21. Achever la cathédrale ? À la recherche d’une flèche sud

La façade occidentale de la cathédrale de Strasbourg laisse depuis 1439 un sentiment d’étrangeté et d’inachèvement à ses admirateurs. Pourquoi ce décor de façade hétérogène ? Pourquoi avoir ajouté postérieurement un «beffroi» entre les deux tours, chargeant la rosace d’un poids inutile et dangereux ? Pourquoi, surtout, couronner les deux tours d’une seule flèche ?

Vue imaginaire de la façade ouest de la cathédrale s'élevant au-dessus des toits de la ville. Les deux flèches sont tirées d'une interprétation du dessin de Schinkel, mais reposent sur les tours aujourd'hui visibles et issues d'un plan ultérieur. Auteur : S. Martin, d'après C. Perrin (Denkamalrchiv, DRAC Alsace)

Vue imaginaire de la façade ouest de la cathédrale s’élevant au-dessus des toits de la ville. La forme des deux flèches fait référence à des projets médiévaux (« dessin B ») . Auteur : S. Martin, d’après C. Perrin (Denkamalrchiv, DRAC Alsace)

Lors de l’annexion de l’Alsace à l’empire allemand, l’achèvement de la cathédrale de Cologne, occasion d’une fête grandiose en 1877, remet sur le devant de la scène la question d’un parachèvement de Notre-Dame de Strasbourg. Plusieurs architectes proposent des projets pour une seconde flèche de la cathédrale et le remaniement de la partie centrale du troisième étage, stigmatisant le beffroi jugé disgracieux. Friedrich Adler, ingénieur berlinois, fournit deux essais de reconstitution de la façade prévue à l’origine, la première en revenant selon lui à ce qu’avait imaginé Erwin, la seconde par simple duplication de la flèche nord.

Vue imaginaire de la façade ouest de la cathédrale de Strasbourg avec la projection de la flèche sud (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Vue imaginaire de la façade ouest de la cathédrale de Strasbourg avec la projection de la flèche sud (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Réagissant aux projets d’achèvement des cathédrales de Cologne et d’Ulm, Heinrich Schuster, ingénieur en bâtiment, et Charles Winkler, architecte, livrent en 1880 une série de propositions. Le premier présente un projet reposant également sur la duplication de la flèche nord, mais modifiant profondément l’apparence de la façade et la faisant disparaître sous une démultiplication d’éléments architecturaux et de sculptures décoratives. Winkler, quant à lui, propose un contrepied rationnel aux élans du cœur de son prédécesseur avec une solution se voulant logique et originale. Pour lui, l’élément central, pesant sur la rose, doit être remanié et disparaître sous un pignon et un remplage formant écran, version qu’il reprend des plans médiévaux. Cette veine historiciste le pousse à imaginer l’érection d’une seconde flèche divergeant complètement de son pendant nord, à la manière de la cathédrale de Chartres, qu’il invoque comme modèle.

 

Projet d'achèvement de la façade ouest de la cathédrale de Strasbourg, 1880. Auteur : Charles Winkler (Fondation de l'Œuvre Notre-Dame, dépôt Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Projet d’achèvement de la façade ouest de la cathédrale de Strasbourg, 1880. Auteur : Charles Winkler (Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, dépôt Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Le rejet par la population de projets perçus comme une tentative d’humiliation de la part des vainqueurs conduit les autorités à renoncer à toute flèche sud. En outre, deux éminents architectes ont alerté la Ville sur les parties à restaurer en urgence suite au bombardement d’août 1870. Enfin, en 1906, la détection d’une fissuration du pilier nord du massif occidental relègue définitivement aux oubliettes les projets de construction d’une seconde flèche.

(Auteur : Pierre-Olivier Benech)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *