Le document du mois : janvier 2013

Le mystère de la pyxide du tumulus du Kastenwald : du manuscrit à la revisite des données

Lors du classement du fonds ancien du Service régional de l’archéologie, une série de cinq lettres manuscrites des années 1950 a attiré notre attention. Il s’agit de courriers adressés par M. Charles Bonnet à M. Paul Wernert, directeur de la 3e Circonscription des Antiquités préhistoriques et relatant la découverte d’une pyxide mise au jour dans le tumulus I d’Appenwihr en 1955. Celle-ci, datée du Premier âge du Fer, est conservée au Musée d’Unterlinden à Colmar.


Agrandir le plan

Le tumulus I d’Appenwihr est situé dans la forêt de Kastenwald, entre Colmar et Neuf-Brisach. Il a fait l’objet d’une série de fouilles notamment par Charles Bonnet professeur de l’École normale d’instituteurs de Colmar et archéologue bénévole, accompagné par Madeleine Jehl et par des élèves de l’École normale.

Les cinq lettres écrites entre avril 1954 et décembre 1955, font état de l’avancement des découvertes au sein du tumulus :

«  Vous avez peut-être appris que nous avons commencé à faire des fouilles dans un tumulus des environs de Colmar, plus exactement dans le Kastenwald. Les fouilles ne sont qu’entamées car le tumulus a une trentaine de mètres de diamètre mais de faible hauteur (1m,50) ce qui a peut-être fait qu’il soit passé inaperçu jusqu’à présent « . (extrait de la lettre du 11.04.1954)

L’une des tombes du tumulus a ainsi révélé plusieurs objets dont une pyxide  » très curieuse  » :

Pyxide d’Appenwihr, auteur : O. Zimmermann in « L’Alsace celtique : approche archéologique » /
Centre régional de documentation pédagogique de l’académie de Strasbourg

Croquis de la pyxide, auteur : Charles Bonnet (lettre adressée à M. Paul Wernert le 10.05.1955)

« Dans ce tumulus nous avons dégagé une tombe très intéressante.

Elle contenait une poterie polychrome, des récipients de bronze, une passoire en bronze, une espèce de pommeau en bronze et surtout, et c’est l’essentiel, une pyxide en bois et en bronze.

Nous vous adressons à vous pour une question particulière.

En effet cette pyxide est très curieuse.

À l’intérieur, en A, une certaine quantité de matière : certainement ce qui reste du contenu. Nous cherchons à analyser chimiquement cela.

Nous pensons que la pyxide pourrait être un pot à onguent, le matériel d’un  » guérisseur « , d’un  » sorcier « . En effet sous l’anneau de la poignée, se trouve en bronze massif, une plante stylisée. Nous pensons à la Parisette  » Paris quadrifolia  » ; la ressemblance avec le fruit et les 4 sépales en croix est frappante. Or la parisette était une plante médicinale guérissant les convulsions, l’épilepsie. Vous voyez pourquoi nous pensons à un  » sorcier ».

C’est du roman-feuilleton ! Seule une analyse chimique très méticuleuse est capable de donner une réponse valable « . (extrait de la lettre du 10.05.1955)

Croquis de la poignée de la pyxide, auteur : Charles Bonnet (lettre adressée à M. Jean-Jacques Hatt, datée du 06.05.1955)

 

*

*        *

Les fouilles des deux tertres Appenwihr I et II menées par Charles Bonnet en 1954-1955 ont fait l’objet de plusieurs articles.

La pyxide est longuement décrite dans un article paru autour de 1955 (JEHL Madeleine, BONNET Charles, circa 1955) . Le produit contenu dans la pyxide et conservé précieusement par Charles Bonnet en  » une quantité équivalente à une boîte de Nescafé « , a été analysé chimiquement par M. R. Paris, Professeur de la Faculté de Pharmacie de Paris. Les résultats de ces analyses rendues complexes par l’ancienneté du produit, ont été publiés en 1957 dans Les Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire (JEHL Madeleine, BONNET Charles, 1957) . Les analyses ont toutefois démontré qu’il s’agissait d’une matière grasse ressemblant « quelque peu à du beurre de laurier » et ont alors appuyé l’idée que la personne inhumée dans la tombe était un guérisseur. La pyxide serait un récipient à onguents et les objets retrouvés à proximité, en particulier la passoire, auraient pu servir à les confectionner.

Charles Bonnet relève notamment la richesse du décor du couvercle ainsi que la particularité de la poignée en bronze massif.  Il note la rareté d’une telle pyxide en France mais en souligne aussi les similitudes avec des objets conservés à Florence et retrouvés en Étrurie, près de Vetulonia et de Marsiliana. Le décor de la poignée inspiré de la Parisette, plante présente en Alsace mais absente des régions méditerranéennes l’amène à penser que la pyxide est plutôt issue d’une fabrication locale mais influencée par des modèles étrusques.

Il revient sur le décor de la pyxide dans un article paru dans Gallia en 1968, questionnant l’origine alsacienne ou non de l’auteur, au vue de son appropriation particulière des motifs orientalisants qui ornent le couvercle – une frise de lions qu’il avait interprétée avant la restauration de l’objet comme étant un motif de pois germant en lien avec le décor de la poignée (JEHL Madeleine, BONNET Charles, 1968).

  *

*        *

Le statut  du défunt inhumé dans la tombe – dont seul un morceau de côte a été retrouvé – mais aussi son sexe, ont également fait l’objet de plusieurs réflexions. Déjà, en son temps, Charles Bonnet évoquait la possibilité d’une tombe féminine mais il n’avait pu conclure.

Une revisite des données découvertes à Appenwihr I par Anne-Marie Adam en 1997 , aboutit en premier lieu à une datation plus fine de la tombe au Hallstatt C plutôt qu’au Hallstatt D, en comparaison avec les tombes de Vetulonia (ADAM Anne-Marie, 1997). Elle conclue également en une multiplicité probable des origines de la pyxide en revenant notamment sur la poignée comme objet de réemploi (ROLLEY C., 1988). Enfin, elle évoque l’absence d’épée dans la sépulture, objet fréquemment présent dans les tombes aristocratiques. La pyxide serait alors un élément du service de toilette fastueux caractérisant plutôt une tombe féminine.

Le tumulus I d’Appenwihr n’a peut-être pas encore livré tous ses secrets. Ces fouilles marquèrent les débuts de la carrière de Charles Bonnet en tant qu’archéologue. Durant plusieurs années il a su rallier ses étudiants à sa passion, et a pu réaliser de nombreuses opérations archéologiques. Les quelques difficultés qui ont pu jalonner son parcours n’ont semble-t-il pas entamé son enthousiasme pour la discipline :

 » Mais ne soyons pas pessimiste ! En archéologie il faut avoir de la patience ! Quand on fouille pendant de longues séances sans rien trouver il faut aussi en avoir « . (extrait de la lettre du 17.06.1955)

 » Faire un trou énorme pour trouver un morceau d’assiette !!! Une consolation : quand on fouille, on trouve toujours quelque chose. Rien ne passe inaperçu, fut-ce un débris moderne « . (extrait de la lettre du 23.12.1955)

   *

*        *

Bibliographie :

JEHL Madeleine, BONNET Charles. Nos très anciens ancêtres croyaient à l’efficacité des plantes : une pyxide dans un tumulus. In : ? tiré-à-part circa 1955.

JEHL Madeleine, BONNET Charles. Nouvelles fouilles et importantes trouvailles dans la forêt du Kastenwald près de Colmar. In : Cahiers alsaciens d’archéologie d’art et d’histoire, 1957, pp. 19-32.

JEHL Madeleine, BONNET Charles. La pyxide d’Appenwihr (Haut-Rhin). In : Gallia. Tome 26 fascicule 2, 1968, pp. 295-300.

ROLLEY C. Importations méditerranéennes et repères chronologiques. In : Les Princes celtes et la Méditerranée, (Rencontres de l’École du Louvre), Paris, 1988, pp. 96-98.

ADAM Anne-Marie. Nouvelles observations sur le matériel d’importation du tumulus I d’Appenwihr, Haut-Rhin. In : Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire. 1997, pp. 5-15.

BONNET Charles, PLOUIN Suzanne, LAMBACH François. Chronologie et structures des tumulus du Kastenwald, Haut-Rhin : relecture des données anciennes et mobilier funéraire inédit. In : Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire. 1997, pp. 17-32.

 

Retour sur la première édition des Journées archéologiques transfrontalières

 

Par Juliette Rémy et Georges Triantafillidis

Les premières Journées archéologiques transfrontalières de la Vallée du Rhin supérieur se sont tenues les 9 et 10 novembre 2012 à Mulhouse.

Organisée par le SRA Alsace, en étroite collaboration avec le Landesdenkmalpflege du Bade-Wurtemberg et le service archéologique du canton de Bâle-Ville, cette manifestation a également bénéficié du partenariat de la Ville de Mulhouse, ainsi que de l’Université de Haute-Alsace.

L’objectif de ces Journées était de dresser un panorama de la recherche archéologique à l’échelle de la vallée du Rhin supérieur et de créer les conditions d’une collaboration scientifique renouvelée entre archéologues des deux rives.

L’Alsace considère en effet comme un atout la présence sur son territoire d’un patrimoine archéologique dont l’intérêt dépasse les frontières. Pourtant, la recherche archéologique transfrontalière souffrait d’une certaine carence en termes de partage d’idées et d’expériences, de mise en commun des problématiques d’étude et de diffusion des connaissances. C’est pourquoi le SRA a souhaité prendre – ou plutôt reprendre – contact avec ses collègues frontaliers de Suisse et d’Allemagne. Ceux-ci se sont tout de suite montrés très enthousiastes à l’idée de lancer de nouveaux travaux en commun.

Un premier projet s’est alors dessiné tout naturellement : celui d’organiser des rencontres permettant de présenter travaux de recherches et sujets d’actualité des trois régions d’Alsace, du Bade-Wurtemberg et du canton de Bâle-Ville.

Près de 180 participants – français, allemands, suisses, étudiants, chercheurs, professionnels de l’archéologie, bénévoles… – ont assisté à ces deux jours de rencontres, qui s’articulaient autour de plusieurs temps fort.

La première matinée était consacrée à la présentation de chacun des services partenaires : SRA Alsace, Landesdenkmalpflege du Bade-Wurtemberg et service archéologique du canton de Bâle-Ville. Ces communications ont été l’occasion de montrer les points communs et différences existant entre les différents pays en terme d’organisation et de missions des services archéologiques.

Le reste de la journée était occupé par l’exposé des résultats et avancées de plusieurs projets d’envergure transfrontalière, et mobilisant le plus souvent des équipes internationales. Études thématiques, chantiers de fouilles, publications d’ouvrage, colloques internationaux, bases de données… Ce sont différents aspects de la recherche archéologique qui ont pu être mis en avant, dressant un panorama riche et varié des collaborations transfrontalières passées et actuelles.

Enfin, ce premier jour s’est terminé par une visite organisée dans la nouvelle salle d’archéologie au Musée historique de Mulhouse. Ouverte depuis un an dans sa nouvelle présentation, cette salle, restée fermée pendant des années, offre aujourd’hui une vision modernisée de l’archéologie régionale, depuis la Préhistoire jusqu’au Moyen Âge.

La journée du samedi était quant à elle consacrée à la présentation de plusieurs chantiers de fouilles menés ces dernières années de part et d’autre des rives du Rhin. Depuis l’étude de la métallurgie néolithique à Eckwersheim (Bas-Rhin) jusqu’à la mise au jour d’une galerie de la 1ère guerre mondiale à Carspach (Haut-Rhin) en passant par le spectaculaire prélèvement en motte d’une tombe princière celtique à la Heuneburg (Bade-Wurtemberg) ou encore les projets de recherche transdisciplinaires mis en œuvre sur le grand chantier du site de Bâle-Usine à gaz, les contributions variées ont suscité l’intérêt d’un public nombreux et attentif.

Cette première édition des Journées archéologiques transfrontalières a été couronnée de succès et le rendez-vous est déjà pris pour la prochaine édition, qui se tiendra en 2014 à Fribourg-en-Brisgau.

Pour télécharger le résumé des communications, cliquez ici.

Le document du mois : novembre 2012

Une architecture temporaire protégée au titre des monuments historiques

Baraquement de la Siedlung subsistant sur sa parcelle d’origine et inscrit au titre des monuments historiques, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

« De belles maisons en bois… Cela fut une bonne idée de construire les nouveaux logements des habitants […] Ces solides constructions en bois massif reposent sur de bonnes fondations. Avec leur peinture rouge sombre, elles se fondent bien dans le paysage d’automne. […] Ils sont heureux d’avoir un toit au dessus de leur tête et de pouvoir travailler. Même les familles nombreuses ont pu trouver de la place pour leur progéniture […] Un nouveau Marckolsheim surgit, vous savez tous que les logements actuels ne sont que d’un secours provisoire, jusqu’à ce que des maisons en dur soient reconstruites. » Strasburger Neue Nachrichten, 20.10.1940

La Conservation régionale des monuments historiques (CRMH) mène depuis 2008 une campagne de protection thématique autour du patrimoine de la reconstruction allemande en Alsace entre 1940 et 1944. À ce titre, plusieurs édifices ou ensemble d’édifices sont en cours d’étude. En ce qui concerne le patrimoine industriel de cette époque, l’usine List de Rhinau, construite en 1942 par Ernst Neufert a été inscrite au titre des monuments historiques le 14 décembre 2009. Pour ce qui est du patrimoine rural, la Cité paysanne de Marckolsheim, l’une des communes concernées par le programme de l’Ordre Nouveau, a été inscrite par arrêté préfectoral du 24 octobre 2012.

À l’occasion de l’étude patrimoniale de cet ensemble de fermes modèles, des entretiens ethnologiques avec les habitants ont révélé l’importance dans la mémoire collective de la Siedlung dont il subsiste seulement deux baraquements dont un seul se trouve encore sur sa parcelle d’origine. En effet, Marckolsheim a été détruite à plus de 60% en juin 1940 alors que la plus grande partie des ses habitants s’étaient réfugiés dans le Périgord.

Vue aérienne : destruction de Marckolsheim suite aux bombardements de juin 1940 (Archives municipales de Marckolsheim).

Lorsqu’en octobre de la même année ces derniers reviennent en Alsace, ils sont installés dans cette cité temporaire construite avec des baraquements en bois. Elle est composée de soixante baraquements au sud-est de la commune.

Construction de la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Baraquements de la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Elle constitue durant toute la période de guerre, et même après, un véritable quartier de la ville, comptant surtout des logements mais également les équipements principaux de l’administration, des cuisines, la boulangerie, la laverie, le coiffeur, des écoles, etc.

Baraquement de la mairie à la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Baraquement du restaurant Babalöffel à la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Ces lieux sont fréquentés également par les habitants de Marckolsheim qui ont trouvé ou retrouvé à se loger dans des habitations  » en dur « . C’est également à la Siedlung que se déroulent la plupart des cérémonies officielles et c’est aussi cela qui explique l’attachement des habitants pour ce quartier. La vie s’organise de manière communautaire et il est alors bien compréhensible que les habitants interrogés de la Cité Paysanne, et de Marckolsheim en général, évoquent spontanément ces installations qui ont concerné l’ensemble de la population.

Le plan de ces baraquements est assez sommaire.

Projet de baraquement : plan, coupe, élévation (Archives municipales de Marckolsheim).

Des documents retrouvés dans les Archives municipales permettent de bien imaginer ces structures légères, peu cloisonnées, non isolées. Leur traitement extérieur est soigné, mais ils sont destinés à une durée de vie assez courte.

Présentation commerciale de baraquement temporaires d’habitation (recto). Ce n’est pas ce modèle qui a été retenu pour la Siedlung de Marckolsheim (Archives municipales de Marckolsheim).

Présentation commerciale de baraquements temporaires d’habitation (verso). Ce n’est pas ce modèle qui a été retenu pour la Siedlung de Marckolsheim (Archives municipales de Marckolsheim).

Démontables, certains baraquements ont été déposés ou déplacés en totalité ou en partie. La commune de Marckolsheim en compte encore deux :

  • l’un d’eux a fait l’objet de modifications à cette occasion pour le transformer en logement : on a modifié la toiture isolée avec de la toile bitumée, on a repris les menuiseries et les panneaux de bois extérieurs, etc. ;
  • l’autre est resté sur sa parcelle d’origine, à son emplacement de départ et il sert aujourd’hui d’abris de jardin. Il présente un état sanitaire assez dégradé pour toutes les raisons que nous avons évoquées jusque là.

Baraquement de la Siedlung subsistant mais ayant fait l’objet de travaux et ayant été déplacé, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

Pourtant, considérant l’importance patrimoniale de cet éléments au regard de l’histoire de la commune et plus largement de la région, la Commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) s’est prononcée favorablement à son inscription au titre des monuments historiques, au même titre que les fermes modèles de la Cité paysanne. Cette position est l’occasion de réfléchir aux critères de protection d’un édifice à ce titre et témoigne de la volonté de conserver une architecture qui n’est par nature pas destinée à être transmise aux générations futures.

Baraquement de la Siedlung subsistant sur sa parcelle d’origine et inscrit au titre des monuments historiques, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

Localisation de la Siedlung et de la Cité paysanne en vue de leur protection au titre des monuments historiques (Ministère de la culture).

Le document du mois : octobre 2012

Montage de 5 vues de l'immeuble du 27, quai des Bateliers à Strasbourg, de 1911 à nos jours

Strasbourg, 27 quai des Bateliers : des documents témoins de l’évolution d’un édifice

Un immeuble de marchand, aujourd’hui boutique de lingerie fine au rez-de-chaussée

L’immeuble, au départ propriété de Hans Roht (1587), batelier, est reconstruit en 1603. Il abrite successivement un fabricant d’armure, un cabaret ou une auberge « Au bateau de Francfort ». Son entrée est transformée en 1907*.

Le bandeau est composé d’un montage de 5 clichés extraits du Denkmalarchiv, auxquels a été ajoutée une vue actuelle de l’immeuble. Les deux premières vues ont été réalisées en 1911, comme l’indique la date portée sur la planche cartonnée servant de support au tirage, tandis que les 3 suivantes ne sont pas datées. En effet, si ce fonds constitué par l’administration allemande à partir de 1870 est bien renseigné jusqu’en 1918, les rajouts ultérieurs manquent parfois de précisions.

La difficulté réside donc dans l’élaboration d’une échelle chronologique valide pour un même bâtiment photographié à des époques différentes.

Cherchons l’erreur !

L’environnement immédiat

Sur la vue n° 5, on note un changement radical par rapport aux immeubles voisins présents sur les 4 premières vues. L’immeuble du n°29 disparaît, laissant la place à la rue Modeste Schickelé : le numéro n’a pas été réattribué.

Le bâtiment accolé, sis au n°28 du Quai des Bateliers, a été amputé des ses deux niveaux supérieurs, certainement suite aux dommages de guerre. Le fenestrage de 1er étage reste identique sur les 5 première vues, bien que le rez-de-chaussée ait subi quelques transformations entre 1911 et l’instant de la prise de vue. Il semble depuis lors avoir laissé la place à un autre édifice ou du moins avoir été largement remodelé. De même, l’immeuble figurant à l’arrière du n° 27 de la première vue disparaît à l’arrivé de la vue n°5.

L’immeuble du 27, quai des Bateliers

Des éléments de détail, comme la console en pierre de taille visible en 1911 à l’angle sud ouest du rez-de-chaussée, disparaissent sur la vue n°5. Ces manques pourraient résulter des bombardements du 11 août et 25 septembre 1944, bombardements qui touchent l’extrémité nord-est du quai des bateliers.

L’image montre bien la présence d’un étaiement en remplacement de cette console. Un étaiement qui restera en place jusqu’en 1956 selon le service de la police du bâtiment* .On retrouve une photographie sur la base Mémoire du ministère de la culture portant les mêmes dispositions. Il s’agit d’une épreuve que son auteur, Maurice Thaon a certainement réalisée entre 1946 et 1947 lors de sa venue en Alsace.

De nouveaux éléments apparaissent aussi, le pignon se voit percé d’une nouvelle fenêtre sous faîtage sur la vue n°4. Une ouverture toujours en place aujourd’hui.

 Datation des clichés

En dehors des 2 premières vues, datées dès l’origine et de la 5e vue qui semble donc réalisée en 1946/47, s’il s’agit d’une photographie de Maurice Thaon, ou du moins entre 1944 et 1956, un certain doute demeure concernant les clichés 3 et 4.

Tout d’abord, elles laissent apparaître les 2 immeubles voisins disparus à une date indéterminée mais antérieure à la vue n°5. Ces 2 clichés sont donc antérieurs à 1946.

En second lieu, on distingue la présence des enseignes, herboriste, coiffeur, en français dans le texte, autant d’éléments qui replacent ces clichés dans une période s’étalant entre 1918 et 1940.

Enfin, entre ces 2 images, la vue n°3 semble gagner en antériorité au vu de la présence des colombages en croix sous les baies de l’angle ouest, colombage disparu sur le cliché n°4. Un dispositif perdurant jusqu’à ce jour.

Le bandeau semble donc bien représenter un ordre chronologique témoignant de l’évolution de l’édifice au long du XXe siècle.

 

* Éléments tirés d’une étude réalisée par le Service régional de l’inventaire du patrimoine,  Jean-Philippe Meyer et Brigitte Parent.

Le document du mois : septembre 2012

par Marie STAHL et Marie-Dominique WATON

À l’occasion des Journées du patrimoine, le document du mois est consacré au « patrimoine caché ».

Entre 1985 et 1987, une opération archéologique menée sous la direction de Marie-Dominique Waton s’est déroulée rue des Juifs à Strasbourg, à l’emplacement de l’ancienne imprimerie Istra Berger-Levrault. Le bâtiment, remarquable, remonte au 13e s., et est connu aujourd’hui sous le nom d’Hôtel des Joham de Mundolsheim, patronyme d’une famille de banquier qui y résida au 16e s.

Les fouilles ont permis la mise au jour de nombreuses peintures murales médiévales, jusqu’alors recouvertes par d’autres décors plus récents (enduits, papiers-peints, cloisons), ainsi que de splendides plafonds peints, cachés par les faux-plafonds modernes. L’ensemble a bénéficié d’un classement au titre des Monuments historiques en 1989.

En raison du caractère exceptionnel de la découverte, les peintures ont fait l’objet d’une couverture photographique, associée à une campagne de dessins reproduisant les décors. Les vues liées à l’opération, soit plus d’un millier de documents, se présentent sur support diapositive et ont été inventoriées puis numérisées en 2006. Le reste du fonds est en cours de classement.

En voici une sélection.

Peinture murale : scène nuptiale, 15e-16e s., auteurs : Rieb, Jean-Pierre et Maire, Jean, 1987

Reproduction de la Dame aux Grenades, peinture murale du 15e-16e s., auteur : Seiller, Claire, 1987 

 

Plafond peint, décors végétaux, 15e-16e s., auteurs : Rieb, Jean-Pierre et Maire, Jean, 1987

Peinture murale : animal fabuleux (griffon ?), 15e-16e s., auteurs : Rieb, Jean-Pierre et Maire, Jean, 1987

Peinture murale : danseur, 15e-16e s. La surface du mur a été piquetée afin d’améliorer l’adhérence lors de la pose d’un nouvel enduit , auteurs : Rieb, Jean-Pierre et Maire, Jean, 1987

Dépose d’un mur décoré , auteur : Maire, Jean, 1987

Archives intermédiaires : heurts et malheurs des documents entre deux âges

Tout document produit ou reçu par l’administration possède le statut d’archive. Le cycle de vie de ces archives est divisé en trois étapes principales.

D’abord nommée au rang d’archive vivante, elle est choyée par son récipiendaire et considérée comme une pièce essentielle du dossier en cours. Stockée dans une chemise cartonnée, elle accompagne tous les autres documents (correspondance, cahier des charges, mais aussi note griffonnée sur un bout de papier, post-it, etc.) permettant de retrouver une information ayant rapport avec l’opération traitée. Le dossier trône fièrement sur le bureau. Il est au sommet de sa gloire car sommet de la pile, et pense que l’attention dont il fait l’objet va durer toujours.

Puis l’opération s’achève et d’autres lui succèdent. Le dossier n’est plus vraiment ouvert, pire, il descend lentement les échelons dans la pile qu’il avait gravi avec fulgurance au début de sa carrière. Il devient ce qu’on appelle une archive intermédiaire.

De moins en moins consulté, ce dossier quitte le haut du bureau pour une étagère aux alentours. On le laisse sans autre classement : il est vrai que par mesure de précaution on préfère tout garder au cas où une information devrait être recherchée.

Lorsque la tablette est remplie, le dossier rejoint ses compagnons d’infortune dans une boîte fermée. Bien souvent, les documents contenus dans les dossiers ne seront pas triés, faute de temps, par hésitation ( » Que garder ? Que sortir du dossier ? « ), et, il faut bien le souligner, par léger désintérêt de la chose. Enfin, les boîtes s’accumulent au pied de l’étagère. Jusqu’au jour où la sentence tombe comme un couperet : il faut faire de la place dans le bureau…

Triste parcours d’une pièce d’archive qui perd ses galons à mesure que le temps passe. Heureusement, les années redeviendront un allié pour ces documents qui, après leur versement aux Archives départementales, acquerront le titre noble d’archive définitive. Par la magie de la patine de l’âge, ces documents reprendront progressivement leur valeur auprès du public et du service producteur, qui, après plusieurs décades, viendront peut-être les consulter avec émotion et recueillement.

 

*

*        *

 

Par cette brève description du parcours d’une archive au sein d’une administration, on constate que la phase critique se situe durant le statut d’archive intermédiaire.

À la faveur d’un déménagement de bureaux du Service des patrimoines de la DRAC Alsace, de nombreux cartons d’archives relatifs aux travaux et marchés sur Monument historique ont été récupérés, accompagnés d’un lot important de dossiers d’opération d’archéologie préventive, ainsi que des archives provenant du conseiller Musées. Ces dossiers font actuellement l’objet d’un traitement par un prestataire extérieur, en étroite collaboration avec les documentalistes du Service des patrimoines et le responsable des dépôts État des Archives départementales. Vous trouverez très prochainement un petit retour d’expérience sur le travail en cours.

 

Denkmalarchiv : nouvelle liste des communes mises en ligne au 1er juin 2012

Créé au début du 20e s. par l’administration allemande, le Denkmalarchiv représente une importante collection iconographique sur le patrimoine alsacien. Les documents qui le composent font l’objet, depuis une dizaine d’années, d’un inventaire à la pièce et d’un plan de numérisation en vue d’une mise en ligne sur la base nationale Mémoire du Ministère de la culture et de la communication.

À ce jour, plus de la moitié des 60 000 documents a été inventoriée et numérisée.

Église abbatiale de Marmoutier, chapiteaux de colonnes, auteur : Cades, 1887

Vous trouverez ci-dessous la liste des communes nouvellement versées et consultables sur la base Mémoire au mois de juin 2012 :

 

Restauration des vitraux du bas-côté sud de la cathédrale de Strasbourg : note de synthèse des travaux

Par Christiane SCHMUCKLE-MOLLARD, architecte en chef des monuments historiques, architecte de l’OEuvre Notre-Dame

Les verrières historiées de la cathédrale de Notre Dame de Strasbourg avec 1500 m2, constituent le second ensemble de verrières médiévales en France.

Parmi les vitraux posés entre 1250 et 1275 dans les fenêtres du bas-côté sud, seuls les panneaux des tympans sont conservés. En 1328, l’évêque Jean de Dirpheim décida de faire remplacer les figures de l’ancien cycle des Saints par une série de cinq verrières quadruples de huit mètres de hauteur sur les épisodes de la vie de la Vierge et l’enfance du Christ (baie 26), la vie publique du Christ (baie 28), la Passion (baie 30), la vie glorieuse du Christ (baie 32) et enfin la représentation du jugement dernier (baie 34). Le programme prévu avant 1328 s’étendait non sur cinq mais sur sept fenêtres du bas-côté sud. Quelques années après le début du chantier, l’édification de la chapelle Sainte-Catherine (fondée en 1331 par l’évêque Berthold de Buchegg) consacrée en 1349 provoqua la destruction des baies 22 et 24 qui venaient juste d’être vitrées. Les panneaux sacrifiés furent conservés et réutilisés vers l’ouest où les vitraux n’étaient pas encore en place (cf. Becksmann et Ch. Wild-Block).

Datation des verrières de la cathédrale

Pendant la période allemande, les panneaux des lancettes ont été recouverts d’une patine ou couche organique. En 1942, les services patrimoniaux allemands ont fait effectuer une campagne photographique panneau par panneau, en noir et blanc et en couleur. Ces clichés ont permis de mesurer l’importance des dégradations survenues au cours du 20e siècle.

Après une étude iconographique et technique, le projet de travaux élaboré par l’architecte en chef Christiane Schmuckle-Mollard en liaison avec le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, a été confié aux ateliers Parot et Le Vitrail Vinum pour la restauration des verrières historiées et à Vitrail France pour la mise en œuvre des verrières de doublage traitées en reproduisant le dessin de résille de plomb médiéval. Une série de capteur a été mise en place pour contrôler l’équilibre du dispositif en terme de flux d’air et de réduction, voire de suppression, de la condensation.

L’opération a fait l’objet d’un important mécénat culturel.

Les travaux de maçonnerie-pierre de taille

Le contrôle des pierres à changer et la sélection du grès à employer a été effectué sous la direction de l’architecte en chef. Le grès Bitburg dur veiné a été utilisé pour les éléments de fenestrages et des glacis inférieurs des baies.

Seules les pierres trop endommagées pour être conservées ont été remplacées.

La pose des pierres à changer a été effectuée par refouillement des anciennes ou incrustement, et les petits éléments ou les éléments moulurés ou sculptés ont été fixés par des goujons. Les joints et les lits de pierre ont été coulés au plomb.

Les pierres simplement altérées ont été traitées par reminéralisation (au silicate d’éthyle).

En vue d’une conservation maximum, les pierres anciennes ont reçu un traitement en conservation par reminéralisation. Aucune patine d’harmonisation n’a été appliquée.

La volonté de préserver les vestiges de traces de tâcherons et d’anciens badigeons découverts sur les parements nettoyés a été exigée.

Un nettoyage de l’ensemble a ensuite été effectué à l’eau avec pression légère en insistant sur les parties les plus encrassées. Ce nettoyage sans micro-abrasion a permis de conserver les traces de décor (pierres blanchies) observées au pourtour des baies au départ du réseau.

La restauration des vitraux

Les travaux ont été réalisés conformément au Projet Architectural et Technique, excepté le protocole de nettoyage des vitraux qui a dû être modifié pour parvenir au nettoyage souhaité en vue de la lecture des scènes historiées.

Baie n°30 avant restauration

 

Baie n°30 après restauration

Après dépose des vitraux, les baies ont été provisoirement clôturées au moyen de Vitrex. Les panneaux ont été transportés en caisse sécurisées à l’atelier du maître verrier en charge des travaux de restauration.

Reconstitution du panneau LD5 de la baie n°30

Panneau LD5 de la baie n°30 avant et après restauration

Les difficultés de nettoyage des verres anciens ont été mises en évidence, en particulier sur les surfaces externes des verres et, en accord avec le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, le protocole a été modifié de la manière suivante :

  • les dépôts ont été éclaircis au moyen d’applications répétées de gel d’EDTA ;
  • les dépôts noirs ou bruns qui présentaient des écailles ont pu être enlevés à l’aide d’un scalpel sous loupe binoculaire ;
  • en face interne, en complément des compresses d’eau et éthanol, un gel de thiosulfate de sodium à 10% dans l’eau déminéralisée a été appliqué à raison de trois applications suivies de rinçage à l’eau déminéralisée par compresses.

Les fers anciens ont été nettoyés et quelques pièces défectueuses remplacées à l’identique.

 

Résille de plomb de la baie n°30

Après une couche primaire de peinture anti-corrosion, quatre couches de peinture glycérophtalique de couleur brune ont été appliquées.

Les vergettes, pannetons et clavettes en conservation à l’OEuvre Notre Dame ont été reposés et les ferrures jugées trop dégradées remplacées par des ferrures neuves en fer forgé.

La mise en œuvre des verrières de doublage

L’état sanitaire constaté sur les panneaux déposés a justifié la décision prise en 2003 de mettre en œuvre des verrières de doublage. Les premières furent posées en 2004 sur les verrières hautes de la nef, au nord dans les deux travées occidentales.

Les travaux ont été réalisés selon les prescriptions du Projet Architectural et Technique. Le tracé des plombs a été réalisé à partir des frottis transmis par les maîtres verriers des ateliers Parot et Le Vitrail Vinum et validés par l’architecte en chef pour obtenir le plus lisiblement possible le tracé des plombs d’origine.

L’instrumentation d’une lancette de la baie n°26

Les travaux ont été réalisés selon les prescriptions du Projet Architectural et Technique. Quatre types de capteurs (capteurs de température de surface, capteurs de température de l’air, capteurs de condensation, capteurs d’humidité relative) ont été mis en place en partie basse et en partie haute de la lancette, sur la face interne du verre ancien restauré et sur la face interne du verre de doublage. Ces capteurs, gérés informatiquement, permettront le contrôle sur une année l’efficacité en terme de flux d’air et de réduction, voire de suppression, des phénomènes de condensation du système proposé pour la ventilation de la verrière ancienne protégée par de sa verrière de doublage.

Contrôle, conversion et publication des inventaires d’archives de fouille : mode d’emploi !

Après le versement de la documentation d’une opération et de l’inventaire correspondant (étape décrite dans un article précédent : Inventaire des archives de fouille : mode d’emploi), le travail de l’archéologue s’arrête là. Il passe le relais au Service régional de l’archéologie (SRA) qui va intégrer ces archives dans le fonds déjà déposé et importer les données dans le système de gestion. Pour ce faire, plusieurs opérations sont nécessaires.

Vous les trouverez détaillées pas à pas dans le manuel administrateur ci-dessous, depuis la réception des archives jusqu’à la publication de l’inventaire dans l’application de gestion Pleade.

 

…Pas de temps de lire tout le manuel ?

Voici les principales étapes.

1. Contrôle des inventaires

L’inventaire, saisi sur un tableur Calc, est réceptionné par le SRA, avec l’ensemble de la documentation papier et numérique.

Un contrôle d’intégrité est réalisé, afin de vérifier qu’aucun document n’est manquant. Cette tâche est très importante car le fait de signer une décharge lors du dépôt vaut acceptation des archives et de l’inventaire correspondant.

Puis un contrôle de cohérence est effectué en vérifiant que des documents échantillonnés correspondent bien à leurs cotes et descriptions.

Enfin, le tableau fait l’objet d’une lecture sommaire qui permet de s’assurer que les normes préconisées ont été respectées (utilisation des codes appropriés, etc.).

2. Renseignement des champs administratifs

Dans l’onglet Administration du tableur, la plupart des champs sont déjà pré-remplis en reprenant automatiquement les données de l’onglet Saisie renseigné par l’archéologue.

Le documentaliste doit néanmoins y ajouter quelques informations supplémentaires, telles que :

  •  la notice bibliographique du rapport ;
  • la notice scientifique destinée à la publication du Bilan scientifique de la région Alsace ;
  • le nombre de contenants (dossiers, CD, etc.), la date de réception des archives.

3. Conversion des données en xml

Les données issues de l’inventaire sont reprises et converties automatiquement en xml en cliquant sur le bouton Actualiser le code puis sur Export XML. Le fichier xml correspondant est créé selon les normes archivistiques en vigueur (dtd EAD) et servira d’instrument de recherche pour la documentation scientifique de cette opération.

4. Contrôle de l’instrument de recherche

Tout comme le tableur Calc, un contrôle sommaire de l’intégrité du fichier peut être effectué.

5. Archivage de l’instrument de recherche

Le fichier xml et les documents numériques en relation (photos, DAO, etc.) sont archivés sur le serveur pour conservation, selon un cadre de classement prédéfini.

6. Publication de l’instrument de recherche dans Pleade

Enfin, le fichier xml est intégré à la base de gestion de la documentation du Service des patrimoines. Les étapes techniques sont décrites en intégralité dans le manuel. Elles comprennent principalement :

  • la sélection du fichier xml ;
  • le paramétrage du versement de ce fichier dans la base Pleade ;
  • le paramétrage des options d’affichage de ce fichier dans la base Pleade (facultatif).

Ces étapes ainsi que le versement du fichier dans la base sont extrêmement rapides.

 *

*     *

Base de gestion Pleade : notice d'une photographie numérique issue de l'opération 5393, Gougenheim, LGV Est, 2009 (Responsable : Edith Peytremann)

Grâce à ce système de gestion, les documents bénéficient de métadonnées normées permettant d’identifier et de décrire chaque pièce.

Le SRA a la responsabilité de conserver cette documentation au moins 10 ans, avant un versement aux Archives départementales. Dans cet intervalle, l’ensemble de la documentation traitée est consultable sur place.

Denkmalarchiv : liste des communes mises en ligne au 1er février 2012

Créé au début du 20e s. par l’administration allemande, le Denkmalarchiv représente une importante collection iconographique sur le patrimoine alsacien. Les documents qui le composent font l’objet, depuis une dizaine d’années, d’un inventaire à la pièce et d’un plan de numérisation en vue d’une mise en ligne sur la base nationale Mémoire du Ministère de la culture et de la communication.

À ce jour, plus de la moitié des 60 000 documents a été inventoriée et numérisée.

Vous trouverez ci-dessous la liste des communes versées et consultables sur la base Mémoire au 1er février 2012 :

 

 

Le mobilier archéologique au SRA Alsace

Le mobilier archéologique désigne l’ensemble des objets recueillis lors d’une opération de terrain et susceptibles d’apporter des informations sur un site archéologique donné. Demeurant bien souvent le seul témoin direct du site après les opérations de fouille, il constitue, avec la documentation scientifique recueillie lors de l’opération (documentation écrite, graphique, photographique…), un matériel précieux et unique pour l’étude du patrimoine archéologique. De fait, depuis une trentaine d’années et le développement de l’archéologie préventive, la quantité de mobilier archéologique mis au jour a considérablement augmenté, formant ainsi une importante banque de données et permettant, grâce au perfectionnement des techniques d’analyses scientifiques, des études spécialisées plus fines (céramologie, mobilier lithique, instrumentum, etc).

Mobilier en verre découvert à Strasbourg, Istra, rue des Juifs, 1986 (responsable d'opération : Marie-Dominique Waton)

La gestion du mobilier archéologique issu des opérations d’archéologie préventive

Concernant le mobilier issu des opérations d’archéologie préventive justement, le Code du patrimoine prévoit un certain nombre de procédures destinées à encadrer sa gestion et sa conservation et dont le contrôle est confié à l’État. En voici un petit résumé :

  • Après la phase terrain des opérations, le mobilier est d’abord confié à l’opérateur le temps nécessaire à son étude et à la rédaction du rapport. Ce délai ne peut excéder deux ans (article L523-12).
  • Le mobilier doit ensuite être remis au SRA en même temps que le rapport et les archives de fouille, afin que celui-ci procède à son attribution définitive : l’article 523-14 du Code du patrimoine stipule en effet que, dans le cadre de l’archéologie préventive, la propriété du mobilier archéologique est partagée à parts égales entre l’État et le propriétaire du terrain sur lequel a été réalisée l’opération.
  • Le SRA transmet donc au propriétaire un exemplaire du rapport, comportant l’inventaire du mobilier soumis au partage, et l’informe de la possibilité d’exercer son droit de propriété sur un lot d’objet dont la valeur correspond à la moitié de la valeur totale des objets inventoriés.

Le tableur d'aide à l'inventaire du mobilier archéologique conçu par le SRA Alsace

  • Le propriétaire dispose alors d’un délai d’un an après réception du rapport pour faire valoir son droit de propriété sur une partie des objets. Partant, 2 cas de figure peuvent se présenter :
  • le propriétaire répond qu’il n’est pas intéressé, ou bien ne répond pas. Au terme du délai d’un an, la propriété du mobilier est donc transférée à l’État à titre gratuit.
  • le propriétaire souhaite exercer son droit de propriété. Dans ce cas, le mobilier est divisé en deux lots de valeur égale (ou du moins aussi proche que possible) et le partage est effectué à l’amiable ou par tirage au sort.

NB : l’État a la possibilité d’exercer un droit de revendication, moyennant indemnité financière, sur tout ou partie du mobilier soumis au partage.

  • L’État peut transférer la propriété du mobilier lui revenant à l’issue du partage à la commune sur laquelle les objets ont été découverts si celle-ci en fait la demande et s’engage à en assurer la bonne conservation : ces objets pourront ainsi prendre place dans un musée ou un centre d’interprétation. Actuellement, le SRA Alsace a engagé une telle démarche au profit de la ville de Strasbourg, qui pourra valoriser les objets découverts sur son territoire en les exposant au musée archéologique et au musée historique de la ville.

À défaut, un dépôt peut également être envisagé pour tout ou partie du mobilier d’une opération (cf. infra, conservation du mobilier).

Une petite subtilité…

L’arrêté du 16 septembre 2004 portant définition des normes d’identification, d’inventaire, de classement et de conditionnement de la documentation scientifique et du mobilier issu des diagnostics et fouilles archéologiques précise la nature du mobilier concerné par les procédures décrites ci-dessus.

L’article 2 définit le mobilier archéologique comme  » des objets transformés par l’activité humaine et recueillis pendant l’opération « .

L’article 1 définit quant à lui ce qui relève de la documentation scientifique, à savoir :

  • les documents graphiques (plans, relevés, dessins…) ;
  • les documents photographiques et audiovisuels ;
  • les documents numériques ;
  • les documents écrits (carnets et fiches d’enregistrement de terrain, correspondance, rapports d’étude) ;
  • les moulages et empreintes ;
  • les matériaux naturels et de nature biologique recueillis lors de l’opération.

C’est-à-dire que les objets non transformés par l’homme, notamment les ossements humains et animaux, ne relèvent pas du mobilier archéologique. Par conséquent, ils ne sont pas soumis au régime de propriété prévu par l’article L523-14 et relèvent de la seule propriété de l’État.

cliché : Marie-Dominique Watoon

Vue du chantier de Strasbourg, Saint-Thomas, 1988 (reponsable d'opération : Marie-Dominique Waton)

 La conservation du mobilier archéologique

L’État se doit d’assurer la bonne conservation du mobilier archéologique lui appartenant ou placé sous sa responsabilité dans l’attente d’un partage avec le propriétaire du terrain.

Pour ce faire, une partie des locaux de la DRAC à Strasbourg est utilisée comme dépôt. Environ 50 m3 de mobilier y sont ainsi conservés, provenant pour la plupart de fouilles anciennes, antérieures à la loi de 2001 sur l’archéologie préventive.

Vue du dépôt archéologique de la DRAC Alsace

Néanmoins, les capacités de stockage y étant assez limitées, du mobilier appartenant à l’État ou placé sous sa responsabilité est également conservé dans d’autres locaux, notamment, pour ce qui est des opérations archéologiques plus récentes, auprès des 3 principaux opérateurs d’archéologie préventive de la région : l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), le Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan (PAIR) et la Société Antéa-archéologie.

NB : ces dépôts ne conservent pas seulement le mobilier archéologique au sens de la loi, mais également les matériaux naturels non transformés par l’homme (graines, bois, faune, os humains, sédiments, etc), dont la conservation est justifiée par les besoins de la recherche scientifique.

Des dépôts de mobilier peuvent également être consentis par le SRA en faveur de musées ou institutions culturelles, pour permettre sa valorisation. Du mobilier a ainsi été déposé dans plusieurs musées d’Alsace possédant le label Musée de France tel que défini par la loi du 4 janvier 2002.

Liste des musées de France dépositaires de mobilier archéologique relevant de la responsabilité du SRA Alsace :

  • musée de la Porte de Thann à Cernay
  • musée Unterlinden de Colmar
  • musée historique de Haguenau
  • musée de la Chartreuse à Molsheim
  • musée historique de Mulhouse
  • musée archéologique de la ville de Strasbourg
  • musée historique de la ville de Strasbourg
  • musée des amis de Thann
  • musée Lalique de Wingen-sur-Moder

Des collections accessibles

L’accès au mobilier archéologique appartenant au SRA Alsace ou placé sous sa responsabilité se fait sur rendez-vous.

Contact : Juliette Rémy

Inventaire des archives de fouille : mode d’emploi !

La dernière étape d’une fouille archéologique consiste à enregistrer la documentation produite sur le terrain et en post-fouille (également nommée  » archives de fouille « ), comme le précise l’arrêté du 16 septembre 2004.

L’inventaire de ces documents est à annexer au rapport. Lors de la transmission du rapport, l’ensemble des archives accompagné de son inventaire fait l’objet d’un versement unique au Service régional de l’archéologie (SRA) de la DRAC Alsace.

Le SRA Alsace a élaboré un système d’enregistrement de la documentation afin d’aider les archéologues dans cette démarche. Voici ci-dessous le manuel complet décrivant pas à pas la méthode : classement, enregistrement puis conditionnement. Vous y trouverez tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les archives de fouille sans jamais avoir osé le demander.

…Pas le temps de lire tout le manuel ?

Nous vous recommandons alors de parcourir le mode d’emploi simplifié ci-dessous.

1. Classement de la documentation

Les documents sont à trier et classer avant inventaire.

Tri

Supprimez les doubles, les versions intermédiaires d’un même document, les images floues.

Classement

Il s’effectue en trois temps :

  • par grande catégorie de document (ex : numérique) ;
  • à l’intérieur de chaque catégorie, par nature de document (ex : numérique → image) ;
  • à l’intérieur de chaque type de document, par type de document (ex : numérique → image → photo de fouille).

Le Cadre de classement des archives de fouille vous liste tous les cas de figure. À chaque type de document correspond un code. Pas de panique, vous n’avez pas à retenir les codes et seuls quelques types sont à utiliser, dont voici les plus courants :

2. Enregistrement de la documentation

L’inventaire se fait à la pièce, sauf pour la documentation écrite qui est regroupée par lots. L’enregistrement s’effectue sur un tableur modèle, nommé AFX.ods (Archives de Fouille en Xml), dont la dernière version peut être récupérée sur simple demande au SRA Alsace.

Enregistrez ce modèle en cliquant sur FichierEnregistrer sous… et en nommant votre fichier du numéro d’opération à 4 chiffres figurant sur l’arrêté de prescription (ex : AFX2356.ods).

Le tableur modèle AFX.ods (un double-clic sur l'image l'affiche en taille réelle)

Dans l’onglet Saisie, renseignez les informations générales à l’opération :

  • numéro d’opération (ex : 2356) ;
  • opérateur ( ex : INRAP) ;
  • intitulé, qui figure sur l’arrêté de prescription (ex : lotissement Les Jardins du Parc) ;
  • lieu-dit/adresse (ex : 2, rue du Château) ;
  • responsable de l’opération (ex : Waton, Marie-Dominique) ;
  • type d’opération (ex : diagnostic) ;
  • commune, en vous aidant de la liste déroulante. Cliquez dans la cellule A11, puis tapez les premières lettres de la commune dans la cellule A1 ; les communes en rapport s’affichent. Sélectionnez la commune concernée en double-cliquant dessus.

Puis faites l’inventaire de vos archives de fouille dans le tableur, par type de document : une ligne correspond à un document. Voici les champs à remplir :

  • type de document, en vous aidant de la liste de déroulante ;
  • numéro du document : de 1 à n, par type de document ;
  • format du document, en vous aidant de la liste déroulante (ex : A4) ;
  • extension, dans le cas des documents numériques, en vous aidant de la liste déroulante (ex : .jpg) ;
  • année de production du document (ex : 2010) ;
  • auteur du document (ex : Waton, Marie-Dominique) ;
  • mots-clés matières, en vous aidant des 2 listes déroulantes (ex : sépulture ; inhumation) ;
  • chronologie, en vous aidant de la liste déroulante (ex : haut Moyen Âge) ;
  • contenant où est rangé le document (ex : Boîte 1, CD01) ;
  • légende du document (ex : Vue du silo 1024).

Le bouton Copier les formules vous permet de générer les codes identifiant qui seront à noter sur vos documents papier ou qui serviront de nom de fichier à vos documents numériques (ex : 5296-NIMFO-0012-NUC1A.jpg).

3. Conditionnement des documents

Une fois l’inventaire terminé, l’onglet Liste vous fournit la liste à annexer au rapport, et l’onglet Etiquette vous permet de créer vos étiquettes à coller sur les contenants.

Chaque document papier doit être marqué de son code identifiant au crayon à papier au verso de la feuille. Les documents papier sont à ranger par type dans des dossiers cartonnés.

Chaque document numérique doit être nommé par son code identifiant. Les documents numériques sont à archiver sur CD-Rom.

Enfin, la totalité des archives est à transmettre au Service régional de l’archéologie, accompagné du tableur AFX correspondant.

4. Aide et astuces

Comment faire pour récupérer la liste de ses fichiers au format txt ?

Comment renommer ses fichiers par lot ?

Comment récupérer cet article en version pdf ?

Les documentalistes du Service des patrimoines sont à votre disposition pour vous aider dans l’inventaire de vos archives de fouille : contactez-nous !

 

 

À propos de stèles gallo-romaines découvertes à Niederhergheim (68), en juin 2011

En Juin 2011, le maire de Niederhergheim, Monsieur Gilbert Loser, a déclaré la découverte de pierres tombales anciennes, lors de travaux d’assainissement rue d’Oberhergheim, auprès du service régional de l’archéologie d’Alsace. Elles ont été mises au jour, dans l’emprise d’une route départementale, vers 4,30 m de profondeur lors du creusement d’un puits perdu, sous des niveaux de crues importantes.

Les monuments funéraires, en grès, disposés à plat et en file sur une dizaine de mètres, sont d’époque romaine (2e – 3e s.).

Sept stèles ont été dénombrées : quatre possèdent une inscription dont trois présentent le célèbre D(iis) M(anibus) et quatre comportent des personnages en bas-relief. Sur l’une d’entre elles, un seul personnage féminin est représenté ; sur trois autres, un couple est figuré (deux couples homme/femme et un couple féminin). Plusieurs comportent deux ou trois registres.

Les attributs sont divers : gobelet, miroir, corbeille de fruits, et, parmi les attributs vestimentaires, une fibule, des bracelets. Une ascia a trouvé place sur une face latérale… et, sur cinq pierres, le registre sommital est décoré d’un croissant lunaire.

Les stèles funéraires ont été rapatriées à la DRAC Alsace en vue de leur étude, laquelle sera menée conjointement par les ingénieurs et conservatrice du service, versés dans la période antique : Dominique Bonneterre, Juliette Rémy, Georges Triantafillidis et Marie-Dominique Waton.

La plupart des monuments sont taillés dans un matériau de médiocre qualité, un poudingue (aggloméré de galets dans un ciment de sable rouge à gros grains) dont la carrière peut être située entre Soultz et Gueberschwihr ; l’un d’entre eux a été travaillé dans un grès jaune dont le ban d’origine se trouve vraisemblablement aux alentours de Rouffach.

Parmi les éléments remarquables, deux blocs de grès rouge (sans galets), issus d’une carrière différente et grossièrement équarris, étaient, selon toute vraisemblance, en attente de taille : cela semblerait indiquer que les monuments funéraires pouvaient être travaillés sur leur lieu de dépôt définitif ou à proximité immédiate.

Avec la mise en ligne de ce « carnet de recherche », il nous a paru intéressant d’ouvrir un débat sur quelques thèmes autour de ces monuments funéraires :

  • en premier lieu, sur le registre inférieur d’un des monuments, un chien gambade devant une petite table, surmontée d’un panier de fruits et encadrée par deux petits personnages, chacun tenant un récipient à libation dans les mains, l’un sans doute en verre, l’autre en céramique : la représentation d’un chien est-elle répandue dans l’ensemble de la Gaule ?
  • en second lieu, certaines inscriptions ont pu être déchiffrées, comme TAVRICVS/MARCELLINVS ou CREST/INTONIS (ou GREST/INTONIS).

Pour la première, l’alliance des deux noms pourrait-elle témoigner d’une origine lointaine de la personne inhumée ? Pour la seconde, si la transcription est assurée, sa lecture reste incertaine.

  • en dernier lieu, la découverte de la figuration du croissant lunaire sur cinq des stèles funéraires double, pratiquement, le nombre de ce symbole astral dans la région (sept connus antérieurement) ; cette concentration pourrait-elle avoir une signification sur l’origine des individus inhumés ?

 

Stèle 1

Stèle 2

Stèle 3, partie supérieure

Stèle 4, partie supérieure

Stèle 3, partie inférieure

Stèle 4, partie inférieure

Stèle 5

Stèle 6

La bibliothèque du Service régional de l’archéologie (SRA) Alsace

Le SRA Alsace dispose d’une bibliothèque de recherche sur l’archéologie régionale et différents thèmes relatifs à la discipline. Initialement créée pour les archéologues du SRA avant d’être ouverte à un public plus large, son fonds répond principalement aux besoins du service. En conséquence, certains ouvrages de base ne se retrouvent parfois pas dans les collections, mais on pourra avantageusement y découvrir quelques références très pointues introuvables dans d’autres bibliothèques de la région.

Le fonds de la bibliothèque est enrichi par voie d’acquisition et grâce à une politique d’échanges et de dons entre institutions éditrices.

1. Où trouver les documents ?

La bibliothèque du SRA se situe au Centre d’information et de documentation (CID) de la DRAC Alsace. Elle y propose en libre accès les ouvrages généraux sur l’archéologie (législation, pédagogie, conservation-restauration, etc.), des études plus spécifiques (monographies de sites, grandes périodes chronologiques, etc.) ainsi que des collections (Guides archéologiques de la France, Carte archéologique de la Gaule, etc.) et des revues.

La bibliothèque des alsatiques et des mémoires de recherche se trouve au 2e étage dans les locaux du SRA : elle n’est pas en libre accès et les ouvrages sont à consulter au CID.

À noter : les rapports de fouille ne dépendent pas de la bibliothèque, mais sont consultables au CID.

Le catalogue de la bibliothèque contient l’ensemble des monographies et les titres de revues. Ces dernières ne sont pas dépouillées dans la base, mais la bibliographie régionale figure chaque année dans le Bilan scientifique de la région Alsace, publication gratuite diffusée par le SRA et consultable au CID.

Le catalogue de la bibliothèque est consultable sur la base Malraux du Ministère de la culture et de la communication. Sur la page d’accueil, cliquez sur Recherche experte (en haut à droite), sélectionnez  » DRAC Alsace-Archéologie  » dans le champ Établissement puis entrez vos critères de recherche.

Les monographies y sont indexées par mots-clés d’après le thesaurus Pactols-sujets.

2. De quoi se compose le fonds de la bibliothèque ?

Le fonds de la bibliothèque se compose de monographies et de publications en série (collections et périodiques).

  • Monographies : l’ensemble du fonds est catalogué et la bibliothèque possède environ 3600 monographies. Celles-ci comprennent les sources publiées et les mémoires (maîtrise, DEA, Master, thèse) dont les sujets sont en rapport avec l’archéologie régionale ;
  • Publications en série : la bibliothèque propose 386 titres de publications en série.

3. Quel est le mode de classement ?

Monographies

Les monographies sont classées de manière thématique pour ce qui concerne les généralités, et selon les grandes périodes chronologiques pour les études spécifiques.

Le cote se compose de 3 séries de 3 lettres :

SRA + Thème + 3 premières lettres du nom de l’auteur

Vous trouverez ici le cadre de classement de la bibliothèque du SRA Alsace.

Publications en série

Les publications en série sont classées par pays, puis par ordre alphabétique de titre. Pour la France, un découpage revues nationales – revues régionales a été rajouté.

4. Comment accéder au fonds de la bibliothèque ?

La bibliothèque du SRA est accessible sans rendez-vous au CID de la DRAC Alsace, les lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h.

La consultation des publications se fait uniquement sur place.

Services proposés : aide à la recherche, photocopies.

Contact : doc-drac.alsace@culture.gouv.fr

 

Les archives de fouille au Service régional de l’archéologie (SRA) d’Alsace

Véritable mémoire des opérations archéologiques, les archives de fouille se composent de l’ensemble des documents produits au cours de la phase de terrain et lors des études ultérieures, jusqu’à la publication du rapport.

L’arrêté du 16 septembre 2004 (portant définition des normes d’identification, d’inventaire, de classement et de conditionnement de la documentation scientifique et du mobilier issu des diagnostics et fouilles archéologiques) décrit les archives de fouille comme une documentation scientifique se composant de documents graphiques, photographiques, audiovisuels, numériques, écrits, de moulages et empreintes, ainsi que de matériaux naturels et de nature biologique recueillis lors de l’opération.

À la fin de l’opération, l’archéologue classe et inventorie cette documentation puis en annexe la liste au rapport d’opération. Il la verse ensuite au SRA Alsace, qui a la responsabilité de la conserver et la mettre à disposition du public jusqu’à son dépôt définitif aux Archives départementales du chef-lieu de région.

Il faut noter que cet arrêté concerne uniquement les opérations d’archéologie préventive (sondages, évaluation, diagnostic, sauvetage urgent, fouille préventive). Le dépôt de la documentation des fouilles programmées et des découvertes fortuites n’entre pas dans ce cadre réglementaire.

1. Où trouver les archives de fouille ? Un fonds hétérogène

Au SRA Alsace, les archives de fouille se divisent en plusieurs collections, reflet de l’histoire administrative de la région et de l’évolution de la législation en matière de fouilles archéologiques.

1900-1980 : Le fonds ancien du Denkmalarchiv

Particularité alsacienne et mosellane, ces territoires annexés à la fin du 19e s. ont abrité un service du patrimoine, qui a très tôt constitué une collection documentaire décrivant le patrimoine régional : le Denkmalarchiv. Pour l’archéologie, on distingue deux types d’information :

  •  parmi les plans et illustrations figurent des documents directement liés aux fouilles archéologiques, essentiellement du début au milieu du 20e s. Ils sont peu nombreux en regard de l’ensemble du fonds ;
  • plus largement, d’autres documents sont en rapport avec l’archéologie du bâti : plans et relevés, photos de châteaux, d’églises ou d’édifices médiévaux et modernes peuvent aider l’archéologue pour restituer l’évolution architecturale du bâtiment étudié. Les illustrations dépassent le cadre temporel de la gestion allemande de la collection. Ainsi des documents antérieurs ont été acquis lors de la constitution du fonds (certains remontent au 18e s.) ; et par la suite, les services qui ont succédé au Landesamt ont continué à alimenter les dossiers, jusqu’aux années 1980.

1940-1980 : La carte archéologique

  • le Denkmalarchiv possédait aussi des dossiers archéologiques communaux rassemblant la bibliographie concernant les sites sur leur territoire, et parfois de la documentation originale (rapports succints, relevés de terrain, photos, etc.) provenant des opérations de terrain. Ces dossiers papier, datés pour la plupart des années 1940, ont été répartis dans les dossiers de la carte archéologique ;
  • par ailleurs, parmi les opérations postérieures aux années 1940, certaines n’ont pas donné lieu à la publication d’un rapport. Il s’agit souvent de découvertes fortuites, de suivi de travaux, ou d’opérations anciennes. Cette documentation se retrouve également dans les dossiers de la carte archéologique, classés par entité archéologique.

1950-2000 : La documentation des fouilles exécutées et autorisées par le Service régional de l’archéologie

Les archéologues des Circonscriptions, puis Directions régionales des antiquités, et enfin du Service régional de l’archéologie, ont réalisé des fouilles des années 1950 jusqu’au début des années 2000.

Parallèlement, bénévoles, sociétés d’histoire et d’archéologie, Association pour les fouilles archéologiques nationales (AFAN) ont aussi effectué des opérations archéologiques. Les archives de certaines de ces opérations ont fait l’objet d’un dépôt au SRA Alsace.

La documentation résultant de ces opérations est classée et en cours d’inventaire.

Depuis 2000 : La documentation de fouille des opérateurs en archéologie préventive

Depuis le début des années 2000, et suite à la loi sur l’archéologie préventive de 2001-2003, les dépôts d’archives de fouille se sont accrus jusqu’à devenir la règle aujourd’hui, grâce à la collaboration active des opérateurs fouillant dans la région (notamment l’INRAP, le PAIR et ANTEA-Archéologie). En 2006, un système de gestion de la documentation scientifique a été mis en place pour faciliter ce versement. Les archives de chaque opération d’archéologie préventive sont inventoriées à la pièce et conservées à la DRAC Alsace.

Un inventaire rétrospectif des collections anciennes est en cours selon la même méthode par les documentalistes du Service des patrimoines.

2. De quoi se compose un dossier d’archives de fouille ?

Le contenu des archives est très variable d’une opération à l’autre, suivant le type d’opération et l’année à laquelle elle a été réalisée.

En effet, longtemps conservée chez les archéologues, la documentation des fouilles anciennes est souvent éparse, incomplète, quand elle ne fait pas totalement défaut. Néanmoins, d’une manière générale, la documentation s’est étoffée et les dépôts au Service régional de l’archéologie se sont améliorés au fur et à mesure des années.

Le volume du dossier peut aussi différer selon qu’il s’agit d’un diagnostic ou d’une fouille préventive.

La nature des documents est aussi étroitement liée à l’évolution des techniques documentaires et des prises de vues : les supports vont des plaques de verre jusqu’aux fichiers numériques, en passant par les diapositives, les négatifs et tirages argentiques.

Les archives de fouille sont traitées de manière séparée par opération. L’arrêté du 16 septembre 2004 définit 6 catégories dans la documentation scientifique :

  • les documents graphiques (ex : plans, relevés, dessin de mobilier) ;
  • les documents photographiques et audiovisuels (ex : diapositives, photographies argentiques, films super 8 ) ;
  • les documents numériques (ex : photographies numériques, dessins assistés par ordinateur, tableaux-inventaires) ;
  • les documents écrits (ex : carnets de fouille, fiches structures) ;
  • les moulages et empreintes ;
  • les matériaux naturels et de nature biologique recueillis lors de l’opération.

En Alsace, les archives de fouille reprennent principalement les 4 premières catégories. Les moulages et empreintes sont extrêmement rares et les prélèvements et ossements sont gérés de la même manière que le mobilier.

 3. Quel est le mode de classement ?

Les archives sont rangées par opération puis par type de document dans des dossiers selon un cadre de classement défini par le SRA Alsace. Toutefois, les diapositives sont stockées à part dans un soucis de conservation. L’inventaire des documents est réalisé à la pièce selon un système homogène, quel que soit l’opérateur, afin de pouvoir disposer d’une base de données unique.

4. Comment accéder au fonds des archives de fouille ?

Le SRA Alsace est garant de la bonne conservation de ce fonds.

La consultation des archives de fouille se fait sur rendez-vous. Contact : Marie Stahl

La réutilisation de ces documents obéit à certaines contraintes, car ils sont soumis aux droits d’auteurs. Le SRA ne détient pas les droits d’exploitation sur les documents qu’il n’a pas lui-même produit.