8. Bertrand Monnet

Un architecte de la reconstruction en Alsace

Né en 1910, Bertrand Monnet devient architecte diplômé en 1941 et architecte en chef des Monuments historiques l’année suivante. En 1950, Bertrand Monnet réalise les bâtiments semi-permanents du Conseil de l’Europe à Strasbourg avec ses associés. Ces bâtiments se composent d’un secrétariat général, établi de manière permanente, de salles pour le Comité des Ministres, l’Assemblée consultative et les services de presse, fonctionnant de manière intermittente. L’accent est mis sur la rapidité d’exécution, l’adaptation à des évolutions futures et sur l’économie réduite d’un projet qui se conçoit comme une architecture provisoire « dont le délai d’utilisation escompté doit être de dix ans » (L’Architecture d’aujourd’hui, n°38). L’architecte a recours à une ossature en charpente métallique et à la préfabrication pour accélérer les délais d’exécution.

À partir de 1951, il élabore plusieurs avant-projets pour la nécropole et le mémorial de l’ancien camp de concentration du Struthof à Natzwiller (Bas-Rhin). Entre 1957 et 1960, il érigera notamment la flamme-mémorial, en collaboration avec le sculpteur Lucien Feugniaux.

Dessin de Bertand Monnet poour la flamme mémorial hélicoïdale du camp du Struthof à Natzwiller (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Dessin de Bertand Monnet poour la flamme mémorial hélicoïdale du camp du Struthof à Natzwiller (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Bertrand Monnet intervient à nouveau avec Victor Schirrer pour la construction
du siège de l’Union charbonnière rhénane en 1955 (le bâtiment abrite actuellement le consulat général d’Allemagne), remarquable par l’utilisation de la pierre de Beaumont en façade qui tranche avec le milieu environnant. Et enfin, de 1963 à 1965, l’architecte participe à la construction du Palais des Droits de l’Homme. Le parti architectural est caractérisé en façade par des motifs de lames de béton, qui font saillie devant les fenêtres des étages et font office de brise soleil.

Palais des Droits de l'Homme, 2015. Cliché : Olivier Munsch (DRAC Alsace)

Palais des Droits de l’Homme, 2015. Cliché : Olivier Munsch (DRAC Alsace)

La restauration monumentale, théories et pratiques

Bertrand Monnet mène, parallèlement, de nombreux travaux de restauration, illustrés ici par quelques exemples significatifs.

Il entretient des liens étroits avec la Société pour la conservation des Monuments historiques d’Alsace et la Société des Amis de la cathédrale. Il présente les travaux en cours et à venir à la cathédrale de Strasbourg devant les deux sociétés réunies au Palais Rohan en 1963.

En 1972 est décidée la construction d’un nouveau clocher pour l’église paroissiale Saint-Martin de Pfaffenheim (Haut-Rhin) que Bertrand Monnet achèvera en 1975. Ces nouvelles dispositions viennent remplacer le clocher néo-gothique élevé par Charles Winkler dont la flèche fut détruite par les bombardements de 1945.

Église de Pfaffenheim avec le clocher reconstruit par Bertrand Monnet (DRAC Alsace)

Église de Pfaffenheim avec le clocher reconstruit par Bertrand Monnet (DRAC Alsace)

Durant sa carrière en Alsace longue de 35 ans, l’architecte en chef des Monuments historiques est intervenu sur de nombreux édifices : l’abbatiale de Walbourg, les églises de Haguenau, le château des Rohan à Saverne, l’abbatiale d’Ebersmunster, les églises d’Ammerschwihr, de Feldbach, les châteaux de Reichshoffen et de la Petite-Pierre.

À l’occasion d’une communication faite devant l’Académie des Beaux-Arts en octobre 1987, Bertrand Monnet revient sur les métamorphoses de la cathédrale depuis l’édifice de Werner jusqu’aux travaux de Gustave Klotz. Outre son projet de mitre de 1968, l’architecte défend le principe d’une intervention contemporaine. Ainsi qualifiera-t-il la restauration de la tour de Klotz de « solution de paresse, voire de pusillanimité » tout en fustigeant l’attitude de la commission supérieure des Monuments historiques et de la municipalité.

Tour de croisée, projet de reconstruction, 1968. Auteur : Bertrand Monnet (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Tour de croisée, projet de reconstruction, 1968. Auteur : Bertrand Monnet (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Il meurt le 12 juin 1989.

(Auteur : Keyne Richard)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *