32. La protection des sites

 L’introduction en Alsace et en Lorraine de la loi française de 1906 sur les sites

Le 21 avril 1906, la France avait adopté la loi permettant de classer les « sites et monuments naturels de caractère artistique » et en avait confié la protection à des commissions départementales des sites et monuments. En août 1919, la direction de l’Architecture et des Beaux-Arts d’Alsace et de Lorraine souhaite introduire cette loi dans les départements recouvrés afin de compléter les dispositions de la loi de 1913 sur les Monuments historiques. C’est chose faite avec le décret du 28 mars 1922.

Maisons troglodytiques de Graufthal (Eschbourg). Auteur : Elsassische Druckerei, 1904 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Maisons troglodytiques de Graufthal (Eschbourg). Auteur : Elsassische Druckerei, 1904 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Dans le même temps, la loi alsacienne et lorraine du 7 novembre 1910 sur la protection de l’aspect local (Ortsbild) a été abrogée en 1919 par l’introduction de la législation française sur l’affichage (loi de 1881 sur la presse). Le chanoine E. Muller intervient longuement à la Chambre des députés pour qu’elle soit rétablie (loi du 29 juillet 1925) :

Document : Extrait du rapport du chanoine E. Muller à la Chambre des députés, 22 février 1924 :

« La loi « pour la protection de l’aspect local » vise le caractère esthétique des agglomérations d’habitations, ce que l’on pourra appeler le site ou l’aspect de la cité, du bourg ou du village.

Cet aspect, elle veut le protéger contre le vandalisme des entrepreneurs et des architectes inconscients, contre les excès du mercantilisme, voire même contre certains règlements administratifs surannés concernant l’alignement des rues. Elle veut sauver l’âme esthétique de la cité. Pour arriver à ce but, elle suit une voie différente de celle du législateur français. Elle se contente d’accorder aux municipalités le droit d’édicter des statuts, des règlements de protection. Elle est fortement décentralisatrice. »

Les commissions départementales des monuments naturels et des sites

Les commissions départementales des sites et monuments naturels de caractère artistique du Bas-Rhin et du Haut-Rhin sont constituées au printemps 1923. Elles sont composées d’experts, de deux conseillers généraux et de cinq membres choisis par le préfet parmi lesquels figurent dans le Haut-Rhin, R. Kammerer (Thann), J.-J. Waltz (Hansi) et Zundel (Club alpin à Mulhouse), dans le Bas-Rhin, l’abbé Gromer, l’archiviste de Strasbourg G. Delahache, Ch. Spindler et P. Zuber (Club vosgien).

La commission des sites et monuments naturels du Bas-Rhin se préoccupe surtout de lutter contre les abus de l’affichage. Suivant sa délibération, l’arrêté préfectoral du 1er octobre 1924 interdit l’affichage « sur toutes les surfaces murales, pignons et toitures visibles, ainsi que sur toutes les clôtures bordant les rues, places, quais et cours d’eau » compris dans un périmètre englobant la presque totalité du Vieux-Strasbourg.

Église et cimetière fortifié à Hunawihr. S.n., 1912 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Église et cimetière fortifié à Hunawihr. S.n., 1912 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Dans le Haut-Rhin, la commission départementale des sites fait de nombreuses propositions de classements. Elle décide d’abord de protéger des arbres et ensembles d’arbres remarquables par leur âge, leurs dimensions ou leur forme (chêne Notre-Dame à Heimsbrunn, allée des marronniers qui conduit aux trois chapelles de Notre-Dame de Dusenbach près de Ribeauvillé). Elle demande aussi le classement de rochers (le Hirzensprung dans la vallée de Sainte-Marie-aux-Mines) ainsi que le rocher et la chapelle Saint-Wolfgang à Kaysersberg. La commission envisage aussi de classer des sites plus étendus (versant est du Hohneck, Spitzkoepfe, Martinswand, sentier des Roches et lacs des Vosges). La commission cherche aussi à protéger les abords des Monuments historiques classés (notion qui n’apparaît dans la loi qu’en 1943). Elle demande l’établissement de zones de protection autour des trois châteaux de Ribeauvillé et du Landskron près de Leymen pour empêcher les entrepreneurs d’y récupérer des pierres de taille. Enfin, la commission cherche à lutter contre le « mitage » des paysages des Vosges, menacés par la multiplication des constructions touristiques. À partir de 1927, les projets de chalets sont soumis à la commission. Mais, faute de moyens juridiques et financiers, seuls quelques arbres remarquables sont classés avant 1930. Le bilan des commissions de la loi de 1906 est donc assez modeste. Toutefois, la loi du 2 mai 1930 réorganisant la protection des monuments naturels et des sites de caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque renforce leurs moyens d’action, ce qui leur permet de multiplier les classements.

(Auteur : Nicolas Lefort)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *