4. Fouilles et découvertes autour et sous la cathédrale

Le sous-sol de la chapelle Saint-Laurent, un panorama exceptionnel du camp romain à l’actuelle cathédrale

Modèle tridimensionnel de la crypte archéologique sous l'actuelle chapelle Saint-Laurent de la cathédrale de Strasbourg. Auteurs : T. Landes (Insa de Strasbourg), J.-J. Bigot (Inrap), Stéphane Potier (Inventive-Studio Strasbourg)

Modèle tridimensionnel de la crypte archéologique sous l’actuelle chapelle Saint-Laurent de la cathédrale de Strasbourg. Auteurs : T. Landes (Insa de Strasbourg), J.-J. Bigot (Inrap), Stéphane Potier (Inventive-Studio Strasbourg)

Dans la perspective du millénaire des fondations de la cathédrale de Strasbourg (1015-2015), une équipe de recherche pluridisciplinaire (archéologues, topographes, architectes, historiens de l’art et un tailleur de pierre) a procédé en 2014 à l’étude architecturale des maçonneries romaines et médiévales mises au jour entre 1966 et 1972 sous la chapelle Saint-Laurent.

Nuage de points du sous-sol, du rez-de-chaussée et des voûtes de la chapelle Saint-Laurent après traitement. Auteur : T. Landes (Insa de Strasbourg)

Nuage de points du sous-sol, du rez-de-chaussée et des voûtes de la chapelle Saint-Laurent après traitement. Auteur : T. Landes (Insa de Strasbourg)

Des vestiges du camp romain (IIe-IVe siècles)

Quelques murs et sols, parfois richement décorés, semblent appartenir à deux maisons luxueuses mitoyennes, localisées le long de la via principalis (l’axe de la rue du Dôme) du camp de la VIIIe légion Auguste, ce qui suggère qu’elles ont pu être occupées par deux des représentants de l’état-major.

Plan du sous-sol de la chapelle Saint-Laurent avec indication des vestiges antiques. Auteurs : C. Gaston, J.-J. Bigot (Inrap), T. Landes (Insa de Strasbourg)

Plan du sous-sol de la chapelle Saint-Laurent avec indication des vestiges antiques. Auteurs : C. Gaston, J.-J. Bigot (Inrap), T. Landes (Insa de Strasbourg)

Un bassin de la fin de l’Antiquité (IVe-Ve siècles)

Un massif de maçonnerie découvert en 1968 circonscrit, d’après un sondage complémentaire réalisé par l’Inrap sur autorisation du service régional de l’Archéologie, DRAC Alsace, un bassin à eau dont seule une partie (un quart ?) est conservée. En le comparant aux centaines de baptistères répertoriés dans le monde paléochrétien, les archéologues pensent identifier une piscine baptismale. En tel cas, il s’agirait du premier lieu de culte chrétien à Strasbourg.

Vue vers l'est du bassin de l'Antiquité tardive. Le bassin est coupé par le massif A (à gauche) et par le mur sud-est de la chapelle Saint-Michel inférieure (à droite) et la fondation du bas-côté nord de la cathédrale. Cliché : J.-J. Bigot (Inrap)

Vue vers l’est du bassin de l’Antiquité tardive. Le bassin est coupé par le massif A (à gauche) et par le mur sud-est de la chapelle Saint-Michel inférieure (à droite) et la fondation du bas-côté nord de la cathédrale. Cliché : J.-J. Bigot (Inrap)

Des fondations millénaires

Sous la chapelle Saint-Laurent, on peut encore voir un tronçon des fondations érigées à l’époque de l’évêque Werner vers 1015. Cette maçonnerie, en petit appareil très soigné, est fondée sur un radier de pieux et descend sous l’actuel sol sur près de 5 m. L’élévation de la cathédrale gothique (ici le bas-côté nord) repose sur les fondations wernériennes qui furent autant que possible réemployées.

Vue vers le sud-est des fondations de la cathédrale ottonienne (vers 1015) avec, au premier plan, sol en terrazzo et murs antiques. Cliché : J.-J. Bigot (Inrap)

Vue vers le sud-est des fondations de la cathédrale ottonienne (vers 1015) avec, au premier plan, sol en terrazzo et murs antiques. Cliché : J.-J. Bigot (Inrap)

Des phases de construction liées à la cathédrale romane tardive et gothique

Un massif de fondation (A) surmonté d’un socle taillé en chanfrein, construit entre 1150 et 1180, pourrait avoir servi de base à une tourelle d’escalier en vis destinée à desservir les parties hautes de l’édifice wernérien pendant le chantier de reconstruction des bras du transept.

Un autre massif de fondation (B), érigé entre 1180 et 1200, devait certainement soutenir le contrefort d’un premier projet de nef romane qui n’a jamais vu le jour.

Dans le même temps commencent les travaux de construction d’une chapelle sur ossuaire, dédiée à saint Michel, dans l’angle formé par le bas-côté et le bras nord du transept : quatre piliers et sept pilastres portaient les croisées d’ogives des voûtes de l’ossuaire semi-enterré.

Plan du sous-sol de la chapelle Saint-Laurent avec indication de la chapelle Saint-Michel inférieure et du caveau des évêques. Auteurs : C. Gaston, J.-J. Bigot (Inrap), T. Landes (Insa de Strasbourg)

Plan du sous-sol de la chapelle Saint-Laurent avec indication de la chapelle Saint-Michel inférieure et du caveau des évêques. Auteurs : C. Gaston, J.-J. Bigot (Inrap), T. Landes (Insa de Strasbourg)

Entre 1225 et 1235, les parois des deux premières travées du bas-côté nord de la nef gothique sont réalisées d’est en ouest. Le contrefort de la première travée est édifié à cheval sur le massif de fondation B et sur un nouveau massif (B’) comportant une saillie pour une tourelle d’escalier en vis desservant les parties hautes du bas-côté. Après la réalisation de la première travée, le niveau supérieur de la chapelle Saint-Michel a pu être érigé, avant même que la nef gothique ne soit achevée, entre 1235 et 1275.

Les 500 ans de la chapelle Saint-Laurent

La chapelle sur ossuaire Saint-Michel a été démolie, et son sous-sol comblé, en vue de la construction, de 1515 à 1521, de l’actuelle chapelle Saint-Laurent. Les murs de la nouvelle chapelle s’appuient en partie sur les maçonneries antérieures. La tourelle d’escalier en vis, fondée sur la saillie du massif B’, a été démontée à l’exception de sa partie sommitale, conservée au niveau du toit de la chapelle. La chapelle Saint- Laurent est due au maître d’œuvre de la cathédrale Hans Hammer, l’auteur de la célèbre chaire, qui en a commencé les travaux en 1515, travaux poursuivis et achevés par son gendre, Bernard Nonnenmacher.

(Auteur : Gertrud Kuhnle)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *