31. La valorisation de l’architecture française en Alsace : expositions, conférences et publications

Affiche de l'exposition Vauban,1933-1934 (Photo. et coll. BNU Strasbourg)

Affiche de l’exposition Vauban,1933-1934 (Photo. et coll. BNU Strasbourg)

En Alsace et en Lorraine, les Français ne cessent de valoriser l’architecture classique. Nommé directeur de la nouvelle école régionale d’Architecture de Strasbourg, R. Danis organise une exposition inaugurale sur L’œuvre des architectes de l’école française du milieu du XVIIe siècle à nos jours. Celle-ci se tient au Palais du Rhin à partir du 26 mai 1922. Il s’agit sans doute de la plus vaste exposition d’architecture qui se soit tenue à Strasbourg, puisqu’elle réunit 614 documents. On y trouve notamment les œuvres de L. Le Vau, Cl. Perrault, A. Le Nôtre, S. Le Prestre de Vauban (Neuf-Brisach, Strasbourg et Belfort), J.-H. Mansart, R. de Cotte (jardins du palais de Saverne, palais Rohan de Strasbourg), G. Boffrand, J.-A. Gabriel, J. Massol (château de Reichshoffen) J.-Fr. Blondel (plan d’embellissement de Strasbourg) et son école (hôtel du préteur royal et hôtel de Deux-Ponts à Strasbourg), J.-G. Soufflot, L. Beuque (église Notre-Dame de Guebwiller), P.-M. d’Ixnard (bibliothèque du lycée de Colmar), Cl.-N. Ledoux, J.-Fr. Chalgrin, N.-A. Salins de Montfort (palais de Saverne, église de Weyersheim), J.-B. Kléber (projets à Belfort et à Thann), P.-V. Boudhors (pavillon Joséphine à l’Orangerie de Strasbourg), etc. Dans son discours inaugural, le directeur français des Beaux-Arts P. Léon proclame que l’école régionale d’Architecture de Strasbourg est « une école d’extrême frontière qui doit être […] un organe d’expansion française dans le monde ». Et il ajoute : « Nous n’entendons pas toutefois que les frontières territoriales fassent obstacle aux relations intellectuelles, nous souhaitons que les routes des invasions soient aussi celles des échanges et des conquêtes pacifiques. » Ainsi, l’école de Strasbourg doit constituer un bastion en même temps qu’une tête de pont sur le Rhin.

Article relatif à l'exposition Vauban (Archives départementales du Bas-Rhin, 178 AL 130)

Article relatif à l’exposition Vauban (© Archives départementales du Bas-Rhin, 178 AL 130)

R. Danis multipliera les cours, conférences et expositions et évoquera les figures de S. Vauban, J.-B. Kléber et l’évolution de l’art français en général. L’intérêt d’A. Hallays et de R. Danis pour l’architecture classique est également partagé par des Alsaciens : le conservateur des musées au palais Rohan de Strasbourg, H. Haug, publie plusieurs études sur l’art du XVIIIe siècle en Alsace.

Une politique de classement systématique

Façade de l'hôtel de Hanau-Lichtenberg, actuel hôtel de Ville de Strasbourg. Auteur : Jules Manias, 1913 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Façade de l’hôtel de Hanau-Lichtenberg, actuel hôtel de Ville de Strasbourg. Auteur : Jules Manias, 1913 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Intérieur de l'hôtel d'Andlau (siège du Port autonome), restauré par Robert Danis entre 1923 et 1933. S.n., s.d., (Droits réservés)

Intérieur de l’hôtel d’Andlau (siège du Port autonome), restauré par Robert Danis entre 1923 et 1933. S.n., s.d., (Droits réservés)

De 1919 à 1925, la commission de l’Architecture et des Beaux-Arts d’Alsace et de Lorraine mène une campagne de classement systématique des monuments publics des XVIIe et XVIIIe siècles français en Alsace. À Strasbourg, la commission classe les derniers vestiges de la citadelle construite par Vauban à la fin du XVIIe siècle. Elle protège les façades, les toitures et les parties les plus intéressantes des monuments du XVIIIe siècle bordant la place Broglie : l’hôtel de Deux-Ponts (Gouvernement militaire), l’hôtel de Hanau-Lichtenberg (actuel hôtel de Ville), l’hôtel de Klinglin (commissariat général de la République puis préfecture), et le Théâtre municipal. Elle demande également le classement du bâtiment de l’Aubette, dessiné par J.-Fr. Blondel, place Kléber, de l’hôtel d’Andlau (Port autonome), de la grande écurie et de l’entrée principale du Haras. À Colmar, la commission classe la chapelle, le théâtre et la bibliothèque du lycée Bartholdi. Elle demande également le classement des églises de Reichshoffen et de Weyersheim. Parmi ces propositions de classements, douze aboutirent avant 1925. Après la centralisation de 1925, la commission des Monuments historiques à Paris poursuit cette politique de protection des monuments du XVIIe et XVIIIe siècles français en Alsace : l’église de Fort-Louis est classée en 1927.

(Auteur : Nicolas Lefort)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *