6. Le rôle de l’État : l’administration de la cathédrale au XXe siècle

La maîtrise d’ouvrage

Comme toutes les cathédrales de France, Notre-Dame de Strasbourg a été attribuée à l’État lors de la Révolution française. Il en assure depuis la maîtrise d’ouvrage.

Toutefois, l’édifice ayant été rendu au culte catholique en 1801, celui-ci est représenté depuis par un conseil de Fabrique, lequel est responsable des objets du culte et peut exercer les fonctions de maître d’ouvrage pour les opérations en lien avec le fonctionnement liturgique de l’édifice.

Enfin, la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame (OND) intervient également à ce titre, spécifiquement pour les lots de maçonnerie, pierre de taille et sculpture. Sous les deux périodes d’administration allemande, la cathédrale ressortit uniquement de l’autorité municipale. La Fondation fut alors seule en charge des travaux.

La flèche de la cathédrale dans les années 1960. (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

La flèche de la cathédrale dans les années 1960. (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

L’administration des Monuments historiques et le contrôle scientifique et technique

La cathédrale ayant été classée au titre des Monuments historiques en 1862, les grandes interventions font l’objet de discussions en commission nationale des Monuments historiques, sur le rapport de l’inspecteur général des monuments historiques : Émile Boeswillwald après les destructions de 1870, Paul Gélis dans l’entre-deux-guerre, Jean-Pierre Paquet en 1968, ou Michel Jantzen en 1988, ont ainsi rendu des avis de fond sur les partis de restauration à adopter.

En outre, une conservation régionale des bâtiments de France fut créée à Strasbourg en 1956 pour suivre au quotidien l’actualité des monuments protégés, d’abord confiée à Jean-Pierre Mougin, puis à Jean Dumas en 1964. Ce dernier devient le premier directeur régional des Affaires culturelles d’Alsace en 1969. Sous son autorité est mise en place une conservation régionale des Monuments historiques, chargée de suivre le parc des monuments protégés de l’ensemble de la région, et d’exercer la maîtrise d’ouvrage sur ceux appartenant à l’État et affectés au ministère de la Culture. La cathédrale est le plus important d’entre eux.

Le conservateur de la cathédrale

À compter de 1946, une agence départementale des bâtiments de France est établie à Strasbourg, sous l’autorité d’un architecte des bâtiments de France, héritier des architectes ordinaires des Monuments historiques. À ses missions de contrôle et de conseil en architecture et urbanisme aux abords des Monuments historiques s’ajoute la conservation de la cathédrale, tout particulièrement sous ses aspects d’entretien, de sécurité et de sûreté de l’édifice.

(Auteur : Louis-Napoléon Panel)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *