15. Les quatorze tapisseries de la Vierge

Historique

1638

Commande de 4 tapisseries à la Vierge par le cardinal de Richelieu pour orner le chœur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, suite au vœu de Louis XIII de consacrer son royaume à la Vierge, après la victoire contre les Espagnols et leurs alliés.

Chaque bordure porte, dans sa partie supérieure, les armoiries et les initiales d'Armand du Plessis, cardinal de Richelieu. Cliché : Gilbert Poinsot (DRAC Alsace)

Chaque bordure porte, dans sa partie supérieure, les armoiries et les initiales d’Armand du Plessis, cardinal de Richelieu. Cliché : Gilbert Poinsot (DRAC Alsace)

1640

Livraison de 2 tapisseries d’après des tableaux peints par Philippe de Champaigne.

1642-1643

Morts de Richelieu et de Louis XIII. Michel le Masle, intendant de Richelieu, suit la commande.

1650

Livraison de la 3e tapisserie par le marchand lissier bruxellois Charles Delafontaine, d’après un carton de Jacques Stella.

1652-1657

Livraison des 11 dernières tapisseries tissées dans l’atelier privé de Pierre Damour, installé près de Notre-Dame, d’après des cartons de Charles Poerson.

1700

Le chœur de l’église Notre-Dame est remanié selon la volonté de Louis XIV, sous la direction de l’architecte Robert de Cotte. Les tapisseries n’y trouvent plus leur place et sont exposées épisodiquement dans des églises parisiennes.

1730

Le chapitre cathédral décide de vendre les tapisseries.

1739

Achat des 14 tapisseries par le chapitre cathédral de Strasbourg, par l’entremise de l’influent cardinal de Rohan.

Cartouche retissé en bas de chaque tapisserie, rappelant l'achat des tapisseries en 1739 par le chapitre de la cathédrale de Strasbourg : "Acquis par le très révérend et très illustre chapitre de Strasbourg à l'usage de l'église cathédrale en 1739. Cliché : Gilbert Poinsot (DRAC Alsace)

Cartouche retissé en bas de chaque tapisserie, rappelant l’achat des tapisseries en 1739 par le chapitre de la cathédrale de Strasbourg : « Acquis par le très révérend et très illustre chapitre de Strasbourg à l’usage de l’église cathédrale en 1739 ». Cliché : Gilbert Poinsot (DRAC Alsace)

1998-1999

Restauration des tapisseries par la Manufacture royale de tapisseries Gaspard de Wit, à Malines (Belgique).

Conservation et restauration

Nettoyage des tapisseries

Les tapisseries étaient en bon état de conservation. Par contre, elles étaient très sales, résultat de leur exposition, même si certaines avaient été lavées récemment. Par endroits ont été observées quelques taches de cambouis et des coulures de plombs. Un nettoyage général a été préconisé.

  • Nettoyage par aspiration

Toutes les poussières des tapisseries ont été éliminées par aspiration. Les fils de la doublure de la toile sont d’abord décousus puis éliminés. Une centrale d’aspiration permet ensuite d’aspirer la poussière à l’aide de brosses à poils longs et souples afin de ne pas endommager les fibres.

Nettoyage de la tapisserie par aspiration (Manufacture royale de tapisseries De Wit)

Nettoyage de la tapisserie par aspiration (Manufacture royale de tapisseries De Wit)

Détails de la bordure , avant et après aspiration (Manufacture royale de tapisseries De Wit)

Détails de la bordure , avant et après aspiration (Manufacture royale de tapisseries De Wit)

  • Nettoyage par brumisation

Malgré ce travail d’aspiration, 7 tapisseries restaient très sales, interdisant la possibilité de traitement en conservation. Un nettoyage à l’eau a été préconisé. Une brumisation par aspersion d’aérosol a été effectuée. Elle consiste à humidifier la tapisserie par un brouillard d’eau et de produit nettoyant qui traverse le tissu sous forme de fines gouttelettes, ce qui n’est pas préjudiciable aux fibres fragiles. Une aspiration permet de récupérer ensuite cette eau. On envoie d’abord de l’eau additionnée d’un détergent. Un rinçage à l’eau adoucie puis à l’eau déminéralisée termine l’opération avant séchage. Chaque opération est filmée et suivie à l’aide d’ordinateur qui analyse en permanence le degré d’acidité (PH) de l’eau recueillie.

Local de nettoyage des tapisseries par aspersion. Dans la partie supérieure sont situées les buses permettant de projeter un brouillard d'air et d'eau) au-dessus des tapisseries. L'eau est ensuite recueillie par aspiration sous le treillis. Chaque opération est suivie par des caméras et contrôlée par ordinateur (Manufacture royale de tapisseries De Wit)

Local de nettoyage des tapisseries par aspersion. Dans la partie supérieure sont situées les buses permettant de projeter un brouillard d’air et d’eau) au-dessus des tapisseries. L’eau est ensuite recueillie par aspiration sous le treillis. Chaque opération est suivie par des caméras et contrôlée par ordinateur (Manufacture royale de tapisseries De Wit)

Restauration et doublage

Les interventions en restauration et en conservation ont été assez limitées. Une restauration récente avait consolidé les lacunes et les déchirures par des bandes adhésives, parfois cousues. Ce travail inadapté occasionnait des tensions dommageables sur les fibres. Les bandes ont été soigneusement enlevées et remplacées par un tissu de consolidation en lin pur, fixé par un réseau de lignes cousues. Des points de couture spéciaux ont permis de consolider les déchirures. Ces interventions parfaitement réversibles ont redonné de la lisibilité à l’ensemble. Les tensions différentielles, résultat d’une exposition et d’un stockage inadaptés, ainsi que d’un doublage mal conçu, ont provoqué la rupture des relais entre les fils colorés de la chaîne. Ils ont tous été recousus.

Couture des relais brisés (Manufacture royale de tapisseries De Wit)

Couture des relais brisés (Manufacture royale de tapisseries De Wit)

Consolidation des lacunes et des petites déchirures (Manufacture royale de tapisseries De Wit)

Consolidation des lacunes et des petites déchirures (Manufacture royale de tapisseries De Wit)

Les doublures anciennes, sales, trop épaisses et lourdes, en tissu non décati, cousues en continu ont systématiquement été remplacées par du lin pur décati et teint en ocre, à haute résistance à la lumière, fixé par un réseau de lignes verticales, placées en damier et espacées l’une de l’autre de 15cm, avec des points de fixation tous les 1,5cm. Ainsi, les tensions sont régulièrement réparties. Des bandes auto adhérentes ont été cousues au sommet des tapisseries, sur la doublure, afin de répartir régulièrement les charges.

Exposition et stockage

Un protocole d’accord, rédigé par le Laboratoire de recherche des Monuments historiques a été mis en place afin de pérenniser cette importante tenture. Une exposition limitée dans le temps (1 mois par an), un éclairage régulé, des filtres anti-UV assurent une bonne conservation des pigments naturels. La mise en place des tapisseries a également été revue.

 

Mise en place d'un tapisserie par les employés de la Fabrique (Fabrique de la cathédrale de Strasbourg)

Mise en place d’un tapisserie par les employés de la Fabrique (Fabrique de la cathédrale de Strasbourg)

Chaque tapisserie est conservée sur un rouleau d’aluminium présentant successivement : 2 couches de 2cm de mousse de polyéthylène, un bas de coton, la tapisserie, doublure en dessous, feuille souple de polyéthylène maintenue par des rubans de coton.

Nouveau système de stockage des tapisseries mis en place en 2010. Cliché : Gilbert Poinsot (DRAC Alsace)

Nouveau système de stockage des tapisseries mis en place en 2010. Cliché : Gilbert Poinsot (DRAC Alsace)

Le nouveau système de stockage répond aux conditions optimales de conservation des tapisseries.

(Auteur : Gilbert Poinsot)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *