5. Franz Xaver Kraus, premier conservateur et premier savant

JEP2013_P05_01

Portrait de F. X. Kraus, 1872 (© Photo. et coll. BNU Strasbourg)

F. X. Kraus (Trèves 1840 – San Remo 1901), prêtre tréviran, a subi dans sa jeunesse l’influence déterminante des libéraux catholiques français (H. Lacordaire, Ch. de Montalembert) et il restera lié aux catholiques libéraux anglais (Lord Acton) et allemands (I. von Doellinger). Les fondateurs de la nouvelle université le nomment professeur non-titulaire à Strasbourg (1872). Il y donne un cours d’archéologie chrétienne (de 1872 à 1878, dont « la sculpture de la cathédrale de Strasbourg » en 1876 et « la cathédrale de Strasbourg » en 1878), discipline qu’il fonde en Allemagne et dont il assurera le rayonnement. Ses compétences et ses liens avec le chanoine Straub, proche de Mgr Raess et président de la SCMHA, le rendent utile et le président supérieur lui demande de prendre en charge la réalisation d’un inventaire (1873).

Le conservateur des monuments historiques (Konservator der Geschichtlichen Denkmäler)

Le poste de conservateur créé en 1876 pour F. X. Kraus à l’université de Strasbourg subsistera jusqu’en 1918. Il a pour mission de veiller à la conservation des Monuments historiques de l’Alsace et de la Lorraine et, avec les architectes Ch. Winkler et P. Tornow de Metz, d’assurer la surveillance et le contrôle des travaux exécutés sur les Monuments historiques. F. X. Kraus est également chargé par le maire de Strasbourg Otto Back de mettre sur pied le cabinet des Estampes de la ville de Strasbourg (1878), confié à Fr. Piton puis à A. Seyboth. F. X. Kraus a pour mission prioritaire de mener à bien l’inventaire des Monuments historiques, Kunst und Alterthum in Elsass-Lothringen. La Basse-Alsace paraît en 1876, la Haute-Alsace en 1884 et la Lorraine en 1892.

L’inventaire de F. X. Kraus

JEP2013_P05_03Le premier tome de 704 pages (Basse-Alsace) est bouclé en trois années seulement et devient une référence pour les inventaires des autres Länder ou provinces d’Allemagne et pour la France, qui vient de lancer son propre inventaire (Inventaire des richesses d’Art de la France, premier tome paru en 1878). L’inventaire est fondé avant tout sur la collaboration des membres de la SCMHA, en premier lieu de A. Straub, mais aussi de Ch. Winkler, L. Spach, Ch. Klotz, le professeur Ch. Schmidt, l’architecte de Sélestat A. Ringeisen, l’adjoint au maire de Colmar I. Chauffour, le fondateur du musée de Wissembourg J. Ohleyer, le curé V. Guerber et le maire de Haguenau X. Nessel, mais aussi des sous-préfets/directeurs de cantons (Kreise) de Basse-Alsace. La bibliographie alsacienne est quasi-exhaustive. L’illustration est somptueuse et abondante : 177 gravures pour 45 monuments. Elle est due à Ch. Winkler, mais aussi à A. Straub.

Notes manuscrites en vue de la rédaction de l'ouvrage Kunst und Alterthum in Elsass-lothringen. Franz-Xaver Kraus (Région Alsace, Service de l'inventaire du patrimoine)

Notes manuscrites sur Wangebourg en vue de la rédaction de l’ouvrage Kunst und Alterthum in Elsass-lothringen. Franz-Xaver Kraus (© Région Alsace, Service de l’inventaire du patrimoine)

Notice sur Wagenbourg tirée de Franz Xaver Kraus,  Kunst und alterthum in Elsass-Lothringen, Strassburg : C. F. Schmidts Univ. Buchhandlung, 1876 (Service régional de l'archéologie)

Notice sur Wagenbourg tirée de Franz Xaver Kraus, Kunst und alterthum in Elsass-Lothringen, Strassburg : C. F. Schmidts Univ. Buchhandlung, 1876 (SRA, DRAC Alsace)

Descriptions et commentaires, par exemple celui de la cathédrale de Strasbourg qui occupe 162 pages − soit presque un quart de l’ouvrage − sont désormais des références permanentes. F. X. Kraus mettra plus de temps à boucler le second tome sur la Haute-Alsace. Nommé en 1878 professeur à Fribourg-en-Brisgau, il s’est vu confier l’inventaire des Monuments historiques du grand-duché de Bade. Il a pu bénéficier cependant des contributions du président de la chambre de commerce de Colmar E. Fleischhauer, du directeur de la bibliothèque A. Waltz et de l’archiviste de la ville X. Mossmann, de l’archiviste départemental H. Pfannenschmid, ainsi que du sculpteur Klemm, d’A. Stoeber et de Fr. Engel-Dollfus à Mulhouse, tous dûment cités dans l’introduction. Ch. Winkler est l’auteur de la plupart des illustrations, 116 gravures pour 54 monuments et 16 photographies. Le musée Unterlinden occupe 70 pages. On y suit la leçon de l’auteur du guide du musée, paru en 1866, Ch. Goutzwiller.

(Auteur : François Igersheim)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *