1. Introduction

JEP2015_P03_16L’année 2015 marque le millénaire des fondations de la cathédrale de Strasbourg. Ouvert il y a mille ans, le chantier ne s’est plus arrêté. À l’édification proprement dite de l’église cathédrale, marquée par l’achèvement de sa flèche en 1439, ont succédé des travaux permanents de modification, de réparation et de restauration.

Avec quelque malice, la Direction régionale des affaires culturelles d’Alsace a choisi de célébrer un centenaire dans ce millénaire : celui des travaux conduits sur la cathédrale de Strasbourg, depuis la veille de la Grande Guerre jusqu’à aujourd’hui. Cette exposition retrace les grands chantiers de ces cent dernières années, marquées par deux guerres mondiales, une construction européenne ayant lié son destin à la ville de Strasbourg, mais également une accélération décisive des techniques d’exploration et de conservation.

Qu’il s’agisse de découvertes fortuites ou de fouilles délibérées, les interventions sur la cathédrale ont prêté tout au long du siècle à des découvertes et des études archéologiques, riches d’enseignements sur l’histoire de la ville et sur celle du monument lui-même. Moyen décisif de compréhension et de documentation du monument, elles accompagnent les opérations de travaux sur le bâti.

La restauration des structures fut le grand défi du siècle écoulé. Les travaux de reprise en sous-œuvre de la tour nord, les interventions sur la flèche, la tour de croisée ou les galeries ont mobilisé les architectes successifs des Monuments historiques et de l’Œuvre Notre-Dame, et provoquer la création de solutions techniques.

Les guerres contemporaines, mais aussi l’apparition de pollutions atmosphériques, enfin le phénomène de vieillissement naturel du grès ont particulièrement mis le décor gothique à rude épreuve. Restaurer ou déposer les sculptures, protéger et nettoyer les vitraux ont ainsi été des axes d’efforts tout au long du siècle.

Les collections mobilières de la cathédrale ont également fait l’objet de travaux. Le patrimoine instrumental et campanaire comme les tapisseries du XVIIe siècle ont fait l’objet de vastes campagnes et suscité des protocoles d’intervention novateurs.

Les vingt derniers lustres peuvent également se lire comme cent ans de création, en matière de création architecturale, instrumentale ou décorative.

Mention est enfin faite des grands projets inaboutis, riches de sens sur le contexte de leur élaboration, les débats entourant la cathédrale, et parfois objets d’étonnement.

Il est temps d’endosser sa blouse et de mettre son casque, la visite du chantier commence !

>> Suite de l’exposition

<< Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *