17. Le réaménagement du chœur

Le point de départ a été la nécessité de remplacer l’autel provisoire en usage depuis la réforme de Vatican II. Monseigneur Doré, alors archevêque de Strasbourg, s’est tourné vers l’architecte Jean-Marie Duthilleul, qui venait de réaliser le réaménagement du chœur de Notre-Dame de Paris. Le dialogue entre l’archevêque et l’architecte les a menés à la conclusion que la rénovation devrait aussi estomper l’effet de séparation entre les fidèles, installés dans la nef, et les célébrants, agissant dans le chœur.

Vue du chœur et de l'emmarchement avant le réaménagement de 2004 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Vue du chœur et de l’emmarchement avant le réaménagement de 2004 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Cet effet était moins dû à la différence de niveau qu’à la présence de deux rampes massives en grès encadrant l’escalier d’accès. M. Duthilleul a donc envisagé leur suppression, assortie d’un élargissement des marches. Comme on devait ces rampes aux travaux de rénovation menés au XIXe siècle par le grand architecte Gustave Klotz, leur suppression supposait l’autorisation de la Commission supérieure des Monuments historiques, qui l’a acceptée à la condition que tous les éléments démontés soient soigneusement conservés.

Ordonnancement de l'espace liturgique et présentation du mobilier. Auteur : DBPM, dossier documentaire des ouvrages exécutés (Fabrique de la Cathédrale de Strasbourg)

Ordonnancement de l’espace liturgique et présentation du mobilier. Auteur : DBPM, dossier documentaire des ouvrages exécutés (Fabrique de la Cathédrale de Strasbourg)

Le chœur rénové présente les caractéristiques suivantes :

  • Le nouveau mobilier liturgique, comportant autel, ambon et cathèdre, est confectionné dans un même marbre de couleur « griotte ».
  • Un grand emmarchement relie un pilier à l’autre de la nef, la partie centrale étant constituée par l’ancien escalier, devenu caveau des évêques. Les entrées latérales permettant l’accès à la crypte ont été couvertes par un châssis métallique.
  • Une pente à 3% est établie dans le chœur, afin que les célébrants restent entièrement visibles depuis la nef quelle que soit leur position.
  • Une grande croix dorée, dessinée par Jean-Marie Duthilleul, qui avait constaté que ce signe majeur des chrétiens était trop discret. L’idée lui vint d’établir au fond du chœur cette croix de grande dimension, parfaitement visible depuis la nef.
Travaux de réaménagement de l'escalier et accès au caveau des évêques (Fabrique de la Cathédrale de Strasbourg)

Travaux de réaménagement de l’escalier et accès au caveau des évêques (Fabrique de la Cathédrale de Strasbourg)

Le chantier entamé au printemps 2004 a été achevé pour le 23 novembre 2004, date anniversaire des 60 ans de la Libération de Strasbourg. Il a été inauguré ce jour là en présence de M. J.-P. Raffarin, Premier ministre.

Le mobilier actuel. Cliché : Olivier Munsch (DRAC Alsace)

Le mobilier actuel. Cliché : Olivier Munsch (DRAC Alsace)

Le coût de l’opération s’est élevé à environ 2 350 000 €. La fabrique a assuré une petite moitié du financement (un peu plus d’un million d’euros). Un autre million d’euros a été constitué par les subventions publiques de la Région Alsace, de la Ville de Strasbourg et des départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin.

Un appel au mécénat a été effectué afin de boucler le plan de financement : de grandes entreprises régionales ont tenu à s’associer au projet, réunissant près de 200 000 €.

(Auteur : Bernard Xibaut)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *