiques. Le Musée de Saverne possède des archives du pasteur Ringel, des moulages réalisés au moment de la découverte et quelques objets originaux trouvés  lors des fouilles. La Société pour la conservation des Monuments historiques d’Alsace (SCMHA) conserve les procès-verbaux et documents annexes des séances du conseil dans lesquelles la villa a été citée à de nombreuses reprises, notamment pour la période 1858-1870. Dans les Archives départementales du Bas-Rhin se trouve un dossier de la Direction régionale des affaires culturelles d’Alsace (DRAC) relatif à Mackwiller pendant la période allemande (1870-1919). À la DRAC enfin, le fonds iconographique du Denkmalarchiv, géré par le Service des patrimoines, comprend plusieurs plans et photographies du 19e siècle et du début du 20e siècle et le Service régional de l’archéologie conserve de la documentation sur des études postérieures de ce site. L’ensemble de ces éléments permettent de restituer en pointillé l’histoire de ce site archéologique.

Le pasteur Ringel, pionnier de l’archéologie en Alsace Bossue

Jean-Pierre Eugène Ringel, ethnologue et archéologue, pasteur à Diemeringen de 1853 à 1864 fut l’inventeur de la villa de Mackwiller1. Il avait été l’élève de Schweighaeuser qui l’initia à la recherche archéologique dans les Vosges. Il réalisa ensuite des prospections archéologiques, encouragé par le colonel Beaudet de Morlet et la Société pour la conservation des Monuments historiques d’Alsace (SCMHA), créée en 1855. Il est considéré comme le pionnier de la recherche archéologique en Alsace Bossue. Collecteur de légendes sur l’Alsace Bossue, celles-ci lui servirent parfois de point de départ pour ses découvertes archéologiques : c’est le cas de Mackwiller. En cherchant les traces du château des Nassau-Weilbourg, supposé dans les environs de Mackwiller, au lieu-dit Hemst, ou Hembst, le pasteur Ringel rencontra les premiers vestiges des thermes de Mackwiller. C’était en 1858. Il débuta les fouilles à la fin de la même année, les continua au printemps 1859, puis après les moissons de cette même année. Il rencontra quelques problèmes avec les propriétaires qui voyaient d’un œil peu avenant la réalisation de fouilles sur leurs terres agricoles.

Fouiller et documenter un site archéologique au 19e siècle

La méthode de fouille du pasteur Ringel est originale : il commence d’abord par chercher les angles de l’édifice en creusant, puis dégage l’essentiel des murs, l’ouest en premier, le sud en second. Les constructions mises au jour sont en moellons de grès provenant d’une carrière voisine. Un piédestal est trouvé dans une pièce identifiée par Ringel comme l’entrée des thermes. Les fouilles continuent à l’est avec découverte des solia et d’éléments de décoration (fragments d’enduits peints couleur bleu ciel, de frises de marbre et de calcaire, de stuc, éclats de porphyre, etc).

Plan du site gallo-romain de Mackwiller en cours de dégagement. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel. Source : Congrès archéologique de France, XXVIe session, à Strasbourg, p. 496

Plan du site gallo-romain de Mackwiller en cours de dégagement. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel. Source : Congrès archéologique de France, XXVIe session, à Strasbourg, p. 496

La première mention publique de la découverte du site a lieu au cours du congrès archéologique de France qui s’est tenu à Strasbourg du 22 au 27 août 1859. A cette occasion et à l’initiative du Colonel de Morlet, la Société française d’archéologie vote en guise d’encouragement une allocation de 100 francs « pour des fouilles sur la voie romaine, auprès de Mackwiller, arrondissement de Saverne »2. La nature du site est révélée par une lettre du pasteur Ringel lue dans la séance du comité de la SCMHA du 5 décembre 1859 : « M. Le président donne lecture d’une lettre de M. le pasteur Ringel, de Diemeringen, annonçant l’importante découverte, au Hemst, près de Mackwiller, des fondations d’une villa romaine avec bains »3. Un rapport détaillé rédigé par le pasteur Ringel pour la SCMHA, daté du 21 décembre 1859 et publié dans les Bulletins de la Société, présente les fouilles avec force détails4.

Le pasteur Ringel entretenait une correspondance régulière avec le colonel de Morlet, membre de la Société5. Quelques lettres sont conservées dans les archives du musée de Saverne.

Le fonds d’archives du musée de Saverne livre également un aperçu de la production documentaire réalisée sur le terrain par le pasteur Ringel. Les dessins représentant des plans, des élévations, et des éléments d’architecture sont d’excellente qualité. Ils permettaient de présenter visuellement les découvertes au cours des fouilles.

Plan levé à la main du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Musée de Saverne.

Plan levé à la main du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Musée de Saverne.

Plans levés de certains espaces du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Musée de Saverne.

Plans levés de certains espaces du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Musée de Saverne.

Fragment de mur romain. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, 1859. Musée de Saverne.

Fragment de mur romain. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, 1859. Musée de Saverne.

Par ailleurs, le pasteur Ringel utilise la pratique du moulage en plâtre pour mouler de petits objets découverts en fouille ou bien pour produire des maquettes qui lui servaient à présenter le plan de l’ensemble thermal. Deux maquettes sont aujourd’hui conservées, l’une en dépôt à la Société de recherche archéologique en Alsace Bossue (SRAAB), l’autre est conservée au Centre d’interprétation archéologique du Patrimoine à Dehlingen.

Maquette du site gallo-romain de Mackwiller, conservée à la SRAAB. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Société de recherche archéologique en Alsace Bossue.

Maquette du site gallo-romain de Mackwiller, conservée à la SRAAB. Auteur : Jean-Pierre Eugène Ringel, s. d. Société de recherche archéologique en Alsace Bossue.

Cette pratique, si elle est originale, est loin d’être unique. Le pasteur l’a utilisée pour d’autres édifices antiques : quatre maquettes sont ainsi répertoriées dans le catalogue du musée de Saverne de 19226 :

  • thermes romains de Mackwiller ;
  • temple romain à Mackwiller ;
  • établissement métallurgique gallo-romain du Heidenhübel ;
  • les forges de Gorgelbach.

Le musée de Saverne possède un objet moulé en plâtre ; il s’agit un jouet en bronze découvert dans les murs des thermes. Une pièce recouverte d’une demi-voûte est également présente, avec l’inscription cathedra sur l’une des faces. D’après le catalogue du musée de Saverne de 1922, trois autres « réductions » d’objets trouvés dans les thermes de Mackwiller étaient exposées dans le musée : une pierre évidée ayant formé un aqueduc, une base de colonne de forme carrée et un fût de colonne cylindrique à base carrée. Tous ces moulages servaient de moyen de diffusion de ses recherches, notamment auprès de la SCMHA.

 

Moulage d'un jouet en bronze réalisé par le pasteur Ringel. Musée de Saverne, don 1860.

Moulage d’un dodécaèdre en bronze réalisé par le pasteur Ringel. Musée de Saverne, don 1860.

Moulage d'une pièce recouverte d'une demi-voûte, dite cathedra, réalisée par la pasteur Ringel. Musée de Saverne

Moulage d’une pièce recouverte d’une demi-voûte, dite cathedra, réalisée par la pasteur Ringel. Musée de Saverne

L’identification du site archéologique comme des thermes gallo-romains fait l’unanimité. Dans son rapport du 21 décembre 1859, le pasteur Ringel déclarait : « mon principal soin fut de déblayer les parties attenantes qui comprenaient des solia et me firent connaître par là que j’étais sur l’emplacement d’un bain »7. Le système de chauffage à hypocauste confirme cette hypothèse. Il identifie certaines pièces : frigidarium, tepidarium, caldarium, l’entrée, le foyer, l’apodyterium, etc. Pour lui, les thermes appartiennent à une villa, ainsi qu’il l’écrit dans la lettre lue dans la séance du comité de SCMHA le 5 décembre 18598.

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Pasteur Ringel, 1859. Source : Bulletin de la SCMHA, 1858-1860

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Pasteur Ringel, 1859. Source : Bulletin de la SCMHA, 1858-1860

Le professeur André Jung, un des fondateurs de la SCMHA et membre de l’Institut des provinces et de la Société française d’archéologie, arrive à la même conclusion. Il publie un rapport dans les actes du congrès archéologique de France, repris dans le bulletin de la SCMHA, à la séance du 6 février 1860, et consigné à la suite de celui du pasteur Ringel9. « On demandera peut-être, écrit-il, quel a été le motif pour établir cette construction, qui semble trop vaste pour la villa d’un particulier, et trop restreinte pour une destination publique […] Les murs, trouvés sous le sol de Mackwiller, n’appartiennent pas tous à des thermes romains, mais […] ils sont, en grande partie, les restes d’une villa considérable, dans laquelle se trouvaient des salles de bains particuliers. » Mais l’hypothèse d’une villa ne fait pas consensus auprès des érudits. La SCMHA conserve un rapport inédit d’Auguste Saum, rédigé après la visite des fouilles les 9 et 10 avril 1860. Celui-ci déclare : « Ce que je crois retrouver ici c’est tout simplement un modeste bain public dépendant non d’une villa patricienne, mais d’un village ou tout au plus une espèce de bourg ou de petite ville ». Il compare les vestiges avec les thermes publics romains de Badenweiler.

Les fouilles se poursuivent en 1860-1861 avec notamment la découverte, à l’est des pièces dégagées, d’une salle pourvue d’une mosaïque de grande dimension10.

Le financement des fouilles : l’implication du préfet et des sociétés savantes

Pour les fouilles des thermes de Mackwiller, le pasteur Ringel a bénéficié de plusieurs subventions, locales ou nationales, d’institutions politiques ou savantes. Il reçoit la somme de 100 francs par la Société française d’Archéologie lors de son congrès à Strasbourg en août 1859, grâce au colonel de Morlet qui avait intercédé en faveur du pasteur Ringel.

La SCMHA donnera de nombreuses subventions pour les fouilles (3250 francs au total11) et s’impliquera dans la protection des vestiges et la mise en sûreté des objets découverts aux musées de Saverne, de la SCMHA et dans un abri sur le site. Lors de la séance du 5 décembre 1859, M. Morin énonce des mesures de conservation à prendre :

  • entourer les vestiges d’une palissade,
  • recouvrir les murs de paille pour éviter les dégradations causées par la pluie,
  • intéresser un voisin à la conservation des ruines,
  • acheter le terrain qui appartient pour moitié à la fabrique de Harskirchen et de l’autre à deux propriétaires,
  • construire une toiture pour préserver les vestiges,
  • répartir les vestiges archéologiques entre le musée de la Société et celui de Saverne.

Quinze jours plus tard, le pasteur Ringel annonce que le cantonnier communal est garde des bains. Dès cette année-là, le pasteur fait des dons au Musée de Saverne (objets et moulages). À partir de 1861, les frais sont couverts par la SCMHA (2250 francs pour les travaux de terrassement ; moulages et gardiennage). Plus tard, en 1863-1864, une haie est plantée pour préserver le site.

Le préfet s’implique également pour la protection du site, en faisant l’acquisition des terrains en 1860, à l’exception d’un seul pour lequel il obtient cependant une autorisation.

Protéger un site archéologique : le classement au titre des Monuments historiques

Dans la liste de 1862 des Monuments historiques classés provisoirement, les « fouilles de Mackwiller » ont été ajoutées à la main dans l’arrondissement de Saverne du département du Bas-Rhin, et l’inscription est suivie d’un nombre : 30012. Les thermes apparaissent également dans le bulletin de la SCMHA de 1875 qui présente la liste des édifices classés Monuments historiques en Alsace13. Le site garde son statut de Monument historique pendant la période allemande, en atteste la liste parue dans l’ouvrage de Félix Wolff en 190314.

Liste des Monuments historiques en 1862. Source : Ministère d'État, Note, circulaires et rapports sur le service de la conservation des Monuments historiques, Paris, impr. impériale, 1862, p. 122 (© Médiathèque de l'architecture et du patrimoine).

Liste des Monuments historiques en 1862. Source : Ministère d’État, Note, circulaires et rapports sur le service de la conservation des Monuments historiques, Paris, impr. impériale, 1862, p. 122 (© Médiathèque de l’architecture et du patrimoine).

Fig_10

Liste des Monuments historiques en 1903. Source : WOLFF Félix, Handbuch der staatlichen Denkmalpflege in Elsass-Lothringen, im Auftrage des Kaiserlichen Ministeriums für Elsass-Lothringen, K. J. Trübner, 1903.

Le pasteur Ringel quitte la région en 1864. Le site fait toujours l’objet d’une surveillance mais se dégrade au fil du temps. Dans la séance du comité de la SCMHA du 14 décembre 1874, Xavier Nessel informe le comité que les thermes de Mackwiller sont menacés de détérioration, en particulier sur le terrain n’ayant pas été acquis par le gouvernement, où les habitants enlèvent des pierres pour leur usage personnel15. Il n’est pas entendu. Et renouvelle son appel en 1880, appuyé par Henri Schlosser. Cette fois-ci, la Société réagira et effectuera en 1881 des travaux de consolidation. Une chape faite d’un enduit de ciment est apposée sur les parties sommitales des murs, pour stopper le déchaussement des pierres dû aux « visiteurs ignorants ou indiscrets ». Ces travaux sont exécutés par M. Schmidt, Kreisingenieur à Sarre-Union et par Henri Schlosser16. Mais la chape mise en place commence à se détacher dès 1884. En 1883, les objets trouvés à Mackwiller sont transportés dans les locaux de la SCMHA, car la cabane établie près des ruines pour recevoir les vestiges d’architecture est délabrée et ouverte à tout venant17. La plupart des objets ont déjà disparu. Henri Schlosser devient le correspondant privilégié de la Société en Alsace Bossue. Chaque année, il visite le site, surveillé par un gardien payé par la SCMHA 5 marks par an.

Vues du site gallo-romain de Mackwiller, vers 1880 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace).

Vues du site gallo-romain de Mackwiller, vers 1880 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace).

En 1887, Henri Schlosser demande la révision du plan des thermes. Un plan réalisé par lui est conservé dans le Denkmalarchiv. De nombreuses différences sont visibles par rapport au plan dressé par Ringel en 1859. Le pasteur avait identifié à l’ouest deux pièces qu’il considérait comme des habitations, alors que Schlosser en indique trois. De même il fait figurer une nette séparation entre le foyer et le vestibule.

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Henri Schlosser, s. d.(Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Henri Schlosser, s. d. (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Une lettre conservée aux Archives départementales18 souligne l’état déplorable des thermes en 1894. Henri Schlosser se mobilise pour que la Société et le gouvernement réagissent et appliquent des mesures de conservation et de protection.

Extrait de la lettre d'Henri Schlosser à Charles Winkler, Drulingen, le 24 juillet 1894. Archives départementales du Bas-Rhin, 175 AL 149 (fonds DRAC Alsace).

Extrait de la lettre d’Henri Schlosser à Charles Winkler, Drulingen, le 24 juillet 1894. Archives départementales du Bas-Rhin, 175 AL 149 (fonds DRAC Alsace).

Deux ans plus tard, le même sujet revient dans la séance du comité de la SCMHA du 14 octobre 1896. Un article du Vogesenblatt du 17 juillet 1895 raconte que les ruines servent de carrière de pierre aux nouvelles constructions.

Les plans de 1906 et de 1911 du Denkmalarchiv

Au début du 20e siècle, l’administration allemande entreprend de créer un fonds iconographique sur le patrimoine régional d’Alsace-Lorraine, appelé Denkmalarchiv. Dans ce fonds, aujourd’hui conservé en grande partie à la DRAC Alsace, se trouvent deux plans des thermes de Mackwiller, en plus du plan dressé par Henri Schlosser cité précédemment. Ces deux plans ont été dressés par le Denkmalpfleger (architecte des Monuments historiques) de Saverne et de Marmoutier Paul Ernest Zigan, l’un en 1906, l’autre en 1911. Ces cinq années d’intervalle sont marquées par des travaux de réfection réalisés en 1910-1911 et relatés dans des documents conservés aux archives départementales du Bas-Rhin. Ces deux plans montrent donc l’état du site avant et après réfection.

Le plan de 1906 est moins complet que celui de 1911. L’architecte précise qu’il s’agit exclusivement des vestiges visibles (Aufnahme der sichtbaren Mauerreste). De larges zones de la partie sud du site sont soit absentes, soit dessinées par des traits fins alors que les murs encore visibles sont figurés pleins. Il s’agit des pièces considérées comme le vestibule et le caldarium et d’une troisième située au sud-ouest. Cette disparition des vestiges visibles s’explique certainement par le manque d’entretien du site, souligné à de nombreuses reprises, sa dégradation et le réenfouissement partiel des murs.

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Paul Ernest Zigan, 20 juin 1906 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Paul Ernest Zigan, 20 juin 1906 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Le plan de 1911 ressemble davantage au plan dressé par Henri Schlosser, mais ne restitue pas les murs nord que Schlosser avait dessiné en pointillés. La pièce centrale ne présente en outre plus aucune ouverture sur les pièces adjacentes. Des mesures très précises sont signalées à côté de chaque pan de mur.

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Paul Ernest Zigan, septembre 1911 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Plan du site gallo-romain de Mackwiller. Auteur : Paul Ernest Zigan, septembre 1911 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Les thermes de Mackwiller au 20e siècle : une réévaluation des données

On conserve peu de documents sur le devenir du site de Mackwiller après cette date. La SCMHA conserve dans ses archives un article de journal et deux photographies de la visite des ruines par l’assemblée générale de la SCMHA le 7 juin 1934, en présence du chanoine Joseph Gass, président de la SCMHA, et de Robert Forrer.

Fig_16a

Visite du site gallo-romain de Mackwiller par l'assemblée générale de la SCMHA, le 7 juin 1934. Archives Musée archéologique de Strasbourg.

Visite du site gallo-romain de Mackwiller par l’assemblée générale de la SCMHA, le 7 juin 1934. Archives Musée archéologique de Strasbourg.

En 1955-1956, les fouilles reprennent à Mackwiller, dirigées par la circonscription des antiquités historiques d’Alsace, sous la responsabilité de Jean-Jacques Hatt19. Un sanctuaire de Mithra est mis au jour dans une carrière. Les archives de cette opération archéologique sont conservées par le Service régional de l’archéologie. Dans le fonds Denkmalarchiv sont conservées une série de photographies d’une visite des thermes de Mackwiller en avril 1956. Cette année-là, le service des Monuments historiques réalise une nouvelle consolidation des vestiges des thermes et dresse un nouveau plan, jugé « fantaisiste ».

Visite des thermes de Mackwiller, avril 1956 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Visite des thermes de Mackwiller, avril 1956 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace) .

Après cette date, le site fera l’objet d’une nouvelle analyse par François Pétry, en 1981, paru dans les Saisons d’Alsace20. Pour la première fois, il est intégré au sein d’une synthèse sur Mackwiller antique et mis en relation avec les autres vestiges anciens : le temple protestant dont la nef est antique, le Mithraeum fouillé entre 1955 et 1958 et le mausolée circulaire découvert en 1966. Au sujet des thermes, François Pétry souligne les nombreux problèmes d’interprétation et encourage une étude exhaustive avec un « dépouillement minutieux et critique de tous les documents » mais son appel reste sans réponse. En 2006, en collaboration avec le SRA Alsace, l’École et observatoire des Sciences de la Terre a proposé un projet de recherche associant l’utilisation de méthodes géophysiques de terrain sur le site gallo-romain de Mackwiller. L’opération, réalisée par Clément Hibert et Maud Schelstraete, a permis de détecter grâce à trois méthodes quelques structures non visibles qui donneraient au site une étendue plus large que les vestiges actuellement émergés, notamment au nord21. Plus récemment, le Conseil général du Bas-Rhin a souhaité valoriser le site et dans ce cadre, une nouvelle prospection géophysique a été menée par la Société Géocarta et couplée de recherches archivistiques sur l’histoire de la redécouverte du site22.

Conclusion

Les thermes de Mackwiller permettent ainsi de cristalliser en un seul exemple l’approche archéologique des archéologues du 19e siècle, leur manière d’appréhender les vestiges, de les fouiller (bien que la manière de faire de Ringel soit originale avec l’utilisation de moulages en plâtre), d’en comprendre les tenants et les aboutissant, la diffusion des recherches, la confrontation des points de vue et la réévaluation des données, même longtemps après, au regard des nouvelles découvertes. Ce site permet également de saisir l’importance des relations, des sociétés savantes et l’implication des instances régionales et parfois, dans d’autres cas, nationales. Il met enfin en valeur la diversité des fonds documentaires et archivistiques nécessaires et la variété matérielle des documents et objets qui nous permettent aujourd’hui de retracer l’histoire d’un site.

 

(1) Pour une biographie du pasteur Ringel, voir THOMANN Emmanuelle (Dir.), Terres d’abondances : L’Alsace Bossue gallo-romaine, Catalogue de l’exposition de Saverne, Lorentzen, Sarre-Union et Strasbourg, 2003-2004, p. 14-15. LÉVY-MERTZ G., « Ringel Jean », Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, 31, 1997-1998, p. 3229.
(2) Congrès archéologique de France, XXVIe session, à Strasbourg, p. 483. [Plan en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10216882t]
(3) « Séance du 5 décembre 1859 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, 3e volume, 1858-1860. Première partie, procès-verbaux, p. 111. [en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5749985s.image.langFR.r= ]
(4) RINGEL Jean Pierre Eugène, « Rapport sur les bains découverts à Mackwiller en 1859 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, 3e volume, 1858-1860. Deuxième partie, mémoires, p. 168-176. [en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57500714.image.langFR.r= ]. Une transcription de ce rapport a été intégrée au catalogue de l’exposition Terres d’abondances : l’Alsace Bossue gallo-romaine, op. cit., p. 44-47.
(5) Pour une biographie du colonel Charles Gabriel Beaudet de Morlet, voir THOMANN Emmanuelle (Dir.), Terres d’abondances : L’Alsace Bossue gallo-romaine, Catalogue de l’exposition de Saverne, Lorentzen, Sarre-Union et Strasbourg, 2003-2004, p. 15. HALTER A., « Beaudet de Morlet Charles Gabriel », Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, 27, 1996, p. 2714.
(6) FUCHS, Catalogue et description du musée de Saverne, 1922, p. 54
(7) RINGEL Jean Pierre Eugène, op. cit. à la note 3.
(8) « séance du 5 décembre 1859 », op. cit. à la note 2.
(9) « Rapport de M. le professeur Jung sur les découvertes de ruines romaines à Mackwiller par M. le pasteur Ringel ». Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, 3e volume, 1858-1860. Deuxième partie, mémoires, p. 177-181. [en ligne sur Gallica] La version du rapport parue dans les actes du Congrès archéologique de France comporte en supplément un plan des thermes en cours de dégagement et un plan de localisation des thermes dans la commune de Mackwiller.
(10) Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 1er volume. Première partie, procès-verbaux, p. 15. [en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5749985s.image.langFR.r= ]
(11) Assemblée générale du 17 mai 1883, Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 12e volume. Première partie, procès-verbaux, p. 104.
(12) Ministère d’État, Note, circulaires et rapports sur le service de la conservation des Monuments historiques, Paris, impr. impériale, 1862, p. 122.
(13) « séance du comité du 12 avril 1875 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 9e volume, 1874-1875. Première partie, procès-verbaux, p. 64-65. Les Thermes de Mackwiller figurent en 13e position. [en ligne sur Archive.org : https://archive.org/details/pourlaconser2v9soci , pour pointer sur la page : https://archive.org/stream/pourlaconser2v9soci#page/n73/mode/2up ]
(14) WOLFF Félix, Handbuch der staatlichen Denkmalpflege in Elsass-Lothringen, im Auftrage des Kaiserlichen Ministeriums für Elsass-Lothringen, K. J. Trübner, 1903.
(15) « Séance du comité du 14 décembre 1874 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 9e volume, 1874-1875. Première partie, procès-verbaux, p. 59-60. [en ligne sur Archive.org : https://archive.org/details/pourlaconser2v9soci , pour pointer sur la page : https://archive.org/stream/pourlaconser2v9soci#page/n67/mode/2up ]
(16) « Assemblée générale du 25 mai 1882 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 12e volume. Première partie, procès-verbaux, p. 64.
(17) La cabane est vendue en 1885. « Séance du comité du 5 janvier 1885 », Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments historiques d’Alsace, Deuxième série, 12e volume. Première partie, procès-verbaux, p. 87.
(18) Lettre de Henri Schlosser à Charles Winkler, à Drulingen, le 24 juillet 1894. Archives départementales du Bas-Rhin, cote 175 AL 149.
(19) HATT Jean-Jacques, « XVIIIe Circonscription », Gallia, 1956, 14-2, p. 294-309. [En ligne sur Persée]
(20) PÉTRY François, « Mackwiller, Haut-lieu de l’Alsace Bossue romaine », Saisons d’Alsace, 25e année, nouvelle série, 74,1881, p. 15-36.
(21) HIBERT Clément, SCHAELSTRAETE Maud, Prospections magnétique, radar et électromagnétique sur le site archéologique de Mackwiller, sous la dir. de MUNSCHY Marc et TRIANTAFILLIDIS Georges, Projet de recherche, Strasbourg, EOST-ULP / DRAC Alsace, 2006-2007, 42 p.
(22) THOUVENIN Élodie, FLOTTÉ Pascal, HULIN Guillaume, « Prospection géophysique autour des thermes gallo-romains de Mackwiller », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, 2010, LII, p. 63-72.

Le document du mois : avril 2014

Aux origines de la DRAC Alsace

Organisation de services patrimoniaux déconcentrés et genèse d’une direction régionale des affaires culturelles en Alsace

L’apparition d’un échelon déconcentré en matière de patrimoine remonte à la loi « Carcopino » du 21 janvier 1942. Celle-ci crée en effet en métropole quinze circonscriptions archéologiques, couvrant de 4 à 8 départements chacune. Compte tenu du contexte de l’Occupation, et donc de l’annexion au IIIe Reich des départements d’Alsace-Moselle, le sort de ceux-ci est ambigu : si tous les départements intérieurs sont listés et répartis entre les quatorze premières circonscriptions archéologiques, ceux de Lorraine et d’Alsace, de même que le territoire de Belfort ne sont pas évoqués, la 15e circonscription étant prudemment décrite comme le « reste du territoire ». Dans la pratique, le départ de Carcopino du ministère de l’Éducation nationale, en avril 1942, puis l’occupation de la zone Sud font que la nouvelle législation sur l’archéologie n’est appliquée qu’à partir de la Libération, le gouvernement provisoire la ratifiant en juin 1945. À cette date, une direction de la circonscription archéologique d’Alsace et Moselle est effectivement créée et confiée à Jean-Jacques Hatt, conservateur du musée archéologique de Strasbourg, qui fut lui même élève de Carcopino. Il s’y maintient 25 ans. En 1970, il est remplacé par François Pétry.

Dans le même temps, la question se pose de déconcentrer à son tour l’administration des monuments historiques. La loi du 31 décembre 1913 s’en remettait en effet uniquement à l’administration centrale quant à la protection des édifices et à l’inspection des travaux, s’appuyant sur les préfets de départements pour les délégations de crédit. Toutefois, en 1948, des conservations régionales des bâtiments de France (CRBF) sont créées. L’administration des Beaux-arts ressortissant alors du ministère de l’Éducation nationale, leur ressort est celui des académies. Selon Henry de Ségogne, père de cette réforme, « la création des conservateurs des monuments historiques tendait à retirer à l’architecte en chef titulaire d’un département l’exclusivité des initiatives en matière de travaux. Elle se proposait de dissocier chez l’architecte en chef les deux qualités confondues chez lui, celle d’un Viollet-le-Duc et celle d’un Mérimée. Le conservateur devenait le Mérimée chargé comme un berger d’inspecter son troupeau et de surveiller l’architecte en chef et l’architecte des bâtiments de France ». En 1949, seules cinq CRBF sont mises sur pied, à Aix, Caen, Dijon, Montpellier et Périgueux.

Lettre du Ministre en date du 30 janvier 1956 relative à l'extension des attributions des conservateurs de bâtiments de France

Circulaire du 30 janvier 1956 relative à l’extension des attributions des conservateurs de bâtiments de France

En Alsace, le premier CRBF est nommé en 1956. Cette désignation permettait en effet de reclasser Jean-Pierre Mougin, précédemment responsable de la politique culturelle dans le secteur d’occupation française en Allemagne et proche de l’architecte Bertand Monnet. En rendant hommage à Mougin, ce dernier a d’ailleurs rappelé le contexte de création des CRBF : « cette innovation n’avait guère été dans ses débuts bien accueillie par le corps des architectes du gouvernement en raison de son origine. C’est un haut magistrat de la cour de comptes qui s’était aperçu que les architectes en chef des monuments historiques fixaient eux-mêmes leur programme de travaux ». Pour sa part, Raymond Bocquet, alors sous-chef du bureau des monuments historiques, a insisté sur la portée d’une telle mesure, dans un contexte politique globalement jacobin : « c’était extraordinaire d’avoir obtenu ça en 1949 [car] l’administration aussi était contre la création des conservations ». Du reste, la fonction des CRBF évolue rapidement du seul contrôle vers une mission d’administration plus générale. « Les conservateurs régionaux, dit encore Ségogne, sont devenus de véritables directeurs régionaux investis de responsabilités administratives sur lesquels l’administration se décharge largement ».

Circulaire du 1er octobre 1956 relative à la déconcentration de la Direction de l'architecture

Circulaire du 1er octobre 1956 relative à la déconcentration de la Direction de l’architecture

Jean Dumas, Conservateur régional des bâtiments de France en Alsace, à partir de 1964 (© DRAC Alsace)

Jean Dumas, Conservateur régional des bâtiments de France en Alsace, à partir de 1964 (© DRAC Alsace)

Avec l’avènement de la Ve République et la création du ministère des affaires culturelles, le cadre régional se précise et se renforce. Le Premier Ministre Michel Debré instituant le 2 juin 1960 des circonscriptions d’action régionale, les académies deviennent des références désuètes pour l’administration du patrimoine, qui y substitue de nouvelles entités adossées à des « comités régionaux des affaires culturelles » le 23 février 1963, supervisées par des correspondants permanents des affaires culturelles qui sont, le plus souvent, les CRBF. À la suite de la création, le 14 mars 1964, des préfectures de région, les CRBF sont restructurées par une décret du 29 juillet 1964. L’Alsace et la Lorraine, objet d’une unique CRBF depuis une dizaine d’années, devient également une CAR, et Jean-Pierre Mougin, rappelé par le ministère pour reprendre en main la CRBF de Versailles, alors en pleine crise, est remplacé à Strasbourg par Jean Dumas, qui cumule à son tour les fonctions de conservateur régional des bâtiments de France et de correspondant permanent. Le printemps 1964 est également le moment du lancement des services de l’inventaire général, un service de l’état organisé dès sa naissance au plan régional.

Dans ces circonstances, l’articulation des différentes administrations déconcentrées ressortissant des affaires culturelles sur un territoire donné en une direction régionale devient une nécessité prévisible, ainsi que le souligne en préambule le « document du mois ». Préparée à compter de 1968 à la demande d’André Malraux par Claude Charpentier, la mise en œuvre des DRAC n’aboutit cependant que dans les premières semaines du ministère Michelet, en juin 1969, alors qu’une première tentative de décentralisation a échoué deux mois plus tôt, entraînant le départ du général de Gaulle et de son ministre d’État. Trois régions ont été retenues à titre d’essai, et les trois directeurs régionaux désignés cumulent cette charge nouvelle avec celle de CRBF qu’ils assuraient jusque là. Le premier est Claude Hiriart à Lyon,le second André Leboeuf à Nantes et le troisième, Jean Dumas, à Strasbourg.

Circulaire du 30 juin 1969 relative à la création d'une direction régionale des affaires culturelles en Alsace

Circulaire du 30 juin 1969 relative à la création d’une Direction régionale des affaires culturelles en Alsace

La circulaire « 3003 » du 30 juin 1969 doit donc se lire moins comme l’acte de naissance de la DRAC Alsace que comme l’aboutissement et la formalisation d’une déconcentration de la politique patrimoniale conduite depuis la Libération.

Bibliographie

BODIGUEL Jean-Luc. L’implantation du ministère de la culture en région. Paris : comité d’histoire du ministère de la culture, 2001.

LAURENT Xavier. Grandeur et misère du patrimoine, d’André Malraux à Jacques Duhammel. Paris : comité d’histoire du ministère de la culture, 2002.

SCHNITZLER Bernadette. Six siècles de recherches archéologiques en Alsace. Strasbourg : Société savante d’Alsace, 1998.

Le document du mois : avril 2013

Retour sur la Sous-direction de l’architecture, des arts et des lettres du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle (1945-1954)

 

Le classement des archives du fonds du Service des patrimoines se poursuit. Une série de dossiers correspondant au passage entre l’administration allemande et l’administration française a été mise au jour.

Dans ce lot figure une partie de la correspondance de la Sous-direction de l’architecture, des arts et des lettres du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, nouvellement créée juste après-guerre, en 1945, et basée à Strasbourg. La direction en fut confiée à Georges Baumann, qui conservera ce poste jusqu’à sa retraite en 1954, date à laquelle cette Sous-direction sera transformée en section administrative des services d’architecture du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle (1).

Un dossier Arts et Lettres, partie Théâtres, concerne le théâtre de Strasbourg (1945-1953).

doc1304_01

Un aperçu de la reprise des activités théâtrales au milieu des années 1940…

Voici un petit florilège de documents.

En tête de dossier figure un document dactylographié signé par M. A. Pfrimmer, ancien directeur du théâtre municipal, qui retrace en quelques pages l’histoire du théâtre en Alsace pour la période 1870 à 1945 et qui montre comment le spectacle vivant peut être utilisé à des fins politiques.

Il conclut son exposé par cette phrase poignante, qu’il convient de replacer dans son contexte temporel de l’immédiate après-guerre :

 » Telles sont les leçons du passé. Il s’agit à l’avenir d’empêcher un pareil sabotage de l’art français en Alsace « .

Programme de la saison 1946-1947 du théâtre municipal de Strasbourg

Un courrier de Baumann daté de juin 1945 et adressé au Maire de Strasbourg l’assure du soutien exceptionnel du Ministère pour le théâtre en Alsace et en Moselle, en vue de relancer la production d’œuvres en langue française :

doc1304_03

En 1945, M. P. Bastide est engagé pour reprendre la direction du théâtre municipal. Dans une lettre manuscrite, il s’enthousiasme de l’afflux d’artistes pour sa troupe nouvellement constituée :

 » L’accueil que m’a réservé Strasbourg ainsi que la municipalité restera pour moi inoubliable.

J’ai promis à M. Charles Frey d’ouvrir le 15 octobre, et je tiendrai parole.

Je n’avais pas un choriste, une danseuse, un artiste ; en 25 jours, j’ai déjà recueilli 36 choristes, 18 danseuses, et ma troupe est en bonne voie ; et nous ferons pour le mieux pour maintenir très haut le renom de notre belle scène.  »

doc1304_04

…Mais aussi un reflet de la composition du personnel de la Sous-direction en 1945

En novembre 1945, M. Baumann demande au Maire de Strasbourg une réduction des prix d’entrée au théâtre municipal pour le personnel de la Sous-direction de l’architecture, des arts et des lettres du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. Elle sera accordée, et une liste des agents sera envoyée à la ville. Ce document nous permet, par voie détournée, de connaître la répartition exacte des postes affectés à Strasbourg à cette époque :

  • 1 sous-directeur ;
  • 1 sous-chef de bureau ;
  • 2 inspecteurs de Monuments historiques ;
  • 1 réviseur principal ;
  • 1 commis principal ;
  • 1 inspecteur général ;
  • 2 architectes en chef ;
  • 3 inspecteurs ;
  • 2 vérificateurs ;
  • 1 expert calculateur ;
  • 1 jardinier en chef ;
  • 5 jardiniers ;
  • 2 surveillants militaires ;
  • 2 commis principaux ;
  • 2 tapissiers ;
  • 3 menuisiers ;
  • 1 ferblantier ;
  • 1 magasinier ;
  • 3 architectes DPLG ;
  • 1 architecte des Monuments historiques ;
  • 8 agents techniques;
  • 3 ingénieurs ;
  • 1 chef d’atelier ;
  • 1 apprenti technique ;
  • 11 employés de bureau ;
  • 1 garçon de bureau ;
  • 6 chauffeurs-électriciens ;
  • 1 chauffeur touriste ;
  • 1 mécanicien ;
  • 2 auxiliaires de service ;
  • 1 surveillant auxiliaire ;
  • 1 inspecteur des sites.

Soit 73 postes pour la sous-direction.

L’archéologie, quant à elle, est détachée de cette sous-direction. Une circonscription archéologique d’Alsace et de Moselle, implantée au Palais de Rohan, est crée en 1945, avec pour directeur Jean-Jacques Hatt, qui dirigera également le Musée archéologique de Strasbourg (2). Ce service sera rapatrié au Palais du Rhin en 1969, date de la création de la Direction régionale des affaires culturelles d’Alsace.

Bibliographie :

(1) LEFORT Nicolas.  » Le service des Monuments historiques en Alsace de 1919 à 1959 « , Revue d’Alsace, 2005, p. 75-103.

(2) SCHNITZLER Bernadette. La passion de l’Antiquité : six siècles de recherches archéologiques en Alsace. Strasbourg : Société savante d’Alsace, 1998. 351 p. (Recherches et documents ; 60)

 

Le document du mois : février 2013

La place du son dans les fouilles archéologiques

Par Cécile Courtaud, Soline Morinière et François Schneikert

Le Service régional de l’archéologie est destinataire des documents papiers et numériques produits lors des diagnostics et des fouilles archéologiques préventives réalisées par les opérateurs archéologiques de la région, à savoir principalement Antéa-Archéologie, l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives) et le PAIR (Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan).
Parmi ces archives de fouilles, nous conservons quelques documents sous des formats peu courants, tels que des fichiers mp3 correspondant à des enregistrements sonores pris sur le terrain. Cette pratique, si peu répandue dans le monde de l’archéologie, amène avec elle un flot d’interrogations : dans quel contexte les archéologues optent pour l’enregistrement sonore ? De quelle manière sont utilisés ces enregistrements ? Se substituent-ils à d’autres documents ? Quelle est l’efficacité de cette méthode ?

L’exemple que nous présenterons ici est celui du diagnostic réalisé par le PAIR à Obernai sur le site du Parc d’activités économiques intercommunal (PAEI). Cette intervention s’est déroulée du 26 mars au 27 avril 2012, sous la direction de l’archéologue François Schneikert. La surface couverte par le diagnostic était conséquente – 15,3 ha – portant le nombre de sondages à 396. Au cours de cette intervention, François Schneikert a enregistré 86 bandes sonores. Il nous a fait part des raisons qui ont motivé ce choix :

« L’idée de procéder à l’enregistrement des structures à l’aide d’un dictaphone m’est venue lors de la réalisation d’un diagnostic archéologique où les conditions météorologiques étaient particulièrement exécrables et au cours duquel les enregistrements classiques sur papier devenaient compliqués. A cela, s’ajoutait naturellement les impératifs de délais à respecter.
Par la suite cette méthode d’enregistrement audio a été adoptée dans les cas extrêmes (cf. ci-dessus) ou quand l’abondance des structures ne permettait pas un enregistrement classique dans le temps imparti. Avec le temps, la méthode s’est affinée sans pour autant être systématiquement utilisée.

Pour les structures simples et les structures complexes couplées avec des relevés photographiques, ce mode d’enregistrement s’avère suffisant.
Au cours de la phase d’exploitation des données, toutes les informations ainsi enregistrées sont retranscrites dans un inventaire des structures normalisé. Dans cette perspective, au moment de l’enregistrement audio, la description des structures est ordonnée et calquée en fonction des champs à compléter dans l’inventaire afin que la transcription des données se fasse logiquement. Toujours dans cette perspective, au moment de l’enregistrement audio, le débit de parole est adapté et ponctué afin d’avoir le temps nécessaire à la transcription sans avoir à réécouter l’enregistrement.

En soi, cette manière de procéder n’est pas une innovation, il ne s’agit que de l’application à l’archéologie d’une méthode déjà largement usitée, notamment dans le milieu médical. »

Nous vous proposons ci-dessous le fichier audio décrivant la ST 125, avec en regard la prise de vue correspondante.

Enregistrement sonore : description de la st. 125 silo subcirculaire (auteur : Schneikert, François, 2012)

Structure 125 : silo subcirculaire, Obernai, PAEI (auteur : Schneickert, François, 2012)

Structure 125 : silo subcirculaire, Obernai, PAEI (auteur :  Schneikert, François, 2012)

Si cette pratique de l’enregistrement sonore sur le terrain est exceptionnelle en archéologie, d’autres disciplines, comme l’ethnologie par exemple, l’utilisent bien plus fréquemment.

Certaines structures renferment des fonds sonores importants. Ainsi, la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) de l’Université d’Aix-Marseille, qui possède un pôle spécialisé en image, son et pratiques numériques en sciences humaines et sociales (SHS), propose en ligne le catalogue de la phonothèque. Celui-ci répertorie les archives audiovisuelles en SHS sur le pourtour méditerranéen.

Pour quelques pistes de réflexion au sujet des archives sonores de la recherche, nous vous renvoyons sur le site des carnets de la phonothèque, ainsi qu’au Bulletin de l’Association française des détenteurs de documents audiovisuels, sonores (AFAS).

Pour une utilisation d’enregistrements sonores en lien avec l’archéologie en tant que discipline scientifique et sur le travail de mémoire de la discipline, voici deux articles :

VETTORI Benjamin. « Un mois avec ceux de l’IFPO« . Carnets de la phonothèque, 20 janvier 2012.

VETTORI Benjamin. « Coopération et échanges au sein de l’IFPO« . Carnets de la phonothèque, 12 mars 2012.

 

 

Le document du mois : janvier 2013

Le mystère de la pyxide du tumulus du Kastenwald : du manuscrit à la revisite des données

Lors du classement du fonds ancien du Service régional de l’archéologie, une série de cinq lettres manuscrites des années 1950 a attiré notre attention. Il s’agit de courriers adressés par M. Charles Bonnet à M. Paul Wernert, directeur de la 3e Circonscription des Antiquités préhistoriques et relatant la découverte d’une pyxide mise au jour dans le tumulus I d’Appenwihr en 1955. Celle-ci, datée du Premier âge du Fer, est conservée au Musée d’Unterlinden à Colmar.


Agrandir le plan

Le tumulus I d’Appenwihr est situé dans la forêt de Kastenwald, entre Colmar et Neuf-Brisach. Il a fait l’objet d’une série de fouilles notamment par Charles Bonnet professeur de l’École normale d’instituteurs de Colmar et archéologue bénévole, accompagné par Madeleine Jehl et par des élèves de l’École normale.

Les cinq lettres écrites entre avril 1954 et décembre 1955, font état de l’avancement des découvertes au sein du tumulus :

«  Vous avez peut-être appris que nous avons commencé à faire des fouilles dans un tumulus des environs de Colmar, plus exactement dans le Kastenwald. Les fouilles ne sont qu’entamées car le tumulus a une trentaine de mètres de diamètre mais de faible hauteur (1m,50) ce qui a peut-être fait qu’il soit passé inaperçu jusqu’à présent « . (extrait de la lettre du 11.04.1954)

L’une des tombes du tumulus a ainsi révélé plusieurs objets dont une pyxide  » très curieuse  » :

Pyxide d’Appenwihr, auteur : O. Zimmermann in « L’Alsace celtique : approche archéologique » /
Centre régional de documentation pédagogique de l’académie de Strasbourg

Croquis de la pyxide, auteur : Charles Bonnet (lettre adressée à M. Paul Wernert le 10.05.1955)

« Dans ce tumulus nous avons dégagé une tombe très intéressante.

Elle contenait une poterie polychrome, des récipients de bronze, une passoire en bronze, une espèce de pommeau en bronze et surtout, et c’est l’essentiel, une pyxide en bois et en bronze.

Nous vous adressons à vous pour une question particulière.

En effet cette pyxide est très curieuse.

À l’intérieur, en A, une certaine quantité de matière : certainement ce qui reste du contenu. Nous cherchons à analyser chimiquement cela.

Nous pensons que la pyxide pourrait être un pot à onguent, le matériel d’un  » guérisseur « , d’un  » sorcier « . En effet sous l’anneau de la poignée, se trouve en bronze massif, une plante stylisée. Nous pensons à la Parisette  » Paris quadrifolia  » ; la ressemblance avec le fruit et les 4 sépales en croix est frappante. Or la parisette était une plante médicinale guérissant les convulsions, l’épilepsie. Vous voyez pourquoi nous pensons à un  » sorcier ».

C’est du roman-feuilleton ! Seule une analyse chimique très méticuleuse est capable de donner une réponse valable « . (extrait de la lettre du 10.05.1955)

Croquis de la poignée de la pyxide, auteur : Charles Bonnet (lettre adressée à M. Jean-Jacques Hatt, datée du 06.05.1955)

 

*

*        *

Les fouilles des deux tertres Appenwihr I et II menées par Charles Bonnet en 1954-1955 ont fait l’objet de plusieurs articles.

La pyxide est longuement décrite dans un article paru autour de 1955 (JEHL Madeleine, BONNET Charles, circa 1955) . Le produit contenu dans la pyxide et conservé précieusement par Charles Bonnet en  » une quantité équivalente à une boîte de Nescafé « , a été analysé chimiquement par M. R. Paris, Professeur de la Faculté de Pharmacie de Paris. Les résultats de ces analyses rendues complexes par l’ancienneté du produit, ont été publiés en 1957 dans Les Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire (JEHL Madeleine, BONNET Charles, 1957) . Les analyses ont toutefois démontré qu’il s’agissait d’une matière grasse ressemblant « quelque peu à du beurre de laurier » et ont alors appuyé l’idée que la personne inhumée dans la tombe était un guérisseur. La pyxide serait un récipient à onguents et les objets retrouvés à proximité, en particulier la passoire, auraient pu servir à les confectionner.

Charles Bonnet relève notamment la richesse du décor du couvercle ainsi que la particularité de la poignée en bronze massif.  Il note la rareté d’une telle pyxide en France mais en souligne aussi les similitudes avec des objets conservés à Florence et retrouvés en Étrurie, près de Vetulonia et de Marsiliana. Le décor de la poignée inspiré de la Parisette, plante présente en Alsace mais absente des régions méditerranéennes l’amène à penser que la pyxide est plutôt issue d’une fabrication locale mais influencée par des modèles étrusques.

Il revient sur le décor de la pyxide dans un article paru dans Gallia en 1968, questionnant l’origine alsacienne ou non de l’auteur, au vue de son appropriation particulière des motifs orientalisants qui ornent le couvercle – une frise de lions qu’il avait interprétée avant la restauration de l’objet comme étant un motif de pois germant en lien avec le décor de la poignée (JEHL Madeleine, BONNET Charles, 1968).

  *

*        *

Le statut  du défunt inhumé dans la tombe – dont seul un morceau de côte a été retrouvé – mais aussi son sexe, ont également fait l’objet de plusieurs réflexions. Déjà, en son temps, Charles Bonnet évoquait la possibilité d’une tombe féminine mais il n’avait pu conclure.

Une revisite des données découvertes à Appenwihr I par Anne-Marie Adam en 1997 , aboutit en premier lieu à une datation plus fine de la tombe au Hallstatt C plutôt qu’au Hallstatt D, en comparaison avec les tombes de Vetulonia (ADAM Anne-Marie, 1997). Elle conclue également en une multiplicité probable des origines de la pyxide en revenant notamment sur la poignée comme objet de réemploi (ROLLEY C., 1988). Enfin, elle évoque l’absence d’épée dans la sépulture, objet fréquemment présent dans les tombes aristocratiques. La pyxide serait alors un élément du service de toilette fastueux caractérisant plutôt une tombe féminine.

Le tumulus I d’Appenwihr n’a peut-être pas encore livré tous ses secrets. Ces fouilles marquèrent les débuts de la carrière de Charles Bonnet en tant qu’archéologue. Durant plusieurs années il a su rallier ses étudiants à sa passion, et a pu réaliser de nombreuses opérations archéologiques. Les quelques difficultés qui ont pu jalonner son parcours n’ont semble-t-il pas entamé son enthousiasme pour la discipline :

 » Mais ne soyons pas pessimiste ! En archéologie il faut avoir de la patience ! Quand on fouille pendant de longues séances sans rien trouver il faut aussi en avoir « . (extrait de la lettre du 17.06.1955)

 » Faire un trou énorme pour trouver un morceau d’assiette !!! Une consolation : quand on fouille, on trouve toujours quelque chose. Rien ne passe inaperçu, fut-ce un débris moderne « . (extrait de la lettre du 23.12.1955)

   *

*        *

Bibliographie :

JEHL Madeleine, BONNET Charles. Nos très anciens ancêtres croyaient à l’efficacité des plantes : une pyxide dans un tumulus. In : ? tiré-à-part circa 1955.

JEHL Madeleine, BONNET Charles. Nouvelles fouilles et importantes trouvailles dans la forêt du Kastenwald près de Colmar. In : Cahiers alsaciens d’archéologie d’art et d’histoire, 1957, pp. 19-32.

JEHL Madeleine, BONNET Charles. La pyxide d’Appenwihr (Haut-Rhin). In : Gallia. Tome 26 fascicule 2, 1968, pp. 295-300.

ROLLEY C. Importations méditerranéennes et repères chronologiques. In : Les Princes celtes et la Méditerranée, (Rencontres de l’École du Louvre), Paris, 1988, pp. 96-98.

ADAM Anne-Marie. Nouvelles observations sur le matériel d’importation du tumulus I d’Appenwihr, Haut-Rhin. In : Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire. 1997, pp. 5-15.

BONNET Charles, PLOUIN Suzanne, LAMBACH François. Chronologie et structures des tumulus du Kastenwald, Haut-Rhin : relecture des données anciennes et mobilier funéraire inédit. In : Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire. 1997, pp. 17-32.

 

Retour sur la première édition des Journées archéologiques transfrontalières

 

Par Juliette Rémy et Georges Triantafillidis

Les premières Journées archéologiques transfrontalières de la Vallée du Rhin supérieur se sont tenues les 9 et 10 novembre 2012 à Mulhouse.

Organisée par le SRA Alsace, en étroite collaboration avec le Landesdenkmalpflege du Bade-Wurtemberg et le service archéologique du canton de Bâle-Ville, cette manifestation a également bénéficié du partenariat de la Ville de Mulhouse, ainsi que de l’Université de Haute-Alsace.

L’objectif de ces Journées était de dresser un panorama de la recherche archéologique à l’échelle de la vallée du Rhin supérieur et de créer les conditions d’une collaboration scientifique renouvelée entre archéologues des deux rives.

L’Alsace considère en effet comme un atout la présence sur son territoire d’un patrimoine archéologique dont l’intérêt dépasse les frontières. Pourtant, la recherche archéologique transfrontalière souffrait d’une certaine carence en termes de partage d’idées et d’expériences, de mise en commun des problématiques d’étude et de diffusion des connaissances. C’est pourquoi le SRA a souhaité prendre – ou plutôt reprendre – contact avec ses collègues frontaliers de Suisse et d’Allemagne. Ceux-ci se sont tout de suite montrés très enthousiastes à l’idée de lancer de nouveaux travaux en commun.

Un premier projet s’est alors dessiné tout naturellement : celui d’organiser des rencontres permettant de présenter travaux de recherches et sujets d’actualité des trois régions d’Alsace, du Bade-Wurtemberg et du canton de Bâle-Ville.

Près de 180 participants – français, allemands, suisses, étudiants, chercheurs, professionnels de l’archéologie, bénévoles… – ont assisté à ces deux jours de rencontres, qui s’articulaient autour de plusieurs temps fort.

La première matinée était consacrée à la présentation de chacun des services partenaires : SRA Alsace, Landesdenkmalpflege du Bade-Wurtemberg et service archéologique du canton de Bâle-Ville. Ces communications ont été l’occasion de montrer les points communs et différences existant entre les différents pays en terme d’organisation et de missions des services archéologiques.

Le reste de la journée était occupé par l’exposé des résultats et avancées de plusieurs projets d’envergure transfrontalière, et mobilisant le plus souvent des équipes internationales. Études thématiques, chantiers de fouilles, publications d’ouvrage, colloques internationaux, bases de données… Ce sont différents aspects de la recherche archéologique qui ont pu être mis en avant, dressant un panorama riche et varié des collaborations transfrontalières passées et actuelles.

Enfin, ce premier jour s’est terminé par une visite organisée dans la nouvelle salle d’archéologie au Musée historique de Mulhouse. Ouverte depuis un an dans sa nouvelle présentation, cette salle, restée fermée pendant des années, offre aujourd’hui une vision modernisée de l’archéologie régionale, depuis la Préhistoire jusqu’au Moyen Âge.

La journée du samedi était quant à elle consacrée à la présentation de plusieurs chantiers de fouilles menés ces dernières années de part et d’autre des rives du Rhin. Depuis l’étude de la métallurgie néolithique à Eckwersheim (Bas-Rhin) jusqu’à la mise au jour d’une galerie de la 1ère guerre mondiale à Carspach (Haut-Rhin) en passant par le spectaculaire prélèvement en motte d’une tombe princière celtique à la Heuneburg (Bade-Wurtemberg) ou encore les projets de recherche transdisciplinaires mis en œuvre sur le grand chantier du site de Bâle-Usine à gaz, les contributions variées ont suscité l’intérêt d’un public nombreux et attentif.

Cette première édition des Journées archéologiques transfrontalières a été couronnée de succès et le rendez-vous est déjà pris pour la prochaine édition, qui se tiendra en 2014 à Fribourg-en-Brisgau.

Pour télécharger le résumé des communications, cliquez ici.

Inventaire des archives de fouille : mode d’emploi !

La dernière étape d’une fouille archéologique consiste à enregistrer la documentation produite sur le terrain et en post-fouille (également nommée  » archives de fouille « ), comme le précise l’arrêté du 16 septembre 2004.

L’inventaire de ces documents est à annexer au rapport. Lors de la transmission du rapport, l’ensemble des archives accompagné de son inventaire fait l’objet d’un versement unique au Service régional de l’archéologie (SRA) de la DRAC Alsace.

Le SRA Alsace a élaboré un système d’enregistrement de la documentation afin d’aider les archéologues dans cette démarche. Voici ci-dessous le manuel complet décrivant pas à pas la méthode : classement, enregistrement puis conditionnement. Vous y trouverez tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les archives de fouille sans jamais avoir osé le demander.

…Pas le temps de lire tout le manuel ?

Nous vous recommandons alors de parcourir le mode d’emploi simplifié ci-dessous.

1. Classement de la documentation

Les documents sont à trier et classer avant inventaire.

Tri

Supprimez les doubles, les versions intermédiaires d’un même document, les images floues.

Classement

Il s’effectue en trois temps :

  • par grande catégorie de document (ex : numérique) ;
  • à l’intérieur de chaque catégorie, par nature de document (ex : numérique → image) ;
  • à l’intérieur de chaque type de document, par type de document (ex : numérique → image → photo de fouille).

Le Cadre de classement des archives de fouille vous liste tous les cas de figure. À chaque type de document correspond un code. Pas de panique, vous n’avez pas à retenir les codes et seuls quelques types sont à utiliser, dont voici les plus courants :

2. Enregistrement de la documentation

L’inventaire se fait à la pièce, sauf pour la documentation écrite qui est regroupée par lots. L’enregistrement s’effectue sur un tableur modèle, nommé AFX.ods (Archives de Fouille en Xml), dont la dernière version peut être récupérée sur simple demande au SRA Alsace.

Enregistrez ce modèle en cliquant sur FichierEnregistrer sous… et en nommant votre fichier du numéro d’opération à 4 chiffres figurant sur l’arrêté de prescription (ex : AFX2356.ods).

Le tableur modèle AFX.ods (un double-clic sur l'image l'affiche en taille réelle)

Dans l’onglet Saisie, renseignez les informations générales à l’opération :

  • numéro d’opération (ex : 2356) ;
  • opérateur ( ex : INRAP) ;
  • intitulé, qui figure sur l’arrêté de prescription (ex : lotissement Les Jardins du Parc) ;
  • lieu-dit/adresse (ex : 2, rue du Château) ;
  • responsable de l’opération (ex : Waton, Marie-Dominique) ;
  • type d’opération (ex : diagnostic) ;
  • commune, en vous aidant de la liste déroulante. Cliquez dans la cellule A11, puis tapez les premières lettres de la commune dans la cellule A1 ; les communes en rapport s’affichent. Sélectionnez la commune concernée en double-cliquant dessus.

Puis faites l’inventaire de vos archives de fouille dans le tableur, par type de document : une ligne correspond à un document. Voici les champs à remplir :

  • type de document, en vous aidant de la liste de déroulante ;
  • numéro du document : de 1 à n, par type de document ;
  • format du document, en vous aidant de la liste déroulante (ex : A4) ;
  • extension, dans le cas des documents numériques, en vous aidant de la liste déroulante (ex : .jpg) ;
  • année de production du document (ex : 2010) ;
  • auteur du document (ex : Waton, Marie-Dominique) ;
  • mots-clés matières, en vous aidant des 2 listes déroulantes (ex : sépulture ; inhumation) ;
  • chronologie, en vous aidant de la liste déroulante (ex : haut Moyen Âge) ;
  • contenant où est rangé le document (ex : Boîte 1, CD01) ;
  • légende du document (ex : Vue du silo 1024).

Le bouton Copier les formules vous permet de générer les codes identifiant qui seront à noter sur vos documents papier ou qui serviront de nom de fichier à vos documents numériques (ex : 5296-NIMFO-0012-NUC1A.jpg).

3. Conditionnement des documents

Une fois l’inventaire terminé, l’onglet Liste vous fournit la liste à annexer au rapport, et l’onglet Etiquette vous permet de créer vos étiquettes à coller sur les contenants.

Chaque document papier doit être marqué de son code identifiant au crayon à papier au verso de la feuille. Les documents papier sont à ranger par type dans des dossiers cartonnés.

Chaque document numérique doit être nommé par son code identifiant. Les documents numériques sont à archiver sur CD-Rom.

Enfin, la totalité des archives est à transmettre au Service régional de l’archéologie, accompagné du tableur AFX correspondant.

4. Aide et astuces

Comment faire pour récupérer la liste de ses fichiers au format txt ?

Comment renommer ses fichiers par lot ?

Comment récupérer cet article en version pdf ?

Les documentalistes du Service des patrimoines sont à votre disposition pour vous aider dans l’inventaire de vos archives de fouille : contactez-nous !

 

 

Retour sur l’exposition « Cent mille ans et quelques minutes : un siècle d’archéologie en Alsace à travers ses archives de fouille »

Le Service des patrimoines, par l’intermédiaire du Service régional de l’archéologie et du bureau de la documentation du patrimoine, a proposé une exposition consacrée aux archives de fouilles en Alsace, du 17 au 30 septembre, à la salle des Fêtes de la DRAC.

Cette manifestation a été réalisée en partenariat avec la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, grâce à la collaboration active des opérateurs en archéologie (INRAP, PAIR, ANTEA-Archéologie) et aux prêts des différentes institutions patrimoniales (Musée archéologique de Strasbourg, Musée historique de Haguenau, Musée du château des Rohan de Saverne, Maison de l’archéologie de Niederbronn) et des organismes de recherche (Université de Strasbourg, EPHE, Université de Haute-Alsace).

Il s’agit là de découvrir une rétrospective de cette production documentaire méconnue, s’étalant sur plus d’un siècle. Un parcours thématique a été choisi afin de mettre en exergue les spécificités du métier d’archéologue, de l’activité de terrain à la publication. Cà et là, des instruments de mesure et des outils de relevé ou de dessin – pantographe, niveau, kutsch, plume à encre de Chine – sont mis en situation pour témoigner des techniques et de leurs évolutions. Par ailleurs, cinq installations vidéo rendent compte de plusieurs aspects du métier d’archéologue en relation avec la production de documents scientifiques.

Parallèlement au parcours thématique, quelques  » coups de projecteurs  » sur des sites emblématiques de la région reprennent un ensemble de documents en relation avec différents supports. Le Mont Sainte-Odile à Ottrott, l’abri préhistorique d’Oberlarg ou le site romain de Mackwiller, tous fouillés sur plusieurs décennies, permettent de mieux apprécier la diversité des techniques documentaires autour d’un même sujet.

*

*          *

En guise d’introduction, le visiteur prend connaissance de ce que recouvre la notion d’archive de fouille, dont la définition réglementaire sous le terme générique de  » documentation scientifique  » ne remonte qu’à 2004.

Une sélection de carnets de fouille, du début du 20e au début du 21e s., accompagnés d'une fiche structure

Le parcours débute par la section  » Décrire « , rassemblant tour à tour lettres d’érudits du début du 20e s., actes administratifs et carnets de fouille. Si l’on constate que certains de ces documents conservent bien des similitudes à travers le temps, plusieurs pièces possèdent, outre leur contenu scientifique, un cachet particulier, mêlant texte et croquis, ou des anecdotes liées à l’histoire de la discipline dans la région ; citons ici les documents de Charles Matthis1, Arthur Stieber2 ou encore Robert Forrer3.

Quelques unes revêtent également un caractère exceptionnel, comme un journal de fouille de Xavier Nessel4, où sont consignés les résultats de ses travaux dans la région de Haguenau, au début du 20e s. : le journal de bord à la plume est illustré par des aquarelles des objets mis au jour, saisissantes de réalisme.

Les carnets de fouille de la fin du 20e et du début du 21e s. liées aux opérations d’archéologie préventive se rapprochent davantage du carnets de notes et se doublent à présent de fiches normalisées décrivant les structures et faits de manière séparée.

Les carnets et fiches descriptives sont complétées par des documents graphiques permettant d’expliciter et de localiser les découvertes, qui constituent le support privilégié pour le thème  » Relever «  de l’exposition. Les supports des plans, élévations et coupes sont multiples et connus du grand public : feuille blanche, papier millimétré, calque végétal puis synthétique…

Les minutes de terrain côtoient les relevés finaux réalisés en dessin assisté par ordinateur

Au tournant du 19e et du 20e s., les relevés, dont les techniques pouvaient emprunter au dessin d’artiste (aquarelle, mise en situation du site…), sont pour la plupart déjà exécutés avec la rigueur scientifique qui s’impose : indication des mesures, description des couches stratigraphiques jalonnent les documents. Vers les années 1950, les usages se normalisent peu à peu : le papier millimétré est utilisé sur le chantier pour relever le plan du site à l’échelle 1/50 et les structures à l’échelle 1/20 ; le relevé final est, quant à lui, effectué à l’encre. Actuellement, il est réalisé en dessin assisté par ordinateur, après scan de la minute de terrain, même si la tradition du dessin à la main perdure chez quelques uns.

Malgré cette volonté d’harmonisation, chaque fouilleur reporte, selon son école et son expérience, les notes et symboles qui coderont les détails du relevé. Ainsi, la mise en regard de la minute de terrain avec le relevé final montre toute la difficulté de l’exercice dont l’archéologue ressort victorieux : retranscrire une réalité physique de la façon la plus objective possible, bien que les manières de la consigner portent l’empreinte de la personnalité du fouilleur.

D’autres spécialités issues des sciences de la terre viennent au secours de l’archéologue. Des prospections géophysiques ou magnétiques jusqu’aux relevés par laser scanning, différentes techniques sont actuellement utilisées pour compléter les observations de terrain. Ces études génèrent des fichiers numériques multiples, parfois liés entre eux, et posent le problème de l’hétérogénéité des formats et de leur conservation.

Le parcours se poursuit par la section  » Illustrer « , thème dans lequel figurent toutes les autres méthodes visant à fixer la mémoire d’un événement sur le chantier.

La documentation photographique y a la part belle, et retrace l’histoire de la technique au cours du 20e s. Aux plaques de verre succèdent les négatifs et leurs tirages sur papier argentique, puis les photos numériques.

De l'argentique au tout numérique : un siècle d'évolution autour de la prise de vue

Parmi les tirages photographiques, les vues aériennes participent à l’inventaire des sites archéologiques. Exécutées en avion sous le contrôle de l’armée puis de l’aviation civile, elles se sont aussi démocratisées à l’intérieur des services régionaux. dans le cadre des prospections-inventaires. L’usage du ballon et du cerf-volant donnent quant à eux les mêmes illustrations zénithales pour un chantier en particulier. De manière anecdotique, les vues prises d’escabeaux, jusqu’aux échelles de pompier, ciblent un ensemble de structures.

Parallèlement à cela, d’autres moyens permettent de rendre compte d’une vue élargie du chantier, comme le photomontage. D’abord exécuté manuellement, par découpage et collage des tirages argentiques, le numérique offre à présent un vaste champ des possibles grâce au redressement des vues et à l’assemblage des fichiers image.

Les diapositives ont également été un support souvent employé. On les remarque dans le fonds issu des activités des services de l’État (Directions des antiquités) dès leur création après-guerre. Après une forte augmentation dans les années 1980-1990, ce support est largement tombé en désuétude à la suite de la généralisation du numérique, alors que quelques chercheurs continuent à doubler leurs clichés avec de l’argentique.

Enfin, les films font leur apparition dans les collections du service à partir des années 1950. Cet usage précoce est lié à la personnalité d’un archéologue, Jean-Jacques Hatt, qui fixait sur pellicule super 8 des éléments de la vie de chantier. Les fouilles de Mackwiller ou Seltz ont été filmées pendant plusieurs campagnes. Quelques films VHS ont été réalisés par la suite dans les années 1980 et 1990 par d’autres archéologues, mais la pratique reste confidentielle et les films sont rarement déposés dans les archives. Aujourd’hui, de rares séquences sont capturées au moyen d’appareils numériques. Il est regrettable que ce support soit largement sous-employé dans les fouilles, préventives ou programmées, alors qu’elles y auraient une place de choix pour rendre compte des découvertes sur le terrain et, plus largement, de l’évolution des méthodes de fouille.

L'exposition des objets et des outils de mesure aux côtés des dessins donne une autre dimension aux documents

La section  » Étudier «  est consacrée à la description scientifique du mobilier et aux analyses ciblées. Les supports et techniques de dessin sont similaires aux relevés graphiques : on y retrouve le système du dessin minute au crayon et du document final, allant du calque encré au dessin assisté par ordinateur. Lorsque la chose a été possible, l’objet a été exposé avec le croquis ou le dessin à l’encre. D’autres rapprochements, comme la photographie d’un vase in situ et un dessin de sa version restaurée apposés côte à côte, insistent sur les étapes de traitement du mobilier et inscrivent l’objet dans son contexte de découverte. Les logiciels de dessin assistés par ordinateur ont institué une nouvelle pratique en poussant plus loin la confrontation : mêler la photographie d’un tesson et le profil dessiné à l’intérieur d’un même document numérique.

Autre temps, autre technique, l’aquarelle y avait aussi sa place. Une planche de mobilier d’Émile Audiguier5, vers 1885, figurant des fibules et de la céramique, est une des pièces maîtresses de cette exposition.

Mais d’autres documents révèlent toute l’inventivité des fouilleurs confrontés au problème du dessin  » hors norme « . Ainsi le plastique transparent plaqué sur des dalles funéraires permet de décalquer au feutre les contours des personnages en bas-relief grandeur nature, et les estampages d’inscriptions par frottement du crayon sur le papier aboutissent à des copies fidèles, servant de base à un dessin à l’encre.

Les prises de vues d’objets en post-fouille génèrent le même type de documents photographiques (diapositives, tirages argentiques, fichiers image) que celles effectuées sur le terrain et, en conséquence, les mêmes observations.

Moins employée, la technique du moulage ou de l’empreinte, comme celles d’intailles provenant de Biesheim, fait néanmoins partie intégrante de la documentation scientifique.

Enfin, la présence d’un rapport d’analyse de métaux, d’un diagramme pollinique et d’une planche carpologique insiste sur la variété des documents générés par les nombreuses spécialités associées à l’archéologie susceptibles d’intervenir à cette étape de l’opération.

La restitution des résultats d'une fouille peut prendre différentes formes : rapports, publications, communications mais aussi reconstitutions en trois dimensions

 » Restituer « , voilà l’aboutissement de l’opération archéologique. L’ensemble des documents produits de façon éparse sur le terrain et en post-fouille prend une cohésion dans le rapport qui clôt le chantier de fouille. Il pouvait, au cours du 20e s., prendre la forme d’une compilation de pièces administratives et scientifiques, se limitait parfois à quelques observations, ou encore n’avait rien à envier à une source publiée. Formalisé récemment, le rapport d’opération comprend à présent trois sections : partie administrative, synthèse des résultats de l’opération et inventaires réglementaires.

Les publications scientifiques ont largement précédé l’apparition des rapports et en constituent le complément indispensable pour une diffusion étendue des connaissances. L’ouvrage de J.A. Silbermann, Lokal Geschichte der Stadt Strassburg6, daté de 1775, est un des premiers à appuyer sa description sur des sources d’archives. D’autres livres emblématiques de la recherche archéologique alsacienne sont présentés, notamment ceux de Maximilien de Ring, Tombes celtiques de l’Alsace ((Prêt Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg)), 1865-1870, ou de Robert Forrer, Strasbourg-Argentorate préhistorique, gallo-romain et mérovingien ((Prêt Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg)), 1927. En complément des sources rédigées par les chercheurs, le Service régional de l’archéologie est en charge de diffuser les résultats de la recherche régionale, à travers des notices résumant l’ensemble des activités de terrain pour chaque année : d’abord publiées dans Gallia, celles-ci trouvent leur place aujourd’hui dans les Bilans scientifiques.

Mais la restitution ne se limite pas aux publications : quittant alors la représentation en deux dimensions, l’archéologie expérimentale cherche à reconstituer des bâtiments, outils et gestes techniques des époques passées en partant des découvertes faites sur le terrain. S’appuyant sur le plan-type d’une maison néolithique rubanée, la Direction des Antiquités préhistoriques en a bâti une réplique à Holtzheim au milieu des années 1980. Ce lieu a, par la suite et durant quelques années, abrité de nombreux ateliers artisanaux.

L’arrêté du 16 septembre 2004 a donné un cadre réglementaire à la documentation scientifique. Lors de la rédaction du rapport, celle-ci fait l’objet d’un inventaire à la pièce puis est versée par les opérateurs au Service régional de l’archéologie, qui doit la  » Conserver « , à savoir en garantir la pérennité et la consultation, avant versement définitif aux Archives départementales. Loin d’être une fin en soi, ce dépôt marque une nouvelle étape pour la documentation : dépasser les limites de l’opération pour enrichir la connaissance scientifique régionale, voire devenir le témoin de l’histoire d’une discipline. Le passage au numérique a entraîné une transformation des pratiques documentaires sur le chantier archéologique et en post-fouille : accroissement des données, formats hétérogènes, fragilité des supports de stockage… La nécessité de prendre en charge ces documents dès l’achèvement de l’opération est donc plus que jamais d’actualité.

 

  1. Prêt Maison de l’archéologie de Niederbronn []
  2. Dépôt Musée archéologique de Strasbourg []
  3. Prêt Musée archéologique de Strasbourg []
  4. Prêt Musée historique de Haguenau []
  5. Prêt Musée du château des Rohan à Saverne []
  6. Prêt Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg []