5. Le sauvetage de la cathédrale au début du XXe siècle : Johann Knauth et la reprise des fondations de la tour

Dans les années 1910-1920 à Strasbourg, capitale du nouveau Reichsland Elsass-Lothringen (Alsace-Lorraine), se déroule l’un des plus grands chantiers de restauration de la cathédrale. Il vise à résoudre le risque d’effondrement de la haute tour dû à l’affaissement des fondations. De gigantesques travaux de reprise en sous-œuvre des fondations du grand pilier soutenant la tour, entrepris avec des techniques innovantes comme le béton armé, constituent une prouesse et propulsent les restaurateurs dans le XXe siècle.

Tout commence en 1903 par l’observation de fissures sur le premier pilier nord de la nef. Une analyse statique révèle une surcharge sur le pilier due à son contexte architectural, et un important report de charges du grand pilier portant la tour. En 1907, Johann Knauth, architecte de l’Œuvre depuis 1905, encercle ce pilier fragilisé d’une armature de fer.

Des fouilles réalisées entre 1907 et 1912 montrent l’état accablant des fondations sous le grand pilier. Constituées de maçonneries romanes et gothiques, elles sont raccordées entre elles de façon sommaire et la surcharge qui pèse sur elles provoque leur affaissement. Des études et expertises concluent au remplacement complet des fondations médiévales par une plate-forme en béton armé. Quatre entreprises spécialisées sont invitées à concourir, et deux, Th. & Ed. Wagner et Ed. Züblin & Comp. sont retenues. Les travaux s’effectuent sous la régie et l’administration de l’Œuvre Notre-Dame ; les entreprises sont responsables des calculs et de la bonne exécution des constructions. Le conseil municipal approuve le projet en juin 1911.

Fouilles dans la cathédrale (Denkmalarchiv, DRAC Alsace- OND)

Fouilles dans la cathédrale (Denkmalarchiv, DRAC Alsace- OND)

En 1912/1913, on étaye les arcades et les voûtes voisines et on sépare la nef du chantier par une palissade. Le grand pilier de la tour et ses fondations reçoivent un cerclage en béton armé et les fondations médiévales sont démontées en sous-œuvre. Le maintien du pilier en place et son soulèvement de quelques centimètres sont réalisés à l’aide de vérins hydrauliques. Une plate-forme en béton, réalisée en plusieurs étapes entre 1917 et 1926, remplace les fondations endommagées.

Croquis schématique des travaux de reprise des fondations du pilier de la tour (Fondation de l'Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

Croquis schématique des 6 phases des travaux de reprise des fondations du pilier de la tour (Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

Dès la fin de la guerre en 1918 le maintien de Johann Knauth fait débat. Son refus d’opter pour la nationalité française amène en 1920 à son licenciement et à son expulsion. Il se retire à Gengenbach (pays de Bade) où il meurt en 1924. Les travaux sont poursuivis par son principal collaborateur, l’architecte Charles Pierre (1875-1962), puis par l’architecte municipal Clément Dauchy (1865-1927), nommé dès 1922 architecte en chef des Monuments historiques pour la cathédrale et architecte de l’Œuvre Notre-Dame.

Plan d'étalement du narthex, de la nef et du pilier nord entre les travées 6 et 7, depuis l'est. Auteur : Patrick Bonnet, 1920 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Plan d’étalement du narthex, de la nef et du pilier nord entre les travées 6 et 7, depuis l’est. Auteur : Patrick Bonnet, 1920 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

La fin des travaux et la réouverture du grand portail sont solennellement fêtées les 9 et 10 octobre 1926.

Photo de groupe, peu avant l'achèvement de la reconstruction du premier pilier de la nef, 1926. 1er à gauche : Charles Pierre, conducteur des travaux à l'OND ; 5e à gauche : Clément Dauchy, architecte en chef des Monuments historiques (Fondation de l'Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

Photo de groupe, peu avant l’achèvement de la reconstruction du premier pilier de la nef, 1926. 1er à gauche : Charles Pierre, conducteur des travaux à l’OND ; 5e à gauche : Clément Dauchy, architecte en chef des Monuments historiques (Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, Strasbourg)

(Auteur : Sabine Bengel)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *