33. La fin de L’histoire ?

Célébrer le centenaire de la loi de 1913 en Alsace en 2013 est un paradoxe. En effet, la loi ne s’y applique que depuis 1929, soit depuis 84 ans seulement. Il convient toutefois de la commémorer avec la même ferveur que partout ailleurs, car elle a permis la mise en œuvre d’une politique patrimoniale forte.

Ce centenaire est l’occasion de rappeler qu’au delà de la loi, c’est toute une époque, à la charnière du XIXe et du XXe siècle, qui a vu des associations et des hommes agir ensemble, dans un contexte politique tendu vers une même idée : le monument.

Le contexte régional particulier a constitué un cadre favorable en mêlant revendication régionaliste, volonté scientifique et regard ethnologique. Ce contexte a, en outre, constitué un petit laboratoire des pratiques et des innovations : inventaire systématique, documentation exhaustive, réglementation protectrice, savoir-faire de conservateurs et restaurateurs, éducation et sensibilisation du public… Ce travail a été conduit en collaborant par delà les frontières et les conflits et en reprenant, parfois sans le revendiquer ou même le reconnaître, les bonnes pratiques, qu’elles soient françaises ou allemandes.

La loi de 1929 semble mettre un terme à une période et à une situation organisationnelle originale, mais aussi très innovante : un service dédié au patrimoine, proche du terrain mais pourtant détaché d’un contexte trop local, réactif face aux situations particulières. Une déconcentration de fait dont la pérennité était souhaitée, mais qui ne sera pas pérennisée.

Il est intéressant de remarquer que le service des Monuments historiques lui-même n’avait pas, dans le bilan historique proposé en 1934, relevé l’originalité et l’intérêt de la situation et de l’histoire du service en Alsace et en Moselle. P. Verdier ne mentionne pas la situation spécifique de ces deux régions ni, a fortiori, l’expérience d’un service déconcentré et de l’intérêt d’un tel niveau d’action. Ce ne sera que quinze ans après, en 1945, que la démarche de création d’un réseau régional de services sera engagée avec les « agents du recensement », en charge de la protection des édifices, les « agences des Bâtiments de France » et les conservations régionales des Bâtiments de France.

La démarche qui s’est poursuivie et renforcée durant toute la seconde moitié du siècle dernier dans le cadre des directions régionales des Affaires culturelles, avec les services de l’Archéologie, de l’Inventaire général, puis à travers la mise en place des commissions régionales du Patrimoine historique archéologique et ethnologique.

S’il serait abusif de dire que l’Alsace et la Lorraine ont inspiré un mouvement d’organisation administrative qui trouve ses racines bien au-delà des questions patrimoniales, ce sont toutefois bien ces questions patrimoniales qui ont justifié la mise en place d’outils de dialogue proches du terrain et qui permettent d’expliquer la précocité de la déconcentration en 1945. Sans parler d’inspiration, on peut ainsi constater que les aléas de l’histoire ont fait de l’Alsace une « région-pilote » en ce domaine. L’histoire avait donc raison, mais peut-être un peu tôt !

(Auteur : Simon Piéchaud)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *