16. Les cloches de la cathédrale : un patrimoine entre guerre et récréation

La guerre est l’ennemie des cloches. Coulées dans un bronze dont la qualité doit garantir les propriétés acoustiques, celles-ci représentent une manne pour qui cherche dans l’urgence matière à fondre des canons. Par bonheur, la sonnerie de Notre-Dame de Strasbourg a su résister, souvent in extremis, aux trois guerres franco-allemandes dont la ville a fait l’objet.

En 1917, trois des quatre cloches de volée du grand beffroi ont été réquisitionnées par l’administration allemande, pour les besoins des armées. Il s’agissait de trois œuvres de la maison Edel, livrées en 1806, et dont une avait dû être renouvelée en 1814. Toutefois, ces trois cloches, envoyées à Francfort-sur-le-Main, n’ont pas eu le temps d’être fondues. Restituées à la cathédrale en 1919, elles ont repris leur place dans le massif occidental.

Cloches déposées, destinées à être fondues, 1917 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Cloches déposées, destinées à être fondues, 1917 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

De nouveau en 1943, un inventaire des cloches fut entrepris par Hans Rolli, du Landesdenkmalamt, lequel préconisait de préserver les cloches de la cathédrale et notamment de conserver au moins les deux plus anciennes, fondues en 1427 et 1786, rescapées des saisies révolutionnaires. Par bonheur, la ville fut libérée avant que tout transfert ait pu avoir lieu.

Dans les années 1970, pour des raisons musicales, de profonds remaniements sont opérés. Les trois cloches installées sous le Premier Empire et déposées une première fois en 1917 quittent définitivement la cathédrale pour rejoindre Avolsheim. En 1975 et 1976, sept cloches neuves, pesant de 570 à 3900 kilos, sont commandées aux fonderies de Heidelberg. L’une d’elle, fêlée, est remplacée en 2006 par les ateliers Voegélé, sur un moule fourni par un bénédictin de Maria-Laach, frère Michael.

Entre temps, le carillon du beffroi s’était doté d’une 10e cloche, en sol bémol 3, coulée à Karlsruhe en 1987 et portant les armes de Jean-Paul II, le pape attendu l’année suivante dans la cathédrale.

Au début des années 1990, le projet apparaît également d’équiper la tour de croisée, dont la couverture et la charpente venaient d’être restituées sur le modèle néo-roman de Gustave Klotz.

Une première cloche de 150 kilos y est placée en 1993, puis une seconde de 300 kilos, en 2004.

Enfin, pour le lancement du millénaire de la cathédrale en septembre 2014, quatre nouvelles cloches sont installées dans la tour de Klotz, portant le total de la cathédrale à 16 cloches de volée, dont 14 coulées ces 40 dernières années.

Cloches créées pour la tour de croisée en 2014, présentées dans la chapelle Saint-Laurent. Cliché : Claude Truong-Ngoc (Wikimedia Commons)

Cloches créées pour la tour de croisée en 2014, présentées dans la chapelle Saint-Laurent. Cliché : Claude Truong-Ngoc (Wikimedia Commons)

(Auteur : Louis-Napoléon Panel)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *