7. Charles Winkler, architecte des Monuments historiques et conservateur

Un ancien élève de l’architecte français Lassus

Église Sainte-Foy à Sélestat, chapiteaux de la nef. Auteur : Charles Winkler, 1890 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Église Sainte-Foy à Sélestat, chapiteaux de la nef. Auteur : Charles Winkler, 1890 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Bavarois d’origine, Ch. Winkler suit des études d’architecte à Nuremberg, Munich, puis à Paris aux Beaux-Arts et chez J.-B.-A. Lassus. Naturalisé Français, il s’établit à Haguenau puis entre dans l’administration allemande d’Alsace et de Lorraine en 1871. Il est chargé par le président supérieur d’Alsace-Lorraine de l’architecture publique et des Monuments historiques pour la Basse-Alsace. Membre de la SCMHA depuis 1865, il entre à son comité en 1874. Mais la direction des services d’architecture d’Alsace-Lorraine lui est refusée par Berlin en 1874 et il s’installe en libéral à Colmar tout en demeurant architecte des Monuments historiques.

Église Saint-Pierre-et-Paul à Wissembourg, projet pour la rénovation de la tour de croisée. Auteur : Charles Winkler, 1875 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Église Saint-Pierre-et-Paul à Wissembourg, projet pour la rénovation de la tour de croisée. Auteur : Charles Winkler, 1875 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Église Saint-Gall à Domfessel, projet de chaire à prêcher. Auteur : Charles Winkler, 1890 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Église Saint-Gall à Domfessel, projet de chaire à prêcher. Auteur : Charles Winkler, 1890 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

C’est à Ch. Winkler que l’on doit la mise sur pied du service des Monuments historiques : les circulaires françaises et les classements sont confirmés (circulaire aux préfets), un budget est créé et des subventions attribuées. Il participe à l’inventaire de F. X. Kraus et en assure l’illustration.

En 1882, il est membre de la commission d’Alsace-Lorraine des bâtiments civils, présidée par le conseiller des bâtiments civils O. Pavelt, avec A. Straub et l’architecte des Monuments historiques de Metz, P. Tornow. Les projets dus à Ch. Winkler y sont examinés : l’hôtel de Ville d’Ensisheim (1883), la tour de l’église de Wissembourg (1883), la restauration de Sainte-Foy de Sélestat (1887).

 

Le Viollet-le-Duc Alsacien ?

Vue de l'église Sainte-Foy à Sélestat après la restauration de Ch. Winkler. S.n., 1892 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Vue de l’église Sainte-Foy à Sélestat après la restauration de Ch. Winkler. S.n., 1892 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Maître d’œuvre ou restaurateur d’un grand nombre d’églises en Alsace, Ch. Winkler a été surnommé le Viollet-le-Duc alsacien. Il restaure, avec souvent d’importants ajouts très discutés, Ottmarsheim (1875), Saint-Thiébaut de Thann (1875-1895) Sainte-Foy de Sélestat (1879-1895) et construit en style néo-gothique Froeschwiller (1876), Morschwiller-le-Bas (1877-1878), Mutzig (1879-1880), Sainte-Geneviève de Mulhouse, Cernay (1891-1899), Saint-Joseph de Colmar (1896-1900) ainsi qu’en néo-roman Gueberschwihr (1882), Saint-Morand près d’Altkirch (1884-1886) et la chapelle Léon IX d’Éguisheim (1894). Un vif incident l’oppose à A. Straub (et aux architectes strasbourgeois J.-J. E. Petiti et sélestadien A. Ringeisen) sur la restauration des fresques de l’église de Hunawihr (1879) ; la restauration de l’église Sainte-Foy de Sélestat lui vaut des guillemets dans le Dictionnaire de Dehio (1911) : « Konservator« .

Projet de transformation du château d'Éguisheim et asile et de construction d'une chapelle dédiée à Saint-Léon. Auteur : Charles Winkler, 1886 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace

Projet de transformation du château d’Éguisheim et asile et de construction d’une chapelle dédiée à Saint-Léon. Auteur : Charles Winkler, 1886 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

La loi française de 1887, un nouveau classement

La Société, dans le sillage de la loi française de 1887, réclame un nouveau classement. Cette loi précise la notion de classement, les procédures et la place des propriétaires. Nommé conservateur des Monuments historiques à la mort d’A. Straub, Ch. Winkler publie en 1898 la liste des monuments classés passant de 44 à 111. Il ajoute 18 monuments pour la Haute-Alsace et 23 pour la Basse-Alsace. Ch. Winkler a établi aussi une seconde liste de monuments, dits non-classés, mais qui n’a pas été publiée.

Projet de restauration du HAut-Koenigsbourg. Auteur : Charles Winkler, 1894 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Projet de restauration du Haut-Koenigsbourg. Auteur : Charles Winkler, 1894 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

La nécessaire réorganisation

Avec la loi française de 1887, la réorganisation du service de la conservation des Monuments historiques en Prusse (1896) et la publication de périodiques consacrés au patrimoine (Die Denkmalpflege, 1898), la préoccupation de la conservation des monuments anciens s’empare de l’opinion éclairée, puis populaire. La demande, soutenue par un député influent (H. Zorn de Bulach), de création d’une commission des Monuments historiques, se heurte pourtant à l’inertie de l’administration et au manque d’intérêt des autres députés (1894). Mais, en 1899, on décide de faire appel à un conservateur à temps plein qui appliquerait les recommandations des congrès allemands de conservateurs (Strasbourg 1899, Dresde 1900).

Ch. Winkler prend sa retraite à Colmar en 1899. Il y présidera la Société Schongauer, qui gère le musée Unterlinden.

(Auteur : François Igersheim)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *